Derniers sujets
» [Article] Ruptures : pourquoi on reste avec eux ?
par Nurja Aujourd'hui à 8:29

» [Article] Une justice qui protege les violents
par Nurja Aujourd'hui à 8:01

» Les femmes autochtones du Quebec brisent le silence...
par Araignée Aujourd'hui à 2:40

» BA(F)FE - Base de données féministes
par Black Swan Aujourd'hui à 1:54

» Peggy Sastre
par Claire G. Hier à 21:05

» inquiètantes théories sur l'égoïsme d' Ayn Rand
par michekhen Hier à 12:59

» Chansons féministes
par Iridacea Hier à 12:24

» Le voile
par Iridacea Lun 21 Aoû 2017 - 0:50

» [Article] Les hommes hétérosexuels sont-ils aussi victimes de violence conjugale ?
par Araignée Dim 20 Aoû 2017 - 17:14

» Une nouvelle arrivée
par Aëlloon Sam 19 Aoû 2017 - 22:23

» Nouvelle parmi vous
par Aëlloon Sam 19 Aoû 2017 - 22:17

» Ressources
par Dihya Mar 15 Aoû 2017 - 9:28

» Salut!
par Dihya Mar 15 Aoû 2017 - 9:14

» [Article] 220 femmes tuées par leur conjoint, ignorées par la société
par Aëlloon Sam 5 Aoû 2017 - 22:30

» C'est quoi "être une femme" ?
par Reiko Sam 5 Aoû 2017 - 20:32

» Vos techniques anti-manspreading ?
par Aëlloon Sam 5 Aoû 2017 - 16:27

» Le féminisme blanc existe-t-il ?
par Dihya Ven 4 Aoû 2017 - 18:01

» Ma therapie
par Plusmavictime Mar 1 Aoû 2017 - 21:53

» Salon du livre lesbien et débat HERstory le 1er juillet 2017
par Alpheratz Mar 1 Aoû 2017 - 12:09

» INFORMATION RÉGION - IPASS CONTRACEPTION
par Dihya Lun 31 Juil 2017 - 8:04

» Présentation
par Iridacea Lun 31 Juil 2017 - 1:03

» [Article] Que font les jeunes féministes de l’héritage des générations antérieures ?
par Dihya Dim 30 Juil 2017 - 20:02

» [Article] Sexe entre potes hétéros sur le forum JVC
par Dihya Dim 30 Juil 2017 - 19:05

» Intro de Klazoo
par Aëlloon Sam 29 Juil 2017 - 3:04

» Présentation Noki
par Aëlloon Sam 29 Juil 2017 - 2:54

» Présentation de Willl
par Iridacea Ven 28 Juil 2017 - 22:46

» Témoignages sur le manspreading
par Administratrice Ven 28 Juil 2017 - 18:41

» Je me présente
par Titi63 Jeu 13 Juil 2017 - 21:56

» kotava
par Iridacea Jeu 13 Juil 2017 - 10:27

» Youtube
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 8:35

» Le gene SRY
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:57

» Bastien Vivès "Une soeur", votre avis ?
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:19


tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Invité le Ven 5 Oct 2012 - 10:15

Coucou !

En fait, je me suis rendue d'un truc lors de discussions sur Twitter, Facebook, etc... : c'est que les femmes/filles avec qui je discute sont souvent assez d'accord pour reconnaître que leur éducation dans une société patriarcale a une influence sur leurs goûts, leur façon de s'exprimer, de s'habiller, de voir leur corps, bref sur TOUT...

Sauf, sauf, sur UNE chose : les désirs et fantasmes sexuels.

Exemple : j'ai plusieurs fois eu des discussions sur des fantasmes de viol (qui n'en sont pas vraiment, mais passons) ou de violences sexuelles, fantasmes de femmes précisons le.
Quand j'évoque l'hypothèse (absolument pas absurde à mes yeux) que ces fantasmes sont, en moins en parti, influencés par notre société patriarcale, j'ai l'impression que c'est très mal pris ! On me dit "mais nooooon, le fantasme de viol de certaines femmes n'a AUCUN rapport avec le patriarcat" Suspect Comme si les désirs étaient apolitiques.

Je sais aussi qu'il y a des femmes qui aiment bien être dominées sexuellement, au moins symboliquement, par les hommes. Je sais pas si c'est vraiment du BDSM ou pas, mais dans tous les cas, je pense qu'on peut au moins s'interroger là-dessus.

Récemment, sur Facebook, j'ai aussi posté cette image, en disant "on joue au jeu des 7 différences"

Et quelqu'un (une féministe) m'a dit en gros : "NON NON, dans l'image de gauche, la femme est consentante, donc c'est 100% OK."
Ok, elle est consentante, et ça fait une énorme différence. Mais pour autant, ne peut-on pas se poser la question de pourquoi cette violence symbolique (la main sur le coup) ?
J'ai l'impression que beaucoup gens - dont des féministes - refusent a priori toute discussion/réflexion, dès que ça porte à la sexualité.

Je veux dire : il y a pleins de femmes qui peuvent nous dire "Moi j'AIME être au foyer, faire à manger à mon mari, m'occuper de ses enfants. J'AIME que mon mari soit un mâle dominant. J'AIME le mettre en valeur et m'effacer devant lui, etc". OK, peut-être que sincèrement elle aime ça, et c'est pas à nous de lui donner des ordres sur comment "vivre de la façon la plus féministe possible", mais ce n'est pas pour autant qu'on va stopper la réflexion et dire que c'est OK !

Après, s'interroger, etc, ne veut pas dire condamner,arrêter d'avoir certains fantasmes ou pratiques, se culpabiliser... Il est difficile de modifier nos goûts.

Je suis tombée sur un article en anglais avec lequel je suis assez d'accord là-dessus: http://feministcurrent.com/5859/facials-feminism-performance-on-fking-men-in-a-patriarchy/

Elle dit notamment :
All that said, I actually completely agree with McCombs when she says: “We can recognize our influences while still liking what we like.” We don’t have to have sex in any prescribed way simply because we are feminists. But to say that “sexism doesn’t get to dictate what I can and can’t enjoy” isn’t entirely true

Je suis tout à fait d'accord avec McCombs quand elle dit "Nous pouvons reconnaitre ce qui nous influence, tout en continuant d'aimer ce que nous aimons". Nous n'avons pas besoin d'avoir des relations sexuelles d'une façon prescripte [comme féministement correct] parce que nous sommes féministes. Mais je veux dire que "le sexisme ne me dicte pas ce que je peux et ne pas aimer" n'est pas vrai" (traduction rapide et sans doute pas 100% correct)

(moi aussi je suis d'accord avec ça !)

Bon, voilà... je m'interroge un peu sur le pourquoi de cette peur de s'interroger sur notre sexualité... Je me dis que pendant très longtemps les désirs des femmes ont été bridés... et que maintenant les femmes ne veulent pas qu'on leur dicte comment avoir du plaisir d'une manière "féministe correcte" (ce que je comprends tout à fait !).

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Grunt le Ven 5 Oct 2012 - 10:36

"Nous pouvons reconnaitre ce qui nous influence, tout en continuant d'aimer ce que nous aimons".
D'accord à 100% avec ça.
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par cleindo le Ven 5 Oct 2012 - 16:59

hello!

Que voila un sujet intéressant Smile

Bon déja, y a un truc qui me chiffonne, c'est ça:
j'ai plusieurs fois eu des discussions sur des fantasmes de viol (qui n'en sont pas vraiment, mais passons) ou de violences sexuelles, fantasmes de femmes précisons le.
Veux tu dire par là que tu n'en as parlé qu'avec des femmes ou que c'est selon toi un fantasme uniquement féminin? (auquel cas je peux témoigner que non...)

Je trouve ça tout à fait intéressant de réfléchir sur l'origine patriarcale de la chose, de toutes manières réfléchir c'est jamais inutile, le cerveau s'use pas si on s'en sert ! Very Happy

Mon avis: ça peut l'être, et de fait, ça l'est souvent d'après mon expérience. Cependant, ça n'est pas toujours le cas (ouf) et je pense important de distinguer la domination (bdsm) et le fantasme de simulacre de viol, qui à mon sens n'ont pas tout à fait les mêmes ressorts.

J'ai croisé moult femmes et hommes recherchant une domination sexuelle, et il me semble que pour bcp, c'est surtout une manière de se déculpabiliser de leurs envies. C'est sociétal (alors on peut dire certes que c'est patriacal puisque la société l'est..) mais c'est surtout en rapport avec la "bienséance" attendue, pour tout le monde, hommes et femmes. (on bave pas, on pète pas, on se tient bien, on n'est pas des bêtes on pisse pas partout etc)

Après, le fantasme de simulacre de viol (et je prends en général bien garde à prendre la peine de mettre "simulacre" devant ...) ça a souvent comme ressort l'envie de désirabilité intense. On fantasme rarement de se faire violer par un gros dégueu qui en a rien à secouer, et plus souvent par le mec "potable" qui est tellement renversé par notre beauté/charme etc qu'il ne peut plus se contenir (je shématise). Dans ce fantasme, il est plus question de désir que de rabaissement.

Malgré tout, il est clair que bcp de soumisEs disent se sentir plus féminines (sic) lorsqu'elles se ressentent comme de pauvres petits êtres fragiles et sans défense, leur partenaire dom faisant tout autant office de bourreau que de "réconforteur" protecteur, et là en effet je crois qu'on est en plein dedans....

Maintenant, par rapport aux deux photos postés, c'est en effet un jeu. Quand gamin on joue aux gendarmes et aux voleurs, on se prend pas réellement pour un gendarme (ou un voleur) et on tue personne pour de vrai, idem les cow boys et les indiens etc)
C'est aussi la capacité à jouer avec les symboles qui font l'humanité non? (cf barthes)
avatar
cleindo
Amazone
Amazone

Messages : 2942
Date d'inscription : 20/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par ko le Ven 5 Oct 2012 - 19:04

Moi, ce que je trouve étonnant, c'est que lorsque l'on fait une esthétisation de la misère, tout le monde voit ou l'on veut en venir, même alain Korkos qui n'a à mon avis pas une conscience politique gigantesque(en tout cas en féminisme), et tout le monde voit ou est le malaise:
h*ttp://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5241





Mais pas lorsque l'on fait la comparaison que tu viens de faire, antisexisme; là on essaie d'inventer un tas d'excuses pour nier l'évidence (je ne parle pas de toi cleindo au cas ou c'est pas clair).
Je trouve que la comparaison des deux comparaisons est très parlante...

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Araignée le Ven 5 Oct 2012 - 19:45

@cleindo a écrit:Après, le fantasme de simulacre de viol (et je prends en général bien garde à prendre la peine de mettre "simulacre" devant ...) ça a souvent comme ressort l'envie de désirabilité intense. On fantasme rarement de se faire violer par un gros dégueu qui en a rien à secouer, et plus souvent par le mec "potable" qui est tellement renversé par notre beauté/charme etc qu'il ne peut plus se contenir (je shématise). Dans ce fantasme, il est plus question de désir que de rabaissement.

On peut aussi "fantasmer" sur le viol parce qu'on en a été victime et que psychiquement, on répète quelque chose qu'on connait. Je parle en connaissance de cause, il m'arrive d'avoir ce genre de fantasmes (ce qui ne veut pas dire que je souhaite me faire violer, pour moi, fantasme et désir de réaliser un fantasme n'ont absolument rien à voir), et c'est plutôt de l'ordre du gros dégueu qui n'en a rien à foutre...
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros

Messages : 4521
Date d'inscription : 02/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par cleindo le Ven 5 Oct 2012 - 19:50

oui, c'est assez fréquent c'est vrai, ça a un effet cathartique. Une amie (sm) qui fantasme la dessus (ayant elle même été violée plus jeune) m'expliquait que ça lui permettait de revivre le truc mais en le controlant ELLE, et que ça lui avait permis de vaincre cette sorte de voile mental qu'elle avait mis sur ça par protection, ne plus y penser parce qu'elle pouvait pas le gérer sinon. Là ainsi elle le maitrise, et du coup l'a apprivoisé en quelque sorte, le monstre est sorti de l'ombre, et au grand jour et avec l'amour de son chéri, ils l'ont vaincu.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone

Messages : 2942
Date d'inscription : 20/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Araignée le Ven 5 Oct 2012 - 19:55

Perso je n'y vois pas de côté positif ou de rôle d'apprivoisement. C'est juste comme ça, c'est tout, ça fait partie de ma vie psychique et sexuelle et je n'y peux rien.

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros

Messages : 4521
Date d'inscription : 02/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par ko le Ven 5 Oct 2012 - 21:32

Ceci dit, il y a aussi le fantasme non seulement d'être violé-e, mais aussi de violer. Je me pose aussi la question de ce que ça fait d'accéder au fantasme d'une autre personne d'être violé-e (et je ne confonds pas forcément le fait d'accéder au fantasme de quelqu'un-e, et le fantasme de violer et d'essayer de "jouer" cela lors des relations sexuelles).

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Grunt le Sam 6 Oct 2012 - 1:18

"Accéder au fantasme", tu veux dire "permettre à autrui de le réaliser, en y jouant le rôle attendu" ?
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par ko le Sam 6 Oct 2012 - 19:17

Oui.

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Pitou le Dim 7 Oct 2012 - 1:46

L'acte sexuel hétéro est toujours symboliquement difficile (et plaisant) c'est l'intrusion mécanique et douloureuse d'une personne dans le corps d'une autre.

Le fantasme du viol n'est qu'une façon extrème de voir l'acte de cette intrusion physique délicate.

Les hommes et les femmes n'ont pas le même rapport au sexe car ils ne le vivent pas de la même façon. L'homme pénètre, la femme est pénétrée, ç lui impose une forme d'acceptation et "d'ouverture". Dans une relation normale cette étape se fait lentement dans le cadre d'une relation intellectuelle consentie qui permet cette ouverture. Dans le cadre du viol l'action physique brutale n'est pas préparée. Ce n'est pas le viol (l'acte sexuel) en lui même qui est le plus douloureux mais le fait qu'il ne soit pas consenti, préparé et accepté.

Moi je pense que le fantasme du viol est pour le coup un truc vraiment pervers, c'est la manifestation d'une femme qui est incapable de s'abandonner à cette pénétration et qui ne le voit que sous l'angle de la contrainte. Incapable d'aimer être "possédé".

Pitou
Poilu⋅e
Poilu⋅e

Messages : 86
Date d'inscription : 03/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Grunt le Dim 7 Oct 2012 - 3:04

Mh, je ne suis pas à l'aise avec la façon dont tu décris les rapports sexuels hétéros.

Plus exactement, je trouve que ta description ressemble assez bien à la façon dont ils sont perçus par notre culture machiste, mais ce n'est pas pour autant que cette façon de voir les choses est la seule possible. Il me semble que justement, pour se libérer de l'influence du patriarcat, il faudrait remettre en question certaines choses :

- la notion de "pénétration", autrement dit l'action à sens unique : l'homme agit, la femme subit. On pourrait aussi bien parler d'englobement (ce serait alors la femme qui agit) ou d'emboitement (une action mutuelle, donc).

- ta description du viol donne l'impression que la seule différence avec un rapport souhaité est la "préparation". Poussé à l'extrême ça voudrait dire qu'il suffirait de prévenir une femme suffisamment à l'avance pour qu'un rapport imposé ne soit plus un viol, je trouve ça assez craignos comme rapprochement.

- pourquoi forcément "douloureux" ?

Pour le fantasme du viol, je me souviens d'avoir vu deux explications différentes de la tienne :
- une dé-responsabilisation, pour les femmes dont l'éducation leur fait ressentir de la culpabilité à l'idée d'éprouver du désir et de participer à un rapport sexuel. Ce fantasme serait alors une façon de se déculpabiliser, de pouvoir se dire "Je ne suis pour rien dans ce qui arrive, ce n'est pas ma faute",
- la certitude d'être désirée, pour les femmes qui pensent ne pas correspondre aux attentes de leur partenaire. Le fait que celui-ci fasse mine de leur imposer son désir leur donnerait la certitude qu'il en éprouve.
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Kalista le Dim 7 Oct 2012 - 9:53

@Grunt a écrit:- la notion de "pénétration", autrement dit l'action à sens unique : l'homme agit, la femme subit. On pourrait aussi bien parler d'englobement (ce serait alors la femme qui agit) ou d'emboitement (une action mutuelle, donc).
C'est à peu près ce à quoi j'ai pensé en lisant Pitou. D'un côté on a la symbolique de l'invasion/conquête de la femme par l'homme, mais on a aussi cette symbolique vue comme anxiogène où la femme phagocyte l'homme.

@Grunt a écrit:Pour le fantasme du viol, je me souviens d'avoir vu deux explications différentes de la tienne :
- une dé-responsabilisation, pour les femmes dont l'éducation leur fait ressentir de la culpabilité à l'idée d'éprouver du désir et de participer à un rapport sexuel. Ce fantasme serait alors une façon de se déculpabiliser, de pouvoir se dire "Je ne suis pour rien dans ce qui arrive, ce n'est pas ma faute",
- la certitude d'être désirée, pour les femmes qui pensent ne pas correspondre aux attentes de leur partenaire. Le fait que celui-ci fasse mine de leur imposer son désir leur donnerait la certitude qu'il en éprouve.
Là encore, je plussoie.
Le fantasme du viol peut être (je mets au conditionnel okazou ce ne serait pas seulement ça, on est toutes différentes) effectivement une façon de ne pas prendre la responsabilité de la chose, genre je reste une ch'tite oie blanche, je suis pas une putain. Mais je ne crois pas que ce soit l'élément prépondérant : c'est bien trop calculateur. A mon avis, c'est surtout ce que tu avances en second : les hommes étant censés être des brutes assoiffées de sexe, faire perdre tout contrôle à un homme, le rendre fou de désir au point qu'il ne fait même plus attention aux cris de la victime, c'est censé être un "hommage extrême".

_________________
Kalista
Journal en noir et blanc
avatar
Kalista
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 1208
Date d'inscription : 10/08/2011

http://journalennoiretblanc.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Invité le Dim 7 Oct 2012 - 11:12

+1 avec Grunt et Kalista.

@Grunt a écrit:- la notion de "pénétration", autrement dit l'action à sens unique : l'homme agit, la femme subit. On pourrait aussi bien parler d'englobement (ce serait alors la femme qui agit) ou d'emboitement (une action mutuelle, donc).
Avec ma chérie on aime bien dire qu'elle m'engloutit Smile Et ça m'énerve aussi cette association « actif = qui pénètre », en pratique je trouve que quand il y a une distinction actif/passif (ce qui n'est pas nécessairement le cas), bah ça serait plutôt « actif = qui est en haut » (pour des raisons un peu mécaniques de liberté de mouvement).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par mamzelael le Dim 7 Oct 2012 - 12:32

Ça me fait penser à l'expression "prends-moi" ou "je vais la prendre" que je n'ai jamais aimé ni compris car c'est quand même la femme qui prend le sexe de l'homme en elle. Donc cette expression a bien une connotation de rapt de l'objet femme pour l'assouvissement du désir sexuel de l'homme qui renvoie à l'idée de femme passive et d'homme actif dans l'acte mais aussi au fait que la femme n'a pas de désir ou envie contrairement à l'homme.
avatar
mamzelael
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e

Messages : 272
Date d'inscription : 06/05/2012

http://etre-humain-avant-tout.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par cleindo le Dim 7 Oct 2012 - 16:56

D'autant que dans le fantasme de viol, c'est pas tant la bite en elle même qui importe,c'est plus la notion de contrainte (tenir les mains etc)
avatar
cleindo
Amazone
Amazone

Messages : 2942
Date d'inscription : 20/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par ko le Dim 7 Oct 2012 - 19:28

Moi je pense que le fantasme du viol est pour le coup un truc vraiment pervers, c'est la manifestation d'une femme qui est incapable de s'abandonner à cette pénétration et qui ne le voit que sous l'angle de la contrainte. Incapable d'aimer être "possédé".
pale !

De toute façon c'est toujours la femme qui est fautive. Lorsque je lis, cela, j'ai envie de dire; mais le fantasme de viol, c'est aussi ça d'être opprimée. Je veux dire, ça me paraît étonnant de ne pas avoir de fantasme de domination dans une société ou toutes les images en véhiculent, et encore plus toutes les images sexuelles.
Je trouve cela limite de dire qu'une femme ayant un fantasme de viol est perverse.
J'aurais même tendance à dire que le fantasme de domination (être violée ou violeur), c'est "normal" au sens de la norme.

Pour le coup, lorsque je parlais de fantasme de viol dans le sens de violer (pas d'être violé-e), je trouve que ta conception de la relation hétéro se rapproche assez bien de cette norme, justement, conçue comme coït uniquement d'ailleurs, "potentiellement douloureuse".
"acte sexuel hétéro symboliquement difficile (et plaisant) c'est l'intrusion mécanique et douloureuse d'une personne dans le corps d'une autre."

Ceci dit, ce n'est pas parce que l'on "fait" avec les normes dans la vie de tous les jours (de manière réelle comme dans le BDSM ou de manière relativement fantasmatique comme pas mal de gent-es) que l'on doit ignorer à quel point ces normes modèlent notre perception, et que l'on doit ignorer à quel point il est important de pouvoir imaginer d'autres sexualités avec moins de dominations.

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par cleindo le Dim 7 Oct 2012 - 21:20

Moi je pense que le fantasme du viol est pour le coup un truc vraiment pervers, c'est la manifestation d'une femme qui est incapable de s'abandonner à cette pénétration et qui ne le voit que sous l'angle de la contrainte. Incapable d'aimer être "possédé".


Qu'est ce qu'on se ferait chier sans la perversité.....

Bon pi c'est pas parce qu'on a un fantasme de viol qu'on trippe uniquement là dessus et qu'on sait pas faire ou aimer autre chose. On peut tout à fait y penser et aimer jouer à ça de temps en temps, comme d'autres fantasmes...

Entre nous soit dit, ça me hérisse les jugements de valeur sur le sujet. Vla qu'en plus faudrait se sentir coupable de nos fantasmes, grrrrrrrrrrrr
avatar
cleindo
Amazone
Amazone

Messages : 2942
Date d'inscription : 20/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Grunt le Lun 8 Oct 2012 - 1:46

@cleindo a écrit:
Entre nous soit dit, ça me hérisse les jugements de valeur sur le sujet. Vla qu'en plus faudrait se sentir coupable de nos fantasmes, grrrrrrrrrrrr
Ah ben ça..
Chaque fois que j'évoque mes attirances hébéphiles, j'ai droit à des regards en travers comme si je disais que j'avais fait quelque chose de pas bien. whoo, relax les gens. Razz
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par ko le Lun 8 Oct 2012 - 2:12

@grunt
Ça me pose aussi problème de mettre sur un même plan le fantasme d'être attiré-e par quelqu'un de plus agé (vieillophilie?), et celui d'être "hébéphile". Parce que lorsque l'on est plus agé-e, on est dans un rapport de force favorable à soi-même, pas lorsque l'on est plus jeune que la personne envers laquelle on est attirée. A fortiori si le "vieux" est un homme et l'adolescent-e est une femme (puisque la relation de domination est redoublée; genre+âge/situation professionnelle).
C'est un peu la même manière dont je vois le fantasme d'être violé-e (je ne dis pas que les deux fantasmes, hébéphilie et fantasme de viol, sont identiques), et le fantasme de violer.
Violer, ce n'est pas la même chose que d'être violé-e (et évidemment, je n'ignore pas comme dit avant qu'en plus le fantasme d'être violé-e est "enjolivé"), l'un implique un acte fait par un-e autre sur son corps à soi, l'autre implique d'effectuer un acte sur le corps d'un-e autre.
Et pour moi, la nécessité d'avoir un minimum de lucidité sur ses fantasmes d'hébéphilie est plus "urgente" que celle d'avoir la lucidité sur ses fantasmes "vieillophiles" (ne serait-ce que parce que l'on est jeune, et que l'on aura assez de temps pour faire du chemin), notamment lorsque l'on est dans un rapport de domination de genre (mais pas que, par exemple dans le cadre d'une autorité comme le professorat, qui concerne aussi des femmes) "hétéro-classique"(homme + vieux, femme + jeune).
Donc, pour faire brut, être culpabilisé-e à cause de ses fantasmes d'être violé m'embête (ce qui n'empêche pas d'essayer de les déconstruire), se sentir coupable d'avoir des fantasmes de violer me semble sain et nécessaire (et ça n'empêche pas de les déconstruire non plus).

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par cleindo le Lun 8 Oct 2012 - 10:17

Perso, je pense que se sentir coupable de ses fantasmes, c'est pas bon, jamais. L'important, c'est de savoir par contre bien faire la part du fantasme et de la réalité, et du fait que ce sont des jeux, consensuels.
Moi qui ai aujourd'hui plutot le fantasme de violer que l'inverse, j'en définis très bien les contours, et j'ai 1000 idées pour le mettre en scène de manière ludique et jouissif pour les deux, il ne me viendrait jamais à l'idée de forcer qui que ce soit, c'est plutot l'inverse, je prends x pincettes avec les gens susceptibles d'y répondre, pour trouver des joueurs joueuses qui savent manier mentalement mais clairement le second degré. Sinon, c'est ouste.

Mais que ce soit la dessus ou sur n'importe quel fantasme, il me parait important d'en être conscient et jamais bon de s'en sentir coupable.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone

Messages : 2942
Date d'inscription : 20/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par ko le Lun 8 Oct 2012 - 10:53

"je pense que se sentir coupable de ses fantasmes, c'est pas bon, jamais"
Oui, tout à fait raison, j'ai pensé au mot "coupable" après, une fois que j'avais éteint l'ordinateur. C'était pour exprimer que ça me paraît moins grave/gênant pour les autres en tout cas (mais pour soi même ça doit pas être top) de ne pas être conscient-e de ce que les fantasmes impliquent lorsqu'ils sont en version dominés. Alors que pour la version dominante, ça me paraît très important de savoir faire la part des choses. Je ne sais pas si je suis compréhensible, car c'est pas limpide dans ma tête non plus.

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Grunt le Lun 8 Oct 2012 - 11:13

@ko a écrit:Alors que pour la version dominante, ça me paraît très important de savoir faire la part des choses.
D'accord avec ça. Mais, justement : pour faire la part des choses, c'est utile d'en parler, d'y réfléchir posément. Et toute culpabilité va gêner cette démarche.

Ce sont des actes dont on peut éventuellement se sentir coupable, pas des envies.
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par ko le Lun 8 Oct 2012 - 11:33

@grunt
c'est bien pour ça que je suis revenue sur le mot "coupable". Donc tout à fait d'accord sur la capacité de pouvoir en parler.
Mais au cas ou c'est pas clair. Savoir faire la "part des choses", pour moi, ça veut dire, savoir que ça ne doit pas être acté.
Aujourd'hui, l'on est dans une telle confusion concernant les relations sexuelles que bien souvent, en "parler", c'est légitimer ses passages à l'acte ou ses fantasmes (au sens de rendre acceptables les passages à l'acte).

Donc pour moi, faire la part des choses, ce n'est pas avoir soi-disant réfléchi et "agir" quand même parce qu'on est, au choix, féministe, ou parce que l'autre personne le demande (je pense au cas de profs qui ont des rapports sexuels leur-s élèves pré-adolescents ou adolescents, et qui disent qu'ils ont beaucoup réfléchi quand même.), ou pour faire l'éducation sexuelle de quelqu'un (etc); ça ne me va pas du tout; j'ai suffisamment souffert de la drague d'hommes dans la vingtaine-trentaine étant adolescente (à partir de 13 ans; il paraît que je "faisais" plus que mon âge) pour savoir que c'est pas du tout rassurant et équilibrant, ni éducatif...Et le fait que j'ai pu être attirée par des "grands" n'y change rien.

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Grunt le Lun 8 Oct 2012 - 11:55

@ko a écrit:@grunt
c'est bien pour ça que je suis revenue sur le mot "coupable". Donc tout à fait d'accord sur la capacité de pouvoir en parler.
Mais au cas ou c'est pas clair. Savoir faire la "part des choses", pour moi, ça veut dire, savoir que ça ne doit pas être acté.
Aujourd'hui, l'on est dans une telle confusion concernant les relations sexuelles que bien souvent, en "parler", c'est légitimer ses passages à l'acte ou ses fantasmes (au sens de rendre acceptables les passages à l'acte).
Pas forcément, ça dépend certainement de la façon d'en parler. Ce n'est pas pareil de dire "J'ai un problème..." et "J'ai l'intention de...".

Donc pour moi, faire la part des choses, ce n'est pas avoir soi-disant réfléchi et "agir" quand même parce qu'on est, au choix, féministe, ou parce que l'autre personne le demande (je pense au cas de profs qui ont des rapports sexuels leur-s élèves pré-adolescents ou adolescents, et qui disent qu'ils ont beaucoup réfléchi quand même.)
Ils ont peut-être réfléchi mais n'ont pas lu la loi Neutral

, ou pour faire l'éducation sexuelle de quelqu'un (etc); ça ne me va pas du tout; j'ai suffisamment souffert de la drague d'hommes dans la vingtaine-trentaine étant adolescente (à partir de 13 ans; il paraît que je "faisais" plus que mon âge) pour savoir que c'est pas du tout rassurant et équilibrant, ni éducatif...Et le fait que j'ai pu être attirée par des "grands" n'y change rien.
Justement : de ton point de vue, comment as-tu pu vivre cette attirance envers des plus âgés que toi ?

Que ce soit pénible de se faire draguer par des gens qui ne t'intéressent pas, je conçois totalement (ça se ramène au harcèlement constant dont sont victimes les femmes, accentués par ton jeune âge à l'époque).
Mais as-tu vécu une histoire avec un "grand" ? Comment as-tu ressenti ces attirances, qu'est-ce qui, finalement, te semble problématique aujourd'hui même dans le cas où cette attirance est réciproque ?
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: tabou : l'influence du patriarcat dans les fantasmes sexuels/érotisation de la violence sexuelle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum