Derniers sujets
La santé pour les garçons fémininsLun 16 Juil 2018 - 6:32ReikoLe 8e Congrès international de recherches féministes dans la francophonie en août 2018Sam 14 Juil 2018 - 0:11Black SwanTribune sur la soit-disant "liberté d'importuner"Sam 7 Juil 2018 - 12:58Christine De PisanSites de rencontres extraconjugaux, club libertins.....Avis?Sam 7 Juil 2018 - 12:56Christine De PisanVidéos et films féministesSam 7 Juil 2018 - 12:52Christine De PisanFéminisme et antiféminismeSam 7 Juil 2018 - 12:49Christine De PisanFéminisme culturel vs. féminisme radicalSam 7 Juil 2018 - 12:44Christine De PisanPublication par la blogueuse AntisexismeMer 13 Juin 2018 - 16:54Claire G.Luce en lutte : rendre la langue française non sexisteMer 13 Juin 2018 - 11:52LuceLa ceinture de sécurité, pensée pour et par des hommes ?Sam 9 Juin 2018 - 20:04erulelyaL’idéologie de la tolérance a pris le contrôle du féminisme et menace de détruire le mouvementJeu 7 Juin 2018 - 0:23AëlloonAnthologie de poétesses ?Mar 15 Mai 2018 - 16:45AraignéeUne nouvelle arrivéeDim 6 Mai 2018 - 10:22FurèneUn bon collectif queer et matérialiste à me conseiller? Ven 4 Mai 2018 - 21:40ReikoSexe sans consentement Ven 4 Mai 2018 - 11:40michekhenréfléchir à plusieurs pour rélféchir plus vite!! :)Sam 21 Avr 2018 - 19:36IridaceaPrésentation PanthictusSam 21 Avr 2018 - 19:32Iridacea[Radio] Emissions féministes (ou sujets qui nous concernent)Jeu 5 Avr 2018 - 17:29Christine De PisanSituations de consentement ambiguVen 23 Mar 2018 - 18:20AraignéePrésentation VegasparanoVen 23 Mar 2018 - 18:09AraignéeHymne du MLFVen 23 Mar 2018 - 15:41AraignéeC'est quoi "être une femme" ?Sam 17 Mar 2018 - 9:01Coquelic0tSalut à tou.te.sMar 13 Mar 2018 - 15:56Ale.Avortement, les croisés contre-attaquentVen 9 Mar 2018 - 18:17Claire G.Article sur le mythe de l'instinct maternel (Sarah Blaffer Hrdy)Ven 9 Mar 2018 - 0:09michekhenSimone Veil, la force d'une femmeJeu 8 Mar 2018 - 19:44Christine De PisanClio. Femmes, Genre, HistoireJeu 8 Mar 2018 - 18:00Christine De PisanPrésentation de FemkeDim 4 Mar 2018 - 19:09AëlloonLe Punk au fémininSam 3 Mar 2018 - 13:42AëlloonThe Rape Of Recy TaylorVen 2 Mar 2018 - 18:15Christine De PisanMontrer une véritable détermination politique à éradiquer les violences faites aux femmesJeu 22 Fév 2018 - 21:58Christine De PisanThe man-woman wars récits colorésSam 17 Fév 2018 - 6:23Reiko

Partagez
Aller en bas
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

La porno féministe

le Mar 23 Mai 2017 - 11:10
Pour moi, déjà depuis un certain temps, parler de porno féministe, c'est un oxymore, sans avoir nécessairement d'arguments pour défendre ma position (vu que je refuse de regarder du porno).

Cet article me semble démontrer de manière intéressante le fait que féminisme et pornographie ne sont pas vraiment compatibles.

Vous en pensez quoi ?

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4552
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: La porno féministe

le Mar 23 Mai 2017 - 18:38
Un peu hors-sujet (quoique) mais il n'y a pas longtemps, je suis tombée sur la dernière interview de Ted Bundy (un tueur en série qui a massacré des jeunes femmes et filles), et ce qu'il dit, justement au sujet de la pornographie, est tout sauf anodin. Alors soit, il faut garder à l'esprit que c'est un psychopathe et donc un manipulateur, que ses conseils sont sans doute surtout motivés par le désir de se donner de l'importance, mais il n'empêche qu'on ne peut pas non plus balayer de la main ce qu'il dit (d'ailleurs le docteur en face de lui approuve lorsqu'il signale que le point commun le plus partagé entre les tueurs en série, c'est l'addiction à la pornographie violente).



(Si c'est pas le bon endroit où poster ça, n'hésitez pas à me le dire...)




Ah et sinon ! Je suis bien d'accord avec l'opinion donnée dans l'article que tu as partagé.

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
erulelya
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1839
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: La porno féministe

le Mer 24 Mai 2017 - 0:56
Tu sais vers quel timer se trouve le passage en question ?

_________________
"Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson" – Rebecca West
avatar
Tortue
Hystérique
Hystérique
Messages : 462
Date d'inscription : 28/06/2015

Re: La porno féministe

le Mer 24 Mai 2017 - 1:20
a 17'39  le psy demande " tu pense que la pornographie violente et sa porte d'entrée, la porno soft, est en train de causer des dommages invisible chez les gens et va faires que d'autre femmes/filles serons violées et tuées comme tu l'a fait ?"
puis la réponse du mec
puis le commentaire du psy

Toute la vidée est tres intéresante. Je trouve que le mec est assez lucide, peut etre manipulateur aussi bien sur, mais si j'imagine le meme discours dans la bouche de quelqu'un d'autre genre sociologue ou féministe, je ne vois pas de probleme avec ce qu'il dit, a part le coté bien(famille, école, catéchisme)/mal (pornographie violente) ou le coté "bien" n'est a aucun moment remis en question (genre peut etre que si on été pas tous autant coinsés du cul on parlerait plus des fantasme violent et ca aiderait a ce que ca prenne pas ce genre de proportion...)

_________________
"Et la seule façon de ne pas oublier la souffrance des autres c'est de commencer par
reconnaître la sienne." C.D
avatar
Aëlloon
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1825
Date d'inscription : 01/04/2014

Re: La porno féministe

le Jeu 1 Juin 2017 - 0:06
Les personnes violentes sont attirées par la violence sous toutes ses formes, donc si elle existe sous forme pornographique, évidemment ça va les intéresser !

D'autre part, la violence est un quand même un immense tabou côté féminin, porno  ou pas: les femmes soit disant "normales" selon le patriarcat ne peuvent être violentes, bien-sûr, et ce même de façon refoulée... sinon elles sont immédiatement stigmatisées comme n'étant pas de vraies femmes !

Pourtant des femmes qui aiment le bdsm et le porno hard (faire ou regarder), ça existe, et qui l'aiment de façon souveraine, ça existe aussi.

Donc oui ça pique, oui ça gratte, oui ça remet en question l'outil n°1 du patriarcat.

Moi en tous cas, ça me pose la question: la violence en général est-elle nécessairement patriarcale ou pas seulement  ?

Et ça, c'est une question sacrément complexe, de type l'œuf ou la poule, mais pouvons-nous faire l'économie de cette réflexion en nous voilant confortablement la face ?

Je n'en suis pas sûre.

Bon pour revenir au sujet "La porno féministe", je rappelle qu'Ovidie bosse quand même sincèrement sur le sujet depuis un paquet d'années, que Diana J. Torres également, au travers de performances de squirrting (éjaculation féminine) dans lesquelles elle inclut ses textes, poésies, et autres réflexions.

Et hasard (hahahaha) Youtube l'a censurée.

Bah oui, une vidéo dans laquelle une femme qui prend son pied de façon très affirmée est perçue comme beaucoup plus violente que des vidéos de décapitation ou de harcèlement par ToiTuyau (tiens, ce serait pas légèrement phallocentré comme nom, d'ailleurs ?).

Et une vidéo produite et réalisée par la femme en question, hein, pas une vidéo où elle se "contente" d'être actrice.

Autant les hommes sont encouragés à exprimer leurs fantasmes violents et à passer à l'acte, autant pour les femmes, c'est exactement le contraire.

Sois douce, sois pudique, laisses-toi faire mais surtout: n'essaie pas de faire par toi-même comme tu en as envie, et alors surtout pas de façon violente ou assimilée: tu pourrais faire concurrence aux hommes, qui, les pauvres, pourraient se sentir tout dévirilisés.

C'est d'ailleurs ce qui s'est produit quand j'ai rencontré des hommes qui avaient manifestement moins d'expérience sexuelle que moi et notamment dans tout ce qui touche de près ou de loin au bdsm et autres pratiques dites "hors-normes".

C'est aussi ce qui est véhiculé au travers du porno, comme au travers de l'espace public: les hommes le surinvestissent, et comme ça, les femmes le fuient et hop ! encore un domaine dans lequel ils ont le pouvoir, de façon inégalitaire, et sans intention que ça change, pour leur immense majorité.

Ma cravache me démange.

_________________
Si Dame Nature avait voulu que je sois muette, elle ne m'aurait pas faite !
avatar
Iridacea
Modératrice
Modératrice
Messages : 2970
Date d'inscription : 12/05/2015

Re: La porno féministe

le Jeu 1 Juin 2017 - 0:25
Réputation du message : 100% (3 votes)
As-tu lis l'article proposé par @Nurja ? Il pose deux arguments principaux :

  • Les films étudiés ne proposent, selon l'autrice, que d'intégrer au mieux les femmes à la pornographie déjà définie par les critères des hommes. Les réalisatrices ne viseraient qu'à occuper un marché de niche au sein du secteur du porno, sans remettre en question en profondeur les représentations.
  • Les films porno restant des produits vendus sur un marché capitaliste, leur réalisation est soumise à des impératifs de rentabilité, dans le mainstream comme dans l'alternatif. Cela rend difficile de garantir le consentement des actrices sans pression de la part de l'équipe de tournage.

Ces deux arguments me semblent très puissants. Surtout le deuxième : comment se prétendre féministe ou au moins, respectueuse du consentement des actrices, dans ces conditions ? Finalement, il faudrait vivre dans un monde entièrement dégagé de la nécessité de rentabilité économique pour garantir des conditions décentes aux actrices, ce qui n'est pas le cas.
Pour le premier, j'estime que nos sexualités sont tellement colonisées par le patriarcat qu'il est bien difficile de savoir si nos fantasmes découle de ce dernier ou pas. Il est donc peu étonnant de voir des réalisatrices mettre en place des films pas si différents de ceux qu'on peut voir ailleurs. De là à prétendre que c'est révolutionnaire ou féministe…


@Aëlloon a écrit:Moi en tous cas, ça me pose la question: la violence en général est-elle nécessairement patriarcale ou pas seulement ?
Non. Elle peut être raciste ou bourgeoise, et sans connexion avec le patriarcat. Après si c'est pour la violence dans la sexualité, étant donné que ce dernier conditionne complètement nos visions sexuelles, difficile de les dissocier.

_________________
Virago soupe au lait, tatillonne et pontifiante.

--> Matérialiste tant qu'il le faudra. <--
Christine Delphy a écrit:Aucun degré d’empathie ne peut remplacer l’expérience. Compatir n’est pas pâtir.
avatar
Tortue
Hystérique
Hystérique
Messages : 462
Date d'inscription : 28/06/2015

Re: La porno féministe

le Jeu 1 Juin 2017 - 1:32
Réputation du message : 100% (4 votes)
@Aëlloon a écrit:Les personnes violentes sont attirées par la violence sous toutes ses formes, donc si elle existe sous forme pornographique, évidemment ça va les intéresser !

Je trouve ca tres problematique ce que tu dis la. Comme si il y avait des personnes violentes par nature, comme si la violence n'étais pas construite au fil du temps. Je dirais plutot que la pronographie violente,on les représentation violentes en général peuvent modeler des gens a etre violent, mais pas que les personnes violente sont naturellement attirées par la violence.

_________________
"Et la seule façon de ne pas oublier la souffrance des autres c'est de commencer par
reconnaître la sienne." C.D
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4552
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: La porno féministe

le Jeu 1 Juin 2017 - 2:15
Réputation du message : 100% (3 votes)
Aëlloon, la pornographie et le BDSM, ce sont deux choses différentes. D'ailleurs, la porno non BDSM est souvent bien plus violente que la pornographie BDSM, parce qu'elle montre une violence qui ne dit pas son nom, et se prétend être le modèle des rapports sexuels normaux.

Sinon, le féminisme d'Ovidie, excuse-moi, mais... j'ai franchement du mal. Comme j'ai du mal avec le féminisme des autres membres et ami-e-s du STRASS. Un féminisme qui, au nom de la liberté de quelques privilégié-e-s un peu marginaux/ales, se fiche bien du vécu terriblement destructeur de millions de prostitué-e-s et actrices porno...

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
kekemore
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 26
Date d'inscription : 23/02/2017

Re: La porno féministe

le Jeu 1 Juin 2017 - 18:41

Cet article me semble démontrer de manière intéressante le fait que féminisme et pornographie ne sont pas vraiment compatibles.

Le porno c'est des rapport sexuels sur un média (photo, livre, film) si j'ai bien compris, pas uniquement un produit de l'industrie du x?
donc si on dit que le porno ne peut PAS être féministe alors le sexe aussi non?

De plus , des objets pornographiques ne rémunèrent pas les participants , comme les sex tapes filmés par les gens chez eux pour leur plaisir. parfois partagé par exhibitionnisme etc
Il y a aussi du porno qui est fait sans violence , on peut écrire une belle histoire pornographique j'imagine.

Après l'industrie du porno c'est une autre paire de manche vu qu'elle est ostensiblement misogyne. Mais il existe des milieux alternatifs et ça vaut la peine de s'y intéresser. Certes pour l'instant cela semble  anecdotique , tant économiquement que en terme de visibilité...mais c'est peut être comme ça que le porno pourra changer en bien?

J'ai rencontré une performeuse proqueer prosexe d'extreme gauche et feministe  il y a quelques temps..  Depuis je la follow sur facebook etc. Je ne savais pas quelle avait tourné des porno,  avant elle fait surtout des "show" militants a paris. Genre néoburlesque avec wendy delorme par exemple

visiblement elle a fait quelques porno avec ses ami.e.s performeuses d'après elle ce n'est pas pour l'argent , vu que cela ne lui rapporte beaucoup moins que le reste et en plus elle  semble y avoir pris du plaisir. Je ne me permettrais pas de nier son vécus ^^

A travers ses performances elle transmets des messages politiques... elle apprécie le fait de montrer des corps de façon "honnête" et positive.. on ne maquille pas les boutons et autres petites imperfections.
je l'ignorais avant sa rencontre mais il y a un milieu militant qui propose un autre porno. Pour un public par forcément masculin d'ailleurs et plutôt engagé dans les luttes intersectionnelles. Malheureusement vivant à la campagne, je n'ai jamais pu échanger avec ces personnes
avatar
Iridacea
Modératrice
Modératrice
Messages : 2970
Date d'inscription : 12/05/2015

Re: La porno féministe

le Jeu 1 Juin 2017 - 20:01
Réputation du message : 100% (3 votes)
Bah comme tu le dis, ce genre d'initiative est anecdotique au vu de la production mondiale de films pornographiques. Le problème, c'est que tant qu'on vit dans un monde capitaliste et patriarcal, on ne peut pas détacher les productions pornographiques du capitalisme et du patriarcat.

Pour le capitalisme : ce qui est le plus produit, ce sont les films avec des acteurs et actrices. Ces dernières sont soumises à des objectifs de rentabilité, plus ou moins contraignant selon le type de boîte qui les produit. Ces objectifs ont un impact sur la santé des actrices du X, et rendent difficile le respect de leur consentement : il faut tourner coûte que coûte, et puis leur revenu en dépend. Alors oui, on peut imaginer tourner des films pornos où tout le monde est respecté dans ses besoins, mais c'est illusoire de croire que dans le paradigme actuel, ce genre de production soit réellement possible à grande échelle.

Pour le patriarcat : que ce soit avec des actrices et acteurs ou sur des supports tels que le livre ou le dessin, nos représentations de la sexualité, nos fantasmes, sont complètement conditionnés par la société dans laquelle nous vivons. Et dans cette société, le sexe est un lieu de pouvoir. Les productions pornographiques mettent en scène ce genre de dynamiques. Le problème des films pornos qui se veulent féministes, c'est de savoir jusqu'à quel point ils remettent en cause ces représentations, qui ne se limitent pas aux corps plus ou moins normés ou au type de pratiques mises en scène. Comment représenter une sexualité non-patriarcale, si le patriarcat colonise jusqu'à nos fantasmes ? C'est une question très compliqué, et je ne crois pas que le fait de dire qu'on fait du porno féministe parce qu'on est féministe et qu'on met en scène nos propres fantasmes suffisent à faire de nos productions du pr0n féministe.
C'est d'ailleurs une des grosses limites du féminisme pro-sexe : l'idée que la libération passera par la prise en main de la sexualité par les femmes. Or, si on prend en main sa sexualité, sans remettre en cause la façon dont elle s'est construite, dans quel contexte, on cherche à détruire la maison du maître avec les outils du maître : on ne remet pas en cause l'ordre établi.
Ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas avoir de sexualité si on se veut féministe, ou que notre vie sexuelle nous condamne à rester aliénées ; mais simplement, ne pas croire que parce qu'on aime ce qu'on fait au pieu, on a combattu le patriarcat ; que si une femme aime une pratique, cette pratique est inquestionnable ou hors de l'analyse parce que le fait d'assumer sa sexualité serait en soi une victoire contre la domination masculine.

_________________
Virago soupe au lait, tatillonne et pontifiante.

--> Matérialiste tant qu'il le faudra. <--
Christine Delphy a écrit:Aucun degré d’empathie ne peut remplacer l’expérience. Compatir n’est pas pâtir.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4552
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: La porno féministe

le Ven 2 Juin 2017 - 1:20
@Iridacea a écrit:
C'est d'ailleurs une des grosses limites du féminisme pro-sexe : l'idée que la libération passera par la prise en main de la sexualité par les femmes. Or, si on prend en main sa sexualité, sans remettre en cause la façon dont elle s'est construite, dans quel contexte, on cherche à détruire la maison du maître avec les outils du maître : on ne remet pas en cause l'ordre établi.
Ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas avoir de sexualité si on se veut féministe, ou que notre vie sexuelle nous condamne à rester aliénées ; mais simplement, ne pas croire que parce qu'on aime ce qu'on fait au pieu, on a combattu le patriarcat ; que si une femme aime une pratique, cette pratique est inquestionnable ou hors de l'analyse parce que le fait d'assumer sa sexualité serait en soi une victoire contre la domination masculine.
Très juste. :like:


(Même si personnellement, avoir une vie sexuelle épanouie serait déjà une sacrée victoire...)

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Aëlloon
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1825
Date d'inscription : 01/04/2014

Re: La porno féministe

le Sam 3 Juin 2017 - 1:47
Je m'excuse d'avance: je n'ai pas le temps de tout lire (et c'est très frustrant, mais je dois surveiller mon ratio de sommeil étant donné que l'épanouissement de mon enfant passe avant mes envies de débats féministes, aussi riches et intéressants soient-ils).

On est d'accord sur le fait qu'une énorme partie du porn est marchandisée, sur les rapports de dominations que vivent beaucoup d'actrices et comment/pourquoi, si je n'en parle pas c'est parce qu'à 38 ans je suis quand même un poil au courant...

Je rappelle que le porno n'est pas nécessairement une activité marchande et capitaliste: beaucoup de personnes produisent et participent volontairement à des films pornos par plaisir et non par besoin ou recherche d'argent.

Par plaisir de s'exhiber, de regarder... et là-dedans, il y a des hommes, mais aussi des femmes, cis ou pas, des personnes trans, intersexes, agenres, genderfluides...

Donc ok, le marché est très gros, mais le porno existe de toutes façons en dehors de ce marché.

Ensuite, il y a aussi du porno lesbien, et je ne parle pas de porno de mecs hétéros qui font jouer des femmes hétéros qui font semblant d'être bies (et jouent très mal les lesbiennes) mais de porno fait par et pour des lesbiennes, on m'a recommandé à ce sujet le film " The Black Glove " (je ne me rappelle plus du nom de la réalisatrice mais ça doit pouvoir se retrouver facilement), que j'aimerais un jour pouvoir regarder dans de bonnes conditions pour pouvoir en parler plus sérieusement.

Donc sinon, @Araignée, je différencie bien le porno du bdsm, cela dit les deux peuvent se superposer, ce qui n'a rien de systématique, et n'a rien à voir, nous sommes bien d'accord, avec l'aspect violent du sexisme véhiculé par le porn mainstream cacapitaliste de base.

Je pense qu'il est dangereux que nous mêmes, en tant que féministes, nous minimisions les initiatives positives égalitaires de nombreuses personnes et femmes dans le domaine du porno, même si elles peuvent nous paraître maladroites ou nous choquer.

(Edit: Nous n'avons pas le droit de balayer leurs coûteux efforts d'un revers de la main car elles ont le mérite de travailler à partir du monde tel qu'il est, et pas tel qu'il devrait être: c'est un courage que je n'ai jamais mis en pratique dans le domaine du porn, ne le pratiquant d'aucune façon - si ce n'est quelques visionnages très occasionnels avec des sexfriends ou pour chercher de bonnes idées de recette -, et je respecte leur travail, qu'il me corresponde, me parle ou pas.)

Nous parlons de fait d'un domaine qui touche à l'intime ultime, donc au plus profond de notre subjectivité, ça ne veut pas dire que nous sommes rendues incapables d'analyse sur la question, mais que nos ressentis troublent notre raisonnement encore plus que sur d'autres sujets et qu'il nous est encore plus difficile de le reconnaitre, et je me mets dedans, comme tout être humain-e.

Avoir une vie sexuelle épanouie est déjà une sacrée victoire, et je suis entièrement d'accord avec vous sur le fait qu'aimer telle ou telle pratique n'empêche pas de la questionner.

Mais dans l'autre sens, je questionne ce rejet global de la sexualité que l'on enseigne aux femmes depuis le berceau jusqu'au cercueil, et d'autre part, je pense sincèrement que les êtres vivants en général ne sont pas des machines toutes faites d'entière cohérence.

Nos contradictions internes sont aussi un formidable moteur de questionnement, et les autoroutes de la pensée me semblent stériles et dangereuses.

_________________
Si Dame Nature avait voulu que je sois muette, elle ne m'aurait pas faite !
avatar
Iridacea
Modératrice
Modératrice
Messages : 2970
Date d'inscription : 12/05/2015

Re: La porno féministe

le Dim 4 Juin 2017 - 23:23
@Aëlloon, à quels messages réponds-tu exactement ? Je ne relie pas très bien les différents paragraphes à ce qui a précédé.

_________________
Virago soupe au lait, tatillonne et pontifiante.

--> Matérialiste tant qu'il le faudra. <--
Christine Delphy a écrit:Aucun degré d’empathie ne peut remplacer l’expérience. Compatir n’est pas pâtir.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4552
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: La porno féministe

le Mar 6 Juin 2017 - 0:42
Réputation du message : 100% (2 votes)
Il y a peu, j'ai regardé ça :





Je voudrais attirer votre attention sur quelques scènes de ce film, qui montrent bien pourquoi porno et féminisme sont antagonistes. Et ce même lorsqu'elle se présente comme la porno élitiste, respectueuse, faite par des femmes, etc.

- D'abord, vers le début (à 2:28), la journaliste a RDV, dans la rue, avec une actrice porno apparemment assez connue. Assises toutes deux à la terrasse d'un bar, voilà qu'un type passe et demande "ça vous dérange pas si je prends une photo avec elle ?" En toute logique, c'est à l'équipe de télévision qu'il demande l'autorisation, pas à la première concernée, qui n'est qu'un objet.

- Vers la fin (à 52:08), cette même Liza, cette fois en tant que réalisatrice, part en Roumanie chercher de nouvelles actrices pour son film. Quand la journaliste lui demande ce qu'elle cherche, elle répond "de la petite jeune contente et souriante, qui va être super à l'aise, me tchatcher en anglais..." Oui, vous avez bien lu : "de la" Cette façon de parler est tout sauf anodine, elle témoigne de la façon dont elle perçoit ces actrices porno : comme des choses, de la marchandise, rien de plus. Leur statut de personnes est totalement nié.

- Plus tard (à 1:02:00), alors que le film en question vient juste d'être tourné, la journaliste, au sujet d'une des actrices, remarque : "Elle est très bizarre cette petite brune, on a l'impression qu'elle est pas là."
Et Liza de répondre : "Ben ouais, elle se dédouble, y en a plein des comme ça.
- Ben ouais mais du coup... enfin, je sais pas, c'est...
- Du coup il se passe pas grand chose dans ma scène, c'est surtout ça moi qui me dérange." No comment.

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
shun
Hystérique
Hystérique
Messages : 636
Date d'inscription : 10/04/2015

Re: La porno féministe

le Mar 6 Juin 2017 - 12:15
Merci @Araignée ... pas la force de visionner et encore moins de répondre de manière argumentée et construite sur ce fil.
avatar
1977
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1417
Date d'inscription : 03/11/2012

Re: La porno féministe

le Mar 6 Juin 2017 - 21:46
Réputation du message : 100% (2 votes)
Idem.
A part reprendre la fameuse expression relayée par Iridacea de Audre Lorde :« les outils du maître ne détruiront jamais la maison du maître ».
kekemore
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 26
Date d'inscription : 23/02/2017

Re: La porno féministe

le Dim 11 Juin 2017 - 22:46
C'est un secteur qui a explosé , de 57 à +100 milliards de dollars par an de CA d'après l'ONU.
Pour continué sur les docus sur le porno mainstream il y a aussi le documentaire fait par la réalisatrice Jill Bauer et la productrice Rashida Jones "Hot Girls Wanted" qui est disponible sur netflix depuis début 2015 (après son passage au Sundance festival). Il est aussi en streaming en vostfr

Je l'avais vu à sa sortie et je crois que plutôt bon, cela m'a permis de comprendre un peu mieux où et comment ce milieu trouve ces actrices qui sont très jeunes et vulnérables. Ils évoquent les sujets difficile : relation avec la famille, avec la réputation d'actrice x, avec son réseau social, avec son couple, l'argent, les problèmes de santés comme les opérations chirurgicales a cause des blessures ou garder le mental ou éviter la drogue, la célébrité. Ce documentaire dégoûterait n'importe qui du porno. Au début c'est de très mauvais goût, l'intro fait presque documentaire M6 puis après il n'y a que des dialogues à 2 ou des réponses à la camera. C'est des discussions à cœur ouvert et très critique.

Tout ce milieu du porno de Los Angeles et compagnie  est vraiment le gros morceau du marché mondial. Et je crois qu'aux USA les parents vont commencer à mettre en garde leurs enfants, il commence à y avoir des association de prévention , des campagne menées par des anciennes actrice X.
Parce qu'en fait ils font des annonces du genre "vous avez 18 ans , vous voulez devenir riche et voyager?! cliquez ici" puis ils attirent les filles qui n'ont pas forcément comprises que c'était du porno.

Le docu est très très vulgaire mais il n'y a pas de scène de porno, on voit de la nudité cependant. Le documentaire commence sur un "agent" détestable qui se charge recruter et de loger les filles pour ensuiteles introduire dans le milieu du porno à L.A

Il indique qu'il faut qu'elles aient 18ans (pas plus ou moins). A cette âge là très peu d'entre elles sont conscientes des dangers qui résident dans cette industrie et de l'impact que cela aura sur leur vie, surtout qu'elles partagent activement leurs activités sur twitter donc c'est pas "confidentiel" comme métier. C'est assez triste dans l'ensemble, comme documentaire.  Il semblerait qu'il y ait beaucoup de changement , les acteurs sont de moins en moins bien rémunérés.. on évoque une "uberisation" sur un article de slate et dans l'un des films sur le sujet "Pornocratie: les nouvelles multinationales du sexe" réalisé par Ovidie  http://www.slate.fr/story/134117/porno-uberisation
avatar
Iridacea
Modératrice
Modératrice
Messages : 2970
Date d'inscription : 12/05/2015

Re: La porno féministe

le Dim 11 Juin 2017 - 23:36
Mais est-ce que la pornographie mainstream dit quelque chose sur la pornographie dite féministe ?

_________________
Virago soupe au lait, tatillonne et pontifiante.

--> Matérialiste tant qu'il le faudra. <--
Christine Delphy a écrit:Aucun degré d’empathie ne peut remplacer l’expérience. Compatir n’est pas pâtir.
LindaP
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 8
Date d'inscription : 29/11/2016

Re: La porno féministe

le Jeu 15 Juin 2017 - 19:48
Bonjour,

L'article et le documentaire sur le X sont intéressants quoique sans surprise. Le plus triste effectivement c'est qu'aujourd'hui la pornographie — et également une certaine pornographie franchement répugnante — sert de modèle de sexualité pour les plus jeunes.

Cela rejoint une question connexe que je me suis posée récemment sur la littérature érotique. Existe-t-il une littérature érotique féministe ? Ou au moins qui ne ressert pas les clichés les plus éculés (comme les romances érotiques) en se concentrant sur le vécu et le désir des femmes.
avatar
Iridacea
Modératrice
Modératrice
Messages : 2970
Date d'inscription : 12/05/2015

[Article] ‘‘But What About Feminist Porn?’’: Examining the Work of Tristan Taormino

le Mer 21 Juin 2017 - 11:33
Réputation du message : 100% (1 vote)
Je suis tombée sur un article (en anglais) de Rebecca Whisnant, une universitaire qui travaille sur les violences faites aux femmes. Elle abonde plutôt dans le sens de l'article postée par @Nurja, en étudiant le travail d'une réalisatrice de films pornographiques féministes, Tristan Taormino.

Comme avertissements, je souligne que l'article décrit des actes sexuels des films de cette réalisatrice, sans trop de détails mais de façon assez graphique ; certains pourront être jugés dégradants. D'autres peuvent être assimilés à du viol, ou à une apologie du viol. Sont aussi décrites des scènes de violence dans le cadre d'une passe (prostitution) et des violences conjugales. Ci-après, j'inclus en spoiler les notes que j'ai prises sur l'article, qui mentionnent deux actes sexuels mais n'en décrivent aucun. Elles sont en français pour les personnes qui ne parleraient pas bien anglais.

L'article, donc.
Mes notes sur l'article:
Une industrie dans l'industrie
pas de frontières claires entre porn féministe et porn mainstream. Marché de niche, sous-genre au sein d'une industrie foisonnante. Le financement est une limite à la production de films alternatifs : Taormino doit faire des compromis avec les géants de l'industrie pour produire ses films. Tout est conditionné par l'impératif du profit.

La production: du consentement à l'authenticité
Taormino s'efforce de mettre à l'aise ses acteurs et actrices, les rémunérer selon leurs vœux, port du préservatif obligatoire. Discussions avec acteurs et actrices sur leurs préférences afin de construire les scènes. Idéalement les gens doivent faire du sexe qu'ils et elles veulent dans leurs modalités de choix. Pas de script préfabriqué. Emphase sur l'authenticité des scènes, volonté d'humaniser les acteurs et actrices.

L'authenticité : contraintes et complications
L'authenticité est définie de façon très réduite : c'est quelque chose que la personne souhaite sincèrement faire et qui lui procurera du plaisir.
Ex. d'un film tourné pendant 36h dans une maison : les acteurs et actrices sont invitées à avoir des relations les uns avec les autres sans scénario préétabli ni contraintes particulières, le tout filmé. Cependant, ils et elles sont bien obligées de faire du sexe suffisamment pour être payées, et de le faire d'une façon qui soit possible de filmer. Le résultat est assez standard : il est impossible d'oublier tout ce qu'on sait du porn en quelques minutes.
Diminution des budgets standards pour un film. La majorité des acteurs et actrices ont une agence qui peut fournir des remplaçants en cas de défaillance. Les agents touchent une commission sur les cachets et ont interêt à ce que les acteurs et actrices tournent un maximum de scènes avec un maximum de pratiques différentes. À noter que les actes les plus déplaisants ou dégradants sont les plus payants. Une petite agence n'acceptera pas des actrices avec une liste de pratiques qu'elle refuse, pour faciliter les placements de ses filles.
Taormino n'explique pas comment elle se positionne face à ces contraintes.

La persistence du trauma
Les actrices acceptent plus facilement de repousser leurs limites si la demande est faite par une femme (la directrice du film). On peut supposer qu'une directrice auto-proclamée féministe augmente cet effet.
L'autrice analyse une interview de Taormino un an après le tournage du seul film porno dans lequel elle a joué en plus d'assumer la réalisation [en réalité, elle a été actrice dans ses 3 premiers films, en 1997, 1999 et 2000]. Elle suggère que le dégoût que Taormino s'est mise à ressentir pour la chemise qu'elle a dû porter pendant le tournage (pourtant une de ses préférées), ainsi que son besoin d'être réconfortée par ses chiens, est un indice de réaction traumatique, qui a pu l'amener à se cantonner à la direction de films.

Le contenu : tout est-il hors limites ?
Taormino essaie de différencier ses films du porn mainstream, notamment en réaction à la surenchère du gonzo, décrit comme « hostile ». Pourtant ses films comportent le même type d'actes que l'on peut juger dégradants. Ses films sont cependant moins centrés sur la baise mécanique et plus sur le plaisir féminin. Il y a des baisers et du rire. Néanmoins, la différence principale entre ses films et les mainstreams, selon Taormino, réside dans le fait que les actrices consentent à et trouvent du plaisir dans ces actes autrement dégradants. Tant qu'il y a consentement et authenticité, alors tous les actes sont libérateurs et féministes.

La représentation et les personnels
Le porn dit féministe veut mettre l'accent sur des identités et des pratiques sous-représentées. Pourtant, les corps restent minces, imberbes : la diversité est réduite à quelques paramètres.

« À quoi ressemble une image porno féministe » : trois illustrations

  • Faciales : au départ refusant d'inclure cette pratique car trop clichée, Taormino a fini par considérer que le contexte ou le consentement sont plus importants que la présence ou l'absence d'un acte. Elle le justifie en disant qu'elle ne peut pas contrôler la réception d'un acte chez le public, même si elle a conscience que celui-ci peut dénoter la volonté de contrôler et marquer les corps des femmes… ce qui est un paradoxe.
  • langage racial : Taormino dénonce la fétichisation des corps racisés et refuse d'inclure des mots liés à la race sur les jaquettes et le matériel promotionnel. Néanmoins, elle ne censure pas ces mêmes mots dans ses films.
  • le film « Cash » : il s'agit d'un film mettant en scène une passe. Pour l'acteur et l'actrice qui y jouent, il est clair que la prostitution n'est pas empouvoirante ou libératrice pour les femmes, mais bien de la domination d'un homme sur une femme. Ce serait à rapprocher de la prostitution de luxe, où les clients payent cher pour avoir le pouvoir sur une femme. Les actes de violence physique mis en scène dans ce film  sont eux à rapprocher des violences conjugales dans le choix du type d'agression. L'autrice questionne le choix éthique de représenter un acte typique des violences misogynes comme un jeu sexuel.


Ça ne sera pas joli : encadrer le contenu
Les stratégies pour défendre un contenu qui semble peu féministe de prime abord sont :

  • Ridiculiser les inquiétudes ou restrictions éthiques en les dépeignant comme naïves ou exagérément optimistes sur la nature du sexe. Idée que le sexe est forcément un échange de pouvoir.
  • Mettre l'accent sur l'importance d'accepter et de célébrer toutes les formes de sexualités, afin de résister aux jugements sexuels puritains et oppressifs.
  • Suggérer que les représentations de sexe inégalitaire ou violent peuvent constituer un coup audacieux contre les stéréotypes sexistes. Notamment ceux qui disent que les femmes veulent voir du porn plus doux. Peut renforcer l'idée que dans le fond, les femmes aiment être dominées et réifiées.


Consommation : un usage du porno « zéro culpabilité »
Le lien est fait par les promoteurs de porno féministe, entre production éthique et consommation éthique. Notamment avec l'insistance sur le consentement et la sécurité et la validité des fantasmes des spectateurs et spectatrices. Pourtant la réflexion critique sur le désir sexuel et les forces culturelles qui le modèle est au cœur de l'analyse de nombreuses féministes. Problème d'un film qui présente les actes sexuels violents d'une actrice comme ceux qu'elle désire, et par extension que les femmes désirent.

« Sors vite et fais-le » : le porno féministe comme éducation sexuelle
De nombreux défenseurs du porno insistent sur la séparation entre réalité et fiction ; Taormino, en revanche, incite les spectateurs et spectatrices à reproduire ce qu'ils et elles ont vu dans ses films, puisque tout est consensuel. Dans un entretien, elle reproduit certains mythes sur le viol en ne rappelant pas l'importance de s'arrêter dès que la partenaire le demande.

[Non-]marquée par une menace : bannir le contexte social
Taormino semble croire qu'il est possible et désirable de produire des représentation sexuelles complètement détachées de la violence sexuelle et de l'exploitation des femmes. Pourtant ses productions en sont marquées.
Ex. du sexe anal :  Taormino en a fait la promotion, en parallèle de l'intérêt croissant de l'industrie pour celui-ci. Augmentation de la pratique dans les couples hétéros ces dernières années, pression sur les femmes pour l'accepter. L'enthousiasme de Taormino pour l'anal sert l'intérêt des hommes en le conseillant aux femmes.

_________________
Virago soupe au lait, tatillonne et pontifiante.

--> Matérialiste tant qu'il le faudra. <--
Christine Delphy a écrit:Aucun degré d’empathie ne peut remplacer l’expérience. Compatir n’est pas pâtir.
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: La porno féministe

le Mer 21 Juin 2017 - 12:54
Merci Iridacea pour toutes les notes que tu partages (et qui m'évitent et l'anglais et la description de scènes auxquelles je préfère ne pas être confrontée).

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
Contenu sponsorisé

Re: La porno féministe

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum