Derniers sujets
» [Article] Sexe entre potes hétéros sur le forum JVC
par Iridacea Aujourd'hui à 14:30

» Intro de Klazoo
par Klazoo Lexis Mer 19 Juil 2017 - 12:06

» Peggy Sastre
par Araignée Lun 17 Juil 2017 - 8:36

» Je me présente
par Titi63 Jeu 13 Juil 2017 - 21:56

» Salut!
par Nurja Jeu 13 Juil 2017 - 19:45

» kotava
par Iridacea Jeu 13 Juil 2017 - 10:27

» C'est quoi "être une femme" ?
par Coquelic0t Jeu 13 Juil 2017 - 9:43

» Le voile
par Iridacea Mar 11 Juil 2017 - 11:21

» Youtube
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 8:35

» Le gene SRY
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:57

» Bastien Vivès "Une soeur", votre avis ?
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:19

» Photo de nus artistiques
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 5:26

» Se faire des ami.e.s ?
par michekhen Mar 11 Juil 2017 - 0:05

» Salon du livre lesbien et débat HERstory le 1er juillet 2017
par michekhen Lun 10 Juil 2017 - 21:07

» Présentation Noki
par Claire G. Lun 10 Juil 2017 - 14:03

» Questionnaire sur le français inclusif
par Alpheratz Lun 10 Juil 2017 - 0:10

» "non-binaire" c'est quoi ?
par Iridacea Ven 7 Juil 2017 - 14:35

» [Article] 220 femmes tuées par leur conjoint, ignorées par la société
par Iridacea Ven 30 Juin 2017 - 16:26

» Mwà
par Iridacea Jeu 29 Juin 2017 - 14:00

» Bonjour tout le monde !
par Alpheratz Mar 27 Juin 2017 - 16:29

» Hey
par Alpheratz Mar 27 Juin 2017 - 16:28

» [Article] Que font les jeunes féministes de l’héritage des générations antérieures ?
par Alpheratz Mar 27 Juin 2017 - 16:15

» Vidéos et films féministes
par Dihya Ven 23 Juin 2017 - 20:39

» Une loi en Caroline du Nord (USA) n'autorise pas les femmes à rétracter leur consentement pendant le sexe
par Iridacea Ven 23 Juin 2017 - 15:28

» La porno féministe
par Nurja Mer 21 Juin 2017 - 12:54

» Bise et Serrage de Main
par Nurja Lun 19 Juin 2017 - 16:16

» La précarité des femmes sur le marché du travail
par Iridacea Lun 19 Juin 2017 - 14:42

» Présentation
par Nurja Dim 18 Juin 2017 - 8:04

» [Entretien] « Le féminisme ne nous a pas été appris par l’Occident » – Fatma Oussedik
par Iridacea Ven 16 Juin 2017 - 22:27

» [Article] Les fondements politico-économiques du fémonationalisme
par Iridacea Lun 12 Juin 2017 - 22:47

» Que pensez-vous de cette controverse?
par Nurja Dim 11 Juin 2017 - 13:24

» [Film] Regarde elle a les yeux grand ouverts
par erulelya Jeu 8 Juin 2017 - 21:38


un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par Healcraft le Jeu 29 Sep 2011 - 21:13

Voici un livre intéressant, je retransmet le resumé :

« Cerveau rose, cerveau bleu », un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Le médecin Lise Eliot a publié aux Etats-Unis un livre intitulé « Cerveau rose, cerveau bleu. Les neurones ont-ils un sexe ? » (« Pink Brain, Blue Brain », 2009), dans lequel elle démontre, preuves scientifiques à l’appui, que les cerveaux masculins et féminins sont globalement similaires même s’il existe quelques différences entre les sexes. A l’occasion de sa sortie en France, le 1er septembre 2011, en voici une synthèse.

L’Américaine Lise Eliot explique avoir écrit ce livre car, en tant que mère et scientifique à la fois, elle était curieuse de comprendre si les différences qu’elle observait entre ses filles et ses garçons étaient dues à la nature ou à l’éducation – bref, Lise Eliot voulait rouvrir le débat entre inné et acquis, mais avec les outils les plus modernes de la neuroscience : la bibliographie recensant les études sur lesquelles elle s’appuie pour justifier ses dires fait… 46 pages !

Et la conclusion qu’elle tire de cette masse de données scientifique est édifiante : « A la naissance, garçons et filles sont bel et bien différents par certains aspects, mais ils sont fondamentalement similaires ».

Pas d’intuition féminine, donc : contrairement à une théorie scientifique douteuse des années 1980, le corps calleux du cerveau féminin n’est pas significativement plus développé que celui des hommes et n’offre donc en aucun cas à ces dames un « sixième sens » dont seraient dépourvus leurs homologues masculins… Pas non plus de supériorité masculine dans les matières scientifiques : la « bosse des maths » est bel et bien une chimère, seul le raisonnement dans l’espace est plus développé chez les garçons.

Par contre, explique la neurobiologiste sur son blog, si les cerveaux sont à la base très semblables, les personnes qui entourent les jeunes enfants ont tendance à se comporter différemment avec les filles et les garçons, les incitant à se conformer aux archétypes sexués… et transformant par là même leur cerveau : « A la naissance, le cerveau des enfants est si malléable que d’infimes différences peuvent s’amplifier au cours de l’enfance, lorsque les parents, les professeurs et les pairs, ainsi que notre culture au sens large, sans même s’en apercevoir, renforcent les stéréotypes masculins/féminins. » Par exemple, des expériences scientifiques ont prouvé que la plupart des adultes s’attendaient à voir un bébé plus souriant lorsqu’il s’agit d’une fille et plus doué pour se mouvoir s’il s’agit d’un garçon, et agissent en conséquence… alors même qu’aucune différence n’existe dans les faits !

Bien qu’elle reconnaisse, en tant que mère de 3 enfants, la difficulté à changer l’éducation pour la rendre moins impactante sur les futurs comportements sexués de l’enfant, Lise Eliot en souligne la nécessité : « Les facteurs sociaux (par exemple, le fait que nous nous adressons différemment à nos fils et à nos filles, que nous encourageons plus ou moins leurs expériences sportives…) se révèlent bien plus importants que nous ne le pensions auparavant. En comprenant comment se forment les différences entre sexes, au lieu de présumer qu’elles découlent de données biologiques, nous pouvons aider les enfants à réaliser pleinement leur potentiel, mettre fin à ces dérangeantes inégalités entre hommes et femmes, et mettre un terme à cette guerre des sexes qui divise actuellement la société. »

Comment faire pour effectivement modifier son comportement de parents ? Lise Eliot reconnait que de grands efforts ont déjà été faits, notamment en ce qui concerne les petites filles : elles ne s’entendent quasiment plus dire que de hautes responsabilités ou un excellent niveau en sport ne sont « pas faits pour elles ». Elles investissent donc, de plus en plus, des champs et des activités autrefois réservés aux garçons. Paradoxalement, selon l’auteur, les garçons sont moins chanceux : pour leurs parents, laisser un petit garçon faire de la danse ou des arts plastiques reste très difficile, car ils ont peur que cela encourage sa future homosexualité ! Or, cette homophobie latente encourage les garçons à ne pas se lancer dans des activités faisant appel à leur sensibilité, leurs émotions et leur sens artistique, leur laissant croire qu’il faut refouler leurs émotions pour être de « vrais hommes »… ce qui peut conduire à des souffrances psychologiques considérables.

Lise Eliot donne donc aux parents des conseils de bon sens : considérer de la même manière leurs enfants, les encourager à poursuivre leurs efforts dans les activités qu’ils aiment (quelles qu’elles soient) et… les forcer à en tester d’autres, pour éviter que les enfants eux-mêmes ne se conforment aux stéréotypes par peur de se différencier des normes. Elle prône par exemple des cours mixtes de danse, de basketball, d’écriture ou de menuiserie : une des meilleures méthodes, selon elle, de faire disparaître les stéréotypes des enfants en leur montrant qu’ils peuvent apprécier des activités traditionnellement catégorisées comme trop féminines ou masculines pour eux… alors que les études sont formelles : avant un an, tous les bébés préfèrent les poupées au camion, ce n’est que lorsqu’ils prennent conscience de ce qui est socialement attendu d’eux qu’ils choisissent des jouets différents en fonction de leur sexe !

Marine Baudin-Sarlet


Lien :
http://www.womenology.fr/fr/2011/09/%C2%AB-cerveau-rose-cerveau-bleu-%C2%BB-un-livre-sur-les-differences-neurobiologiques-entre-les-filles-et-les-garcons-durant-l%E2%80%99enfance/
avatar
Healcraft
Banni·e

Messages : 155
Date d'inscription : 05/09/2011

http://www.healcraft.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par delphine le Jeu 29 Sep 2011 - 23:29

Un bon exemple de l'influence (inconsciente ?) du patriarcat sur les sciences !

_________________
Aussi modératrice sur le Forum des transidentités
Forum ouvert à tou(te)s sans restriction (sauf le respect de la Netiquette, bien sûr Twisted Evil )

delphine
Poilu⋅e
Poilu⋅e

Messages : 51
Date d'inscription : 17/09/2011

http://delphine-pre.transexuelle.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par Invité le Ven 30 Sep 2011 - 11:37

Je l'ai acheté ce matin !
Je suis en vacances ce soir, j'aurais sûrement le temps de pas mal le lire, je vous en donnerais des nouvelles !


Un bon exemple de l'influence (inconsciente ?) du patriarcat sur les sciences !
Tout à fait
Encore ce matin, en cherchant ce bouquin, je suis tombée sur un autre livre "Le sexe du cerveau" ( http://www.editionsarchipel.com/livres/le-sexe-du-cerveau )

J'ai senti que j'allais me faire du mal, mais un peu maso, j'ai lu la quatrième de couverture.

Voilà ce qu'on pouvait lire :
En ces temps de biologiquement correct, le concept d'équité absolue entre les sexes ne résiste pas. Il se heurte aux inégalités génétiques, physiologiques, hormonales, psychologiques et in fine comportementales.

En gros, vous avez compris : "on n'est pas égaux, c'est la biologie qui le dit"
Sur le forum scientifique où j'ai voulu débattre de ce sujet, on m'a dit "Mais non ! La biologie n'a rien à avoir avec un projet de société. C'est un faux procès qu'on fait au science."
Là, y'a au moins un contre-exemple, où un psychiatre (donc il n'est pas scientifique, mais médecin) lie clairement biologie et projet sociétal.
Enfin, voilà, qu'on ne me dise pas que la biologie ne sert pas de justification à l'ordre social (ce ne sont d'ailleurs pas forcément que les biologistes qui ont cette mentalité, mais aussi les médias ou le grand public)

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par Healcraft le Ven 7 Oct 2011 - 2:52

Antisexisme a écrit:En gros, vous avez compris : "on n'est pas égaux, c'est la biologie qui le dit"
J'avoue que j'arrive à reconnaitre sans trop me tromper un garçon d'une fille, à l'age adulte c'est encore plus flagrant, et pourtant je suis pas biologiste !

Moi j'ai surtout compris ce que j'ai surligné en noir :
@Healcraft a écrit:Et la conclusion qu’elle tire de cette masse de données scientifique est édifiante : « A la naissance, garçons et filles sont bel et bien différents par certains aspects, mais ils sont fondamentalement similaires ».

Mais elle parle de similarités fondamentale, et donc de la similaritée du cerveau et aussi que la plupart des différences sont générées au niveau social.(enfin je crois, j'ai juste lu le résumé que j'ai posté, pas le livre)

Antisexisme a écrit:Enfin, voilà, qu'on ne me dise pas que la biologie ne sert pas de justification à l'ordre social (ce ne sont d'ailleurs pas forcément que les biologistes qui ont cette mentalité, mais aussi les médias ou le grand public)
Oui ça sert de justification, mais sur des arguments tellement en dessous de la ceinture, que ça négationne d'office toute réflexions rationnelle à ce sujet.
Ca me fait penser un peu aux créationistes (comme George Bush senior et Junior et , Sara Palin, etc...) qui se disent créationiste et croyant et soit disant que comme le créationnisme explique tout depuis sa création donc tout ce qui le contredit est faux, enfin ils jouent les idiots quoi (et Bush est un expert dans ce domaine ^^). Donc, après pour trouver des arguments objectifs et rationnels contre eux, dur dur...
avatar
Healcraft
Banni·e

Messages : 155
Date d'inscription : 05/09/2011

http://www.healcraft.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par ko le Mar 8 Nov 2011 - 15:00

En neurobiologie, pour éviter de se faire souffrir inutilement, on pourra lire Catherine Vidal étudie les stéréotypes de genres appliqués à le neurologie, qui a écrit:
Cerveau, Sexe & Pouvoir et Féminin Masculin : Mythes et idéologies et d'autre livres.
Ici, une vidéo d'elle très intéressante:
http://www.youtube.com/watch?v=OgM4um9Vvb8

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par Invité le Mar 8 Nov 2011 - 19:11

Effectivement très sympa cette vidéo de Catherine Vidal.

Dans le même ordre d'idée, j'aime bien aussi cette présentation : http://geekfeminism.org/2011/01/03/re-post-how-does-biology-explain-the-low-numbers-of-women-in-computer-science-hint-it-doesnt/ C'est sur un sujet plus spécifique, mais je trouve que ça fait bien passer l'idée que si/quand des différences entre les genres existent, elles sont négligeables devant les variations individuelles et donc totalement incapables d'expliquer les différences sociales au degré où on les connaît.

D'après la vidéo de Catherine Vidal, de toutes façons à l'heure actuelle on ne mesure plus de différence sur ce point (résultats en math) donc c'est encore mieux Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par Invité le Mer 9 Nov 2011 - 22:04

Ces vidéos de Catherine Vidal sont en effet très intéressantes.

Mais, je recherchais des publications/livres/vidéos grand public d'autres neurobiologistes allant aussi contre ce "neurosexisme".

C'est pourquoi j'ai acheté ce bouquin de Lise Eliot.

Pour être honnête, j'ai été déçue.
Déjà, un truc qui me gonfle, c'est qu'elle a l'air de tout le temps minimiser le sexisme ("il y a pas tant que ça des discriminations basées sur le sexe", "maintenant, le sexe qui est désavantagé à l'école, c'est le sexe masculin" (c'est vrai, mais au final, c'est quand même eux qui réussissent le mieux professionnellement, donc bon, pas la peine non plus de trop les plaindre !))
C'est avant tout un bouquin pour les parents qui veulent savoir comment stimuler au mieux, intellectuellement parlant, leurs gamins (bref, en gros, comment avoir de petits génies)

Elle n'est absolument pas contre l'idée qu'il y a des différences de psychologies innées entre les garçons et les filles, en particulier en ce qui concerne le goût des jeux ("Toutes (sauf moi petite peut-être ?) les petites filles aiment jouer à la poupée et s'intéressent aux bébés, naturellement", "Les garçons ont des jeux agressifs, cela est due à l'imprégnation hormonale avant la naissance. Vous ne pourrez pas les empêcher de se battre", "les garçons ont besoins de beaucoup se dépenser, ils ont un trop-plein d'énergie"et blabla).
Je note également qu'elle se focalise énormément sur le bon développement des garçons et de leur bien-être. Elle parle beaucoup, beaucoup moins des filles, c'est assez impressionnant.
Par contre, elle a l'air de dire que les capacités intellectuelles sont équivalentes entre les deux sexes (ouf!)

Bref, "cerveau rose, cerveau bleu" n'est pas du tout "vidalien" (si vous me permettez ce néologisme )

Je n'ai pas encore lu ton lien, Numa ! Very Happy


Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par pierregr le Jeu 10 Nov 2011 - 8:04

Ben moi quand j’étais enfant, je n’ai jamais été agressif envers personne, je n’ai jamais eu envie de me battre, j’ai toujours craint la bagarre, d’ailleurs. Certes, je n’étais pas très baraqué mais je fuyais les bagarreurs comme la peste. Donc, cette raison hormonale qui pousserait les garçonnets à se battre, c’est ridicule. D’ailleurs, dans les cours de récré, les filles se battent aussi en se tirant les cheveux mais elle va sans doute nous dire que c’est pas hormonal ?
avatar
pierregr
Amazone
Amazone

Messages : 3993
Date d'inscription : 05/09/2011

http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par Grunt le Jeu 10 Nov 2011 - 9:46

@pierregr a écrit:D’ailleurs, dans les cours de récré, les filles se battent aussi en se tirant les cheveux mais elle va sans doute nous dire que c’est pas hormonal ?
D'ailleurs, si elles se tirent les cheveux pour se battre, et que les garçons ne le font pas, c'est peut-être parce qu'on coupe les cheveux des garçons plus courts, non?
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par pierregr le Jeu 10 Nov 2011 - 10:58

@Grunt, probablement.
En fait, j'étais dans une école non-mixte (catholique), pendant toute la durée de mes secondaires. Je n'ai donc quasi pas de souvenirs d'école mixte, même si j'ai eu des filles dans ma classe de la 2ème à la 5ème primaires (je ne connais pas l'équivalent en France, c'était de 7 ans à 10 ans).
avatar
pierregr
Amazone
Amazone

Messages : 3993
Date d'inscription : 05/09/2011

http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: un livre sur les différences neurobiologiques entre les filles et les garçons durant l’enfance

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum