Derniers sujets
C'est quoi le Masculinisme?Hier à 18:49michekhenliens pour accueil ne fonctionne pas? Hier à 17:04michekhenVidéos et films féministesVen 22 Sep 2017 - 13:04Black SwanThe man-woman warsVen 22 Sep 2017 - 7:05ReikoHoi tout le monde! >u</Jeu 21 Sep 2017 - 19:01Appoline[Article] Grossesse : au moins 7 bonnes raisons (scientifiquement prouvées) de ne pas s'inquiéterJeu 21 Sep 2017 - 16:24IridaceaBonjourJeu 21 Sep 2017 - 11:52TortueNouveau débat public sur la PMAMar 19 Sep 2017 - 9:25erulelyaLe Dom Juan et la salope : pourquoi cette différence de traitement ? (Je sais pas si on l'on déjà posé celle là °^°)Lun 18 Sep 2017 - 22:10AppolineBla.Dim 17 Sep 2017 - 17:53AëlloonChansons féministesDim 17 Sep 2017 - 6:54AëlloonSauvons la Bibliothèque Marguerite Durand ! Ven 15 Sep 2017 - 19:53DihyaImpact des violences sexuelles sur la santé des femmesVen 15 Sep 2017 - 19:39DihyaBonsoirJeu 14 Sep 2017 - 17:11IridaceaSurvivante vs. victime (agression sexuelle)Mar 12 Sep 2017 - 10:451977"non-binaire" c'est quoi ?Dim 10 Sep 2017 - 15:04TortueC'est quoi "être une femme" ?Ven 8 Sep 2017 - 12:28mïelitie[Ressources] La transphobieVen 8 Sep 2017 - 10:32HopeyPrésentation Sychriscar :)Ven 8 Sep 2017 - 3:09AraignéePeggy SastreVen 8 Sep 2017 - 1:11Araignée[HS] Homosexualité chez les enfants d'un couple homosexuelJeu 7 Sep 2017 - 23:58AraignéeLa transmisogynie, qu'est ce que c'est?Mer 6 Sep 2017 - 0:19michekhenRugbyGirlDim 3 Sep 2017 - 0:49Administratricebonjour!Sam 2 Sep 2017 - 19:59AraignéePrésentationVen 1 Sep 2017 - 10:42FurèneLa santé pour les garçons fémininsMer 30 Aoû 2017 - 19:11Reiko[Article] Ruptures : pourquoi on reste avec eux ?Mer 30 Aoû 2017 - 16:14erulelyaSalon du livre lesbien et débat HERstory le 1er juillet 2017Mar 29 Aoû 2017 - 19:57Iridacea[Article] Les hommes hétérosexuels sont-ils aussi victimes de violence conjugale ?Mar 29 Aoû 2017 - 12:20chester DenisL'homosexualité au Japon Mar 29 Aoû 2017 - 6:00Reikocomment se proteger de la repression policiere/judiciere ?Lun 28 Aoû 2017 - 13:31TortueNouvelle venueSam 26 Aoû 2017 - 22:40Araignée

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lucha
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 815
Date d'inscription : 18/12/2011

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 15:52
En dehors de chez moi je m'essuie seulement. Sur mon lieu de travail on a une bouteille dans les toilettes pour ceux et celles qui veulent se laver. Mais de toute façon, poil ou pas, il faut bien laver après le pipi.

Ah, je viens de comprendre le rôle de la serviette ( Razz ): non, en fait je fais juste passer de l'eau dessus, je ne lave pas mes parties avec la main. Je me lave les mains une fois sortie des toilettes, dans le lavabo. Wink
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 20:45
cleindo a écrit:Pierregr, euhh comment dire... t'as une touffe de poils sur le bout du gland? Non hein?... donc c'est pas comparable, désolée. pour ma part, c'est pas qu'on produit moins de sécrétions/odeurs sans poils, c'est bien plus que c'est hyper plus facile à nettoyer un truc lisse qu'un truc pas lisse.

Merci pour la leçon d'anatomie. Je vois que mon message n'est pas bien passé. Des hommes aussi prétendent être plus "propres" sans poils pubiens alors que ça n'a rien à voir. Dès que j'urine, je sens, c'est pareil pour les femmes. Que les poils gardent les odeurs, c'est une évidence mais va au bout de ta logique alors : tu dois te raser le crâne car les cheveux retiennent les odeurs de clope, de cuisine, etc. Tiens, curieusement, celles qui sont obsédées par l'enlèvement des poils sexuels sont en général très attachées à leurs cheveux. Quelle contradiction.
Lucha
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 815
Date d'inscription : 18/12/2011

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 20:54
Je confirme, l'urine sent de toute façon. Le corps humain est un ensemble d'odeurs, c'est la nature. Sinon, la réponse de Pierre m'a fait réaliser que j'avais pas remarqué une phrase de cleindo: c'est plus facile de nettoyer un truc lisse qu'un truc pas lisse. Donc, tu fais comment pour la tête? Tu te rases les cheveux? Parce que pour le coup, moi je préfère avoir les cheveux courts que longs (ce qui est le cas) car c'est plus facile à laver que des cheveux longs (ce qui est le cas de la plupart des femmes).
avatar
Roxappho
Hystérique
Hystérique
Messages : 429
Date d'inscription : 23/02/2012
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 22:09
M_hysterie a écrit:Sinon je pense que le débat poils-sans poils est un peu comme le débat allaiter-pas allaiter ou d'autres choses. C'est-à-dire que chaque "solution" a des avantages et des inconvénients et que ce qui compte le plus, c'est la liberté de choix des femmes !
Je suis entièrement d'accord avec toi.
Personnellement, je suis toujours amusée par le nombre de fois où je le rencontre, que je retrouve les mêmes arguments et que ça en arrive globalement à la conclusion consensuelle que tu viens de faire.

_________________
Plus là...

Définitivement !
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 22:13
Pour moi, le débat n’est pas avec ou sans poils. Il y a des arguments concrets (médicaux, entre autres) pour le fait de garder les poils liés à la puberté. Après, il y a des tas de raisons pour les enlever (mode, sensation différente, injonction, mimétisme, intériorisation de la norme). C’est en cela que c’est intéressant : à partir de quand un choix qui paraît « libre » n’est en fait qu’une norme intégrée. Quand on connaît la censure millénaire subie par la pilosité féminine, on ne peut évacuer le poids ancestral de cette censure. La comparaison avec l’allaitement n’est pas judicieuse car elle ne concerne pas toutes les femmes alors que toutes les femmes ont des poils et de plus, ceux qui posent problème sont les sexuels, il y a curieusement peu de femmes chauves.

Vous oubliez aussi l'aspect commercial : ne pas s'épiler, cela ne rapporte rien du tout à l'industrie cosmétique ! Il n'y aura donc jamais de "mode" inverse à celle d'aujourd'hui.
J'explique tout ça en détails sur mon site.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 22:16
ah mes cheveux c'est tout une aventure... dont je vous épargnerai les détails Wink

Dès que je cuisine ou que je fais un truc qui sent, je les attache. Si j'avais pas l'air aussi con avec, je mettrais une charlotte ou un truc comme ça. Mais coup de bol, je fais pas pipi par la tête, j'ai pas mes règles par le crâne non plus, et c'est de loin pas du crâne que je transpire le plus. De la même manière que j'enlève pas TOUS les poils de mon corps, je garde mes cheveux, paske c'est beaucoup plus joli avec que sans. J'enlève là où ça pue, là où ça coule et là où c'est pas pratique.

Effectivement c'est la nature de sentir, et alors? c'est naturel de faire caca e pour autant on fait pas nos besoins dans la rue. C'est naturel d'avoir le nez qui coule et pourtant on évite d'avoir des grandes morvelles, c'est naturel d'avoir des ongles pourtant on les coupe, d'avoir de la barbe pour les hommes pourtant ils la laissent pas pousser jusque par terre etc etc. Y a qu'à plus se laver non plus à ce compte là, à vivre à poil et à pisser partout.
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 22:22
C’est dommage de tomber dans l’excès. J’attire l’attention sur le fait que tous les poils retiennent les odeurs et donc aussi les cheveux. Mais comme par hasard, l’argument hygiéniste invoqué par toi et bcp d’homme ou de femmes ne concernent pas les cheveux ! Des gens se rasent les aisselles « pour l’hygiène » et il n’y a pourtant pas de sang. Tout cela est incohérent, pour moi.
Pour la barbe, c’est différent vu que les femmes n’en ont pas, je parle des poils en commun. Et de toute façon, la barbe non taillée empêche de manger, de s’habiller, il faut bien au moins la tailler ou la couper (comme les cheveux). Les autres poils du corps ne posent pas ce genre de problème puisqu’ils arrêtent de pousser après un certain temps.
La seule chose qui compte, c'est l'hygiène : sans elle, on propage des germes, des maladies. C'est pourquoi les excréments n'ont rien à voir avec les poils.
Avec des poils, on n'est pas plus sale que sans.
Lucha
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 815
Date d'inscription : 18/12/2011

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 22:29
Ah mais, cleindo, personne ne t'oblige à faire comme Pierre et moi. On réagit simplement à ta remarque: les poils sont pas hygiéniques. Les poils ne sont ni hygiéniques, ni pas hygiéniques. L'hygiène, c'est nous, être humains qui la faisons. Si on se lave, on est propre, avec ou sans poils, si on se lave pas, on est sale, avec ou sans poils. Chacun-e gère son corps comme il veut: celui/celle qui veut garder ses poils (comme moi) les garde, et je suis propre malgré tout, celui/celle qui veut les enlever les enlève, et il/elle est propre. Seulement, comme le dit Pierre, il s'avère que le deuxième choix est plus une injonction qu'un choix.

D'ailleurs, au fil du topic, je remarque qu'on parle de l'odeur de la transpiration. Or, la transpiration est inodore: l'eau n'a pas d'odeur. Ce qui sent, ce sont soit les phéromones, soit la détérioration des bactéries sur la peau. Donc quelque chose qui n'a rien à voir avec les poils.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 22:49
pierregr a écrit:C’est dommage de tomber dans l’excès.
pas plus que de dire "si tu t'épiles l'entrejambe pkoi tu te rases pas la tête?". Si c'est l'argument naturaliste qui prime, pourquoi s'arrêter en si bon chemin alors?

pierregr a écrit:Mais comme par hasard, l’argument hygiéniste invoqué par toi et bcp d’homme ou de femmes ne concernent pas les cheveux !
ben oui, la chevelure avec ou sans change complètement un visage, et mes cheveux ne me posent pas un pb d'hygiène ou d'odeurs ou de secrétions, pas plus que ceux des bras ou des cuisses etc. La sueur est différente selon les endroits, le crâne n'a pas de glandes apocrines que je sache, y a que les aisselles et l'entrejambe qui en ont. Ceci explique cela, tout simplement. Je vois donc aucune raison de me raser la tête Wink

pierregr a écrit:Et de toute façon, la barbe non taillée empêche de manger, de s’habiller
allons bon.... les barbus sont tous à la diète et à poil? Very Happy (à poil, barbus, ahahaha je suis géniale ). Quoi? les miettes se collent dans la barbe? et alors, suffit d'essuyer, c'est la nature ...

pierregr a écrit:C'est pourquoi les excréments n'ont rien à voir avec les poils.
en effet. Ils se collent juste dessus ...
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Pilosité et influence sociétale

le Ven 24 Fév 2012 - 22:54
Lucha a écrit:D'ailleurs, au fil du topic, je remarque qu'on parle de l'odeur de la transpiration. Or, la transpiration est inodore: l'eau n'a pas d'odeur. Ce qui sent, ce sont soit les phéromones, soit la détérioration des bactéries sur la peau. Donc quelque chose qui n'a rien à voir avec les poils.
je suis bien d'accord avec tout ça. Bon pour ma part c'est pas que l'odeur, c'est aussi le contact et l'aspect pratique.
N'empêche que c'est plus facile d'essuyer un truc lisse qu'un truc euhhh fileux , ça sèche plus vite, le liquide reste pas pareil dessus, y a qu'à voir si on se laisse sécher au soleil, la peau sèche bien plus vite que les cheveux.

Bon pour moi c'est plus histoire de discuter, parce que c'est pas un débat fondamental pour ma part... et chacun fait bien ce qu'il veut avec ses poils en effet (du moment que ça atterrit pas dans ma bouche Very Happy)
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 8:08
cleindo a écrit: La sueur est différente selon les endroits, le crâne n'a pas de glandes apocrines que je sache, y a que les aisselles et l'entrejambe qui en ont. Ceci explique cela, tout simplement. Je vois donc aucune raison de me raser la tête

Si tu relis bien ce que j'ai dit, j'ai parlé d'odeur de tabac, de nourriture. Si je reste 30 mn dans un endroit avec des fumeurs (je ne fume pas), mes vêtements et mes cheveux puent la clope. Je pourrais me raser le crâne pour éviter cet inconvénient. Je préfère me les laver mais je dois parfois attendre des heures avant de pouvoir le faire, je n'en fais pas un drame non plus, c'est pas la mer à boire d'avoir une odeur sur soi qq heures. D'où ma question sur la pertinence de ton argument hygiéniste concernant les poils pubiens que tu omets quand tu parles des cheveux.

allons bon.... les barbus sont tous à la diète et à poil? (à poil, barbus, ahahaha je suis géniale ). Quoi? les miettes se collent dans la barbe? et alors, suffit d'essuyer, c'est la nature ...

Je parle des poils de la moustache qui rapidement, se retrouvent sur les lèvres et même dans la bouche si on ne les coupe pas. Donc, ils posent un problème parce que tu te retrouves avec des poils en bouche. Les poils de la barbe eux, si on ne les coupe pas, empêchent le port de certains habits, d'un casque, etc. En fait, si ma barbe arrêtait de pousser, je ne la raserais pas. Elle ne me dérange pas en soi, je la garde parfois 2 semaines, voire plus. Mais il y a un moment où il faut soit raccourcir, soit raser, alors je rase. Mais on entend souvent des gens dire que les barbus sont sales (j'y reviens plus loin).

C'est pourquoi les excréments n'ont rien à voir avec les poils.

en effet. Ils se collent juste dessus ...

Pff, quelle mauvaise foi. Je voulais dire que les excréments sont des choses à éliminer du corps car ce sont des déchets. Les poils ne sont pas des déchets, ils font partie intégrante du système de régulation du corps. Les excréments n'ont donc rien à voir avec les poils. Mettre les poils sur le même pied que les excréments, c'est vraiment le discours hygiéniste de l'industrie cosmétique. Et si on a des poils entre les fesses, c'est parce que sans ça, un frottement peut se produire et provoquer des irritations. Et oui, même les poils de cul ont une utilité, n'en déplaise aux hygiénistes et aux pilophobes.

En fait, ce que j’essaie de faire comprendre et Lucha est sur ma longueur d’onde, c’est que les poils en soi ne sont pas le problème et que tu le veuilles ou non, ton discours est hygiéniste, c’est-à-dire celui de l’industrie cosmétique. Depuis une dizaine d’années d’ailleurs, je note un glissement concernant les aisselles : il y a 20 ans (ou plus), les femme s’enlevaient ces poils parce que « ça faisait masculin » . Mais maintenant que bcp d’hommes les enlèvent aussi, l’argument ne tient plus. Personne ne dit d’un homme aux aisselles glabres qu’il est féminin. On a donc « inventé » l’argument hygiéniste : garder ses poils, c’est être sale. Et c’est même devenu une réaction épidermique, chez les ados par exemple (je sais que ta fille garde ses poils, je parle en général et je connais des filles ados qui se font traiter de sale parce qu’elles gardent leurs poils aux aisselles).
Et contrairement à toi, je trouve que c'est important de bien recadrer les choses : tu préfères enlever les poils pour des raisons pratiques ou de sexualité, ok. Mais s’il te plaît, rends-toi que ton discours hygiéniste est très dommageable car il donne du grain à moudre aux pilophobes qui ne manquent jamais d’arguments. Je dois chaque fois me battre contre des clichés débiles et pour l’indifférence. Qu’on fiche la paix les femmes qui ont envie de refuser l’injonction d’être glabre partout sauf sur le crâne. Je ne demande pas aux gens d’aimer les poils mais d’y être indifférent. Comme il faut être indifférent à la couleur de peau de qqn-e, à son orientation sexuelle.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 11:15
j'ai parlé d'odeur de tabac, de nourriture. Si je reste 30 mn dans un endroit avec des fumeurs (je ne fume pas), mes vêtements et mes cheveux puent la clope. Je pourrais me raser le crâne pour éviter cet inconvénient.
et ben je fais comme toi. Je tiens à mes cheveux (ô combien!...) et je n'ai pas de pouvoir sur les odeurs extérieures, donc je les subis (quoiqu'un resto qui sent le graillon, j'y reste pas). Mes poils pubiens ne modifient pas mon visage et c'est moi avec moi, pas moi avec l'extérieur, donc je m'organise.

Je parle des poils de la moustache qui rapidement, se retrouvent sur les lèvres et même dans la bouche si on ne les coupe pas
tiens bon, laisse les pousser le temps qu'ils soient assez longs pour dépasser la bouche. Pi un poil en bouche, c'est pas la mort parait il.
Bon je te chicane, c'est le '"on ne peut pas manger ni s'habiller" qui m'avait fait sourire Wink. Bon on peut donc s'habiller et manger et être propre? Tu avoueras que ça demande juste plus d'entretien (mieux s'essuyer la sauce dans la barbe etc) ben pour moi c'est exactement pareil que les poils publiens. C'est faisable, juste un poil (re ahahaha) plus complexe.


Pff, quelle mauvaise foi
aucunement (au passage, merci à toi aussi pour le cours sur l'anatomie,moi qui pensait que les poils étaient des excréments, me voila toute éclairée.

Et si on a des poils entre les fesses, c'est parce que sans ça, un frottement peut se produire et provoquer des irritations.
ah? Suspect Pas con le designeur, il a pensé à nous coller des poils au cul pour si on veut mettre des strings que ça nous irrite pas? chapeau l'anticipation Very Happy Bon, j'ai jamais été irritée , pour ma part y avait pas besoin de l'option. Par contre, clairement les excréments se collent plus sur les poils que sur la peau. Oui je sais le caca aussi c'est naturel.

(j'hallucine un peu de cette discussion sur le caca dans les poils de cul , j'avoue lol! )

que tu le veuilles ou non, ton discours est hygiéniste, c’est-à-dire celui de l’industrie cosmétique
ça me pose aucun pb d'admettre que mon discours est (entre autre) hygiéniste , que ce soit le même que l'industrie cosmétique ou celui des plombiers bretons, c'est pas mon pb, je vais pas penser autrement juste pour pas penser comme x ou y.

garder ses poils, c’est être sale
garder ses poils aux lèvres, ca complique pour être propre. Entre autre (je me souviens aussi que quand j'avais des poils -longs en plus- ça s'entortillait pour la masturbation et c'est CHIANNNT (sans compter certains sex toys, avec lesquels ça vire plus à la torture qu'autre chose avec des poils)

contrairement à toi, je trouve que c'est important de bien recadrer les choses
ton aversion t'égare Smile recadrons recadrons! Argumente mes clichés débiles, le-un forum est fait pour ça je suppose.

Je ne demande pas aux gens d’aimer les poils mais d’y être indifférent.
ben tu l'es pas toi (indifférent) , je dirais même que ça t'obsède (spa un peu névrotique ?)
Je te demande d'ailleurs pas pour autant de ne plus argumenter, mais qu'en effet, on puisse vouloir enlever ses poils sans se faire traitée de vendue.
Tu n'as pas relevé le fait qu'avec des règles je trouve ça vraiment pas terrible, j'aurais surement fermer mon clapet si tu ne répondais pas aux arguments d'autres personnes-pensées pour répondre aux mien-nes.


Comme il faut être indifférent à la couleur de peau de qqn-e
le point goldwin se rapproche dangereusement Wink
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 15:19
Je reviens aussi sur ton assertion « naturaliste ». A aucun moment, je n’ai dit/écrit que garder ses poils était une obligation parce qu’ils sont naturels. Ce que je dis, c’est que les arguments avancés par bcp de gens sont fallacieux (pour les aisselles/jambes surtout) ou totalement subjectifs (c’est plus « joli »). En fait, je ne vois pas l’intérêt de m’enlever des poils qui ne me gênent pas. Le faire serait une perte de temps et ça m’occasionnerait des tas d’inconvénients. Poils incarnés, démangeaisons, etc. Je parle aussi au nom de toutes les femmes qui se rasent pour éviter les insultes et moqueries.

Ta position est confortable : tu es dans la norme. C’est un peu comme si un-e gay disait sur le forum « je suis stigmatisé-e à cause de mon orientation sexuelle » et que je répondais « bof, je suis hétéro et franchement, on me fout la paix, yaka assumer épicez tout ».

Quant à ta remarque perfide sur mon "obsession", en aurais-tu dit autant si je parlais de ma femme qu'on insulterait parce qu'elle a la peau noire (supposition, elle est blanche) ?
Ne trouves-tu pas normal de chercher à comprendre d'où vient cette haine pilophobe ?
Ce sont mes recherches sur les intolérant-e-s pilophobes qui m'ont amené au féminisme et comme la pilophobie est ancestrale et liée à la misogynie, ça me paraît très important d'en parler. Indépendamment du fait que des gens comme toi s'enlèvent les poils pour des raisons différentes et qui du coup, zappent complètement les femmes qui se sentent obligées de se conformer à la norme. Tout le monde n'a pas les reins assez solides pour affronter les remarques méchantes et les regards de dégoût. Je rappelle que seules les femmes sont vicitmes de pilophobie (je ne parle pas des hommes qui ont des poils en surnombre).


Dernière édition par pierregr le Sam 25 Fév 2012 - 15:41, édité 1 fois
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 15:20
Pour montrer à quel point les poils féminins sont mal vus, voici 2 pubs coréennes pour un rasoir Philips. Au-delà de l'aspect spécifique à l'Asie, il y a un détail frappant qui distingue cette pub de celles que les marques de rasoirs font en Europe. Saurez-vous le trouver ?
La première fait 30s, la deuxième, 1mn30s. Il y a des références à Godzilla.

http://www.youtube.com/watch?v=FqwvkUocA0g

http://www.youtube.com/watch?v=Q3G2qmY0hW8

Etes-vous choqué-e par ces pubs ?

Décryptage des pubs

Spoiler:

- Ce qui m'a frappé, c'est la visibilité des poils. En effet, dans toutes les pubs occidentales pour des rasoirs/produits dépilatoires de ces 30 dernières années, les poils des femmes sont absents ! La raison est simple : il y a eu une censure depuis longtemps qui vient entre autres du cinéma et donc, le public cible n'est pas habitué à voir des poils sur le corps d'une femme. Du coup, on voit des femmes sans poils s'enlever les poils !
Je pense pouvoir expliquer ce phénomène par le fait qu'en Asie (surtout Chine, Corée du Sud), il était tout à fait normal de voir des femmes avec des poils aux jambes/aisselles dans la sphère publique. C'est en train de changer dans les grandes villes en tout cas.
- Pour le reste, ces pubs sont très choquantes puisqu'on stigmatise les poils féminins uniquement. Imagine-t-on une pub de rasoir pour hommes diabolisant sa barbe ?
Ce sont des pubs sexistes, misogynes et puritaines. Les poils des aisselles renvoie à la sexualité et dans l'inconscient, avoir ces poils en horreur est une forme de puritanisme.
A noter qu'on " humanise " les poils, on leur donne une capacité d'attaque, ce sont des ennemis à combattre.
- Les poils sont manifestement postiches, ce qui est aussi très significatif.
- Il y a encore d'autres pubs du même genre sur Youtube
Lucha
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 815
Date d'inscription : 18/12/2011

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 15:34
Tant qu'à faire, je peux aussi témoigner sur les poils des fesses: chez moi, ça retient rien.. Et pour la branlette, ça gêne pas non plus.

En même temps, je vois pas l'intérêt de s'apitoyer sur les "options" du corps humain. Si y en a, c'est que c'est utile, après si quelqu'un trouve cela horrible pour lui, il enlève et on n'en parle plus. Mais je trouve cela méchant de venir dire que c'est sale, pas beau, etc. Parce que c'est insultant pour la nature humaine et pour les personnes qui ont fait le choix -courageux, surtout pour une femme- de garder ces "options".

Bref, tout ça pour dire que chacun-e doit pouvoir faire comme il/elle veut. Sans qu'on vienne dire, oui mais c'est sale, oui mais c'est moche. T'as beaucoup de poils? Et alors, t'es beau/belle quand même. Tu les enlèves parce que t'aimes pas? Génial, t'es beau/belle aussi, s'apprécier soi-même c'est un bon début. Tu sens fort? Et alors, on a tous une odeur à nous. Et je suis d'accord avec Pierre, on ne peut pas mettre sur un même plan ceux/celles qui s'épilent et ceux/celles gardent leur pilosité. Les premiers ont toute la société, toute l'Histoire de leur côté, les second-es sont isolé-es, méprisé-es et raillé-es.
avatar
Gynandre
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 19
Date d'inscription : 23/02/2012

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 19:12
Je plussoie Lucha. Et mine de rien, ce topic a huit pages. Les poils sont de fait un sacré sujet de débat.
avatar
Poussin Machin
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1366
Date d'inscription : 05/08/2011
http://poussinmachin.blogspot.com

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 19:24
@ Pierregr : à noter que les poils, dans ces pubs, sont ultra agressifs, c'est comme s'ils envoyaient des ondes de choc, ou des odeurs infectes, et du coup les gens fuit.
Sinon première chose qui m'a surprise (et je reviens sur ce que tu as dit du coup), c'est qu'on voit les poils (voire même c'est exagéré, on leur a foutu de la moquette - je sais que certaines personnes sont au moins aussi poilues, mais c'est rare, même sans parler d'épilation), il faut que le public voit cette masse capillaire sous les aisselles. Alors que dans les pubs occidentales, je me suis toujours demandé ce que les nanas se rasaient/s'épilaient...

En fait, les pubs coréennes en seraient presque drôles s'il n'y avait pas cette idée d'ennemi à combattre à tout prix.
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 19:36
Poussin Machin a écrit:@ Pierregr : à noter que les poils, dans ces pubs, sont ultra agressifs, c'est comme s'ils envoyaient des ondes de choc, ou des odeurs infectes, et du coup les gens fuit.
Sinon première chose qui m'a surprise (et je reviens sur ce que tu as dit du coup), c'est qu'on voit les poils (voire même c'est exagéré, on leur a foutu de la moquette - je sais que certaines personnes sont au moins aussi poilues, mais c'est rare, même sans parler d'épilation), il faut que le public voit cette masse capillaire sous les aisselles. Alors que dans les pubs occidentales, je me suis toujours demandé ce que les nanas se rasaient/s'épilaient...

En fait, les pubs coréennes en seraient presque drôles s'il n'y avait pas cette idée d'ennemi à combattre à tout prix.

je suis d'accord avec ton analyse. "L'agressivité" des poils, ils sont maléfiques, il faut les détruire. Et la femme alpha elle, n'a pas de poils et vainc le "mal". En tout cas, ce genre de pubs serait inimaginable en Europe (en Occident), ce serait très mal perçu, à juste titre.
Lucha
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 815
Date d'inscription : 18/12/2011

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 20:40
C'est peut-être une idée reçue, mais en même temps je trouve que les Asiatiques n'ont pas une pilosité très visible. Ce qui rend ce genre de réaction vis-à-vis des poils d'autant plus irrationnel.
avatar
Invité
Invité

Re: Pilosité et influence sociétale

le Sam 25 Fév 2012 - 20:56
pierregr a écrit:- Pour le reste, ces pubs sont très choquantes puisqu'on stigmatise les poils féminins uniquement. Imagine-t-on une pub de rasoir pour hommes diabolisant sa barbe ?
En même temps, je sais pas si le sexisme est la seule explication ici : il me semble que la plupart des hommes se rasent déjà, donc les industriels ont moins « besoin » de diaboliser le poil pour vendre leurs produits. Surtout si, comme tu le dis, en Asie il est (encore ?) courant de voir des femmes avec leurs poils dans l'espace public, il faut qu'ils mettent la pression à mort.

Bon, je répète, je veux dire que c'est peut-être pas que sexiste, pas que ça n'est pas sexiste tout court, loin de là.
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Pilosité et influence sociétale

le Dim 26 Fév 2012 - 1:18
pierregr a écrit:Je reviens aussi sur (...)
Mais j'entends bien tout ce que tu dis, le problème c'est que je parle pour MOI, pour MES poils, et pas pour les poils des autres. Je ne me sens pas responsables non plus des arguments des autres personnes qui s'enlèvent leurs poils, parce qu'ils ont LEURS raisons, et moi les miennes.
On arrivera jamais à s'entendre qi je te dis "je les enlève pour telles raisons, même subjectives" et que tu me réponds "les gens les enlèvent pour telle autre, antiféministe".

Ta position est confortable : tu es dans la norme.
j'ai par ailleurs l'habitude d'être hors norme, en particulier pour ma sexualité, et dieu sait que j'entends et lis un paquet de conneries à propos de ça. Que les gens m'exposent pourquoi ils n'aiment pas, et pourquoi ils préfèrent autrement, ben je trouve ça chouette, je ne rejette pas la norme sous prétexte que c'est la majorité et que je détesterais pas qu'on cesse de me traiter de tarée...



Quant à ta remarque perfide sur mon "obsession", en aurais-tu dit autant si je parlais de ma femme qu'on insulterait parce qu'elle a la peau noire (supposition, elle est blanche) ?
la couleur de peau n'étant pas un choix, je vois mal l'argumentation pour la garder ou pas. Mais je suppose que oui, je ferais pareil. J'ai grandi seule blanche dans un village noir, je pourrais répondre ^^. C'est pas perfide, ça m'interloque (pas le coté révolté, le coté traqueur de détails). C'est le coté manichéen du truc qui m'espante.

Ne trouves-tu pas normal de chercher à comprendre d'où vient cette haine pilophobe ?
Si, je trouve ça normal de le comprendre, et intéressant de voir où ça se niche, comment ça se construit etc. Je ne suis pas anti-anti-poils, j'essaie de dire qu'il y a aussi des gens qui les enlèvent pour des raisons pas forcément antiféministes. Je trouve dommage (et je suis sincère) que tu ne répondes pas à mes arguments à MOI.

ça me paraît très important d'en parler
mais tout à fait, et on est là pour ça.... (même si je trouve qu'il y a des combats sans doute plus urgents ou prioritaires). Pour autant, je trouve ça plus pertinent de montrer qu'on peut se tamponner de la norme, plutot que de devoir taire mes arguments personnels.
Maintenant, tu peux me dire "écoute, ce topic est fait pour argumenter "pour" les poils, je préfèrerais que tu ne postes pas d'arguments "contre", je le comprendrais et n'en prendrais nullement ombrage (et j'obtempèrerais de bonne grâce).

Je comprends ++ tes arguments vis à vis du poids de la norme, mais y en a d'autres que je comprends pas du tout, et je trouve dommage de pas réussir à communiquer sur la question, je te sens en position défensive , du coup je comprends pas. Bon j'en mourrais pas nonplus mais je répète, je trouve ça dommage.



avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Dim 26 Fév 2012 - 8:21
J’ai répondu à plusieurs de tes arguments : sur l’hygiène entre autres, sur le fait que les sensations sont différentes sans poils. Il y a des éléments subjectifs (sensation, « beauté du glabre ») qui ne se discutent pas trop et d’autres objectifs comme l’hygiène que je ne peux laisser passer. Car si jamais j'étais d’accord avec toi sur le fait que c’est sale (ou moins propre) de garder ses poils, alors cela veut dire que je suis sale, que ma femme l’est, ainsi que d’autres sur ce forum. Et je trouve ça du mépris. Que tu aies l’impression que c’est plus propre, ce n’est que de l’hygiénisme qui correspond justement à tout ce que l’industrie cosmétique martèle depuis 25 ans. Car si je m’enlevais tous les poils « odorants », cela ne m’empêcherait pas de continuer à me laver. D’où ma question : quel intérêt de s’enlever les poils dans ce cas ? Si au moins leur disparition permettait de se dispenser de se laver, cela en vaudrait peut-être la chandelle. Pour les aisselles, je me lave une fois par jour, la pierre d’alun dans la foulée et hop, 24h de tranquillité. Donc tous les gens qui disent qu’avec poils, il y a une odeur plus forte non peut-être pas trouvé la bonne méthode et du coup, pensent que c’est sans poils qu’on sent moins.

Pour le pubis, je l’ai déjà dit, de nombreuses femmes s’enlèvent tout, alors que les seuls poils qui peuvent éventuellement gêner sont ceux autour des lèvres. En fait, c’est comme si j’avais les cheveux qui tombaient devant les yeux et que je me rasais le crâne pour éviter cet inconvénient, alors qu’il suffit de couper 2 cm.
Tu as expliqué que c’est pour d’autres raisons que tu rases tout et je le comprends. Mais moi je parle de toutes ces jeunes femmes qui se conforment à la norme du porno sans même réfléchir et qui pensent avoir leur libre-arbitre, c’est ça le pire. Pas une pour se rendre compte qu’il y a seulement 10 ans, c’était très rare que des femmes s’enlèvent les poils pubiens. Dans la génération des 18-25 ans, on atteint maintenant des % énormes (je n’ai pas de chiffres précis, plutôt des retours de femmes de cet âge qui ont des soeurs, des amies qui le font parce que "les poils c'est sale/moche").

Les désagréments dont tu parles pour les règles, je les comprends et j’en ai parlé autour de moi, les femmes m’ont dit que c’est pas pour 3-4 jours par mois où il y a une odeur un peu plus forte et qui ne se sent que quand elles vont aux toilettes qu’elles se voient s’enlever leurs poils. Et les moyens de se laver même sommairement existent. Maintenant, ta sensibilité aux odeurs est sans doute plus grande que d'autres.

(même si je trouve qu'il y a des combats sans doute plus urgents ou prioritaires).
Juste pour dire que les féministes entendent ça depuis au moins un siècle. Pour le madame/mademoiselle en ce moment, par exemple.

Sinon, je ne sais pas si tu as vu les pubs dont j'ai parlé, si oui, qu'en as-tu pensé ?

la couleur de peau n'étant pas un choix

De plus en plus d'Africaines utilisent des saloperies qui donnent le cancer pour se blanchir la peau. C'est une injonction très forte de ressembler aux Occidentales : blanche, mince et glabre.
De toute façon, je parle du point de vue de la personne qui agresse. Elle s’en fout que la femme en face d’elle ait une différence « choisie » ou pas. Elle voit une différence, qqch « hors norme » et elle rejette parce que la différence fait peur. Un jour, Mélissa, une jeune femme ayant arrêté de s'épiler me disait ceci à propos d'une copine à elle

Mon amie Naomi m'a dit que si elle ne me connaissait pas et qu'elle me voyait à la discothèque, à la plage ou dans la rue avec mes poils, elle passerait une remarque du genre "ouach, c'est dégoutant" (elle n'est pas gênée, Naomi... et je l'adore comme ça) mais elle m'a dit que puisque nous étions amies, elle se sentait obligée de me défendre et de m'encourager.
Elle m'a expliqué cependant qu'elle se moquerait de moi par JALOUSIE. C'est là que j'ai été surprise... elle a dit qu'elle m'enviait et que dans le fond, elle comprend pourquoi je ne m'épile pas. Elle se croit incapable de faire de même et c'est cela qui l'aurait frustré.


C'est ça qui m'interpelle chez les pilophobes : en fait, il y a une forme de désarroi car elles se donnent toutes les peines du monde pour être lisses (combat perdu d'avance) et paf, une femme qui garde ses poils, les montre et en plus, des hommes la draguent ? C'est totalement incompréhensible, alors elles rejettent la "déviante".
Moi je n'ai aucun souci à croiser des femmes glabres, j'en vois toute la journée d'ailleurs.

Mélissa avait posté des vidéos montrant ses poils, en voici une : http://www.youtube.com/watch?v=2ZcepJ5ERAg

Un autre témoignage, dans le même genre, c'est moi qui souligne, ça vaut la peine de lire tout l'article où j'ai d'ailleurs posté une réponse

Je barbotais tranquillement dans mon bain lorsque que mon petit ami de l’époque me dit, à peine rentré du boulot : « Ma chérie, avec mon prochain salaire je te paye l’épilation intégrale au laser ! »

C’est là que je me suis dit que ça commençait à bien faire. En gros il m’aimait en boule de bowling : trois trous au milieu de rondeurs, et entièrement lisse.
8<
Alors, voilà je suis poilue et je me sens bien comme ça. Il faut affronter de temps en temps le regard des autres. A la piscine, je m’amuse, à la plage aussi. Il y a de ces andouilles, vraiment ! On me prend souvent pour une demeurée ou un genre de cas soc inadapté. Il y a beaucoup de femmes qui me signalent à leur mec en pouffant. « Hein, que je suis pas comme ça, moi, hein que je suis belle et que tu m’aimes ? » Ca les rassure. J’étais comme elles, je sais comment ça marche. Je leur souris on ne peut plus aimablement, ça commence à les troubler. « Mon dieu, une lesbienne ! » Et si jamais mon mec arrive à ce moment là, elles ne comprennent plus rien à rien. Sinon, en été j’aime beaucoup mettre un très grande robe noire à bretelles toutes fines. On me fait beaucoup de compliments !

http://www.fauteusesdetrouble.fr/2011/02/vie-et-opinion-dune-poilue-heureuse
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Pilosité et influence sociétale

le Dim 26 Fév 2012 - 12:32
Mais pierregr, j'ai bien compris tout ça... promis. Pas la peine (pour ma part à moi) de me redonner des exemples Wink . Je souligne (et je ne te le disais pas à toi en particulier) que oui, je trouve que quand on a ses règles et des longs poils, ben ça sent pas la rose. Je suis sincèrement navrée si tu prends ça comme une insulte envers ta femme, puisque c'est évidemment pas le cas, mais c'est MA pensée pour MES poils, et MES règles (que j'ai hélas bien plus que 3 jours par mois). Y a aussi de la quantité de sécrétions (naturelles je sais..) qu'on produit, de la même manière que y a des hommes qui bandent pour un courant d'air,ben y a des femmes comme ça aussi... Je sais pas, pê après tout que j'admets plus aisément qu'on soit pas toujours nikel parfait?

Mes questions étaient donc celle là, plus le fait de souligner qu'un truc lisse se rince et sèche plus aisément.

En fait j'ai pas l'habitude de généraliser mon cas (sans doute mon rapport à la norme et à la pensée de masse), donc je vois pas de mal à apporter MON point de vue. Qui peut être pour toi aussi un nouvel angle de vue (je pense pas être la seule dans mon cas). Comment dire? pour moi, je vois plus la dedans l'importance de résister à la connerie ambiante générale et à l'injonction de faire comme tout le monde qu'autre chose. Vive la pensée personnelle!
Tu rendras jamais les gens plus intelligents qu'ils ne le sont, ni ouverts, ou si peu... j'ai surement une vision "égoïste" de la pensée, mais je trouve vachement plus pertinent de motiver les femmes (les gens en général) à se foutre du regard d'autrui, pour quoi que ce soit, plutot que de faire détail par détail un argument comme quoi on a raison de penser comme ci ou comme ça.
Tu vois ce que je veux dire? En quoi c'est important que je trouve les autres comme ci ou comme ça? Quand bien même je trouverais que ta femme est pas toujours nikel (conditionnel, c'est un exemple hein!), c'est vraiment grave? c'est se soumettre encore au regard de l'autre quoi... Prenons le truc dans le sens inverse: ma sexualité semble complètement mauvaise aux yeux de beaucoup. Parfois, j'explique le pourquoi du comment, histoire qu'ils réfléchissent sur autre chose que des idées toutes faites et fausses. Maintenant s'ils persistent, je m'en bats les ovaires, qu'ils me trouvent tarée, c'est leur problème, pas le mien.
Je trouve bien plus important d'aider à s'assumer plutot que d'essayer de faire changer les gens (et a priori beaucoup plus faisable...)
Tu comprends?
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pilosité et influence sociétale

le Dim 26 Fév 2012 - 13:57
Je comprends et je suis même d’accord avec le fait qu’il faut s’assumer mais on n'est parfois pas en forme et certains regards dont on se fout d'habitude deviennent subitement très pesants et même insupportables.
Un autre problème est qu’on laisse l’intolérance se développer et c’est vrai pour toutes les personnes hors normes.
Les premiers gays/lesbiennes qui ont marché en rue main dans la main ont subi des quolibets mais ils ont continué et aujourd'hui, c'est accepté, même si ça dérange sûrement des réactionnaires. Il y a 100 ans, c'était indécent de montrer une cheville pour les femmes. Puis, certaines ont montré le mollet, le genou, les épaules. A chaque fois, cela provoquait des réactions, jusque dans les journaux qui étaient scandalisés de cette "débauche". Aujourd'hui, ça fait sourire mais peut-être que dans cent ans, des gens se diront "en 2012, on se moquait des femmes ayant des poils, c'est débile".
Ce que je veux dire et j’en parle déjà plus haut, c’est bien souvent la peur et la méconnaissance qui poussent à des comportements de rejet de la différence.
Ce n’est pas en laisser faire les homophobes qu’on a fait reculer l’homophobie. C’est en faisant des lois et en éduquant à la tolérance. En expliquant que les gays ne sont pas des pervers ou des malades. Et malgré tout ça, l’homophobie est encore présente.
Et c’est pour ça que j’explique en long et en large que non, les poils ne sont pas sales, réservés aux hommes ou un résidu des singes ou une "mode vieille de 3000 mille ans". Sur des tas de forums où des femmes s’épilent, je me suis pris des commentaires très négatifs mais certaines personnes ont reconnu qu’elles ignoraient des tas de choses et que leurs préjugés étaient tombés, grâce à mes explications et mon site. Ces femmes continuaient néanmoins à s'enlever les poils mais avaient une vision plus neutre. Elles n'auraient peut-être pas insulté une "déviante" mais auraient pensé du mal d'elle. Si au moins, les gens deviennent indifférents, ce serait déjà un pas en avant.

Ce qui est remarquable avec la pilosité, c’est qu’elle concerne évidemment toutes les femmes. C’est pour ça que tout le monde donne son avis. Tu ne trouveras pas un autre aspect du corps des femmes pour lequel la norme est aussi forte et prégnante. Et rien que pour ça, c’est super intéressant. Mais je comprends que des gens comme toi, dont les goûts correspondent aux normes, ça paraît un détail.
Tu compares avec ta sexualité mais celle-ci ne se voit pas ! Si tu n’en parles pas, personne ne la connaît. C’est vrai aussi pour l’orientation sexuelle, la religion, etc. Mais les poils eux, en été ou à la piscine, ils se voient. C’est une grosse différence. Et comme la pilophobie touche principalement les femmes, ça devient un enjeu féministe. Maintenant, si une femme me dit « on me cherche des poux parce que j’enlève mes poils », je la défendrai. De même que je défends les LGBT alors que je suis hétéro. Mais aucune femme ne m’a encore dit qu’on l’emmerdait pour son côté glabre, allez savoir pourquoi.
avatar
Invité
Invité

Re: Pilosité et influence sociétale

le Dim 26 Fév 2012 - 14:27
pierregr a écrit:« on me cherche des poux parce que j’enlève mes poils »
En même temps si elle a plus de poils, les poux peuvent plus se cacher.

(C'était ma contribution utile au débat. Ne me remerciez pas.)
Contenu sponsorisé

Re: Pilosité et influence sociétale

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum