Derniers sujets
» Fille / Homme
par Iridacea Aujourd'hui à 10:09

» Une fille au pays des garçons menus, ma bande-dessinée
par Dihya Hier à 19:48

» Questionnaire sur le français inclusif
par Diatribe Hier à 18:13

» La porno féministe
par Tortue Mer 24 Mai 2017 - 1:20

» "non-binaire" c'est quoi ?
par Alpheratz Mer 24 Mai 2017 - 0:11

» Revenu de base
par Tortue Lun 22 Mai 2017 - 16:22

» [Étude] Etat des lieux des connaissances, représentations et pratiques sexuelles des jeunes adolescents
par Iridacea Lun 22 Mai 2017 - 10:13

» L’horreur de la chasse aux sorcières demeure omniprésente dans la culture moderne.
par kekemore Dim 21 Mai 2017 - 20:38

» que pensez-vous de Steven Pinker
par Iridacea Sam 20 Mai 2017 - 12:01

» Bastien Vivès "Une soeur", votre avis ?
par Nurja Ven 19 Mai 2017 - 19:07

» Youtube
par Aëlloon Ven 19 Mai 2017 - 0:57

» Vidéos et films féministes
par Aëlloon Jeu 18 Mai 2017 - 0:49

» Game Of Fraude, la vidéo qui ne ment pas...
par kekemore Mer 17 Mai 2017 - 22:24

» Inclusion de la question animale dans les revendications féministes
par Dihya Mer 17 Mai 2017 - 9:29

» Pour dissuader ses parents de voter fn, une lycéenne de 17 ans présente un exposé de 28 pages
par Aëlloon Lun 15 Mai 2017 - 3:51

» Des petites touches féministes dans la vie de tous les jours
par Aëlloon Lun 15 Mai 2017 - 0:52

» [Article] L’esclavage atlantique et son abolition : plus qu’un simple enjeu de mémoire, un enjeu contemporain de luttes
par Aëlloon Lun 15 Mai 2017 - 0:33

» Présentation: Radically Lena - RadFem
par Claire G. Dim 14 Mai 2017 - 23:39

» Présentation - Fabien
par Aëlloon Dim 14 Mai 2017 - 23:06

» Court-métrage sur l'égalité femmes-hommes dans l'espace numérique.
par BenSet Dim 14 Mai 2017 - 13:55

» Parent par défaut, ou la charge mentale des mères
par Aëlloon Ven 12 Mai 2017 - 22:04

» Demande de documentation sur les stratégies militantes non-safe reposant sur des analogies entre oppressions
par Aëlloon Ven 5 Mai 2017 - 23:53

» La santé pour les garçons féminins
par Reiko Ven 5 Mai 2017 - 17:05

» Bonjour à tous
par onyx Jeu 4 Mai 2017 - 23:34

» [Article] La Russie vote la dépénalisation des violences domestiques
par Araignée Mer 3 Mai 2017 - 18:35

» [Article] La non-mixité de dominants, c'est caca
par Aëlloon Mer 3 Mai 2017 - 2:21

» Chansons féministes
par Iridacea Mar 2 Mai 2017 - 23:51

» Les petites phrases sexistes cultes (suite)
par Iridacea Mar 2 Mai 2017 - 15:38

» [Article] SexNegative ?
par Aëlloon Lun 1 Mai 2017 - 0:12

» Présentation de Skander
par onyx Ven 28 Avr 2017 - 18:10

» [Podcast] Où sont les Mascus ? Dans la Forêt !!
par onyx Jeu 27 Avr 2017 - 23:07

» La prostitution masculine est-elle différente ?
par shun Mer 26 Avr 2017 - 15:18


Sur une oppression qui n'a pas de nom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sur une oppression qui n'a pas de nom

Message par Gambara le Ven 21 Aoû 2015 - 15:55

J'ai lu récemment "T'as vu le monsieur?" un livre-témoignage de Jérome Hamon, le premier greffé total de face qui a vécu pendant plus de 30ans avec la neurofibromatose, une maladie qui déforme les traits du visage. Cette lecture m'a confirmé une réflexion que je m'étais toujours faite sur la façon dont sont traités les personnes au visage hors norme dans la société. Ils sont perçus comme les Autres (au même titre que les femmes, les non-blancs, les non valides etc) et sont maltraités par la société, pourtant ils ne disposent d'aucun porte parole, d'aucune tribune pour défendre leur cause. C'est un tabou des plus total. Aussi, cela est peut etre du au fait que la laideur extreme ou la difformité physique soit êxtrement rare.

Ci après des extraits choisis du livre:

''Qu'est-ce qui t'est arrivé?"

"- Qu'est-ce qui t'est arrivé?Les premières questions directes commencent à l'école maternelle. Un camarade regarde fixement mon oeil et me demande soudain: "qu'est ce qui t'es arrivé?"Terrible par sa simplicité, cette question me remplit d'effroi. Je ne sais pas quoi répondre, je ne sais pas ce qui s'est passé. Je comprends juste que je ne suis pas comme les autres puisqu'on me pose la question. Quelqu'un qui a un physique normal, on ne lui demande pas: "Pourquoi tu es normal?"

"T'as vu le monsieur?"

"Le seul mot qui me vient à l'esprit pour évoquer tous ces regards posés sur moi, c'est celui de la cruauté. La cruauté à mon encontre et cette infinie tristesse de me trouver sans cesse renvoyé à mon état. Car même lorsque je ne pense pas à mon visage, car je n'y pense pas tout le temps, le regard de l'autre m'y renvois sans cesse. Sans répit.Et ce regard me juge."

"La photo de classe"

"Les exposés oraux sont pour moi une véritable torture. Debout devant la classe, j'ai l'impression de devenir tout rouge. Ce n'est pas le cas, mais être soudain le centre de toutes les attentions m'éprouve plus durement que les autres."

"Très vite, par précaution, je me refuse à faire partie du groupe. Je cherche l'amitié, j'en guette tous les signes, mais, en collectivité, je reste silencieux. Incapable de la mettre en mots, je cache aux autres l'attente que j'ai d'eux. Ma peur du rejet, ou de l'hypocrisie, est telle que je ne me met jamais en avant. Je laisse l'autre venir à moi. Si cela se produit, j'en déduit qu'on me trouve sympa, qu'on m'apprécie pour ce que je suis, au-delà de mon visage, et je vis cela comme une victoire. Mais je ne fais plus jamais le premier pas."

"Elephant man"

"Lorsque quelqu'un, ma mère essentiellement, avance la main vers mon visage, j'ai toujours un mouvement de recul. Ce n'est pas tant le contact qui me gêne ue cette opposition me sautant aux yeux entre la douceur, la tendresse d'un geste et la disgrâce de mon visage. Je ne comprends pas qu'on puisse avoir envie de caresser mon visage déformé. Ce geste qui mêle la beauté à la laideur porte en lui quelque chose d'inconcevable, de totalement incongru à mes yeux."

"Le troisième oeuil"

Dès mon arrivée à Paris, je m'élance dans les rues, confiant. Je me dis que, dans une grande ville, je vais pouvoir me fondre dans la foule. On ne me remarquera pas, les Parisiens sont habitués à voir de tout. Enfin, je vais pouvoir respirer un peu.
Ma déception de porte pas de nom. Regards appuyés, moqueries, insultes... Encore plus de monde autour de moi à me dévisager avec dans les yeux ce même effroi, ce même voyeurisme multiplié par cent, par mille. On me montre, on me désigne, on rit de moi. Rien n'a changé.

"Pétage de plombs"

"Longtemps j'ai eu peur de céder à la violence. Et de devenir peut être un visage où certains ne liraient plus "rien que de monstrueux", comme disait le procureur de Meursault dans l'Etranger. J'étais conscient qu'à force d'encaisser les regards et les insultes sans rien dire, je craquerais un jour.Ce que je craignais le plus, c'était de basculer dans la violence non pas envers moi mais envers l'autre.Quelqu'un, un jour, me dirait une méchanceté qui ferait déborder le vase et il allait payer pour tous les autres. Je serrais les poings pour ne pas répondre aux agressions car je sentais que si le trop-plein explosait, j'allais me jeter sur la personne. Et que si je "pétais les plombs", il faudrait m'arrêter. Ce serait la fin de tout, une folie dramatique qui pouvait envoyer mon agresseur à l'hôpital et moi, en psychiatrie."

"Le deuxième jour de ma nouvelle vie"'''

"Chez les commerçants qui ne m'ont jamais vu, je suis désormais un client comme les autres. Je ne sens plus cette gêne d'une demi-seconde au moment de me servir qui existait toujours auparavant lorsqu'ils levaient les yeux sur moi. C'est anodin pour ceux qui n'ont jamais subi ça, mais la disparition de ces microsignes incessants transforme radicalement mon quotidien et ma vie."

"La nuit où j'ai changé de visage"

"Je n'avais plus visage humain.Je n'avais plus ce visage dans lequel chacun se distingue, comme individu doté d'une identité, mais où il se reconnaît aussi comme étant le même que l'autre, comme appartenant à un même groupe. Un visage tout à la fois différent de tous les hommes et ressemblant à tous les humains, qui permet d'entrer en contact, en communication avec l'autre.Sans la greffe, mes déformations auraient bientôt englouti toute ressemblance à l'autre sur mon visage et je serais vite devenu imprésentable devant les humains.Coupé de la communauté humaine. Exclu à vie.En état de mort sociale."

Gambara
Banni·e

Messages : 170
Date d'inscription : 24/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur une oppression qui n'a pas de nom

Message par Lollipop le Ven 21 Aoû 2015 - 17:07

Il y a une ex-membre du forum qui est dans cette situation.
avatar
Lollipop
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 844
Date d'inscription : 28/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur une oppression qui n'a pas de nom

Message par takamine le Sam 29 Aoû 2015 - 12:51

...

_________________
..je suis un monde ignoré illuminé par d'éclatantes aurores ! ..

takamine
Poilu⋅e
Poilu⋅e

Messages : 111
Date d'inscription : 12/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur une oppression qui n'a pas de nom

Message par michekhen le Mar 1 Sep 2015 - 7:57

Terrible ce témoignage.
et en même temps je sais très bien , que face à la différence j'ai beaucoup de mal à ne pas regarder.
Je me force à ne pas regarder, et même ça, je suis sûre que c'est perçu par la personne en question. Sad
tellement elle à l'habitude de se faire observer. Je m'en veux très fort à ce moment, car je suppose que je blesse la personne en la regardant, et en même temps me forcer à l'ignorer fait sûrement autant mal.

michekhen
Hystérique
Hystérique

Messages : 621
Date d'inscription : 02/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur une oppression qui n'a pas de nom

Message par Alpheratz le Dim 6 Sep 2015 - 19:58

"Je ne comprends pas qu'on puisse avoir envie de caresser mon visage déformé."

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux."
Saint-Exupéry "Le Petit prince"

_________________
Les mots ont un sens. Leur absence aussi en a un.
Requiem : Roman français fondateur du pronom de genre neutre "al". Disponible sur Createspace et Amazon et la librairie Violette and Co, 102 rue de Charonne, Paris 11e, métro Charonne.
Page officielle sur Facebook
avatar
Alpheratz
Poilu⋅e
Poilu⋅e

Messages : 126
Date d'inscription : 28/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur une oppression qui n'a pas de nom

Message par 1977 le Dim 6 Sep 2015 - 20:20

Je trouve terrible de subir une violence qui n'est pas reconnue, invisible. C'est la double peine. Et cette violence décrite par Oile est pourtant bien réelle.
avatar
1977
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 1416
Date d'inscription : 03/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur une oppression qui n'a pas de nom

Message par LenaLou le Lun 7 Sep 2015 - 12:05

Justement,je me suis toujours énormément questionnée sur l'aphrodisme et sur les violences subies par les personnes perçues comme socialement "laides"...
Je trouve ces violences ultra répandues,et banalisées,même parmi des personnes sensibilisées aux discriminations voire militantes...

_________________
I'm impossible to forget,but i'm hard to remember.
avatar
LenaLou
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 1114
Date d'inscription : 19/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur une oppression qui n'a pas de nom

Message par Aëlloon le Sam 30 Avr 2016 - 21:52

@LenaLou a écrit:Je trouve ces violences ultra répandues,et banalisées,même parmi des personnes sensibilisées aux discriminations voire militantes...
C'est vrai.

Après, regarder ou ne pas regarder, et regarder comment ?

Pas évident de se défaire de ses réflexes: même quand on n'a pas de mouvement de recul, notre regard reste un miroir extrêmement difficile à contrôler et en une fraction de seconde, la personne en face comprend très bien ce que nous ressentons à son égard.

Le groupe sud-africain Die Andwoort a créé un morceau qui s'appelle "I fink you're freeky and I like you a lot"
(que j'aime beaucoup) qui signifie en gros "Je pense que tu es bizarre et je t'aime beaucoup" dédié aux personnes stigmatisées par les canons de beauté en vigueur.



Ils ont également fait jouer Leon Botha, un artiste atteint de progéria, une maladie génétique dégénérative diagnostiquée alors qu'il avait 4 ans et provoquant un vieillissement accéléré, il est décédé le 5 juin 2011.

(voir le plan final du clip "Enter The Ninja")



Son visage déformé par la maladie lui a imposé un véritable calvaire, même si à la fin de sa vie il a pu accéder à la reconnaissance grâce notamment à Die Andwoort et à Thierry Mugler.

Lien Leon Botha.

(désolée pour vous avoir refilé un lien vers Pure People, mais c'est ce que j'ai trouvé en premier... Embarassed )

_________________
Si Dame Nature avait voulu que je sois muette, elle ne m'aurait pas faite !
avatar
Aëlloon
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n

Messages : 1730
Date d'inscription : 01/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur une oppression qui n'a pas de nom

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum