Derniers sujets
Présentation de MickaëlAuroraJeu 14 Déc 2017 - 16:02Mickaelauroraréfléchir à plusieurs pour rélféchir plus vite!! :)Jeu 14 Déc 2017 - 13:53TortueSalut à tou.te.sMar 12 Déc 2017 - 17:18Ale.bonjour tout le mondeMar 12 Déc 2017 - 1:15AraignéePedro KazumiMar 12 Déc 2017 - 0:48AraignéeD'où vient l'essentialisme ?Lun 11 Déc 2017 - 15:33TortueListe de qualités essentielles à un petit ami d'une féministeJeu 7 Déc 2017 - 17:35TortueURGENT Réédition : "Notre corps, nous même"Jeu 7 Déc 2017 - 0:39AëlloonJe veux des Poches!!Mer 6 Déc 2017 - 22:52AëlloonPrésentation de Maerlynn (:Mar 5 Déc 2017 - 16:59TortueUne fille au pays des hommes menus, récits colorésDim 3 Déc 2017 - 8:46DihyaThe man-woman wars récits colorésDim 3 Déc 2017 - 4:15ReikoIntersectionalité et paradigmes apparentésDim 3 Déc 2017 - 2:05Black Swan[Article] Mélanie Gourarier. « La séduction alpha mâle s’inscrit dans un continuum de pratiques violentes »Sam 2 Déc 2017 - 15:19Dihya[Radio] Emissions féministes (ou sujets qui nous concernent)Mer 29 Nov 2017 - 9:12Coquelic0tVos films (vraiment) féministesLun 27 Nov 2017 - 17:08erulelyakotavaLun 27 Nov 2017 - 11:56Luce#BoycottWebedia et #BalanceTonForumVen 24 Nov 2017 - 10:07Klazoo LexisFéminisme culturel vs. féminisme radicalMar 21 Nov 2017 - 13:40Tortuefemmes enceintes versus personnes enceintesMar 21 Nov 2017 - 11:20IridaceaLes talons cornés : "horribles", "intolérables" et "anti-sexy"Dim 19 Nov 2017 - 17:25erulelyaFaut-Il Porter Un Soutien-Gorge ? - Article.Ven 17 Nov 2017 - 20:42Ceridwen0813Luce en lutte : rendre la langue française non sexisteVen 17 Nov 2017 - 12:33erulelyaBizutage en médecine à l'université de caen = Enseignement du sexisme ?Jeu 16 Nov 2017 - 11:31michekhenBonjour ! Moi, Je.Lun 13 Nov 2017 - 16:18Un HommePeggy SastreSam 11 Nov 2017 - 4:12Klazoo LexisHelloVen 10 Nov 2017 - 11:15IridaceaBoujour à vous Dim 5 Nov 2017 - 20:50IridaceaMorg@neDim 5 Nov 2017 - 18:30IridaceaGeorges BouillonDim 5 Nov 2017 - 18:17Iridacea"Free the Nipple"Sam 4 Nov 2017 - 1:18erulelyaOuvrir la voix par Amandine Gay (black feminism)Jeu 2 Nov 2017 - 20:58Aëlloon

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Un procès pour viol raconté

le Dim 17 Fév 2013 - 20:47
Je dois dire que je tombe des nues... je croyais sincèrement que la boulangère par exemple était innocente, et que la mère d'accueil ne mentait pas en disant qu'un des enfants accusait tout le monde dans la rue? Shocked Et le handicapé profond, il était coupable lui aussi???

_________________
Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste. (Louise Michel)
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Dim 17 Fév 2013 - 20:54
Après, ça ne veut pas dire que les expert-e-s ne doivent pas tester ce que les enfants disent, comme la personne l'a fait avec le fils de ton copain, bien sûr. Juste que la désinformation à propos de la nécessité de ne plus prendre les enfants au sérieux une fois qu'ont étés prouvés les abus est extrêmement élevée.
avatar
Elfvy
Hystérique
Hystérique
Messages : 721
Date d'inscription : 25/03/2012
http://parlerpourexister.wordpress.com/

Re: Un procès pour viol raconté

le Mar 5 Mar 2013 - 12:10
je suis tombée sur cet article intéressant qui décrit les conséquences que peut avoir un procès pour la victime.
http://www.village-justice.com/articles/Decisions-justice-matiere-sexuelle,12960.html
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 11:08
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 11:25
cheers
avatar
Elfvy
Hystérique
Hystérique
Messages : 721
Date d'inscription : 25/03/2012
http://parlerpourexister.wordpress.com/

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 11:38

je me demande comment cela s'est passé pour la victime : "des conditions exemplaires dans le respect de la victime"
je me rappelle de ce que M. Salmona avait dit récemment au sujet d'un procès auquel elle "participait". Elle disait que la victime n'avait pas parlé pour ne pas donner l'occasion à l'autre partie de la déstabiliser/culpabiliser. Et elle a gagné.
comme quoi, ce n'est PAS parole contre parole

_________________
Si tu es neutre dans une situation d'injustice, tu as choisi le camp de l'oppresseur. - Desmond Tutu
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 11:40
Peut-être que pour une fois, on s'est abstenu de fouiller le passé de la victime pour voir si ça lui était déjà arrivé de mentir...
avatar
Elfvy
Hystérique
Hystérique
Messages : 721
Date d'inscription : 25/03/2012
http://parlerpourexister.wordpress.com/

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 12:02
ou savoir si elle avait mouillé No

bon c'est une bonne nouvelle Very Happy

_________________
Si tu es neutre dans une situation d'injustice, tu as choisi le camp de l'oppresseur. - Desmond Tutu
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3993
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 14:18
@Elfvy a écrit:
je me demande comment cela s'est passé pour la victime : "des conditions exemplaires dans le respect de la victime"
je me rappelle de ce que M. Salmona avait dit récemment au sujet d'un procès auquel elle "participait". Elle disait que la victime n'avait pas parlé pour ne pas donner l'occasion à l'autre partie de la déstabiliser/culpabiliser. Et elle a gagné.
comme quoi, ce n'est PAS parole contre parole

J'avais lu que ce silence avait profondément énervé l'avocat de la partie adverse mais c'est tout à fait autorisé de se taire.
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Mon filleul accusé de viol ; comment réagir ?

le Mer 27 Mar 2013 - 14:35
Mon filleul accusé de viol ; comment réagir ?...

Je sens que je vais assister à un procès, et pas forcément du bon côté.


(quoi que, y'ait pas de côté enviable dans cette affaire, mais vous voyez ce que je veux dire)

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 15:13
Non je ne suis pas sûre de bien voir? Tu ne donnes pas de détails sur "cette" affaire, mais en règle générale le côté le moins "enviable" est celui de la victime de viol, non?

_________________
Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste. (Louise Michel)
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 15:23
@ abd salam
J'ai deux connaissances d'enfance qui ont été accusés de viol. Ils ont été acquittés, mais vu la façon dont la justice se passe en France, j'arrive pas à les voir comme innocents (ce qui ne veut pas dire que je les vois comme coupable).
Surtout que ici comme d'habitude, la victime a été accusée de mentir, d'être une salope, de les avoir allumés etc... Rien qui me fait dire que le procès a été équitable, en fait... Sad
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 16:16
Je n'ai pas encore d'info officielles...

Le lycée a exclu mon filleul, et ils ont téléphoné aux parents en expliquant le motif d'exclusion !

Mais aucune visite de la police... aucune convocation.

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 16:19
Il est dans le même lycée que la victime, je suppose?
Si elle en a parlé à l'infirmière scolaire mais qu'elle n' a pas porté plainte, ça peut expliquer pourquoi la police ne l'a pas convoqué... Ce serait peut-être bien de lui proposer un autre lycée ou aller, par contre, au moins.
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 16:23
Oui, même bahut...

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 16:35
@ko a écrit:Un peu de justice dans ce monde de brutes:
http://www.femmes-solidaires.org/spip.php?page=breve&id_breve=117

bon, si quelqu'un d'autre avait soulevé le point, je l'aurais pas fait.

je trouve soudainement horrifiant de me rendre compte qu'une part de moi est contente que ces cinq personnes qui ont violées à plusieurs reprise une femme aient été condamnés à 7 à 9 ans de prison.

7 à 9... mais comment puis-je penser que c'est suffisant ? oui, peu de viols sont condamnés. cela suffit-il à rendre miraculeuses les maigres condamnations effectives ?

je ne pense pas que l'on se remette d'un viol, surtout pas en 7 à 9 ans. une personne condamnée pour viol devrait rester en prison aussi longtemps qu'il reste un membre de la famille de la victime qui considère qu'elle devrait y rester.

si on reste victime de viol toute sa vie, pourquoi les coupables cesseraient de l'être après 7 à 9 ans ?
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 16:46
Euh, je ne crois pas que les peines doivent être modulées en fonction de la difficulté de la victime à s'en remettre (Ça voudrait dire qu'un viol non traumatisant n'aurait pas besoin d'être puni? Ça n'a pas de sens), mais plutôt en fonction de la gravité de l'acte. Et ce n'est pas parce qu'on sort de prison qu'on n'est plus coupable du viol; ça reste inscrit sur le casier judiciaire, par exemple.
Lila78
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 807
Date d'inscription : 05/03/2012
http://lilablogue.over-blog.com/

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 16:51
@timer a écrit:une personne condamnée pour viol devrait rester en prison aussi longtemps qu'il reste un membre de la famille de la victime qui considère qu'elle devrait y rester.

Je trouve ces propos particulièrement flippants Shocked
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 17:12
@ko a écrit:Euh, je ne crois pas que les peines doivent être modulées en fonction de la difficulté de la victime à s'en remettre (Ça voudrait dire qu'un viol non traumatisant n'aurait pas besoin d'être puni? Ça n'a pas de sens), mais plutôt en fonction de la gravité de l'acte. Et ce n'est pas parce qu'on sort de prison qu'on n'est plus coupable du viol; ça reste inscrit sur le casier judiciaire, par exemple.

la gravité de l'acte n'est-elle pas subjective ? et seule la victime peut avoir la notion de la gravité de l'acte... bon sauf pour le meurtre, évidemment on ne peut plus lui poser la question...

un viol non traumatisant ? genre la personne psychopathe qui ne ressent rien que de l'agacement à être violée ? moi je pense que c'est plutôt là que réside le manque de sens, d'où se poser la question de la condamnation n'a pas de sens.

mais jouons le jeu... dans le cas chimérique où il n'y a pas traumatisme (au sens le plus large possible), il faut évidemment condamner la personne coupable, non pas pour la victime (qui dans cette théorie bidon s'en fout complètement) mais pour les autres victimes théoriques futures que la personne coupable risque de violer si elle pense que ce n'est "pas grave puisque je n'ai pas été condamné".
On en revient au principe que le mal fait à la victime (et à son entourage) ou aux victimes théoriques futures doit logiquement se répercuter dans la sentence.

et là 7 à 9 ans, pour un crime qui est dans mon top 5 des pires crimes imaginables, c'est incroyable, et pas suffisant. moins d'une décennie. c'est presque comme le prix pour avoir le droit de baiser avec n'importe qui.

- c'est combien pour la blonde là ?
- 7 ans.
- hum, je sors juste avant la crise de la 40aine... ok je prends !

@Lila78 a écrit:
@timer a écrit:une personne condamnée pour viol devrait rester en prison aussi longtemps qu'il reste un membre de la famille de la victime qui considère qu'elle devrait y rester.

Je trouve ces propos particulièrement flippants Shocked

je comprends ta réaction et celle de ko... désolée mais je suis extrêmiste de nature Smile pour essayer de me justifier, je déclarerai que la peine sert aussi à dissuader, dans un monde où les moyens mis pour éviter les crimes AVANT qu'ils ne se produisent ne sont jamais suffisant...
si demain le viol devenait passible d'emprisonnement à vie, il n'y aurait pas plus de 10 viols par an, et la société imprimerait enfin que le viol n'est pas un crime banal.
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 17:31
si demain le viol devenait passible d'emprisonnement à vie, il n'y aurait pas plus de 10 viols par an, et la société imprimerait enfin que le viol n'est pas un crime banal.
Désolée de te dire que c'est une grosse connerie (j'ai pas d'autres arguments; sorry). Very Happy
Regarde le meurtre.

la personne psychopathe qui ne ressent rien que de l'agacement à être violée ?
Le personnes non traumatisées apprécieront d'être appelées psychopathes...Dans le genre retournement de la culpabilité... Rolling Eyes

il faut évidemment condamner la personne coupable, non pas pour la victime (qui dans cette théorie bidon s'en fout complètement)
Une victime peut ne pas être traumatisée, et vouloir son agresseur derrière les barreaux...


et seule la victime peut avoir la notion de la gravité de l'acte...
Ben non. Les psychologuEs, les jugEs, les législateurices, les militant-Es contre le viol peuvent aussi en avoir une notion; en tout cas, c cool si c'est le cas, histoire de pas se retrouver seulE à savoir que le viol, c grave.


Plus de temps à perdre.
Ben c'est pas si mal de perdre du temps à réfléchir avant de parler des fois... Very Happy
avatar
Elfvy
Hystérique
Hystérique
Messages : 721
Date d'inscription : 25/03/2012
http://parlerpourexister.wordpress.com/

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 17:40
En fait, rien n'indique clairement que la justice existe pour éviter que le coupable recommence ses crimes, ni pour "guérir" les victimes, ni pour les venger, ni pour maintenir l'ordre, ni pour prévenir, ni pour éduquer les criminels, etc.
En France, j'ignore vers quoi on se tourne personnellement.

De la raison de la justice dépend la peine qu'on va appliquer.
Et en fait, je réagis tout de suite : je pense pas que la justice existe pour soulager les victimes. Sinon ce serait elles qui porteraient plainte au pénal, alors que dans les faits, c'est la société (incarné par le procureur ou je-ne-sais-plus-qui) qui porte plainte.

si demain le viol devenait passible d'emprisonnement à vie, il n'y aurait pas plus de 10 viols par an, et la société imprimerait enfin que le viol n'est pas un crime banal.
Je ne pense pas. C'est sûr qu'un violeur n'a pas de quoi avoir peur avec le fonctionnement actuel de la justice. Pour autant, je doute que ça puisse changer si les mentalités restent les mêmes. Alors, certes, les lois peuvent moduler les mentalités, mais dans le cas des viols je doute sincèrement que ce soit suffisant.
Et puis même si l'agresseur risque l'emprisonnement à vie, dans les faits, il est quasi sûr de s'en sortir sans rien

edit : d'ac avec ko

_________________
Si tu es neutre dans une situation d'injustice, tu as choisi le camp de l'oppresseur. - Desmond Tutu
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4542
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 18:47
@Elfvy a écrit:Et en fait, je réagis tout de suite : je pense pas que la justice existe pour soulager les victimes. Sinon ce serait elles qui porteraient plainte au pénal, alors que dans les faits, c'est la société (incarné par le procureur ou je-ne-sais-plus-qui) qui porte plainte.
+1 (c'est bien le procureur qui porte plainte)

De toute façon, ce n'est pas la condamnation du violeur qui va guérir du traumatisme (même si ça peut éventuellement aider).

Et puis, 7 à 9 ans, ça peut paraître pas grand chose comme ça, mais 7 à 9 ans privé de liberté à vivre dans 9 mètres carrés, en fait c'est très très long.
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 18:58
@ko a écrit:
si demain le viol devenait passible d'emprisonnement à vie, il n'y aurait pas plus de 10 viols par an, et la société imprimerait enfin que le viol n'est pas un crime banal.
Désolée de te dire que c'est une grosse connerie (j'ai pas d'autres arguments; sorry). Very Happy
Regarde le meurtre.
Hum... oui à la réflexion tu as raison. mais déjà je pense que le nombre de viols baisserait.
à part les tueurs en série, la majorité des meurtres ne sont pas commis pour le plaisir... la raison quelle qu'elle soit doit outrepasser la peur d'être condamné (d'ailleurs pas forcément à vie pour le meurtre...) et bien sûr la mauvaise conscience si la personne en possède une.
mais le viol a pour objectif principal dans presque tous les cas la recherche de plaisir sexuel. évidemment c'est un des désirs les plus durs à refréner, car biologique, donc si aucun argument moral ne fait reculer les futurs criminels, la peur de la prison à vie ne sera peut-être pas suffisante dans tous les cas... mais je pense quand même que le viol est un véritable choix, une prise de décision en toute conscience, je veux dire sans cadre donné, sans circonstances particulières, à l'inverse du meurtre dont les raisons qui poussent à l'acte sont aussi extrêmes le plus souvent (et j'ai exclu le simple plaisir de tuer dès le début...).
on ne se lève pas un matin en se disant qu'on va tuer quelqu'un, comme ça, au hasard (sauf justement si on aime ça). mais des personnes peuvent se lever en se disant qu'ils aimeraient violer telle ou telle personne, ou bien juste qu'ils aimeraient bien faire un coup vite fait, et au diable si la victime est consentante ou non.

puisque le viol est un acte très souvent prémédité et choisi, je pense que le nombre de viols pourrait sensiblement baisser avec une augmentation de la dureté de la peine.
@ko a écrit:
la personne psychopathe qui ne ressent rien que de l'agacement à être violée ?
Le personnes non traumatisées apprécieront d'être appelées psychopathes...Dans le genre retournement de la culpabilité... Rolling Eyes

problème de vocabulaire entre nous : si il y a viol, pour moi il y a traumatisme, au sens large, hyper large : je parle pas de traumatisme au sens médical, je pense que cela reste un événement marquant, choquant et éprouvant pour toute personne normalement constituée. si ce n'est pas le cas, alors dans MA définition c'est que la personne s'en fiche, parce que si cela la dérangeait, même juste un peu, je considérerais cela comme un traumatisme, même minime. se prendre une claque peut être traumatisant, et ce pour toute personne qui y accorde de l'importance.
donc pour moi non je ne fais pas de "retournement de culpabilité", je considère juste que le mot traumatisme peut s'appliquer à toutes les victimes de viol, mais bon après c'est peut-être juste un choix de vocabulaire.

d'ailleurs ce n'est pas moi qui ait utilisée ce mot en premier :
- j'avais dit que les peines devaient être en accord avec ce que ressentent les victimes. c'est vrai après tout, si on a reconnu le viol, vu la gravité de l'acte, la justice "oeil pour oeil dent pour dent" ne me semble pas si déplacée que ça (mon côté extrêmiste).
- du coup t'as dis que dans ma théorie une personne non traumatisée ne pourrait pas demander de peine.
donc finalement, qui dit que les personnes non traumatisées ne souffrent pas ?? moi j'ai parlé de souffrance dès le début... le traumatisme reste un terme assez vague.

@ko a écrit:
il faut évidemment condamner la personne coupable, non pas pour la victime (qui dans cette théorie bidon s'en fout complètement)
Une victime peut ne pas être traumatisée, et vouloir son agresseur derrière les barreaux...
même problème de vocabulaire. pour moi, souffrance = traumatisme au sens large. et déjà pour moi se sentir agressée (il le faut pour qu'il y ait un agresseur Smile) c'est une forme de souffrance.

@ko a écrit:

et seule la victime peut avoir la notion de la gravité de l'acte...
Ben non. Les psychologuEs, les jugEs, les législateurices, les militant-Es contre le viol peuvent aussi en avoir une notion; en tout cas, c cool si c'est le cas, histoire de pas se retrouver seulE à savoir que le viol, c grave.

me suis mal exprimé. j'aurais dû dire qu'en principe la victime est la mieux placée pour estimer le degré de gravité de l'acte subi. c'est mieux comme ça ?

@ko a écrit:
Plus de temps à perdre.
Ben c'est pas si mal de perdre du temps à réfléchir avant de parler des fois... Very Happy
j'essaierai, merci pour ces précieux conseils si avisés.
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 19:22
@Elfvy a écrit:En fait, rien n'indique clairement que la justice existe pour éviter que le coupable recommence ses crimes, ni pour "guérir" les victimes, ni pour les venger, ni pour maintenir l'ordre, ni pour prévenir, ni pour éduquer les criminels, etc.
En France, j'ignore vers quoi on se tourne personnellement.

De la raison de la justice dépend la peine qu'on va appliquer.
Et en fait, je réagis tout de suite : je pense pas que la justice existe pour soulager les victimes. Sinon ce serait elles qui porteraient plainte au pénal, alors que dans les faits, c'est la société (incarné par le procureur ou je-ne-sais-plus-qui) qui porte plainte.

ben de mon avis c'est un problème qui réside dans le désir d'impartialité de la justice (qui ne doit pas dicter la morale aux gens) qui s'oppose au fait que justement la justice est un des câbles de sûreté qui posent un niveau minimal moyen de moralité dans la société.
@Elfvy a écrit:
si demain le viol devenait passible d'emprisonnement à vie, il n'y aurait pas plus de 10 viols par an, et la société imprimerait enfin que le viol n'est pas un crime banal.
Je ne pense pas. C'est sûr qu'un violeur n'a pas de quoi avoir peur avec le fonctionnement actuel de la justice. Pour autant, je doute que ça puisse changer si les mentalités restent les mêmes. Alors, certes, les lois peuvent moduler les mentalités, mais dans le cas des viols je doute sincèrement que ce soit suffisant.
Et puis même si l'agresseur risque l'emprisonnement à vie, dans les faits, il est quasi sûr de s'en sortir sans rien


edit : d'ac avec ko

oui, bon c'est sûr que j'imaginais aussi que des progrès puissent être faits du côté des procédures... quitte à peut-être commencer à faire un peu plus pression sur les accusés plutôt que sur les victimes. ça changerait pour une fois.
mais bon, la perpétuité ça reste lourd je pense dans la tête des gens. alors que des peines numériques, déjà c'est pas précis (3 ans ? 7 ans ? 20 ans ?) et en plus on a quand même l'idée qu'"un jour on sortira". la peine à vie = criminel à vie. rien de plus.

je sais plus qui a dit que même en cas de peine à durée limitée on restait quand même coupable toute sa vie, casier judiciaire et tout. ok pour si tu veux un boulot où ils le regardent, ok si t'as de nouveau des problèmes avec la loi. mais sinon, ben en fait tu peux recommencer ta vie, comme si de rien n'était. personne ne sera au courant.
peut-être que la personne s'est repentie qui sait ? donc ce serait justifié de lui donner une seconde chance. mais peut-être que non (regardez les jeunes du viol/meurtre du début du topic, après trois ans de taule toujours des salauds... si on les avait relâchés m'aurait pas étonnés qu'ils remettent ça... si trois ans ne suffisent pas, est-ce que 7 suffiront ? et je pense pas que la prison soit le meilleur endroit pour acquérir des valeurs morales).

bon le but serait pas du tout de se venger, mais de changer les mentalités de ceux qui sont hors de prison, en sacrifiant les belles années des plus salauds de nos concitoyens, suffisamment amorales pour violer quelqu'un même en sachant que la peine à vie les attend si ils se font chopper et condamner.
dans la tête des gens, meurtre = pire que tout. pour moi, le viol n'est franchement pas moins horrible qu'un meurtre. ça dépend du meurtre, évidemment, mais bon pourquoi faire des classifications sur des crimes qui ne devraient PAS exister, au grand jamais ?


+1 (c'est bien le procureur qui porte plainte)

De toute façon, ce n'est pas la condamnation du violeur qui va guérir du traumatisme (même si ça peut éventuellement aider).

Et puis, 7 à 9 ans, ça peut paraître pas grand chose comme ça, mais 7 à 9 ans privé de liberté à vivre dans 9 mètres carrés, en fait c'est très très long.

ouais, je comprends, mais encore une fois je ne pense pas la peine à perpétuité comme une punition pour les coupables (évidemment c'est en partie pour ça, mais pas seulement, les victimes n'en profiteront pas forcément beaucoup).
c'est pour véhiculer des images fortes dans la société. le meurtre, la torture, l'esclavage, tout ça fait l'unanimité sur l'horreur des notions. mais le viol... oui c'est souvent grave dans la tête des gens, mais... flou. en fait je pense que le problème est que le viol n'a pas de place bien définie dans les visions criminologiques populaires.

déjà qu'en plus c'est taboue d'en parler. mais si une personne qui pense au viol entendait au journal du soir qu'un individu avait été condamné à perpétuité après un viol, je pense qu'il y réfléchirait un peu à deux fois.
même avec des procédures foireuses et 1% de chances de se faire chopper, ça reste de jouer toute sa vie à pile ou face, et je pense que ça aiderait à baisser les taux...
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 19:27
Spoiler:
mais le viol a pour objectif principal dans presque tous les cas la recherche de plaisir sexuel. évidemment c'est un des désirs les plus durs à refréner, car biologique, donc si aucun argument moral ne fait reculer les futurs criminels, la peur de la prison à vie ne sera peut-être pas suffisante dans tous les cas...
(Le désir et le plaisir sexuels ne sont pas forcément que biologique, je pense. Par exemple, il y a des gen-te-s qui estiment qu'il y a une contrainte à l'hétérosexualité; c'est à dire que qui et comment tu désires/prends du plaisir est structuré par des conventions sociales.)

le viol est un véritable choix, une prise de décision en toute conscience
D'accord
Spoiler:
(Ça veut aussi dire que l'on se base sur le coté agresseur, et pas sur le ressenti de la victime; si tu tentes d'exprimer ton non-consentement, et que cette expression n'est pas comprise, alors pour toi, il s'agit d'un viol, mais ça n'en est pas un ni aux yeux de la loi, ni aux yeux de la personne qui t'a agressé sans le faire exprès)
.
Contenu sponsorisé

Re: Un procès pour viol raconté

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum