Derniers sujets
URGENT Réédition : "Notre corps, nous même"Aujourd'hui à 11:31erulelyaAlpagaAujourd'hui à 11:27Iridacea#BoycottWebedia et #BalanceTonForumAujourd'hui à 10:07Klazoo LexisJe veux des Poches!!Aujourd'hui à 9:47Klazoo LexisIntersectionalité et paradigmes apparentésHier à 19:04Black SwanPrésentation de Maerlynn (:Hier à 18:17MaerlynnFéminisme culturel vs. féminisme radicalMar 21 Nov 2017 - 13:40Tortuefemmes enceintes versus personnes enceintesMar 21 Nov 2017 - 11:20IridaceaLes talons cornés : "horribles", "intolérables" et "anti-sexy"Dim 19 Nov 2017 - 17:25erulelyaFaut-Il Porter Un Soutien-Gorge ? - Article.Ven 17 Nov 2017 - 20:42Ceridwen0813Luce en lutte : rendre la langue française non sexisteVen 17 Nov 2017 - 12:33erulelyaSalut à tou.te.sVen 17 Nov 2017 - 10:07LuceBizutage en médecine à l'université de caen = Enseignement du sexisme ?Jeu 16 Nov 2017 - 11:31michekhenbonjour tout le mondeLun 13 Nov 2017 - 18:21jojojoBonjour ! Moi, Je.Lun 13 Nov 2017 - 16:18Un Homme[Article] Mélanie Gourarier. « La séduction alpha mâle s’inscrit dans un continuum de pratiques violentes »Lun 13 Nov 2017 - 15:12TortuePeggy SastreSam 11 Nov 2017 - 4:12Klazoo LexisHelloVen 10 Nov 2017 - 11:15IridaceaPedro KazumiMar 7 Nov 2017 - 0:11IridaceaBoujour à vous Dim 5 Nov 2017 - 20:50IridaceaMorg@neDim 5 Nov 2017 - 18:30IridaceaGeorges BouillonDim 5 Nov 2017 - 18:17Iridacea"Free the Nipple"Sam 4 Nov 2017 - 1:18erulelyaOuvrir la voix par Amandine Gay (black feminism)Jeu 2 Nov 2017 - 20:58AëlloonComment réagir face à l'antiféminisme ?Jeu 2 Nov 2017 - 20:25Aëlloon"non-binaire" c'est quoi ?Mer 1 Nov 2017 - 5:13Reikochanson : VII capturées de bonne heureLun 30 Oct 2017 - 12:41shunUn traîtreLun 30 Oct 2017 - 7:43Untraitreliens pour accueil ne fonctionne pas? Dim 29 Oct 2017 - 9:00michekhenPrésentation de RonceRose Sam 28 Oct 2017 - 11:57IridaceaJe suis nouvellauJeu 26 Oct 2017 - 23:44IridaceaJean.Jeu 26 Oct 2017 - 23:42Iridacea

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Grunt
Banni·e
Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 10:51
@ko a écrit:En analogie, Gayatri Spivak (grande philosophe hyper galère à lire, mais dont j'ai au moins compris ça, dans les subalternes peuvent-elles parler?) ) et Chandra Mohanty (dans Féminisme sans frontières, Decoloniser la Théorie, Pratiquer la Solidarité), ont, il me semble écrit pas mal à ce sujet sur la notion d'universel tel qu'il a été conçu en occident par la modernité, comme "universel abstrait"(on décrète que quelque chose est universel avant qu'il ne le soit effectivement), et comment les féministes du tiers monde se sont réapproprié la notion d'universel en en faisant au contraire quelque chose de très concret, plus proche de leur réalité à elles, en ne le décrétant pas lorsqu'il n'était pas effectif dans la réalité.
C'est une critique implicite de cet "universel abstrait", alors. Il serait quoi en réalité ? Une imposture, un instrument de domination, ou juste un outil mal adapté pour théoriser la condition féminine ?
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 11:01
Une imposture, un instrument de domination, ou juste un outil mal adapté pour théoriser la condition féminine.
Comme je l'ai dit, jai eu bcp de mal à bien comprendre Spivak, et je ne suis pas arrivée dans mon bouquin à l'article de Chandra Mohanty, donc, ce ne sont que des idées (je sais aussi qu'il y avait Dipesh Chakrabarty que j'avais lu qui avait écrit provincialiser l'europe qui traitait de ça, mais pas en féminisme; ça m'avait plus pas mal son bouquin). J'aurais tendance à dire; un peu de tout ça à la fois, mais je peux pas être hyper précise pour l'instant...Mais j'essaierai de faire une sorte de compte rendu de lecture sur ça, car c'est une question qui m'intéresse, et je trouve qu'elle ne fait pas que s'appliquer aux questions internationales.
avatar
Invité
Invité

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 15:21
@ko a écrit:polyvalentour
Je n'ai pas lu l'article de Rugier Owen, mais ce qui me saute aux yeux, c'est:
personne (ou en tout cas pas grand monde parmis les abolitionnistes, par exemple) n'a dit que ces actes étaient immoraux, mais que le fait de les acheter l'était.
Je ne suis pas sûr de comprendre ta phrase. Je vais tenter une interprétation :

Quand une personne vend son corps (ex : en se prostituant, en portant l'enfant d'un autre, en fournissant son sperme...), alors l'acheteur commet une faute morale, mais pas le vendeur.
Ai-je bien interprété ?

Mais ceci ne dit pas si la transaction elle-même est morale ou pas.

Par exemple, supposons qu'une femme ait envie de porter l'enfant d'une autre femme en étant bien payée. Faudrait-il que cette transaction puisse avoir lieu, ou bien ne puisse pas avoir lieu ?

Autre exemple : supposons que, dans un monde bisounours, une femme ait envie de se prostituer en étant bien payé, et sans que le client ne soit tout permis. Faudrait-il que cette transaction puisse avoir lieu, ou bien ne puisse pas avoir lieu ?

Pour moi, ces transactions devraient pouvoir avoir lieu. Par contre, cela ne me permet pas de conclure si on devrait les légaliser ou pas, à cause des dérives (ex : développement de réseaux mafieux, transactions inéquitables causées par la dépendance financière, etc).
avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice
Messages : 2918
Date d'inscription : 20/10/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 16:44
Polyvalentour a écrit:Autre exemple : supposons que, dans un monde bisounours, une femme ait envie de se prostituer en étant bien payé, et sans que le client ne soit tout permis. Faudrait-il que cette transaction puisse avoir lieu, ou bien ne puisse pas avoir lieu ?

Pour moi, ces transactions devraient pouvoir avoir lieu. Par contre, cela ne me permet pas de conclure si on devrait les légaliser ou pas, à cause des dérives (ex : développement de réseaux mafieux, transactions inéquitables causées par la dépendance financière, etc).
Oui c'est exactement ça je trouve le problème qu'il faudrait trancher en premier lieu : Est-ce que je considère que la prostitution est en soi quelque chose d'immoral, peu importe les conditions dans lesquelles elle est pratiquée ?
Si oui, je peux en second lieu me demander s'il est possible que la prostitution soit pratiquée dans de bonnes conditions.
Et si oui, en dernier lieu, je peux me demander quelles sont ces conditions et comment arriver à ces conditions.

Personnellement mon jugement sur la prostitution en soi n'est vraiment pas clair... Je ne sais pas quoi répondre à la première question...

_________________
Je ne suis pas souvent là.
avatar
Grunt
Banni·e
Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 17:03
Quand une personne vend son corps (ex : en se prostituant, en portant l'enfant d'un autre, en fournissant son sperme...)
Tu parles de "vendre son corps" pour des activités qui ne relèvent pas forcément de la vente d'une partie matérielle du corps (la prostitution, par exemple). Une expression toute faite pour trancher entre "travail acceptable" (louer la force de ses bras) et "travail inacceptable" (louer l'accès à son sexe).

On en revient à l'éternel problème : où est la limite ?
Est-ce que vendre une partie de son corps est problématique (organes, sang, sperme, cheveux, rognures d'ongles, poils de barbe..) ?
Est-ce que c'est le lien à la sexualité et à la procréation qui pose une limite (prostitution, grossesse..) ?
Ou est-ce que c'est ce que la société décide de sacraliser, qui pose une limite ? Autrement dit, est-ce que ce n'est pas un problème avant tout culturel de considérer que telle monétisation du corps est honteuse et telle autre acceptable ?
avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice
Messages : 2918
Date d'inscription : 20/10/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 17:19
@Grunt a écrit:Est-ce que vendre une partie de son corps est problématique (organes, sang, sperme, cheveux, rognures d'ongles, poils de barbe..) ?
Est-ce qu'il n'y pas déjà une différence entre vendre des parties de son corps qui "repousseront" et des parties qui disparaîtront définitivement ?

@Grunt a écrit:Tu parles de "vendre son corps" pour des activités qui ne relèvent pas forcément de la vente d'une partie matérielle du corps (la prostitution, par exemple). Une expression toute faite pour trancher entre "travail acceptable" (louer la force de ses bras) et "travail inacceptable" (louer l'accès à son sexe).
Ouais c'est la question... Est-ce qu'on loue une partie de son corps ou un talent/une action ?

Que penseriez-vous de la prostitution si les client-e-s devaient par exemple systématiquement rester dans une position allongée et immobile ? Et où ce serait toujours et seulement la-le prostitué-e qui agit. Pour le coup ça collerait un peu plus à ce qui est dit dans l'article concernant la comparaison avec les masseurs-seuses.

_________________
Je ne suis pas souvent là.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 18:02
On en revient à l'éternel problème : où est la limite ?
on en revient donc à "avec quels outils définir une limite? selon quels critères? (c'est perso ce que j'ai apprécié dans l'article cité)


Que penseriez-vous de la prostitution si les client-e-s devaient par exemple systématiquement rester dans une position allongée et immobile ?
je pense plein de choses:
1/ que ça intéresserait bcp moins de gens, c'est sur. Pkoi pas anesthésié aussi?
2/ que c'est encore la nana qui va se taper tout le boulot
3/ que ça contourne une partie du pb qui est celui de la domination sans pour autant s'occuper de celui de la liberté de le faire ou pas. Ce qui revient à dire que ça n'a aucune utilité, paske celui qui contraint une nana à se prostituer n'en n'a carrément rien à cirer que le client soit immobile ou pas
avatar
Grunt
Banni·e
Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 18:09
Le client allongé et immobile, qui se contente de parler, ça me fait penser à une autre profession..
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4536
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 21:01
Qui se contente, qui se contente, c'est vite dit. En réalité c'est tout sauf un travail facile, plonger dans son inconscient et décortiquer ce que cet inconscient s'est efforcé de refouler pour préserver la survie psychique. Ca implique de la souffrance, des régressions, des séances entières sans pouvoir ouvrir la bouche, et de temps en temps, un grand bond en avant qui va modifier profondément sa façon d'être au monde. Mais pour arriver à ces bonds en avant, il y en a des angoisses, des peurs, des blocages à affronter.

C'est récurrent, cette comparaison prostitution-psychanalyse, et honnêtement, c'est complètement capillotracté. On ne paye pas son psy pour assouvir des pulsions (pulsion sexuelle, mais aussi de domination, voire de violence. J'ai bien dit pulsions, pas besoins), ce qu'on paye, c'est une écoute, un cadre dans lequel on travaille à deux pour acquérir une plus grande liberté psychique, pour mieux se connaître soi-même. La prostitution n'a jamais amené une plus grande liberté psychique aux clients. En psychanalyse, les corps, s'ils sont présents et s'expriment aussi (les soupirs, les regards ont aussi du sens), ne se touchent pas (sauf dans la poignée de main, qui n'a rien à voir avec une relation sexuelle, enfin, il me semble). La sexualité est présente, mais en paroles, jamais en acte (ou alors ça constitue une faute très très grave de la part du psy).

En fait cette comparaison est un pseudo argument tentant de faire passer la prostitution pour quelque chose d'altruiste et glamour (genre, mais non, les clients viennent nous voir pour parler, dire ce qu'ils ont sur le coeur, pas pour baiser). Et quand bien même certains rares clients viennent pour ça (parfois ils viennent aussi pour ça, mais que pour ça... jamais vu), la prostituée n'a pas la formation pour aider à interpréter cette souffrance. Ca s'arrête à une parole qui se libère (ce qui n'est pas rien), mais sans creuser plus loin, et ça ne changera pas le fonctionnement psychique du client.

En plus, un psychanalyste, en plus de sa formation, a lui même été analysé. Les prostituées ne vont pas acheter du sexe avant de se lancer.

Et pour terminer, j'ose espérer que ce qui pousse la majorité des psy à faire ce travail, ce n'est pas une pulsion auto-destructrice, auto-punitive. Au contraire, s'il fait une analyse avant, c'est qu'il doit être au plus clair possible avec ses propres symptômes et constructions psychiques.
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3993
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 21:49
avatar
Invité
Invité

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Mer 31 Oct 2012 - 22:13
avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice
Messages : 2918
Date d'inscription : 20/10/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 12:49

_________________
Je ne suis pas souvent là.
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 13:58
Omniia_ a écrit:
Même réaction Shocked

Sinon, peut-être pourrait-on revenir à l'idée de marchandisation du corps ??

Je trouve que ce n'est pas forcément évident... Mais personnellement j'aurais j'aurais tendance à assimiler ça à une réification (même si Ruwen Ogien dit qu'il ne faut pas confondre..., je pense que c'est des concepts étroitement liés).

La personne est réduite à une matière - son corps - :
Ex : la mère est porteuse devient un incubateur.
La prostituée devient une poupée gonflable (trois trous avec de la chair autour).
Quelqu'un qui vivrait du don de sperme (par exemple) est réduite à une "machine à produire du sperme" (--> à distinguer d'un don de sperme ponctuel)
Quelqu'un qui donnerait un organe semble réduit à être le producteur de cet organe.

Ce n'est pas forcément un concept évident et très clair pour moi, je l'admets... mais ça me rappelle l'élevage, où chaque animal devient une machine à produire. Pour l'instant, c'est ce que ça m'inspire.

Je pense que la marchandisation du corps n'est possible que parce qu'on a tendance, à voir notre corps comme une sorte de pâte à modeler extérieur à nous. Exemple : on dit "Notre corps nous appartient". Ben non... On est notre corps.
C'est ce genre de dérive qui fait aussi que l'on voit souvent notre corps comme un traite, un ennemi, quand il prend du poids, quand il fait pousser des poils... C'est bien décrit par Mona Chollet dans "Beauté Fatale"... cette façon qu'ont les femmes de voir leur corps comme extérieur à elle-même... ce qui fait que les femmes ont dû mal à poser certaines limites liées à l'intégrité physique.

Je pense aussi que c'est une vision héritée d'une sorte de rationalisme scientifique : le corps n'est vu que d'un point de vue biologique, comme juste de la matière.
avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice
Messages : 2918
Date d'inscription : 20/10/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 14:36
Antisexisme a écrit:Je trouve que ce n'est pas forcément évident... Mais personnellement j'aurais j'aurais tendance à assimiler ça à une réification (même si Ruwen Ogien dit qu'il ne faut pas confondre..., je pense que c'est des concepts étroitement liés).

La personne est réduite à une matière - son corps - :
Ex : la mère est porteuse devient un incubateur.
La prostituée devient une poupée gonflable (trois trous avec de la chair autour).
Quelqu'un qui vivrait du don de sperme (par exemple) est réduite à une "machine à produire du sperme" (--> à distinguer d'un don de sperme ponctuel)
Quelqu'un qui donnerait un organe semble réduit à être le producteur de cet organe.

Ce n'est pas forcément un concept évident et très clair pour moi, je l'admets... mais ça me rappelle l'élevage, où chaque animal devient une machine à produire. Pour l'instant, c'est ce que ça m'inspire.

Je pense que la marchandisation du corps n'est possible que parce qu'on a tendance, à voir notre corps comme une sorte de pâte à modeler extérieur à nous. Exemple : on dit "Notre corps nous appartient". Ben non... On est notre corps.
C'est ce genre de dérive qui fait aussi que l'on voit souvent notre corps comme un traite, un ennemi, quand il prend du poids, quand il fait pousser des poils... C'est bien décrit par Mona Chollet dans "Beauté Fatale"... cette façon qu'ont les femmes de voir leur corps comme extérieur à elle-même... ce qui fait que les femmes ont dû mal à poser certaines limites liées à l'intégrité physique.

Je pense aussi que c'est une vision héritée d'une sorte de rationalisme scientifique : le corps n'est vu que d'un point de vue biologique, comme juste de la matière.
Je suis d'accord avec toi mais en même temps je me demande s'il n'y a pas une différence entre "je te laisse faire ce que tu veux avec mon corps pendant une période donnée contre une somme donnée" et "j'utilise mon corps pour réaliser une action". Je parle d'un point de vue théorique. Je sais bien que dans les faits les deux aspects sont souvent mêlés...

C'est encore la question de la distinction entre permettre l'accès à un objet (le corps) VS produire une action (réaliser quelque chose avec son corps). J'arrive vraiment pas à me positionner là-dessus. Comment définir la limite ?

La personne qui travaille à la chaîne on la voit aussi comme de la matière. Elle devient une machine à produire.
Du coup ça revient à ce que demandais Grunt un peu plus tôt je crois : est-ce que le problème de la prostitution en soi (c'est à dire sans parler des mauvaises conditions dans lesquelles elle est réalisée) n'est pas liée au rapport à la sexualité ?

_________________
Je ne suis pas souvent là.
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 15:23
Omniia_ a écrit:
La personne qui travaille à la chaîne on la voit aussi comme de la matière. Elle devient une machine à produire.
Du coup ça revient à ce que demandais Grunt un peu plus tôt je crois : est-ce que le problème de la prostitution en soi (c'est à dire sans parler des mauvaises conditions dans lesquelles elle est réalisée) n'est pas liée au rapport à la sexualité ?
Ah oui, je vois ce que tu veux dire....
Mais oui, sinon je pense que la sexualité est quelque chose de très particulier, qui pose des problèmes spécifiques.
avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice
Messages : 2918
Date d'inscription : 20/10/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 15:32
Antisexisme a écrit:Mais oui, sinon je pense que la sexualité est quelque chose de très particulier, qui pose des problèmes spécifiques.
Je me dis ça aussi. Mais je m'aperçois que j'ai pas vraiment d'arguments Neutral

Polyvalentour a écrit:Autre exemple : supposons que, dans un monde bisounours, une femme ait envie de se prostituer en étant bien payé, et sans que le client ne soit tout permis. Faudrait-il que cette transaction puisse avoir lieu, ou bien ne puisse pas avoir lieu ?
A priori ça me dérange mais je sais pas pourquoi Neutral

_________________
Je ne suis pas souvent là.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 17:37
parce qu'on nous rabache que le sexe c'est sale , et que ça va encore si on le fait avec amour et pas trop de concupiscence? Qu'on le veuille ou non, ça fait 3000 ans que ça dure alors on ne peut pas y être totalement imperméable... C'est sacré, un point c'est tout. Y a même des liens du même nom ^^
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 18:11
Quand une personne vend son corps (ex : en se prostituant, en portant l'enfant d'un autre, en fournissant son sperme...), alors l'acheteur commet une faute morale, mais pas le vendeur.
Ai-je bien interprété ?

Mais ceci ne dit pas si la transaction elle-même est morale ou pas.

Bien interprété.
Sur la vente de sperme, je n'irais pas aussi loin, mais je ne sais pas, si l'on compare avec la vente de cheveux, ça me gêne, donc, ça doit juste être parce que je m'identifie mal avec des hommes...
Le don de sperme, le don de cheveux me gène évidemment moins. Est-ce-qu'il n'y a pas une gradation à prendre en compte dans la entre vente de sperme/cheveux et location de corps/sexe, peut-être; je ne sais pas trop, à vrai dire; je suppose, quand même...Je ne suis pas sûre que vendre ses cheveux puisse être aussi traumatisant que la prostitution peut l'être. A voir. Et il me semblait qu'en France, ce n'est pas la vente de sperme qui est pratiquée mais le don, il me semble (à confirmer)
Pour moi, on ne peut pas séparer la transaction des personnes qui y participent; c'est comme un meurtre (même si je ne DIS PAS que la prostitution est un meurtre), par exemple. On ne peut pas le séparer du meurtrier et du/de la morte. Le/la morte n'a rien fait d'immoral, mais le meurtre est immoral à cause de l'acte du meurtrier. Ben pour moi c'est un peu pareil, à un niveau différent pour la prostitution. Et que la personne en aie envie ou pas ne compte pas vraiment pour dire que la prostitution est hallal. Je veux dire, en avoir envie ou pas de se prostituer, c'est pas une question de moralité, non?


Par exemple, supposons qu'une femme ait envie de porter l'enfant d'une autre femme en étant bien payée. Faudrait-il que cette transaction puisse avoir lieu, ou bien ne puisse pas avoir lieu ?

Pareil, ce qui me pose question coté "morale" n'est pas que la femme en ait envie ou pas, mais que des personnes payent la location de l'utérus de quelqu'un.

Autre exemple : supposons que, dans un monde bisounours, une femme ait envie de se prostituer en étant bien payé, et sans que le client ne soit tout permis. Faudrait-il que cette transaction puisse avoir lieu, ou bien ne puisse pas avoir lieu ?

Comment dire?
Ben en fait, pour moi, un monde comme celui que tu décris, c'est juste pas un monde bisounours... C'est un monde patriarcal amélioré; appelé par la dénomination d'escorting. La belle affaire, quoi.
Le fait qu'un personne aie envie de se prostituer, encore une fois, ce n'est pas la problème; c'est l'achat de prostitution, l'utilisation du corps d'une autre personne. Il existe des achats qui ne doivent pas être possible, pour moi, le sexe avec une personne en fait partie, de même que le fait de payer quelqu'un pour le/la torturer, ou encore le fait de payer quelqu'un pour lui prendre un organe etc...

Pour moi, ces transactions devraient pouvoir avoir lieu. Par contre, cela ne me permet pas de conclure si on devrait les légaliser ou pas, à cause des dérives (ex : développement de réseaux mafieux, transactions inéquitables causées par la dépendance financière, etc).

Oui, c'est une autre façon de ne pas vouloir la légalisation de la prostitution (enfin, actuellement, elle est légalisée, c'est le fait d'être prostituée qui est pénalisé), et je suis d'accord sur les effets pervers, mais aussi, je ne crois pas à une prostitution "bisounours" ou "hallal".

avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice
Messages : 2918
Date d'inscription : 20/10/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 18:38
@ko a écrit:Pour moi, on ne peut pas séparer la transaction des personnes qui y participent; c'est comme un meurtre (même si je ne DIS PAS que la prostitution est un meurtre), par exemple. On ne peut pas le séparer du meurtrier et du/de la morte. Le/la morte n'a rien fait d'immoral, mais le meurtre est immoral à cause de l'acte du meurtrier. Ben pour moi c'est un peu pareil, à un niveau différent pour la prostitution. Et que la personne en aie envie ou pas ne compte pas vraiment pour dire que la prostitution est hallal. Je veux dire, en avoir envie ou pas de se prostituer, c'est pas une question de moralité, non?
Pour continuer dans les comparaisons, que penses-tu du coup de l'euthanasie ?

@cleindo : Je crois que t'as raison hélas... Pfff mais c'est dur de s'avouer ça à soi même...


Dernière édition par Omniia_ le Jeu 1 Nov 2012 - 18:48, édité 1 fois

_________________
Je ne suis pas souvent là.
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 18:47
A vrai dire, je ne comprends pas la comparaison sur la marchandisation du corps humain, mais à priori, je suis plutôt pour, à certaines conditions. Par exemple, ce serait bien que les personnes puissent, comme pour le don d'organe, s'exprimer dessus auprès de leur proches avant de ne plus pouvoir le faire; ça éviterait aux familles de devoir prendre des décisions aussi difficiles seules. Puis faire des campagnes de sensibilisation, par ex...
avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice
Messages : 2918
Date d'inscription : 20/10/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 18:58
@ko a écrit:A vrai dire, je ne comprends pas la comparaison sur la marchandisation du corps humain, mais à priori, je suis plutôt pour, à certaines conditions. Par exemple, ce serait bien que les personnes puissent, comme pour le don d'organe, s'exprimer dessus auprès de leur proches avant de ne plus pouvoir le faire; ça éviterait aux familles de devoir prendre des décisions aussi difficiles seules. Puis faire des campagnes de sensibilisation, par ex...
Tu comparais la prostitution au meurtre pour dire que ce qu'on devait juger moralement était l'acte en lui même. Du coup je trouvais qu'un parallèle avec l'euthanasie était pertinent parce que personnellement je ne juge pas du tout de la même manière le meurtre et l'euthanasie alors que tous deux sont des homicides volontaires.
Pour moi le fait que la prostitution soit désirée ou imposée change énormément la façon dont je vais juger l'acte de se prostituer. De plus, tout comme je ne jugerai pas de la même manière les "meurtriers" s'il s'agit d'un crime ou s'il est effectué dans le cas d'une euthanasie, je ne jugerais de la même manière les clients de prostitution s'il s'agit de prostitution désirée ou imposée pour les prostituées.

_________________
Je ne suis pas souvent là.
avatar
Invité
Invité

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 19:35
@ko a écrit:
Par exemple, supposons qu'une femme ait envie de porter l'enfant d'une autre femme en étant bien payée. Faudrait-il que cette transaction puisse avoir lieu, ou bien ne puisse pas avoir lieu ?

Pareil, ce qui me pose question coté "morale" n'est pas que la femme en ait envie ou pas, mais que des personnes payent la location de l'utérus de quelqu'un
Je vais être plus explicite.
Supposons qu'une femme veuille porter l'enfant d'une autre femme en étant bien payée. Supposons que, pour que cette transaction ait lieu, elle ait besoin de ton accord.
Lui donnes-tu cet accord pour que la transaction ait lieu, ou bien lui refuses-tu cet accord pour que la transaction ne puisse pas avoir lieu ?
Quel est le plus important, supprimer la liberté d'acheter, ou bien laisser la liberté de vendre ?

@ko a écrit:Il existe des achats qui ne doivent pas être possible, pour moi, le sexe avec une personne en fait partie, de même que le fait de payer quelqu'un pour le/la torturer, ou encore le fait de payer quelqu'un pour lui prendre un organe etc...
Par exemple, si un homme ou une femme avait besoin de ton accord pour se prostituer, alors tu le lui refuserais, même s'il avait la garantie d'être bien payé et de ne pas avoir des clients tout permis. Est-ce cela ?
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 19:50
Je ne disais pas exactement qu'il fallait juger l'acte en lui même, mais c'est l'agentivité du meurtrier dans son acte qui compte; ses motivations, le contexte (il peut-être en état de légitime défense, par exemple) ses intentions, ses intérêts etc...
Je ne comprenais pas trop le parallèle avec l'euthanasie car c'est évident que pour moi, il ne s'agit pas d'un meurtre (enfin, si c'est fait correctement, hein). Les intentions, le contexte (etc...) ne sont pas les mêmes.
Je sais pas si j'ai été compréhensible sur mon point de vue sur la comparaison que tu faisais... Mais bon...

Après, je ne dis pas non plus que le ressenti des prostituées ne compte jamais, et oui, c'est bien sûr mieux si l'on est client hallal de prostitué-e...
Mais peut-on être jamais sûr? Et le métier de prostitué-e peut jamais il être normalisé tant la place du sexe est particulière dans notre société? Je veux dire, des agressions sexuelles ont 80% de chances de donner des PTSD, bien moins pour les agressions physiques "simples"; ça donne une idée à quel point les atteintes sexuelles ne sont pas considérées comme des atteintes comme les autres, à la fois par les victimes et par les agresseurs; à tort ou à raison, je ne crois pas que ce soit le problème...
Enfin, au fond, pour moi, le client hallal, ça ne change pas grand chose, je vois plus cela comme un moyen de se donner bonne conscience. Ce qui me marque, moi, dans ce client imaginaire qui n'irait voir que des prostituées "bien traitées", c'est que il a une petite conscience de ce que ce métier peut-être pénible, et il a déjà une certaine mauvaise conscience du fait que il abuse, quelque part.... Mais il ne veut pas lâcher quand même son privilège; pour moi, il est juste un homme qui s'accroche à ses privilèges d'homme ayant plus d'argent, et ayant la volonté et le pouvoir de niquer un autre être humain quand il veut, où il veut, comme il veut, et il paye un peu plus car il sent très bien son illégitimité totale à faire cela.

Et puis prostitution "désirée"...Hum, j'aime pas trop le terme; même pour les temps partiels "choisis"(souvent des choix contraints, d'ailleurs) on dit pas temps partiel "désiré", donc je vois pas ce que le désir a à voir avec le fait de se prostituer.
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 19:56
@polyvalentour
Supposons qu'une femme veuille porter l'enfant d'une autre femme en étant bien payée. Supposons que, pour que cette transaction ait lieu, elle ait besoin de ton accord.
Shocked
Mais je suis pas une dictatrice, et je n'ai pas envie de l'être, ni même de l'imaginer!
Ce n'est pas à moi d'autoriser ou d'interdire à qui que ce soit à faire commerce de son corps!
(En plus, tu confonds achat et vente!)
Et je n'ai pas le droit de juger une personne qui se prostitue, point. Je sais pas comment faire comprendre ça. Désolée, ça me paraît évident. Tu essaie de me faire dire des trucs que je ne peux pas accepter, ni que je n'ai sous-entendu.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: "Marchandisation du corps humain"

le Jeu 1 Nov 2012 - 20:06
Il semble admis que ce soit la morale qui soit l'outil de jugement donc. Ben ça me fait bien chier pour tout dire ...

A ko: dire "je n'ai pas a juger!" C'est un peu se défausser non? Si tu milites pour que ce soit interdit, ça revient au même . Que l'interdiction sorte ou pas de ta bouche, osef, sauf que dans le cas oû c'est a toi de décider, faut "assumer" sa volonté d'interdiction (je trouve pas de mot plus cool que "assumer", j'en suis dsl , y a aucune volonté d'être désagréable , promis)

Enfin quand tu argumentes sur les traumatismes etc, c'est lié a ce que je disais plus haut: soit on parle du principe, a un niveau théorique, soit du concret (oui en effet les traumatismes sont largement majoritaires)
Contenu sponsorisé

Re: "Marchandisation du corps humain"

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum