Derniers sujets
Présentation de MickaëlAuroraJeu 14 Déc 2017 - 16:02Mickaelauroraréfléchir à plusieurs pour rélféchir plus vite!! :)Jeu 14 Déc 2017 - 13:53TortueSalut à tou.te.sMar 12 Déc 2017 - 17:18Ale.bonjour tout le mondeMar 12 Déc 2017 - 1:15AraignéePedro KazumiMar 12 Déc 2017 - 0:48AraignéeD'où vient l'essentialisme ?Lun 11 Déc 2017 - 15:33TortueListe de qualités essentielles à un petit ami d'une féministeJeu 7 Déc 2017 - 17:35TortueURGENT Réédition : "Notre corps, nous même"Jeu 7 Déc 2017 - 0:39AëlloonJe veux des Poches!!Mer 6 Déc 2017 - 22:52AëlloonPrésentation de Maerlynn (:Mar 5 Déc 2017 - 16:59TortueUne fille au pays des hommes menus, récits colorésDim 3 Déc 2017 - 8:46DihyaThe man-woman wars récits colorésDim 3 Déc 2017 - 4:15ReikoIntersectionalité et paradigmes apparentésDim 3 Déc 2017 - 2:05Black Swan[Article] Mélanie Gourarier. « La séduction alpha mâle s’inscrit dans un continuum de pratiques violentes »Sam 2 Déc 2017 - 15:19Dihya[Radio] Emissions féministes (ou sujets qui nous concernent)Mer 29 Nov 2017 - 9:12Coquelic0tVos films (vraiment) féministesLun 27 Nov 2017 - 17:08erulelyakotavaLun 27 Nov 2017 - 11:56Luce#BoycottWebedia et #BalanceTonForumVen 24 Nov 2017 - 10:07Klazoo LexisFéminisme culturel vs. féminisme radicalMar 21 Nov 2017 - 13:40Tortuefemmes enceintes versus personnes enceintesMar 21 Nov 2017 - 11:20IridaceaLes talons cornés : "horribles", "intolérables" et "anti-sexy"Dim 19 Nov 2017 - 17:25erulelyaFaut-Il Porter Un Soutien-Gorge ? - Article.Ven 17 Nov 2017 - 20:42Ceridwen0813Luce en lutte : rendre la langue française non sexisteVen 17 Nov 2017 - 12:33erulelyaBizutage en médecine à l'université de caen = Enseignement du sexisme ?Jeu 16 Nov 2017 - 11:31michekhenBonjour ! Moi, Je.Lun 13 Nov 2017 - 16:18Un HommePeggy SastreSam 11 Nov 2017 - 4:12Klazoo LexisHelloVen 10 Nov 2017 - 11:15IridaceaBoujour à vous Dim 5 Nov 2017 - 20:50IridaceaMorg@neDim 5 Nov 2017 - 18:30IridaceaGeorges BouillonDim 5 Nov 2017 - 18:17Iridacea"Free the Nipple"Sam 4 Nov 2017 - 1:18erulelyaOuvrir la voix par Amandine Gay (black feminism)Jeu 2 Nov 2017 - 20:58Aëlloon

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Poulpe
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 56
Date d'inscription : 01/06/2012

Violence conjugale : une violence genrée ?

le Jeu 28 Juin 2012 - 21:46
Je suis tombé sur ce lien ou j'apprends que environ 30% des violences conjugales sont des hommes Shocked . J'ai aussi lu le rapport de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et de l'INSEE qu'il source. Ça m'a l'air d'être un bon doc, même si franchement je suis pas une pro des stats..
Je m'y connais pas trop trop en violences conjugales Embarassed mais c'est étonnant non?
Comment analyser ces données d'un point de vue feministe ? confused
avatar
Trompes De Fallope
Hystérique
Hystérique
Messages : 500
Date d'inscription : 11/03/2012
http://sitasdestrompesdefallope.wordpress.com

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Jeu 28 Juin 2012 - 21:59
Tu veux dire "30% des victimes sont des hommes" ? Je pense que la violence peut être partout et que ce n'est pas non plus acceptable que des femmes soient violentes envers des hommes. Mais après il faudrait plus de précisions : combien d'hommes en meurent, combien de temps ils acceptent etc. ce qui doit être difficile pour eux ce doit être la peur de ne pas être pris au sérieux.
Ce qu'il y a de sexiste dans les violences conjugales dont sont victimes les femmes c'est que c'est la conséquence d'une société patriarcale qui produit certains comportements. la violence des femmes qui exercent des violences envers des hommes est je pense davantage la conséquence d'une société globalement violente, je ne pense pas que ce soit la situation symétriquement inverse (même si encore une fois ça n'est pas plus acceptable).
Déconstruire
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 293
Date d'inscription : 05/11/2011
http://survivrealaprostitution.blogspot.com/

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Jeu 28 Juin 2012 - 22:09
J'ai créé le même topic hier sur le forum abolitionniste ! cat
On a commencé par relever que l'auteur de l'article avait des accointances masculinistes, ce qui nous a poussé à prendre tout ça avec des pincettes.
J'ai ensuite pris le temps de relire l'article et je vous recopie ce que j'ai posté sur le sujet :

Mon problème n'est pas que ces chiffres remettraient éventuellement en cause le patriarcat, parce que je pense comme toi Laine que ce ne serait pas le cas, mon problème c'est que si ces chiffres sont vrais (ou qu'ils se rapprochent plus de la réalité que le "mais nan c'est marginal par rapport à ce qui arrive aux femmes" dont on a tendance à se fendre), ben franchement c'est assez effroyable que nous, en tant que personnes censées lutter contre toutes formes de domination et de violence, passions cela sous silence (volontairement ou non). On ne peut pas se contenter d'affirmer "s'il dit ça, c'est que c'est un masculiniste" ou "s'il a des tendances masculinistes, ces données sont forcément fausses", parce que dénier sans même vouloir observer les faits, c'est exactement le même procédé qu'on utilise pour faire taire toutes les victimes, et on aura raison de nous le reprocher et d'utiliser ça pour nous discréditer.

Il me paraît important de prendre le temps se pencher sur ces études et leur méthodologie, pour les démonter le cas échéant, ou en tenir compte si elles sont valables.
À la simple lecture du texte j'ai comme vous relevé deux-trois choses qui m'ont fait tiquer : on ne précise pas s'il s'agit uniquement de couples hétéros ou aussi d'homos, quelle proportion de violences de la part des femmes se situant dans un cadre de légitime défense ?
Mais un truc qui m'a fait "c'est trop gros, c'est pas possible", c'est le paragraphe sur la violence "dans le ménage", où on donne ces chiffres :
Ainsi, l’ONDRP estime à 663 000 le nombre des femmes de 18 à 75 ans et 280 000 celui des hommes se déclarant victimes de violences physiques (violences sexuelles incluses) au sein de leur ménage sur deux ans.

La part des hommes victimes dans le total des violences physiques ou sexuelles est donc évaluée à 30%, ce qui n’est ni insignifiant ni mineur. Parmi ceux-ci, 35 000 hommes sont estimés victimes spécifiquement de violences sexuelles dans leur ménage, contre 125 000 femmes. Les hommes représentent donc 22% des victimes de violences sexuelles d’après ces estimations.
On précise que le "ménage" recouvre un "périmètre légèrement différent de celui du couple, mais qui l’inclut", avec un lien vers la définition de "ménage" qui explique qu'en fait ce sont toutes les personnes qui vivent dans un même logement, avec ou sans lien de parenté. Ce qui signifie qu'alors que l'article parle explicitement de la violence des femmes sur leur conjoint, il se trouve que ces chiffres désignent en fait des violences qui pourraient tout aussi bien avoir été subies de la part d'un père, frère, fils, coloc' !!! ... Ce qui n'a absolument rien à voir !!! Et ça ce n'est mentionné nulle part, il n'y a qu'un pudique "le périmètre porte sur le ménage et non sur le couple au sens strict" qui est loin de sous-entendre une telle portée.
Gros signe de malhonnêteté intellectuelle pour moi.

Le document de l'enquête est fourni en lien. L'échantillon semble fiable. Je n'ai pas le temps de le lire en détails maintenant mais il donne quelques précisions sur la violence par le/la conjoint-e. En terme de violences conjugales à proprement parler on a des chiffres plus faibles que ce qui est cité plus haut, mais assez hauts quand même pour être notés et pris en compte.

Un truc notable : à la question "comment qualifierez-vous les dommages psychologiques causés par les incidents ?" aux personnes ayant déclaré avoir été victimes d’au moins un acte de violences physiques ou sexuelles intra ménage sur 2 an :
- les femmes répondent à 52% "plutôt, voire très importants" et 44% "peu ou pas importants"
- les hommes répondent à seulement 27% "plutôt, voire très importants" et 63% "peu ou pas importants" Suspect
Alors soit les hommes s'en foutent complètement quoi qu'il leur arrive et/ou les femmes sont des chochottes, soit la violence que les hommes subissent, c'est de la gnognotte à côté de celle que vivent les femmes. Et/ou ils ont une définition de la violence bien plus élargie que celle des femmes, d'ailleurs c'est vrai que l'intitulé est très flou : "violences physiques ou sexuelles" sans plus de précisions, chacun peut mettre ce qu'il veut dedans, avec ses projections genrées en prime.

Ah ben voilà, je feuillette le rapport sur les violences conjugales au Canada, qui dit que c'est kif-kif entre les hommes et les femmes, et voilà ce que je trouve, ça tombe à pic :
(Notez bien qu'on parle de violence la plus grave)

Comment oser dire que c'est la même situation dans les deux cas ? Shocked


Bref voilà il y a de quoi être très très circonspect effectivement (oui j'ai un peu fait ma réflexion au fil du message désolée Very Happy), mais je pense que la question mérite quand même qu'on s'y penche rigoureusement.
Poulpe
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 56
Date d'inscription : 01/06/2012

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Ven 29 Juin 2012 - 9:19
Mon problème n'est pas que ces chiffres remettraient éventuellement en cause le patriarcat, parce que je pense comme toi Laine que ce ne serait pas le cas, mon problème c'est que si ces chiffres sont vrais (ou qu'ils se rapprochent plus de la réalité que le "mais nan c'est marginal par rapport à ce qui arrive aux femmes" dont on a tendance à se fendre), ben franchement c'est assez effroyable que nous, en tant que personnes censées lutter contre toutes formes de domination et de violence, passions cela sous silence (volontairement ou non).
Oui, c'était ça qui me gênait dans ma tentative d'approche féministe.
De plus, j'ai une amie qui suit des cours de criminologie, et il semble que la plupart des femmes qui tuent leur conjoint le font par légitime défense (j'essayerai de retrouver les sources..).
Et comme ces chiffres pas d'explications socio, ça peut interroger quand même !
Déconstruire
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 293
Date d'inscription : 05/11/2011
http://survivrealaprostitution.blogspot.com/

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Ven 29 Juin 2012 - 12:54
@Poulpe a écrit:De plus, j'ai une amie qui suit des cours de criminologie, et il semble que la plupart des femmes qui tuent leur conjoint le font par légitime défense (j'essayerai de retrouver les sources..).
Il me semble que c'est de l'ordre de la moitié, il faudrait que je retrouve les documents aussi.
Poulpe
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 56
Date d'inscription : 01/06/2012

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Ven 29 Juin 2012 - 20:43
le cours de crimino (tenu par un juge à la retraite) de mon amie indique pour le crime "passionnel" que 85% des meurtrier-e-s sont des hommes et que les femmes en sont 65% des victimes. Les meurtrières sont souvent dans le cas de violences conjugales (pas plus de précisions Sad )

Il est aussi écrit que :
Le crime passionnel répond à un coup de sang, de folie dans l'imagerie populaire sauf en cas de coupable à la peau foncée où les gen-te-s pensent à une culture de barbares. Il correspond à un schéma archaïque d'appropriation de la femme par l'homme.
En italique, c'est moi Surprised

Par contre pas de source indiquée bounce
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3993
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Sam 30 Juin 2012 - 8:36
« crime passionnel », quelle horrible dénomination ! Quand on tue qqn-e, ce n’est pas par amour ou passion, encore un cliché qui a la vie dure. No
avatar
Arrakis
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1806
Date d'inscription : 29/02/2012

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Sam 30 Juin 2012 - 9:26
A défaut de source, j'avais épluchée les dépêches regroupées par ce site sur un an (l'année 2009 ou 2010 je sais plus). 9 fois sur 10, ça parlait de "drame" quand la couleur/l'origine géographique du mec n'était pas indiquée, de "meurtre" ou "crime" quand il était indiqué que le meurtrier était noir/basané/originaire d'Europe de l'Est (etc.). L'une des seules occurrences du terme "crime" dans un article où le meurtrier était blanc concernait un type qui avait découpé sa compagne en morceaux pour l'enterrer dans la forêt.
Ca c'était un peu "arrangé" sur les publications de l'année suivante, où il était plus souvent question de crime ou meurtre.
Déconstruire
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 293
Date d'inscription : 05/11/2011
http://survivrealaprostitution.blogspot.com/

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Jeu 8 Nov 2012 - 16:51
Personne en Suisse ? J'aurais bien aimé pouvoir y aller ! Mais c'est juste pas du tout possible ^^

-
Christelle Hamel : « Les hommes victimes de violences conjugales : qu'en savons-nous ? »

Conférence publique organisée par le LIEGE HES·SO et le CEG LIEGE de l’Unil le mardi 20 novembre 2012 à 17h à la Haute école de travail social et de la santé EESP, Lausanne, Auditoire A 321-322.

Résumé

Les travaux de recherche sur les violences contre les femmes comme les activités des associations qui accompagnent celles qui en sont victimes ont mis au jour depuis longtemps que l’espace familial et en particulier la relation de couple sont un espace où la violence masculine contre les femmes se révèle plus fréquente que dans l’espace public, mais aussi plus dangereuse du fait de la proximité avec l’auteur et de la difficulté de s’en éloigner. Les campagnes de prévention de ces violences font réagir certains groupes d’hommes qui avancent que les violences des femmes contre les hommes existent aussi dans le couple et réclament auprès des pouvoirs publics la mise en œuvre de campagnes de prévention. Ces revendications s’appuient notamment sur des données statistiques issues de grandes enquêtes quantitatives produites en Amérique du Nord. Ces données chiffrées qui ont la force de la scientificité tendent à valider l’idée qu’il existerait des conjointes exerçant des violences contre leur conjoint et que cette violence serait aussi fréquente que celle déclarée par les femmes. Ces résultats interrogent à divers égards. Nous examinerons quelle définition de la violence conjugale est retenue dans ces enquêtes et discuterons des enjeux méthodologiques relatifs à l’enregistrement de ces violences dans les enquêtes quantitatives en comparant les enquêtes réalisées en France et au Québec.
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Jeu 7 Jan 2016 - 19:17
Je suis sous le choc. J'entends un chiffre à la radio, je me dis que ce n'est pas possible. Je cherche sur le net. Ce n'est pas possible et pourtant si, en Belgique, en 2013, 157 femmes sont mortes de violence conjugale ! Cela fait 3 par semaine, la même fréquence qu'en France sauf qu'il n'y a qu'onze millions d'habitants en Belgique. (rapport dont vient le chiffre, p.5)

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
michekhen
Hystérique
Hystérique
Messages : 687
Date d'inscription : 02/09/2013

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Ven 8 Jan 2016 - 12:01
C'est un chiffre tout à fait dingue et tout le monde l'ignore ou le nie.
Moi qui pourtant lisait beaucoup (mais pas sur le féminisme  Exclamation ) j'ai du lire ces chiffres mais sans me rendre vraiment compte de leur portée.
Je me demande comment sont les chiffres pour les hommes et quelles sont les différences?
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Ven 8 Jan 2016 - 12:04
Dans le même rapport, il est précisé que 98% des auteurs de violence en rue sont des hommes. Par contre, il n'est pas précisé le pourcentage hommes-femmes des victimes d'agressions en rue.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Ven 8 Jan 2016 - 12:34
Si ma mémoire est bonne, les hommes sont davantage la cible d'agressions physiques, c'est d'ailleurs récupéré par les mascu et compagnie pour prétendre que les hommes sont autant victimes que les femmes (si ce n'est plus qu'elles).
Comme pour les suicides, les hommes apparaissent plus dans les statistiques alors que les femmes font plus de tentatives, et c'est effectivement dû aux moyens utilisés.

Les hommes sont effectivement plus victimes d’agression dans les lieux publics que les femmes, mais hors violences sexuelles (j'inclus le harcèlement dedans). Ils sont victimes de vol avec violence par exemple.

Encore une fois ces violences sont genrées (et les suicides le sont aussi, cela paraît évident).


Dernière édition par Drärk le Ven 8 Jan 2016 - 13:40, édité 1 fois (Raison : Faute + tournure de phrase corrigée.)

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4542
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Ven 8 Jan 2016 - 12:59
@Drärk a écrit:
Disons que ces dernières se loupent davantage et je pense que le conditionnement du sacrifice social n'y est pas pour rien là dedans..

Attention : il est problématique de parler de "suicides loupés/ratés" et de "suicides réussis", parce que ça sous-entend que la TS qui mène à la mort serait une réussite et que celle qui n'y mène pas serait un ratage. C'est une de ces habitudes de langage auxquelles on ne fait pas forcément gaffe mais qui portent avec elles des idées pas géniales.

Alors que concrètement, un "suicide réussi", c'est plutôt une TS qui n'aboutit pas à la mort, ne laisse pas de séquelles et est suffisamment bien prise en charge psychologiquement pour que la personne se sente aidée, écoutée et n'aie plus envie de se suicider.


Effectivement, les femmes commettent plus de TS et les hommes meurent plus souvent de leurs TS... C'est aussi du à la différence des moyens utilisés (les hommes se pendent plus souvent ou utilisent plus souvent une arme, les femmes ont plus tendance aux OD médicamenteuses ou à se couper les veines, moyens avec lesquels ils est plus facile d'éviter la mort et/ou de porter secours.)

(Sinon désolée de mon coté "grammar addict", mais on écrit "lieux publics" ; les mots en "ic" sont de plus en plus souvent torturés.)

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

le Ven 8 Jan 2016 - 13:37
Oh my ! Merci pour la faute sur "publics", je ne l'ai pas relevée, à force de lire des fautes je les reproduis de plus en plus souvent et j'ai horreur de ça en plus, je corrige ça de suite.

Pareil pour l'expression que tu as relevée en premier lieu, j'vais tourner ma phrase autrement, je te rejoins sur ton explication et ce que cela sous-entend.

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
Contenu sponsorisé

Re: Violence conjugale : une violence genrée ?

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum