Derniers sujets
"Free the Nipple"Aujourd'hui à 15:00erulelyaLuxLisbonHier à 20:56Administratrice"non-binaire" c'est quoi ?Hier à 20:46CarmillaTémoignage des hommes féministes ou proHier à 17:12DihyaComment réagir face à l'antiféminisme ?Hier à 11:03erulelyaSéjour en FranceSam 21 Oct 2017 - 21:01Dihyachanson : VII capturées de bonne heureMer 18 Oct 2017 - 18:47AraignéeBonjourMar 17 Oct 2017 - 22:10IridaceaBonsoirSam 14 Oct 2017 - 17:18TortueBonjour à tout-e-s!!Jeu 12 Oct 2017 - 15:27AraignéeBonsoir tout le monde !Jeu 12 Oct 2017 - 15:03michekhenAppel à témoignages : une étude sociologique sur la bisexualité Mar 10 Oct 2017 - 18:25Ceridwen0813[Podcast] Les couilles sur la tableMer 4 Oct 2017 - 18:36LindaPBonjour!Mar 3 Oct 2017 - 21:46LycaneBonsoir à toutes !!Lun 2 Oct 2017 - 18:32GracycrazyBien le bonjour !Ven 29 Sep 2017 - 9:16ValTocTocLe Dom Juan et la salope : pourquoi cette différence de traitement ? (Je sais pas si on l'on déjà posé celle là °^°)Ven 29 Sep 2017 - 7:17DihyaNouveau débat public sur la PMAVen 29 Sep 2017 - 7:15DihyaVidéos et films féministesVen 29 Sep 2017 - 7:01DihyaC'est quoi le Masculinisme?Ven 29 Sep 2017 - 6:48Dihyaliens pour accueil ne fonctionne pas? Dim 24 Sep 2017 - 17:04michekhenThe man-woman warsVen 22 Sep 2017 - 7:05ReikoHoi tout le monde! >u</Jeu 21 Sep 2017 - 19:01Appoline[Article] Grossesse : au moins 7 bonnes raisons (scientifiquement prouvées) de ne pas s'inquiéterJeu 21 Sep 2017 - 16:24IridaceaBonjourJeu 21 Sep 2017 - 11:52TortueBla.Dim 17 Sep 2017 - 17:53AëlloonChansons féministesDim 17 Sep 2017 - 6:54AëlloonSauvons la Bibliothèque Marguerite Durand ! Ven 15 Sep 2017 - 19:53DihyaImpact des violences sexuelles sur la santé des femmesVen 15 Sep 2017 - 19:39DihyaBonsoirJeu 14 Sep 2017 - 17:11IridaceaSurvivante vs. victime (agression sexuelle)Mar 12 Sep 2017 - 10:451977C'est quoi "être une femme" ?Ven 8 Sep 2017 - 12:28mïelitie

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 19:45
ko a écrit:
Spoiler:
mais le viol a pour objectif principal dans presque tous les cas la recherche de plaisir sexuel. évidemment c'est un des désirs les plus durs à refréner, car biologique, donc si aucun argument moral ne fait reculer les futurs criminels, la peur de la prison à vie ne sera peut-être pas suffisante dans tous les cas...
(Le désir et le plaisir sexuels ne sont pas forcément que biologique, je pense. Par exemple, il y a des gen-te-s qui estiment qu'il y a une contrainte à l'hétérosexualité; c'est à dire que qui et comment tu désires/prends du plaisir est structuré par des conventions sociales.)
ouais... c'est un autre débat [EDIT : je fais moi-même partie de ces gen-te-s ^^]. mais bon, quelle que soit ton orientation sexuelle, si tu ressens ce désir, il est globalement haut sur l'échelle humaine des "nécessités" : à l'inverse on enfreint rarement la loi de manière dramatique pour un bout de chocolat...
je dis ça je peux me tromper... étant asexuelle, ce n'est pas franchement mon problème mais vu le nombre de nichons à la publicité et dans les arrêts de bus (me suis pétée la mâchoire ce matin en prenant le bus, à force de grincer des dents) j'imagine que ce n'est pas badin comme envie.
ko a écrit:
le viol est un véritable choix, une prise de décision en toute conscience
D'accord


(Ça veut aussi dire que l'on se base sur le coté agresseur, et pas sur le ressenti de la victime; si tu tentes d'exprimer ton non-consentement, et que cette expression n'est pas comprise, alors pour toi, il s'agit d'un viol, mais ça n'en est pas un ni aux yeux de la loi, ni aux yeux de la personne qui t'a agressé sans le faire exprès).

bof, je sais pas trop pourquoi tu dis ça... c'est à cause de quoi en particulier ?
peut-être que je comprends pas bien aussi... (bon en même temps je comprends pas du tout la phrase ^^) ... le "tu" dedans, c'est pour parler de moi et de ma théorie ou pour parler en général de la victime de viol ?
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 20:12
le "tu", c'est pas toi; c'est juste pour dire que la définition du viol ne se base effectivement pas (en tout cas pas totalement) sur l'expérience de la victime.
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 20:25
timer a écrit:mais le viol a pour objectif principal dans presque tous les cas la recherche de plaisir sexuel. évidemment c'est un des désirs les plus durs à réfréner, car biologique,

Excuse-moi, mais cette croyance foireuse est en faite facile à battre en brèche... si la pulsion qui mène au viol était véritablement très dure à réfréner, les viols se produiraient en public, au moins pour certains, un peu comme un crise d'épilepsie qui survient pas quand on veut et que l'on ne peut pas reporter à plus tard, quand on est tranquille, ET à l'abri des regards.
A l'inverse, un viol survient toujours dans des circonstances propices (notamment dans un lieu à l'écart, quoi ! sans témoin)... bizarrement. L'agresseur prends le temps de choisir sa victime et/ou d'améner la victime dans un lieu adapté, ou attends la victime dans un lieu adéquat, par exemple.
Tout cela est signe d'organisation, et donc tout le contraire de l'individu sous l'emprise de LA pulsion irrépressible !

S'il était question d'envie impossible à réfréner, de pulsion irrépressible, le viol surviendrait sans qu'il soit possible de différer l'acte, voir carrément de le planifier !

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 20:29
ko a écrit:Il est dans le même lycée que la victime, je suppose?
Si elle en a parlé à l'infirmière scolaire mais qu'elle n' a pas porté plainte, ça peut expliquer pourquoi la police ne l'a pas convoqué... Ce serait peut-être bien de lui proposer un autre lycée ou aller, par contre, au moins.

La seule chose que m'a confié mon filleul, c'est que "cette fille fait des trucs avec les autres gars"... ça ressemble à "c'est une fille facile", etc.

Rien à voir avec LA pulsion irrépressible, hein !

Ça ressemble même beaucoup à un comportement organisé et structuré par la culture...

N.B. : la seule chose qui est sûre, c'est qu'il y a eu fellation... acte réellement consenti comme le prétends l'accusé ? fille sous influence ?...

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 20:42
Arf... ça doit pas être trop évident d'avoir un filleul accusé d'un crime :s
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3991
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 20:49
timer a écrit:mais le viol a pour objectif principal dans presque tous les cas la recherche de plaisir sexuel.

Il faudrait relire ce qu'en dit Muriel Salmona mais il me semble que le viol est souvent un acte de domination. Elle dis aussi qu'il se passe des trucs au niveau du cerveau qui pousseraient les violeurs à récidiver, une espèce de drogue, en qq sorte.

Tu peux toujours voir son site, j'ai pas le temps maintenant de chercher
http://memoiretraumatique.org/
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 20:50
abd_salam a écrit:
timer a écrit:mais le viol a pour objectif principal dans presque tous les cas la recherche de plaisir sexuel. évidemment c'est un des désirs les plus durs à réfréner, car biologique,

Excuse-moi, mais cette croyance foireuse est en faite facile à battre en brèche... si la pulsion qui mène au viol était véritablement très dure à réfréner, les viols se produiraient en public, au moins pour certains, un peu comme un crise d'épilepsie qui survient pas quand on veut et que l'on ne peut pas reporter à plus tard, quand on est tranquille, ET à l'abri des regards.
A l'inverse, un viol survient toujours dans des circonstances propices (notamment dans un lieu à l'écart, quoi ! sans témoin)... bizarrement. L'agresseur prends le temps de choisir sa victime et/ou d'améner la victime dans un lieu adapté, ou attends la victime dans un lieu adéquat, par exemple.
Tout cela est signe d'organisation, et donc tout le contraire de l'individu sous l'emprise de LA pulsion irrépressible !

S'il était question d'envie impossible à réfréner, de pulsion irrépressible, le viol surviendrait sans qu'il soit possible de différer l'acte, voir carrément de le planifier !

si tu me lis attentivement, tu verras que j'ai clairement spécifié que je ne considère pas ce désir comme responsable des viols, ce qui innocenterait les violeurs.
pour moi aucun désir ne peut justifier aucune action. mais il est évident que c'est le moteur principal qui fait choisir de passer à l'acte (j'ai pas dit qui fait passer à l'acte). et vu qu'il est biologique, il demeure plus "fort" que certaines envies moins violentes, donc le violeur aura tendance à y penser à chaque fois qu'il voit une fille.
quand je dis refréner, je veux dire arrêter d'y penser, pas éviter de violer quelqu'un. évidemment que ce n'est pas difficile d'éviter de violer, puisque c'est un choix dont nous portons la responsabilité pleine et entière. mais le moteur de ce choix - le désir sexuel - est tout de même souvent assez important, particulièrement chez ceux qui ont du mal à voir les autres individus autrement que comme des partenaires sexuels (consentants ou non).
je n'ai pas parlé de pulsion irrépressible. tout je pense, à moins précisément d'être malade psychiquement, est réfrénable, mais certaines personnes ne prennent pas l'effort de combattre leurs envies éventuelles par des valeurs morales qu'elles semblent de toute façon ne pas connaître. donc oui elles agissent par désir sexuel mais c'est un choix qu'ils ont fait de s'abandonner à lui quitte à faire souffrir ou tuer une autre personne.
donc je pense que l'on est d'accord, mais que j'aurais dû préciser ma pensée dès le début au lieu de le faire après la phrase que tu as quotée.
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 20:53
@pierregr
Certes, mais ce n'est pas le cas de tous les violeurs; je crois aussi que pour certaines personnes, c'est normal de ne pas écouter une femme (parce qu'on écoute pas quelque chose/quelqu'un d'en dessous de soi, que l'on considère comme sale, comme une salope), de ne pas rechercher son consentement, et cette façon de penser n'est pas forcément liée à un évènement traumatisant, mais à la culture en général.
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 20:56
pour moi aucun désir ne peut justifier aucune action. mais il est évident que c'est le moteur principal qui fait choisir de passer à l'acte (j'ai pas dit qui fait passer à l'acte). et vu qu'il est biologique, il demeure plus "fort" que certaines envies moins violentes, donc le violeur aura tendance à y penser à chaque fois qu'il voit une fille.
Ce n'est pas vraiment ce que démontrent les études de psychologie sociale. La moteur principal du viol est la domination d'autrui.

Après, chez certains homme, le désir de dominer et le désir sexuel semblent plus ou moins confondus dans leur esprit.

Ainsi, le plaisir de dominer serait la motivation médiatrice entre le RMA et la RP, contrairement à l’excitation sexuelle. Ces résultats corroborent la théorie féministe selon laquelle le viol a pour fonction de perpétuer la domination masculine (voir notamment : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmes). Par contre, ils vont plutôt à l’encontre des théories qui suggèrent que le viol est motivé par l’excitation sexuelle.

Cela dit, dans les trois études, le plaisir de dominer et l’excitation sexuelle étaient très corrélés. Les auteurs supposent que pour beaucoup d’hommes, le désir de dominer et le désir sexuels sont très fortement associés. Cela est cohérent avec les résultats d’une étude qui a révélé que les hommes présentant une forte probabilité d’harceler ou d’agresser sexuellement, faisaient un lien automatique entre sexe et pouvoir12. Quand ces hommes étaient en présence d’un stimulus évoquant le pouvoir, ils avaient tendance à se dire plus attirés par une femme, ce qui n’était pas le cas des autres participants.
http://antisexisme.wordpress.com/2012/02/12/mythes-autour-du-viol-partie-4-les-mythes-sur-le-viol-augmentent-la-propension-au-viol/
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 21:00
pierregr a écrit:
timer a écrit:mais le viol a pour objectif principal dans presque tous les cas la recherche de plaisir sexuel.

Il faudrait relire ce qu'en dit Muriel Salmona mais il me semble que le viol est souvent un acte de domination. Elle dis aussi qu'il se passe des trucs au niveau du cerveau qui pousseraient les violeurs à récidiver, une espèce de drogue, en qq sorte.

Tu peux toujours voir son site, j'ai pas le temps maintenant de chercher
http://memoiretraumatique.org/
c'est un débat également intéressant... personnellement je pense que la domination fait partie du plaisir sexuel, c'est un fantasme, mais ce n'est pas suffisant en soi pour les violeurs... et je pense qu'il y a quand même des cas où les violeurs ne s'intéressent qu'au sexe, et qu'en fait ils ne se rendent même pas compte que la femme puisse être consentante ou non : dans leur pensée, évidemment sexiste, les femmes sont toutes un peu des prostituées dont c'est le rôle dans la vie sociale.
pour qu'il y ait plaisir dans la domination, il faut qu'il y ait prise de contrôle. cela n'arrive que si l'on conçoit que la femme puisse être non consentante, mais que l'on passe outre. je trouve cela moralement bien plus grave : c'est une forme de sadisme qui va bien au delà du "simple" sexiste en manque de sexe.
d'un côté on a la pensée que la femme est inférieure et qu'elle est de toute façon consentante, de l'autre on accepte l'existence du non consentement de la femme, mais on passe outre, et cette domination entraîne encore plus de plaisir.

c'est un peu comme la différence entre une personne qui tue un esclave parce qu'elle pense qu'il ne vaut rien, et une personne qui tue en prenant plaisir à faire souffrir un autre individu et à lui ôter la vie.
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 21:05
Antisexisme a écrit:Après, chez certains homme, le désir de dominer et le désir sexuel semblent plus ou moins confondus dans leur esprit.

C'est l'éventualité de pouvoir dominer une femme, qui provoque l'excitation sexuelle... et non l'excitation sexuelle qui provoque l'envie de violer.

Tout comme c'est l'humiliation de la femme qui est le ressort principal de la stimulation qu'apporte un film porno !
Désolé d'être bien placé pour en parler.

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 21:22
abd_salam a écrit:
Antisexisme a écrit:Après, chez certains homme, le désir de dominer et le désir sexuel semblent plus ou moins confondus dans leur esprit.

C'est l'éventualité de pouvoir dominer une femme, qui provoque l'excitation sexuelle... et non l'excitation sexuelle qui provoque l'envie de violer.

Tout comme c'est l'humiliation de la femme qui est le ressort principal de la stimulation qu'apporte un film porno !
Désolé d'être bien placé pour en parler.


hmm, tout les films porno ne sont pas basés sur la domination homme/femme... une trèès large majorité, je dois te le concéder. et bien sûr le porno est toujuurs sexiste et rabaisse les femmes à l'état d'objet... mais le thème de la domination homme/femme, bien que prépondérant, n'est pas systématique, bien que majoritaire.
l'exemple simple est le porno "lesbien"... fait pour les hommes en général mais la domination est relativement absente, sauf bien sûr pour les plans à trois...

il n'y a pas que ceux qui sont bien placés (pour en user ?) qui peuvent en parler Smile

Après, quand tu dis "C'est l'éventualité de pouvoir dominer une femme, qui provoque l'excitation sexuelle..." je suppose (j'espère) que tu parlais de ceux qui sont désaxés au point d'envisager ou de commettre un viol ? parce dans le général, j'ose penser puisqu'il y a quelques hommes féministes que ce n'est pas le moteur universel et unique de la libido masculine...
après ça peut être le tien, ça ne pose pas de problème, si tu respectes tes partenaires, qu'elles sont à l'aise avec la soumission, et qu'elles y prennent aussi du plaisir. le problème c'est d'avoir le choix, et que les jeux de domination sexuelle ne soient que des jeux, des fantasmes, et non une réelle vision sexiste de l'autre sexe (pour les deux sexes) ou un concept culturel implanté dans les racines de ce monde...
mais bien sûr il faut se demander si ce désir de domination/soumission est bien normal et naturel ou s'il est juste résultat de ce système patriarcat que nous combattons.
après la tournure n'est pas très joyeuse, dominer "une femme", on dirait que c'est n'importe laquelle... ce qui se conçoit si tu parlais uniquement des violeurs, moins si tu parlais de tous les hommes.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 21:38

Après, quand tu dis "C'est l'éventualité de pouvoir dominer une femme, qui provoque l'excitation sexuelle..." je suppose (j'espère) que tu parlais de ceux qui sont désaxés au point d'envisager ou de commettre un viol ? parce dans le général, j'ose penser puisqu'il y a quelques hommes féministes que ce n'est pas le moteur universel et unique de la libido masculine...


Je suppose moi qu'on peut être excité sans même penser à concrétiser par un acte. (encore heureux vu ce qui peut passer parfois par la tête ^^)
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 22:03
cleindo a écrit:

Après, quand tu dis "C'est l'éventualité de pouvoir dominer une femme, qui provoque l'excitation sexuelle..." je suppose (j'espère) que tu parlais de ceux qui sont désaxés au point d'envisager ou de commettre un viol ? parce dans le général, j'ose penser puisqu'il y a quelques hommes féministes que ce n'est pas le moteur universel et unique de la libido masculine...


Je suppose moi qu'on peut être excité sans même penser à concrétiser par un acte. (encore heureux vu ce qui peut passer parfois par la tête ^^)

je n'arrive pas bien à décoder la phrase : cela voudrait-il dire qu'effectivement le seul moteur de la libido masculine serait la domination sur les femmes, même chez les féministes et ceux qui ne sont pas sexistes, car tous entretiendraient des fantasmes en pensée liés à la domination sur une femme ?
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 22:20
timer a écrit:
cleindo a écrit:

Après, quand tu dis "C'est l'éventualité de pouvoir dominer une femme, qui provoque l'excitation sexuelle..." je suppose (j'espère) que tu parlais de ceux qui sont désaxés au point d'envisager ou de commettre un viol ? parce dans le général, j'ose penser puisqu'il y a quelques hommes féministes que ce n'est pas le moteur universel et unique de la libido masculine...


Je suppose moi qu'on peut être excité sans même penser à concrétiser par un acte. (encore heureux vu ce qui peut passer parfois par la tête ^^)

je n'arrive pas bien à décoder la phrase : cela voudrait-il dire qu'effectivement le seul moteur de la libido masculine serait la domination sur les femmes, même chez les féministes et ceux qui ne sont pas sexistes, car tous entretiendraient des fantasmes en pensée liés à la domination sur une femme ?

D'une part, je dirais que l'éventualité peut n'être que virtuelle : un fantasme, quoi.

La domination n'est pas un moteur de la libido... la domination n'est pas la libido. Une partie des fantasmes que nous avons en tête sont le résultat de la culture dans laquelle nous baignons.
Toutes les affiches publicitaires où l'agression et/ou la domination des femmes est érotisée... les expressions qui présentent toujours la femme comme subissant l'acte sexuel et non comme une partenaire (prise ; possédée ; etc)...

Le désir des hommes "normaux", donc pas les désaxés, est culturellement construit comme une domination... ou au "mieux*" une appropriation du corps de la femme.

On se retrouve vite à penser à faire OU à faire ce que l'on a vu faire quelque part... comme les tapes sur les fesses pendant l'acte.

L'être humain est fait pour être influencé...

* ou pire. Ou pareil.

timer a écrit:après la tournure n'est pas très joyeuse, dominer "une femme", on dirait que c'est n'importe laquelle... ce qui se conçoit si tu parlais uniquement des violeurs, moins si tu parlais de tous les hommes.

J'ai pas l'impression que dans notre culture, les femmes soient perçues comme étant dotée d'une personnalité/individualité.
J'ai coutume dire que les hommes confondent "aimer les femmes" et "aimer le corps des femmes".

Les conceptions patriarcales parasitent l'esprit de tous les hommes, même les moins sexistes.

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
avatar
Invité
Invité

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 23:07
abd_salam a écrit: ...

ok, j'ai compris ce que tu voulais dire. évidemment je suis d'accord. bon après dans la tournure on a l'impression que personne ne peut s'en dégager... ta dernière phrase est révélatrice ou bien c'est un lapsus : les hommes seraient-ils tous forcément au moins un peu sexiste ?
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 23:11
timer a écrit:je n'arrive pas bien à décoder la phrase : cela voudrait-il dire qu'effectivement le seul moteur de la libido masculine serait la domination sur les femmes, même chez les féministes et ceux qui ne sont pas sexistes, car tous entretiendraient des fantasmes en pensée liés à la domination sur une femme ?
Non, j'ai du mal m'exprimer. Je veux dire que quand la domination est une composante de la libido, c'est pas pour ça qu'on envisage un-des viols. (et je parle pas de jeux consentis, mais bien de domination non consensuelle). Même si en soi c'est pas top, ça ne veut pas dire pour autant qu'on est "désaxés au point d'envisager ou de commettre un viol ".

On peut avoir avec cette excitation tout en en faisant rien, voire même en étant raisonnablement antisexiste. C'est à dire avoir des fantasmes de domination, ou assimilés, tout en sachant que ça n'est pas "bien".
Perso j'ai plein de fantasmes avec lesquels je me fais plaisir quand j'y pense dans mon lit, pour autant la simple idée de tenter de les mettre en oeuvre est tout à fait contraire à ma morale, mon éthique.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Un procès pour viol raconté

le Mer 27 Mar 2013 - 23:13
timer a écrit:ta dernière phrase est révélatrice ou bien c'est un lapsus : les hommes seraient-ils tous forcément au moins un peu sexiste ?
mon avis est qu'on peut aussi mettre la phrase au féminin:

Les conceptions patriarcales parasitent l'esprit de toutes les femmes, même les plus féministes.
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Re: Un procès pour viol raconté

le Jeu 28 Mar 2013 - 0:15
timer a écrit:
abd_salam a écrit: ...

ok, j'ai compris ce que tu voulais dire. évidemment je suis d'accord. bon après dans la tournure on a l'impression que personne ne peut s'en dégager... ta dernière phrase est révélatrice ou bien c'est un lapsus : les hommes seraient-ils tous forcément au moins un peu sexiste ?

Nous, les hommes ET les femmes sommes tous sexistes à notre corps défendant... comment veux-tu ne pas être sexiste quand les outils que l'on t'a transmis pour penser le monde ont été conçus par les macho ? OU imprégnés de machisme ?...

Se départir du machisme à l'insu de son plein gré requiert une démarche active de remise en question de soi.

cleindo a écrit:mon avis est qu'on peut aussi mettre la phrase au féminin :

Les conceptions patriarcales parasitent l'esprit de toutes les femmes, même les plus féministes.

C'eut été d'un si mauvais goût de parler au nom des femmes... Laughing

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
avatar
Grunt
Banni·e
Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Jeu 28 Mar 2013 - 0:22
Je rejoins cleindo, y'a une différence énorme entre "fantasme SM" et "fantasme de viol".
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4533
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Un procès pour viol raconté

le Jeu 28 Mar 2013 - 0:31
Pour revenir à l'idée initiale postée par Timer (sur les peines encourues par les violeurs et qui devraient être largement revues à la hausse, voire aller jusqu'à la perpétuité). Personnellement, outre que j'ai du mal avec les notions de punition, vengeance, prison, tout ça, mais pour ce qui est des lourdes peines et de la perpétuité, je suis résolument contre. D'un point de vue humaniste, condamner quelqu'un à passer une immense partie de sa vie en prison, c'est à dire mettre sa vie entre parenthèses pendant 20, 30 ans voire jusqu'à sa mort, c'est à mes yeux totalement inconcevable (quelques soient les actes commis par cette personne). L'argument de la dissuasion est carrément flippant (on sacrifie des gens pour faire peur aux autres, qu'ils ne fassent pas la même chose) ; c'est d'ailleurs un argument qui revient fréquemment chez les défenseurs de la peine de mort. Le sacrifice, ce n'est pas de la justice.
Quant à la perpétuité, elle pose un autre problème, de taille. Les condamnés à perpétuité, en France (ce ne sont d'ailleurs en majorité pas des violeurs, ni même des meurtriers, mais des braqueurs) sont confrontés à une inégalité terrible. Pour bénéficier d'une remise de peine, ils doivent avoir de quoi financer un avocat. Sinon, contrairement à ce que l'on pense parfois, certains d'entre eux, ceux qui n'ont pas les moyens, croupissent en prison jusqu'à un âge avancé, et n'en sortent que quand leur état de santé requiert qu'ils aillent à l'hôpital pour y finir leurs jours... Peut-on vraiment considérer comme juste que quelqu'un ayant commis un crime à 18 ou 20 ans soit encore en prison à 60 ans ?

cleindo a écrit:Perso j'ai plein de fantasmes avec lesquels je me fais plaisir quand j'y pense dans mon lit, pour autant la simple idée de tenter de les mettre en oeuvre est tout à fait contraire à ma morale, mon éthique.
Et je rajouterai même, pour ma part : il y a plein de fantasmes avec lesquels je me fais plaisir, mais qui, s'ils se réalisaient, ne seraient absolument pas une source de plaisir, bien au contraire.
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Re: Un procès pour viol raconté

le Jeu 28 Mar 2013 - 0:35
Grunt a écrit:Je rejoins cleindo, y'a une différence énorme entre "fantasme SM" et "fantasme de viol".

J'aurais plutôt dit une nuance... je dirais qu'il y a un continuum entre les fantasmes de dominations très légères, fantasme SM, fantasme de viol, et fantasme de meurtres en série.

Certains individus conçoivent juste que la domination ne fait vraiment vibrer que si la personne n'a pas envie d'être soumise.
- Ça me fait penser à la blague de Coluche au sujet des manif : "on a le droit de se mettre en colère, mais faut demander la permission avant" à la préfecture :dents
(pour illustrer le propos, hein !)


Que la domination ne fait vraiment vibrer que s'il y a un véritable "droit" de vie et de mort. On n'a pas à respecter les limites de l'autre ni son intégrité physique.

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
avatar
abd_salam
Banni·e
Messages : 418
Date d'inscription : 18/02/2013

Re: Un procès pour viol raconté

le Jeu 28 Mar 2013 - 0:40
Araignée a écrit:
Peut-on vraiment considérer comme juste que quelqu'un ayant commis un crime à 18 ou 20 ans soit encore en prison à 60 ans ?

Ça dépends... la personne tuée quand le coupable avait 20 ans ; elle peut se relever quand le coupable a 60 ans ?...

Le viol est effacé, c'est comme si ça n'avait jamais eu lieu, quand le coupable à 60 ans ?

(simple question)

_________________
Like a Star @ heaven  Unus quisque sibi deum fingit    Arrow

Le racisme n'est pas en soi un système, pas plus que la tolérance n'est par définition un système.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4533
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Un procès pour viol raconté

le Jeu 28 Mar 2013 - 0:48
L'œil pour œil, dent pour dent, ce sera sans moi.

Et de toute façon, ce n'est pas la perpette ni la peine de mort qui ressuscitera les assassinés ni n'effacera le traumatisme d'un viol.
avatar
Grunt
Banni·e
Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Re: Un procès pour viol raconté

le Jeu 28 Mar 2013 - 0:52
abd_salam a écrit:
Grunt a écrit:Je rejoins cleindo, y'a une différence énorme entre "fantasme SM" et "fantasme de viol".

J'aurais plutôt dit une nuance... je dirais qu'il y a un continuum entre les fantasmes de dominations très légères, fantasme SM, fantasme de viol, et fantasme de meurtres en série.
Non. En tout cas pas pour tout le monde.

Certains individus conçoivent juste que la domination ne fait vraiment vibrer que si la personne n'a pas envie d'être soumise.
"Certains" signifie, entre autres sens, "pas tous".

Que la domination ne fait vraiment vibrer que s'il y a un véritable "droit" de vie et de mort. On n'a pas à respecter les limites de l'autre ni son intégrité physique.
Pourtant il y a un consensus très large dans le monde SM sur la nécessité du respect des limites d'autrui, l'importance de fixer un cadre, définir un "safeword". Ça fait la différence fondamentale avec un viol ou, au contraire, le consentement d'autrui n'a pas d'importance. En fait, je trouve même que le sexe dans la conception triste du "devoir conjugal", de l'habitude, du "faire comme tout le monde" est plus proche du viol qu'une relation SM qui implique une discussion préalable, une interrogation de l'autre et de soi-même.
Contenu sponsorisé

Re: Un procès pour viol raconté

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum