Derniers sujets
Présentation de MickaëlAuroraAujourd'hui à 6:51ReikoC'est quoi "être une femme" ?Aujourd'hui à 6:40ReikoVidéos et films féministesAujourd'hui à 5:34DihyaPétition: " Fermez tous les comptes qui tweetent des menaces de viol envers les femmes ! "Hier à 22:17Irjaréfléchir à plusieurs pour rélféchir plus vite!! :)Jeu 14 Déc 2017 - 13:53TortueSalut à tou.te.sMar 12 Déc 2017 - 17:18Ale.bonjour tout le mondeMar 12 Déc 2017 - 1:15AraignéePedro KazumiMar 12 Déc 2017 - 0:48AraignéeD'où vient l'essentialisme ?Lun 11 Déc 2017 - 15:33TortueListe de qualités essentielles à un petit ami d'une féministeJeu 7 Déc 2017 - 17:35TortueURGENT Réédition : "Notre corps, nous même"Jeu 7 Déc 2017 - 0:39AëlloonJe veux des Poches!!Mer 6 Déc 2017 - 22:52AëlloonPrésentation de Maerlynn (:Mar 5 Déc 2017 - 16:59TortueUne fille au pays des hommes menus, récits colorésDim 3 Déc 2017 - 8:46DihyaThe man-woman wars récits colorésDim 3 Déc 2017 - 4:15ReikoIntersectionalité et paradigmes apparentésDim 3 Déc 2017 - 2:05Black Swan[Article] Mélanie Gourarier. « La séduction alpha mâle s’inscrit dans un continuum de pratiques violentes »Sam 2 Déc 2017 - 15:19Dihya[Radio] Emissions féministes (ou sujets qui nous concernent)Mer 29 Nov 2017 - 9:12Coquelic0tVos films (vraiment) féministesLun 27 Nov 2017 - 17:08erulelyakotavaLun 27 Nov 2017 - 11:56Luce#BoycottWebedia et #BalanceTonForumVen 24 Nov 2017 - 10:07Klazoo LexisFéminisme culturel vs. féminisme radicalMar 21 Nov 2017 - 13:40Tortuefemmes enceintes versus personnes enceintesMar 21 Nov 2017 - 11:20IridaceaLes talons cornés : "horribles", "intolérables" et "anti-sexy"Dim 19 Nov 2017 - 17:25erulelyaFaut-Il Porter Un Soutien-Gorge ? - Article.Ven 17 Nov 2017 - 20:42Ceridwen0813Luce en lutte : rendre la langue française non sexisteVen 17 Nov 2017 - 12:33erulelyaBizutage en médecine à l'université de caen = Enseignement du sexisme ?Jeu 16 Nov 2017 - 11:31michekhenBonjour ! Moi, Je.Lun 13 Nov 2017 - 16:18Un HommePeggy SastreSam 11 Nov 2017 - 4:12Klazoo LexisHelloVen 10 Nov 2017 - 11:15IridaceaBoujour à vous Dim 5 Nov 2017 - 20:50IridaceaMorg@neDim 5 Nov 2017 - 18:30Iridacea

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
RoRo
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 176
Date d'inscription : 12/02/2015

Emmaclit

le Mar 5 Juil 2016 - 16:44
Bonjour,

J'imagine que vous connaissez mais pour celles et ceux qui découvre comme moi. Voilà un blog, intéressant sur le clitoris(pas que) fait avec des dessins sympas.

https://emmaclit.com/

Bonne lecture

_________________
Je suis néophyte et je fais encore des erreurs de langage sexiste, merci de me les signaler.
Jean-Mi
Banni·e
Messages : 22
Date d'inscription : 03/07/2016

Re: Emmaclit

le Mar 5 Juil 2016 - 17:41
C'est vraiment très instructif et divertissant ! Merci.
avatar
SuperBulle
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 96
Date d'inscription : 10/05/2016

Re: Emmaclit

le Mar 5 Juil 2016 - 20:52
J'étais un peu dubitative quand à l'idée d'un site quasi-exclusivement consacré au clitoris, mais c'était fun à lire et simple à comprendre ^^

_________________
Ici, dans cette Université, l'intelligence, l'instruction, le savoir sont tous devenus de grandes idoles. Mais je sais maintenant qu'il y a un détail que vous avez négligé : l'intelligence et l'instruction qui ne sont pas tempérés par une chaleur humaine ne valent pas cher.
Des fleurs pour Algernon
avatar
shun
Hystérique
Hystérique
Messages : 636
Date d'inscription : 10/04/2015

Re: Emmaclit

le Mar 5 Juil 2016 - 21:21
Pour l'anatomie un peu plus réaliste y a une chercheuse indépendante qui a " imprimé en 3D " un clitoris c'est dans sciences et avenir ici !
avatar
Zuul
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 233
Date d'inscription : 08/05/2015

Re: Emmaclit

le Mer 6 Juil 2016 - 10:47
Le blog n'est pas exclusivement sur le clitoris, ni exclusivement féministe mais il a des choses intéressantes. Merci pour le lien.
avatar
SuperBulle
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 96
Date d'inscription : 10/05/2016

Re: Emmaclit

le Mer 6 Juil 2016 - 12:37
@Zuul Oui en effet, je me suis rendu compte plus tard Smile

_________________
Ici, dans cette Université, l'intelligence, l'instruction, le savoir sont tous devenus de grandes idoles. Mais je sais maintenant qu'il y a un détail que vous avez négligé : l'intelligence et l'instruction qui ne sont pas tempérés par une chaleur humaine ne valent pas cher.
Des fleurs pour Algernon
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4542
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Emmaclit

le Mer 6 Juil 2016 - 17:48
Freud décrète que l'orgasme clitoridien est celui des petites filles, et que les vraies femmes jouissent quand on les pénètre.
Oui, sur ce coup-là, Freud (influencé par les idées contemporaines) s'est salement planté. Ceci dit, contrairement à ce qu'on tente de lui faire dire, il n'a jamais prétendu que "les vraies femmes jouissent quand on les pénètre", mais que chez la petite fille, il n'y aurait que l'orgasme clitoridien, tandis que l'orgasme vaginal s'ajouterait lors de la maturation de la femme. (Dans un autre registre, c'est un peu comme les stades oral, anal et génital. Ce n'est pas parce que le stade oral est le premier à exister, dès la toute petite enfance, que pour autant aimer s'embrasser sur la bouche serait un truc de gamin-e-s que ne feraient pas les "vrai-e-s adultes".)

D'ailleurs Freud n'a jamais parlé de "vraies femmes", ni sous-entendu qu'il y aurait des "vraies femmes" (sinon il aurait aussi parlé de "fausses femmes" ou sous-entendu leur existence, ce qu'il n'a jamais fait). Encore une fois, on confond description (ici c'est une description qui est dans l'erreur totale, mais bon, ça arrive de se planter, non ?) et prescription, et même jugement.

(On va encore se dire que je défends Freud bec et ongles, mais oui, cette manie de dire du mal de lui à tout va comme s'il était le diable incarné, alors que c'était juste un humain - avec des défauts comme tou-te-s les humain-e-s - qui a quand même quasi découvert un continent psychique nommé inconscient (là aussi, influencé par ses contemporain-e-s, mais pour le meilleur), et surtout, une méthode de soin des souffrances psychiques basée sur l'écoute (d'ailleurs le dispositif de la cure analytique - divan, parole libre, associations d'idées, interprétations... - est aussi né de cette écoute, puisque ce sont ses patientes qui ont suggéré tout ça (ne pas voir l'analyste, abandonner l'hypnose, etc), exempte de toute intervention physique (c'était la grande mode des "thérapies" par l'eau froide, chaude, par les comas et les immobilisations forcées, ce genre de trucs... et par l'excision des petites filles - je vais y revenir), prenant en compte le caractère unique des individus, et s'interdisant tout jugement moral.

Pour revenir à l'excision des petites filles, donc, c'est précisément à l'époque de Freud qu'elle était pratiquée de façon totalement décomplexée et courante. C'était pour leur bien, pour les empêcher de finir hystériques à cause de la masturbation ! Au niveau linguistique, on ne parlait pas d'excision, mais de "castration".
C'est dans ce contexte que Freud écrit sur le complexe de castration (cette peur inconsciente des enfants qu'on "leur la coupe"). Non seulement à cette époque la menace était souvent proférée lorsque les enfants se masturbaient, mais pire encore, elle était, donc, régulièrement mise à exécution !

Mettons-nous quelques instants dans la tête et l'inconscient d'une petite fille allemande de cette époque.
Allons-y ! Plongeons dans l'espace-temps de l'enfance au féminin à l'ère victorienne:
À l'âge où elle découvre à peine la différence des sexes : les petits garçons ont un grand zizi, et à écouter les adultes (et surtout leur silence !), ce qu'elle, elle a, ben c'est juste RIEN. En plus d'avoir un grand zizi, on les préfère à celles qui n'en ont pas, ils ont plus de droits, on les voit comme plus forts, plus robustes, plus actifs, plus aventuriers... Comme elle aurait aimé, elle aussi, être ce qu'on appelle un garçon : avoir un grand "robinet" que les adultes admirent, plutôt qu'un RIEN dont ces mêmes adultes ne parlent même pas, ou alors avec une mine de dégoût mêlé à une fascination malsaine...Apparemment il n'y a même pas de mots pour le/la décrire... les garçons ont "zizi", "robinet", "pénis", "verge", "zigounette", etc ; pour les filles, il n'y a RIEN. Même pas "rien" qui est déjà quelque chose, non, vraiment RIEN.

Heureusement pour cette petite fille, à la même période elle découvre aussi que malgré ce que les adultes ont l'air de croire, son RIEN n'est pas si rien que ça, puisque lorsqu'elle le frotte, caresse ou stimule, un grand bien-être traverse son corps, son âme et son être en entier. Comme elle n'est pas bête, elle se dit que ce sera son secret rien qu'à elle. On ne va pas parler de ça aux adultes, c'est sûr que ça ne va pas leur plaire, qu'ils et elles vont prendre ces mêmes mines dégoûtées ou malsaines (j'allais écrire "salace", mais comme on est sensé-e-s être dans son esprit... ce mot ne recouvre rien qu'elle ne connaisse à ce jour). Elle joue avec son RIEN-qui-n'est-PAS-rien lorsqu'elle est seule, dans l'intimité de sa chambre, par exemple.

Mais un après-midi, c'est le drame (et un vrai drame hein, une tragédie même) ! Alors qu'elle joue avec son RIEN-qui-n'est-PAS-rien-du-tout, seule dans sa chambre, d'un coup la porte s'ouvre et sa mère surgit. La petite fille voit passer sur ce visage tant aimé, d'abord la surprise, puis le dégoût et l'air bizarre et malsains des adultes au sujet du soit-disant RIEN, et puis la peur, la tristesse, et enfin la colère.
"Si je te revois faire ça, on te coupe !!! Tu as bien compris, hein, on va te couper !!! comme ça il n'y aura plus rien à toucher !!! C'est sale, c'est dégoûtant, les petites filles sages ne font pas de telles choses ! Et en plus c'est dangereux, ça va te rendre malade ! Ne refais plus jamais ça ou on te coupe !"
(À un petit garçon on aurait hurlé "on te la coupe", mais on ne va pas utiliser un pronom pour remplacer du RIEN...)
La petite fille se met à pleurer et enfouit sa tête sous son coussin. Ce qu'elle ressent ? De la peur, de la terreur même, d'abord parce que jamais sa maman ne lui a crié dessus avec un tel ton, une telle colère mêlée de peur et de dégoût, ensuite parce que maintenant qu'elle sait que son RIEN n'est pas rien, elle a très peur qu'on (mais qui est ce "on" ?) mette la menace à exécution et qu'on lui coupe vraiment son RIEN-qui-est-tant-et-tellement. Elle ressent aussi du dégoût d'elle-même et de la honte, parce qu'elle a bien compris à quel point ce truc agréable de caresser, frotter ou stimuler son presque-TOUT, ben c'est sale, honteux et même dangereux. Elle n'a pas compris pourquoi c'est sale, honteux et dangereux, mais elle a bien compris qu'apparemment, c'est pire que de faire du vélo de l'autre côté du portail ou de manger pour de vrai ses tartelettes à la boue du jardin (mais pour ces deux choses-là, elle cerne plutôt aisément les raisons de l'interdiction, même s'il lui a fallu les découvrir par elle-même, et fonder des centaines d'hypothèses qui se sont avérées fausses jusqu'à trouver les bonnes...).
D'ailleurs, en parlant d'hypothèses, elle en fonde une toute nouvelle : peut-être qu'en réalité, puisque les adultes avouent parfois couper ce qu'il y a entre les jambes des enfants, on lui a déjà coupé le sien/la sienne ! Peut-être que c'est pour ça que les petits garçons ont quelque chose tandis que les filles n'ont RIEN... Parce que, peut-être, elles n'ont en fait PLUS-rien ! D'où les silences gênés, le dégoût et la terreur des adultes à évoquer ce rien : c'est sans doute la culpabilité à avoir mutilé leur enfant... Mais alors, puisque son "robinet" est déjà coupé, pourquoi sa mère l'a-t-elle menacée de le couper une fois de plus ? Serait-ce parce que ça repousse ? Mais alors, si elle ne touche plus (ou si elle se cache suffisamment bien pour le toucher sans que ça se sache ?) son RIEN-qui-est-BEAUCOUP, il va repousser ! Elle aura (de nouveau ?!) un zizi à la place du RIEN et tous les privilèges qui vont avec (grimper aux arbres, avoir le droit de salir ses vêtements, avoir le droit de choisir le métier qu'on fera quand on sera grand... Génial !

Quelques semaines s'écoulent. Depuis l'accident (non, ce n'est pas un incident) la peur et la honte ont été si fortes que la petite fille n'a pas osé toucher une seule fois son BEAUCOUP-BEAUCOUP. Mais le temps passe, et si la terreur s'atténue un peu, si la honte fait un peu moins honte, l'envie de voir son pénis repousser est toujours là. Mais si elle se cache des adultes, ils et elles ne sauront pas. Et puis, ce zizi qui met du temps à pousser, qui sait, il faut peut-être le stimuler pour l'encourager ? Alors petit à petit, en prenant d'infinies précautions, elle recommence à se stimuler, se frotter et se caresser. Comme c'est agréable ! Elle avait oublié cette euphorie...

Et de caresses en stimulations et de stimulations en frottements, elle s'y remet de plus belle. Malheureusement, à l'agréable et à l'euphorie s'ajoutent désormais la peur d'être découverte (ce serait horrible !!!), la honte d'être si sale et si dégoûtante, le dégoût de soi, la culpabilité. Elle ne peut déjà plus se caresser, frotter, stimuler, sans avoir d'émotions désagréables venant se greffer malgré elle à son plaisir... Néanmoins, tant bien que mal, elle s'adapte, et adapte ses fantasmes à cette meurtrissure, et la vie continue.

Mais un matin, de nouveau la tragédie ! Cette fois-ci, lorsque ses parents découvre qu'elle se "touche" encore, de longues discussions secrètes entre son père et sa mère en découlent. Le médecin de famille est appelé, et, pour protéger la fillette d'elle-même, pour prévenir la névrose hystérique, cette fois la décision de couper pour de vrai est prise. On la porte sur la table du médecin, on la tient de force. Cette agitation autour d'elle, l'absence de réponse à ses questions la terrifient. Le médecin s'approche de son RIEN-qui-est-censé-être-intime, et une horrible douleur traverse son corps de petite fille. Traumatisme. Coupure. Déchirure. Le monde fantasmatique et imaginaire de la fillette disparaît, et il ne reste plus qu'un épais brouillard noir.

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
Gambara
Banni·e
Messages : 170
Date d'inscription : 24/07/2015

Re: Emmaclit

le Sam 9 Juil 2016 - 19:03
J'avais déjà posté cette vidéo sur le forum. Je la trouve très instructive concernant le clitoris!

http://www.universcience.tv/video-l-organe-clitoridien-et-l-orgasme-feminin-6956.html

(par contre je n'arrive pas à intégrer la vidéo directement dans le message, si une modératrice pouvait remédier à ce problème? :dents )

_________________
Le travail du candidat manque de rigueur technique, méthodologique, et déontologique. Il pèche par pensée, par action, par omission et par distorsion. L’ensemble est à interpréter comme un refus de laisser place à la confrontation entre différentes analyses, ce qui donne à sa thèse un statut d’assertion et non de démonstration.
avatar
Iridacea
Modératrice
Modératrice
Messages : 2954
Date d'inscription : 12/05/2015

Re: Emmaclit

le Sam 9 Juil 2016 - 19:33
@Gambara a écrit:(par contre je n'arrive pas à intégrer la vidéo directement dans le message, si une modératrice pouvait remédier à ce problème? :dents )
C'est normal, on ne peut intégrer directement dans les messages que des vidéos Youtube et Dailymotion, sur ForumActif. Or ta vidéo utilise un lecteur propre au site mentionné.

Edit : j'ai pu voir la vidéo et je la trouve très intéressante ! À noter qu'on peut y voir des échographies de pénétrations vaginales et les réactions de l'organe clitoridien.

_________________
Virago soupe au lait, tatillonne et pontifiante.

--> Matérialiste tant qu'il le faudra. <--
Christine Delphy a écrit:Aucun degré d’empathie ne peut remplacer l’expérience. Compatir n’est pas pâtir.
Gambara
Banni·e
Messages : 170
Date d'inscription : 24/07/2015

Re: Emmaclit

le Sam 9 Juil 2016 - 21:57
@Iridacea a écrit:[justify]
@Gambara a écrit:(par contre je n'arrive pas à intégrer la vidéo directement dans le message, si une modératrice pouvait remédier à ce problème? :dents )
C'est normal, on ne peut intégrer directement dans les messages que des vidéos Youtube et Dailymotion, sur ForumActif. Or ta vidéo utilise un lecteur propre au site mentionné.


Dac. Pas de soucis

_________________
Le travail du candidat manque de rigueur technique, méthodologique, et déontologique. Il pèche par pensée, par action, par omission et par distorsion. L’ensemble est à interpréter comme un refus de laisser place à la confrontation entre différentes analyses, ce qui donne à sa thèse un statut d’assertion et non de démonstration.
Contenu sponsorisé

Re: Emmaclit

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum