Derniers sujets
» La porno féministe
par Nurja Aujourd'hui à 11:10

» Revenu de base
par Tortue Hier à 16:22

» [Étude] Etat des lieux des connaissances, représentations et pratiques sexuelles des jeunes adolescents
par Iridacea Hier à 10:13

» L’horreur de la chasse aux sorcières demeure omniprésente dans la culture moderne.
par kekemore Dim 21 Mai 2017 - 20:38

» que pensez-vous de Steven Pinker
par Iridacea Sam 20 Mai 2017 - 12:01

» Bastien Vivès "Une soeur", votre avis ?
par Nurja Ven 19 Mai 2017 - 19:07

» Youtube
par Aëlloon Ven 19 Mai 2017 - 0:57

» Vidéos et films féministes
par Aëlloon Jeu 18 Mai 2017 - 0:49

» Game Of Fraude, la vidéo qui ne ment pas...
par kekemore Mer 17 Mai 2017 - 22:24

» Inclusion de la question animale dans les revendications féministes
par Dihya Mer 17 Mai 2017 - 9:29

» Pour dissuader ses parents de voter fn, une lycéenne de 17 ans présente un exposé de 28 pages
par Aëlloon Lun 15 Mai 2017 - 3:51

» Des petites touches féministes dans la vie de tous les jours
par Aëlloon Lun 15 Mai 2017 - 0:52

» [Article] L’esclavage atlantique et son abolition : plus qu’un simple enjeu de mémoire, un enjeu contemporain de luttes
par Aëlloon Lun 15 Mai 2017 - 0:33

» Présentation: Radically Lena - RadFem
par Claire G. Dim 14 Mai 2017 - 23:39

» Présentation - Fabien
par Aëlloon Dim 14 Mai 2017 - 23:06

» Court-métrage sur l'égalité femmes-hommes dans l'espace numérique.
par BenSet Dim 14 Mai 2017 - 13:55

» Parent par défaut, ou la charge mentale des mères
par Aëlloon Ven 12 Mai 2017 - 22:04

» Demande de documentation sur les stratégies militantes non-safe reposant sur des analogies entre oppressions
par Aëlloon Ven 5 Mai 2017 - 23:53

» La santé pour les garçons féminins
par Reiko Ven 5 Mai 2017 - 17:05

» Bonjour à tous
par onyx Jeu 4 Mai 2017 - 23:34

» [Article] La Russie vote la dépénalisation des violences domestiques
par Araignée Mer 3 Mai 2017 - 18:35

» [Article] La non-mixité de dominants, c'est caca
par Aëlloon Mer 3 Mai 2017 - 2:21

» Chansons féministes
par Iridacea Mar 2 Mai 2017 - 23:51

» Les petites phrases sexistes cultes (suite)
par Iridacea Mar 2 Mai 2017 - 15:38

» [Article] SexNegative ?
par Aëlloon Lun 1 Mai 2017 - 0:12

» Présentation de Skander
par onyx Ven 28 Avr 2017 - 18:10

» [Podcast] Où sont les Mascus ? Dans la Forêt !!
par onyx Jeu 27 Avr 2017 - 23:07

» La prostitution masculine est-elle différente ?
par shun Mer 26 Avr 2017 - 15:18

» Doc: " Tampon, notre ennemi intime "
par Aëlloon Mar 25 Avr 2017 - 23:12

» [Pétition] Appel au défenseur des droits, endométriose : sexisme médical et défaut d'accès aux soins
par Iridacea Mar 25 Avr 2017 - 22:49

» "non-binaire" c'est quoi ?
par Iridacea Lun 24 Avr 2017 - 14:36

» [Ressources] La transphobie
par erulelya Dim 23 Avr 2017 - 21:55


Faire de la recherche universitaire sur un groupe marginalisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faire de la recherche universitaire sur un groupe marginalisé

Message par Black Swan le Sam 28 Mai 2016 - 23:16

Bonjour à toutes!

J'ai une préoccupation à vous partager.

Je suis étudiante universitaire en travail social au Canada. Le semestre prochain, j'aurai à déposer ma demande d'admission pour les études de 2e cycle (maitrise, soit l'étape avant des études doctorales de 3e cycle).

J'ai réussi à établir des liens avec un(e) professeur(e) différent(e) dans quatre universités différentes que je considère, des enseignants qui se sont montrés ouverts à me superviser.

Mon sujet est clair et précis, j'aimerais étudier un thème en lien avec les femmes autochtones du Canada.

Ma préoccupation est que je ne suis pas autochtone, bien que je sois une jeune femme de couleur. J'ai donc peur de reproduire des dynamiques d'oppression et de domination en faisant de la recherche sur ces peuples plutôt qu'avec eux.

J'ai donc tenté de me faire superviser par un(e) enseignant(e) qui est autochtone et je n'en ai trouvé qu'une seule dans toute ma province dans mon département. Il y en a très peu pour des raisons très complexes et historiques. Cette prof a accepté de me superviser, mais elle est anglophone, et part en année sabbatique l'année ou j'entrerai à la maitrise donc je ne sais pas ce que ca va donner. Elle vient aussi d'une autre province ou les réalités des peuples sont différentes de celles de ma ville.

J'avais l'envie d'étudier dans une autre ville en français, car l'une des quatre université me payerait pour faire de la recherche et parce que je n'ai pas beaucoup voyagé dans ma vie étant issue d'un milieu modeste et j'avais envie d'avoir un autre type d'expérience que ma ville ou j'ai toujours vécu et étudié.

J'aimerais savoir : suis-je une oppresseure/colonisatrice si je fais de la recherche sur ce sujet qui me passionne depuis l'adolescence en l'absence d'un directeur de recherche de cette communauté?

PS : On m'a dit que dorénavant, toute recherche faite en lien avec les Autochtones au Canada sous soumises au comité éthique de l'Université mais également au comité éthique de la communauté autochtone. C'est donc un processus rigoureux. Mais je me sens coupable. Ma plus grande peur est de faire de la recherche qui ne me bénéficie qu'à moi mais qui n'apporte rien de plus à cette communauté qui a tant été étudiée par des "outsiders".

Merci de m'avoir lue.
avatar
Black Swan
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e

Messages : 190
Date d'inscription : 28/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire de la recherche universitaire sur un groupe marginalisé

Message par Aëlloon le Dim 29 Mai 2016 - 1:28

@Black Swan a écrit:J'aimerais savoir : suis-je une oppresseure/colonisatrice si je fais de la recherche sur ce sujet qui me passionne depuis l'adolescence en l'absence d'un directeur de recherche de cette communauté?
Tout dépend de comment tu vas mener ta recherche !
Je crois vraiment que c'est ce "comment" qui est important.

Si tu places les personnes concernées au centre, que tu es attentive à ne pas les déposséder de leur parole, déjà tu partiras dans la bonne direction.

Dire ce qu'elles disent, ne pas leur faire dire ce qu'elles ne disent pas, par exemple.

Je pense que le mieux est que tu leur demande directement leur avis sur ta façon de rendre compte des choses au fur et à mesure de ta recherche, et que tu sois au maximum à leur écoute, en étant attentive à ne pas projeter tes visions personnelles sur elles.

Peut-être peux-tu aussi contacter des personnes qui ont mené des recherches similaires, c'est-à-dire des personnes qui ont mené des recherches sur des communautés discriminées auxquelles elles n'appartenaient pas mais qui ont su être juste: peut-être auront elles de bons conseils ou de bonnes méthodes à te transmettre ?

_________________
Si Dame Nature avait voulu que je sois muette, elle ne m'aurait pas faite !
avatar
Aëlloon
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n

Messages : 1727
Date d'inscription : 01/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire de la recherche universitaire sur un groupe marginalisé

Message par michekhen le Lun 30 Mai 2016 - 1:54

très bonne question
je n'ai aucune réponse

michekhen
Hystérique
Hystérique

Messages : 621
Date d'inscription : 02/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire de la recherche universitaire sur un groupe marginalisé

Message par Omniia le Lun 30 Mai 2016 - 10:52

Bonjour,

Je comprends tout à fait tes questionnements tout en trouvant ça assez triste que de la culpabilité puisse naître du simple fait d'être intéressée par tel ou tel objet d'étude.

Je crois que ce n'est ni le fait que tu aies une directrice de recherche appartenant à telle communauté ni le fait que toi même tu en fasses partie ou non qui fera de ton travail quelque chose de qualité.

Je pense que la question des biais potentiels est à se poser dans toute recherche. Je ne suis pas certaine que de ne pas faire partie de la population que tu veux étudier amène nécessairement en soi à plus de biais que d'en faire partie. Je crois que ça amène à des biais potentiels différents.

Je suis d'accord avec Aëlloon sur le fait que ce qui compte est la façon dont tu vas t'y prendre, la qualité du travail théorique tu feras, quelle méthode tu vas choisir (faire de l'observation en n'ayant aucune grille d'analyse ou hypothèse de départ ? Ou au contraire y aller avec des hypothèses de départ à valider ou infirmer ? Etc.).

Je pense que, si ce n'est pas déjà fait, lire des bouquins de méthodologie en sociologie peut vraiment t'aider pour tous tes questionnements.

Concernant le fait que tu t'inquiètes que ta recherche ne bénéficie qu'à toi et pas à la communauté, tout en comprenant parfaitement ça, je pense qu'il faut faire gaffe à ce que cette peur n'amène pas justement à ce que ton travail soit très biaisé par ça.
Je crois que pour un travail de recherche, il faut essayer au maximum de se départir des préjugés qui peuvent effectivement venir du fait qu'on n'est pas personnellement concernées, ou qu'on fait partie d'une classe privilégiée, etc. mais aussi de cette envie d'être utile / d'avoir une posture militante.

Quoiqu'il en soit, bonne continuation à toi Smile

_________________
Je ne suis pas souvent là.
avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice

Messages : 2939
Date d'inscription : 20/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire de la recherche universitaire sur un groupe marginalisé

Message par Black Swan le Dim 17 Juil 2016 - 19:21

Merci de vos réponses!

_________________
"Elle est de tous les demains, ils ne verront pas sa fin."
avatar
Black Swan
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e

Messages : 190
Date d'inscription : 28/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faire de la recherche universitaire sur un groupe marginalisé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum