Derniers sujets
» [Article] Ruptures : pourquoi on reste avec eux ?
par Nurja Aujourd'hui à 8:29

» [Article] Une justice qui protege les violents
par Nurja Aujourd'hui à 8:01

» Les femmes autochtones du Quebec brisent le silence...
par Araignée Aujourd'hui à 2:40

» BA(F)FE - Base de données féministes
par Black Swan Aujourd'hui à 1:54

» Peggy Sastre
par Claire G. Hier à 21:05

» inquiètantes théories sur l'égoïsme d' Ayn Rand
par michekhen Hier à 12:59

» Chansons féministes
par Iridacea Hier à 12:24

» Le voile
par Iridacea Lun 21 Aoû 2017 - 0:50

» [Article] Les hommes hétérosexuels sont-ils aussi victimes de violence conjugale ?
par Araignée Dim 20 Aoû 2017 - 17:14

» Une nouvelle arrivée
par Aëlloon Sam 19 Aoû 2017 - 22:23

» Nouvelle parmi vous
par Aëlloon Sam 19 Aoû 2017 - 22:17

» Ressources
par Dihya Mar 15 Aoû 2017 - 9:28

» Salut!
par Dihya Mar 15 Aoû 2017 - 9:14

» [Article] 220 femmes tuées par leur conjoint, ignorées par la société
par Aëlloon Sam 5 Aoû 2017 - 22:30

» C'est quoi "être une femme" ?
par Reiko Sam 5 Aoû 2017 - 20:32

» Vos techniques anti-manspreading ?
par Aëlloon Sam 5 Aoû 2017 - 16:27

» Le féminisme blanc existe-t-il ?
par Dihya Ven 4 Aoû 2017 - 18:01

» Ma therapie
par Plusmavictime Mar 1 Aoû 2017 - 21:53

» Salon du livre lesbien et débat HERstory le 1er juillet 2017
par Alpheratz Mar 1 Aoû 2017 - 12:09

» INFORMATION RÉGION - IPASS CONTRACEPTION
par Dihya Lun 31 Juil 2017 - 8:04

» Présentation
par Iridacea Lun 31 Juil 2017 - 1:03

» [Article] Que font les jeunes féministes de l’héritage des générations antérieures ?
par Dihya Dim 30 Juil 2017 - 20:02

» [Article] Sexe entre potes hétéros sur le forum JVC
par Dihya Dim 30 Juil 2017 - 19:05

» Intro de Klazoo
par Aëlloon Sam 29 Juil 2017 - 3:04

» Présentation Noki
par Aëlloon Sam 29 Juil 2017 - 2:54

» Présentation de Willl
par Iridacea Ven 28 Juil 2017 - 22:46

» Témoignages sur le manspreading
par Administratrice Ven 28 Juil 2017 - 18:41

» Je me présente
par Titi63 Jeu 13 Juil 2017 - 21:56

» kotava
par Iridacea Jeu 13 Juil 2017 - 10:27

» Youtube
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 8:35

» Le gene SRY
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:57

» Bastien Vivès "Une soeur", votre avis ?
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:19


Culture du viol

Page 2 sur 12 Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par PourquoiPas le Sam 1 Nov 2014 - 20:27

Numa a écrit:C'est peut-être un peu HS, mais tu évoques là un point qui me fascine et me questionne beaucoup : j'ai l'impression que beaucoup d'agresseurs sexuels savent qu'il ne seront pas dénoncés. Ça me parait fou, parce qu'en fait la plupart des gens sont étonnés (à tort) que les victimes ne parlent pas, beaucoup de victimes ont du mal à comprendre pourquoi elles n'ont pas parlé, mais certains agresseurs, ils « savent d'avance » qu'ils ne seront pas dénoncés. Je trouve que ça fait super peur.
Oui, ça fait peur!  Pour un ensemble de raisons, les victimes se sentent parfois coupables.  Les criminels en abusent.  Heureusement, les choses ont tendance à changer.  Les dénonciations et les condamnations sont plus fréquentes.

@Ucralo a écrit:@PourquoiPas :

Le manque d'empathie colle bien au stéréotype du violeur homme. Donc, pour un violeur homme, il serait cohérent que le manque d'empathie augmente la probabilité d'être condamné.

Du coup, même si on prouve que les hommes condamnées pour viol sont en moyenne peu empathiques, cela ne prouve pas que, chez les hommes, il existe une corrélation négative entre la propension au viol et le niveau d'empathie.

Heureusement, pour étudier chez les hommes des corrélations entre la propension au viol et autre chose, il n'est pas obligatoire de limiter les études aux personnes qui ont été condamnés pour viol.

Un autre moyen est de prendre des hommes au hasard, de leur présenter des scénarios de viols (sans dire explicitement qu'il s'agit de viols) et de leur demander dans quelle mesure leur comportement ressemblerait à chaque scénario. Plus ils affirment que leur comportement s'en rapproche, plus ils ont de chances d'avoir une forte propension au viol.
Ce genre de recherches a été conduite à l'aide de pléthysmographes . On pose une petite bague souple remplie de mercure autour du pénis du sujet et on l'expose à des stimulations à caractère sexuel, soit visuelles, soit sonores, soit les deux en même temps. Il y a un lien direct entre l'augmentation de volume du pénis (réponse physique) et la réponse émotionnelle, l'excitation sexuelle (réponse psychologique).

C'est comme ça qu'on a pu documenter empiriquement que les criminels homophobes étaient significativement plus excités sexuellement par des stimulations à caractère homosexuel que la moyenne des hommes et que la moyenne des criminels en détention pour d'autres types de crimes. Je me souviens aussi que certains criminels condamnés pour des viols hétérosexuels impulsifs avaient un profil de ce type.


Dernière édition par Nurja le Sam 1 Nov 2014 - 21:24, édité 1 fois (Raison : merci d'éditer ton message pour éviter un post multiple qui se suit.)
avatar
PourquoiPas
Banni·e

Messages : 31
Date d'inscription : 25/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Araignée le Sam 1 Nov 2014 - 21:52

@Shun a écrit:Pour l'énurésie, ce n'est pas juste ne pas être propre très tôt. C'est tjrs faire pipi au lit après 6 ou 7 ans.
Ouais, comme moi quoi. Ca a commencé à se calmer et ne plus être quasi systématique vers l'âge de 17/18 ans... à vrai dire ça m'arrive encore de temps en temps...

Bon par contre j'ai jamais au grand jamais torturé d'animaux, quels qu'ils/elles soient, même les insectes (perso les mouches, araignées et autres petites bestioles, je les apprivoisais, ce qui me permet de savoir que c'est possible et assez aisé). Et j'ai jamais été pyromane.

Bon, t'façon, s'il suffisait de trois symptômes pour poser un diagnostic en psy, ça se saurait (mouhahaha).
(Par contre torturer des animaux révèle toujours un mal-être évident... d'ailleurs le seul gosse que j'ai connu qui s'amusait à brûler des souris, s'est pendu avant l'âge de 15 ans - par contre il n'était pas pervers, plutôt psychotique...).

PoirquoiPas a écrit:Pour un ensemble de raisons, les victimes se sentent parfois coupables. Les criminels en abusent.
Tiens, je viens de lire Confusion de langue entre les adultes et l'enfant (Ferneczi) que je voulais lire depuis longtemps, qui m'a été recommandé par mon psy et dont il m'a dit qu'il était sûrement dispo sur internet. Et il (Ferenczi) parle de ce sentiment de culpabilité que ressentent les victimes, et qui est lié à l'identification à l'agresseur. (Entre autres, il y a tant de choses dans ce texte, et j'y ai compris des choses importantes sur moi-même.)

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros

Messages : 4521
Date d'inscription : 02/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Drärk le Dim 2 Nov 2014 - 6:49

@PourquoiPas a écrit:Pour un ensemble de raisons, les victimes se sentent parfois coupables. Les criminels en abusent.
Les victimes se sentent très souvent coupables, et pas juste "parfois". Je ne pense pas qu'aux violences sexuelles, mais à toutes les formes de violences. Il existe une inégalité majeure entre le privilège de la violence (détenu par les humains, hommes, blancs, adultes, hétéros, valides ect.) et le simulacre de droit à se défendre (détenu par les victimes féminines, animales, jeunes, âgées, racisé-e-s ect.). Une victime qui se défend est soupçonnée d'avoir abusé du droit à la légitime défense. Un agresseur qui violente a la possibilité d'accuser sa victime de l'avoir cherché, voire de faire appel à cette légitime défense. Aussi on conseille aux gentes de verrouiller leurs portes pour éviter d'attirer les voleurs, c'est un exemple bateau mais qui illustre bien ma réflexion : le voleur peut voler, mais les victimes peuvent être accusées de n'avoir pas assuré leurs biens. Le dicton "Il n'est pas interdit de voler mais de se faire prendre" est hélas réel. Dans une société où les victimes risquent plus gros que les agresseurs, pourquoi ces derniers se priveraient-ils ?
Numa a écrit:C'est peut-être un peu HS, mais tu évoques là un point qui me fascine et me questionne beaucoup : j'ai l'impression que beaucoup d'agresseurs sexuels savent qu'il ne seront pas dénoncés. Ça me parait fou, parce qu'en fait la plupart des gens sont étonnés (à tort) que les victimes ne parlent pas, beaucoup de victimes ont du mal à comprendre pourquoi elles n'ont pas parlé, mais certains agresseurs, ils « savent d'avance » qu'ils ne seront pas dénoncés. Je trouve que ça fait super peur.
Je trouve cela fascinant, je ne comprends pas comment on peut violer avec n tel sentiment d'impunité, mais je crois que c'est parce que j'ai reçu une éducation de femme que je ne peux pas comprendre.

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
Drärk
Amazone
Amazone

Messages : 3882
Date d'inscription : 01/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Invité le Dim 2 Nov 2014 - 11:34

HS:
L'énurésie peut aussi être un symptôme de violences sexuelles --> c'est qqc d'assez connu, mais dont on tient rarement compte, même devant des tableaux qui présentent une évidente exposition à des violences très fortes.
Bref, oui la trilogie psychopathe existe bien et n'est pas un mythe, mais elle est associée quand même à d'autres choses, le tout formant un " tableau ".
Par contre, une chose est sure, quand on fréquente des psychopathes, qui plus est intelligents, on en ressort pas indemne, même si on ne s'est jamais fait agresser par eux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par PourquoiPas le Dim 2 Nov 2014 - 16:17

Quatre clarifications:

1- Selon moi, l'empathie implique plus que l'identification de l'expérience cognitive et émotionnelle de l'autre. Elle implique un minimum de compassion pour l'autre. Dans ce contexte, faire du mal à l'autre est bien difficile, à moins d'entretenir simultanément une importante colère contre l'autre.

2- Il est certainement possible qu'une personne perde sa capacité de compassion à la faveur d'un état altéré de vigilance, mais au retour de sa capacité d'empathie l'agresseur ressentirait une importante culpabilité.

3- L'empathie n'est pas la seule variable. La capacité d'anticiper les conséquences de ses actes et le jugement moral jouent aussi un rôle actif et ils sont indépendants de la capacité d'empathie.

4- Finalement, il faut bien que les violeurs aient certaines caractéristiques à défaut de quoi l'alternative serait simplement qu'ils sont des hommes. Est-ce que quelqu'un ici défend l'hypothèse que tous les hommes seraient potentiellement des violeurs?

_________________
Jamais trop vieux pour apprendre!
avatar
PourquoiPas
Banni·e

Messages : 31
Date d'inscription : 25/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par La Chatte le Dim 2 Nov 2014 - 16:59

@PourquoiPas a écrit: Finalement, il faut bien que les violeurs aient certaines caractéristiques à défaut de quoi l'alternative serait simplement qu'ils sont des hommes. Est-ce que quelqu'un ici défend l'hypothèse que tous les hommes seraient potentiellement des violeurs?

Je pense qu'on est nombreux/ses à le penser ici, oui. Les hommes étant dotés d'un pénis avec lequel ils peuvent pénétrer et ayant été éduqués en patriarcat/culture du viol qui nous matraque que (au hasard) pénétrer c'est être dominant/les femmes sont des objets sexuels/quand elles disent non en fait ça veut dire oui, tous les hommes sont en effet, potentiellement, des violeurs, car ils sont "armés" pour, à la fois physiquement et psychologiquement (ils en ont le potentiel, quoi).
avatar
La Chatte
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 848
Date d'inscription : 15/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Drärk le Dim 2 Nov 2014 - 17:07

Du fait que nous vivions dans une culture du viol, les hommes sont susceptibles de violer comme les femmes sont susceptibles d'être victimes de viols.

Théoriquement, oui, tous les hommes sont donc potentiellement des violeurs, non pas parce que ce serait intrinsèquement lié au fait d'être un homme, mais parce que l'éducation masculine, s’appuyant sur l'épreuve et le maintien de la virilité, fait qu'on apprend aux garçons, aux adolescents et aux hommes qu'il est naturel que les femmes soient disponibles sexuellement et frustrées. Il est donc naturel de tenter de les convaincre quand elles disent non, il est naturel de penser que si elles ne disent rien c'est qu'elles disent oui ("qui ne dit mot, consent"), il est naturel que leurs besoins (rendus irrépressibles par l'éducation) et leur frustration (rendue inadmissible par l'éducation aussi) soient comblés.

Françoise Héritier a constaté ce traitement différentiel de la frustration chez les bébés filles et garçons au sein du peuple Samo avec qui elle travaillait (elle est anthropologue). Elle a un jour remarqué que les mères s'arrêtaient pour nourrir leur bébé, et parfois les laisser pleurer. Elle leur a demandé pourquoi une telle différence de traitement. Les mères lui ont expliqué que les filles n'étaient pas nourries tout de suite car leur vie serait ponctuée par la frustration et qu'elles devaient l'apprendre dès le plus jeune âge. Quant aux garçons, il fallait les nourrir tout de suite car ils étaient considérés comme colériques et cette colère pouvait nuire à la santé du nourrisson. Je résume évidemment.
Source : http://www.ac-creteil.fr/enseignements/mercredisdecreteil/conference-inaugurale-francoise-heritier.pdfpage 8 et 9.
Mais en France, en 2014, on continue de donner aux garçons les meilleures part aux repas, et la nourriture considérée comme la plus riche, car ils doivent être forts, aux filles on leur donne moins, en fait les mères (puisque ce sont elles qui se tapent en majorité les "basses" besognes) transmettent à leurs filles des notions morales sur la valeur de leur physique et à leurs garçons des notions morales sur la valeur de leur puissance, il est donc peu probable qu'elles engraissent les filles à grands coups de plats en sauce (j'ai une sœur qui se pense trop grosse, parce qu'elle est un peu gourmande et que sa mère suit son poids depuis des années, apparemment elle frôlait le surpoids étant en primaire, une norme de poids médical a fait que ma sœur se trouve grosse et qu'elle était prête à tenter de manger tel ou tel fruits exotique censé faire maigrir, heureusement que j'ai pu en parler avec elle, puisque personne n'était disponible pour la rassurer sur son poids autrement que par des injonctions maquillées en recommandations, ça fait peur, parce que j'ai vécu exactement la même chose... elle et moi étions justes un peu en chair, pas quoi s'affoler, sauf peut-être pour notre valeur marchande ?).

Frustration inadmissible pour les hommes//frustration irrémédiable pour les femmes. Il est donc légitime de violer pour un homme si cela lui permet de libérer sa frustration, mais une femme doit assumer le fait qu'elle sera frustrée et violée toute sa vie, elle doit donc la subir en silence.

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
Drärk
Amazone
Amazone

Messages : 3882
Date d'inscription : 01/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par La Chatte le Dim 2 Nov 2014 - 17:26

Pour ma part, l'idée que les violeurs devraient nécessairement avoir un profil psychologique type me dérange, car il me semble que c'est un énième moyen de dire "les hommes normaux ne violent pas" et seuls ceux qui ont un pet' au casque en sont capable.
On a vu plus d'une fois, en temps de guerre, des bataillons entiers d'appelés, soit des "monsieur tout le monde" dans le civil, se transformer en violeurs en puissance sous l'effet de groupe et de circonstances "anormales". Ces circonstances ont certainement modifié leur sens de l'empathie, mais si l'empathie est à ce point une donnée variable chez un même individu, qui peut ainsi perdre sa capacité de compassion a l'envi, alors oui, potentiellement tout homme, élevée dans nos sociétés qui véhiculent les injonctions de genre que l'on connait, est théoriquement un violeur potentiel. Et qu'un violeur, une fois les circonstances "normales" revenues, regrette ou pas, n'a aucun rapport avec l'affaire. Un violeur plein de remords reste un violeur.
avatar
La Chatte
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 848
Date d'inscription : 15/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Ucralo le Dim 2 Nov 2014 - 17:55

@PourquoiPas a écrit:Finalement, il faut bien que les violeurs aient certaines caractéristiques à défaut de quoi l'alternative serait simplement qu'ils sont des hommes. Est-ce que quelqu'un ici défend l'hypothèse que tous les hommes seraient potentiellement des violeurs?
La notion de "potentiel" est assez ambigüe.

Si dire qu'un homme est un violeur potentiel signifie qu'il existe une situation dans laquelle cet homme violerait, alors je pense que les hommes ne sont pas tous des violeurs potentiels. Est-ce que quelqu'un n'est pas d'accord ?

Si dire qu'un homme est un violeur potentiel signifie qu'il a les capacités physiques de violer, alors presque tous les hommes sont des violeurs potentiels. Mais alors on s'éloigne du sujet.

Si dire qu'un homme est un violeur potentiel signifie que cet homme va peut-être violer, alors ça veut dire que ce que l'on sait de cet homme n'est pas suffisant pour déduire s'il va violer ou pas. Alors on parle de connaissances, mais des connaissances de qui ? Celles de la potentielle victime ?

Est-ce que la victime potentielle a un moyen de savoir qu'un homme en particulier ne la violera pas ? Je ne sais pas, mais j'ai deux pistes :
1) Les hommes homosexuels. A priori, je pense qu'il est rare qu'ils violent des femmes. Est-ce que je me trompe ?
2) Si une femme est en couple depuis longtemps avec un homme et que celui-ci ne l'a jamais violée, je suppose qu'il est peu probable qu'il la viole par la suite.  Est-ce que je me trompe ?


Dernière édition par Ucralo le Dim 2 Nov 2014 - 18:49, édité 1 fois (Raison : faute de français)

Ucralo
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e

Messages : 351
Date d'inscription : 19/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par La Chatte le Dim 2 Nov 2014 - 18:23

Il faudrait effectivement s'entendre sur le sens de "potentiel". Si on l'entend au sens premier, c'est-à-dire au sens du "pouvoir" faire quelque chose, tout homme pourrait en effet violer du fait d'être un être masculin doté d'un pénis et élevé en patriarcat. (Au passage on peut violer avec autre chose que son pénis)
Si on l'entend au sens "tous les hommes sont ils capables de violer?", la réponse est certainement non, et heureusement. Seulement, en théorie, rien ne distingue un homme capable de violer d'un homme qui n'en serait capable en aucune circonstance. En pratique, seule la connaissance intime de quelqu'un permettrait d'en avoir une idée (encore qu'on ne connaît jamais réellement quelqu'un, pas plus, à mon avis, qu'on ne se connait soi-même.)
avatar
La Chatte
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 848
Date d'inscription : 15/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par PourquoiPas le Dim 2 Nov 2014 - 18:32

@La Chatte a écrit: Je pense qu'on est nombreux/ses à le penser ici, oui. Les hommes étant dotés d'un pénis avec lequel ils peuvent pénétrer et ayant été éduqués en patriarcat/culture du viol qui nous matraque que (au hasard) pénétrer c'est être dominant/les femmes sont des objets sexuels/quand elles disent non en fait ça veut dire oui, tous les hommes sont en effet, potentiellement, des violeurs, car ils sont "armés" pour, à la fois physiquement et psychologiquement (ils en ont le potentiel, quoi).
Je devinais que certaines d'entre vous devaient avoir une idée comme cela là, mais je voulais vérifier avant au cas où ce serait un préjugé...

À propos de l'idéologie patriarcale, l'une d'entre vous n'a-t-elle jamais été confrontée à une de ses importantes variantes: le "paternalisme chevaleresque"?  Dans cette variante, les hommes (les vrais) doivent être chérirent, valoriser et protéger les femmes.  Il y a encore dans cette variante d'importants stéréotypes sexuels et une forme de mépris implicite, mais ont est aux antipodes d'une culture qui valorise le viol.
@Drärk a écrit: Mais en France, en 2014, on continue de donner aux garçons les meilleures part aux repas,
Mon père, qui a aujourd'hui 92 ans, réservait toujours les meilleurs part pour ma mère.
@Drärk a écrit:(…) aux filles on leur donne moins, en fait les mères (puisque ce sont elles qui se tapent en majorité les "basses" besognes) transmettent à leurs filles des notions morales sur la valeur de leur physique
Ma sœur et ma mère étaient les seules à échapper à la corvée du pelletage de la neige, une «base besogne» bien canadienne.  De l'autre côté, les garçons n'échappaient pas à la corvée de vaisselle.

Sans nier l'existence de sous-cultures virilistes hypermacho (type; film Rapide et dangereux) où les femmes semblent réduites à des objets sexuels écervelés, je voulais te montrer que les expériences de chacun peuvent entretenir des perceptions différentes et que la culture patriarcale a bien des facettes.
@La Chatte a écrit: On a vu plus d'une fois, en temps de guerre, des bataillons entiers d'appelés, soit des "monsieur tout le monde" dans le civil, se transformer en violeurs en puissance sous l'effet de groupe et de circonstances "anormales".
C'est malheureusement trop vrai! Mais on a vu aussi d'anciens soldats être rongés par la culpabilité des choses qu'ils avaient faite pendant la guerre.
@La Chatte a écrit:Ces circonstances ont certainement modifié leur sens de l'empathie, mais si l'empathie est à ce point une donnée variable chez un même individu, qui peut ainsi perdre sa capacité de compassion a l'envi, alors oui, potentiellement tout homme, élevée dans nos sociétés qui véhiculent les injonctions de genre que l'on connait, est théoriquement un violeur potentiel. Et qu'un violeur, une fois les circonstances "normales" revenues, regrette ou pas, n'a aucun rapport avec l'affaire. Un violeur plein de remords reste un violeur.
Dit comme ça, ça a beaucoup de sens, mais dans des conditions exceptionnelles analogues, des quoi les êtres humains tous sexes confondus ne sont pas potentiellement capables?


Dernière édition par PourquoiPas le Dim 2 Nov 2014 - 19:20, édité 4 fois
avatar
PourquoiPas
Banni·e

Messages : 31
Date d'inscription : 25/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par La Chatte le Dim 2 Nov 2014 - 18:49

@PourquoiPas a écrit:
À propos de l'idéologie patriarcale, l'une d'entre vous n'a-t-elle jamais été confrontée à une de ses importantes variantes: le "paternalisme chevaleresque"?  Dans cette variante, les hommes (les vrais) doivent être chérirent, valoriser et protéger les femmes.  Il y a encore dans cette variante d'importants stéréotypes sexuels et une forme de mépris implicite, mais ont est aux antipodes d'une culture qui valorise le viol.

On appelle ça le paternalisme bienveillant dans les parages (la galanterie en fait partie par exemple). Tout aussi puant que le sexisme haineux assumé, même si moins dangereux dans l'immédiat car pas agressif.
La plupart des paternalistes bienveillants sont d'ailleurs convaincus de n'être pas sexistes parce que "ils aiment les femmes, ils les adoooorent".
avatar
La Chatte
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 848
Date d'inscription : 15/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Invité le Dim 2 Nov 2014 - 19:14

Ajoutons au passage que ça inflige des dégâts psychologiques: http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_25043/quand-le-sexisme-se-veut-bienveillant?part=6

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par La Chatte le Dim 2 Nov 2014 - 19:18

Tout à fait, ça conforte les femmes dans l'idée qu'elles sont des petites choses ayant nécessairement besoin d'un homme pour les guider.
avatar
La Chatte
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 848
Date d'inscription : 15/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par PourquoiPas le Dim 2 Nov 2014 - 19:24

Jonas lubec a écrit:Ajoutons au passage que ça inflige des dégâts psychologiques: http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_25043/quand-le-sexisme-se-veut-bienveillant?part=6
Intéressant,

Merci Jonas!

_________________
Jamais trop vieux pour apprendre!
avatar
PourquoiPas
Banni·e

Messages : 31
Date d'inscription : 25/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Nurja le Dim 2 Nov 2014 - 19:29

@PourquoiPas a écrit:4- Finalement, il faut bien que les violeurs aient certaines caractéristiques à défaut de quoi l'alternative serait simplement qu'ils sont des hommes. Est-ce que quelqu'un ici défend l'hypothèse que tous les hommes seraient potentiellement des violeurs?
C'est mon hypothèse. Et l'explication que je donne à ce phénomène, c'est la société dans laquelle on vit qui nous serine que les hommes ont des besoin sexuel (il y a même des femmes qui sont payées pour assouvir les besoins de ces pauvres malheureux), qu'une femme qui dit non dit en réalité oui, qu'une femme doit contenter un homme, que...

_________________
Le plus souvent, j'interviens à titre personnel.
Parfois, j'aide à la modération.
avatar
Nurja
Modératrice
Modératrice

Messages : 9524
Date d'inscription : 12/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Laine le Dim 2 Nov 2014 - 20:18

@PourquoiPas a écrit:À propos de l'idéologie patriarcale, l'une d'entre vous n'a-t-elle jamais été confrontée à une de ses importantes variantes: le "paternalisme chevaleresque"?  Dans cette variante, les hommes (les vrais) doivent être chérirent, valoriser et protéger les femmes.  Il y a encore dans cette variante d'importants stéréotypes sexuels et une forme de mépris implicite, mais ont est aux antipodes d'une culture qui valorise le viol.

Je pense que ce "paternalisme chevaleresque" peut parfaitement cohabiter avec la possibilité de devenir un violeur chez certains hommes. Dans de très nombreuses fictions (livres, films, jeux vidéos…) le fait d'aider une femme ou de se montrer galant ou chevaleresque avec elle est récompensé par les faveurs sexuelles de la femme. Même si c'est présenté de cette manière : l'homme aide la femme de manière totalement désintéressée parce que c'est quelqu'un de bien mais du coup elle tombe amoureuse de lui, au final le côté systématique de ce scénario (en anglais on dit parfois "the guy who gets the girl" pour parler du héros d'une histoire) fait que certains hommes considèrent qu'une femme leur doit quelque chose (du sexe ou une relation suivie) en échange de leur gentillesse. C'est ce qui donne le mythe du "nice guy". Tu sais le type qui n'a pas reçu son "dû" et qui en arrive à la conclusion qu'en fait c'est parce qu'il est trop gentil et qui peut même décider que finalement il va se transformer en "Pick Up Artist" (PUA en abrégé). Et certains conseils de "drague" donnés par les PUA se rapprochent dangereusement de techniques de viol. Et même sans avoir jamais entendu parler des PUA je pense que ce sentiment d'avoir été spolié de son "dû" peut amener certains hommes au viol en anesthésiant leur empathie pour la victime qui les aura "allumé", "mené en bateau".
avatar
Laine
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e

Messages : 274
Date d'inscription : 28/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par PourquoiPas le Dim 2 Nov 2014 - 20:50

Laine,
Je crois aussi que la colère peut être un "anesthésiant" (j'aime l'expression) de l'empathie. Et lorsqu'une attente importante est déçue, cela entraine de la frustration et conséquemment de la colère.

_________________
Jamais trop vieux pour apprendre!
avatar
PourquoiPas
Banni·e

Messages : 31
Date d'inscription : 25/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par 1977 le Lun 3 Nov 2014 - 16:14

Il me semble que les hommes qui agressent sexuellement et violent sont en grande majorité des personnes ordinaires qui comme mon oncle, selon l'expert de la procédure, ne révèle "aucune anomalie mentale ou physique", "n'était pas atteint au moment des faits d'un trouble psychique ou neuropsychique", "est surtout parfaitement asymptomatique au plan psychiatrique". Il est décrit par ses proches comme "un homme paisible et sérieux, mais également d'un tempérament joueur et taquin.". Le rapport d'expertise relève que c'est "un (vieil) homme simple doté d'un excellent contact et d'une bonne éducation. Ainsi, à aucun moment, il ne s'est clairement insurgé contre sa garde à vue ni contre ses accusateurs (...) les questions du sexe sont sans aucun doute taboues pour Monsieur (...) Très défensif dans certains domaines, Monsieur a donc découvert une personnalité contrastée. En tout état de cause, il reste remarquablement conservé au plan cognitif comme intellectuel pour ses 82 ans. Monsieur a fait preuve devant nous d'une grande dignité mais également d'une étonnante capacité à contrôler ses émotions comme ses productions verbales...Plus concrètement, il faut faire appel à toute son imagination pour se le représenter en train d'agresser des jeunes gens..Seule sa biographie, il est vrai singulière et marquée d'une sorte d'inhibition de la libido, mérite d'être mise en avant..."

"L'expert conclut que l'examen de Monsieur ne révèle aucune anomalie mentale ou physique, seulement une biographie marquée par un mariage tardif. L'infraction reprochée ne peut être reliée qu'à un très hypothétique échappement de son autocontrôle sur sa libido. Monsieur n'est absolument pas ou plus dangereux et est accessible à une sanction pénale. Il est tout à fait réadaptable étant donné qu'il a été jusqu'à aujourd'hui un retraité paisible. Enfin, l'expert relève qu'une injonction de soins dans le cadre d'un suivi socio judiciaire est totalement inopportune."

De quoi est il accusé? D'agressions sexuelles (je vous épargne les détails) sur une fratrie de 4, 2 plaintes sont conservés, caractérisées "comme agression sexuelle par surprise et contrainte, de par l'autorité naturelle que ce dernier étant leur oncle par alliance, détenait à l'égard des deux victimes alors enfants de moins de 15 ans..". Pour 4 victimes, dont moi même, les faits sont prescrits. Une autre victime a évoqué des viols, témoignages recueillis par 4 membres de la famille sans porter plainte et refusant de déposer et ne déférant pas aux convocations ni des enquêteurs ni du magistrat instructeur.

A l'issue de l'audience il y a 5 jours, le procureur a requis 3 mois d'emprisonnement avec sursis.


Dernière édition par 1977 le Lun 3 Nov 2014 - 17:08, édité 1 fois
avatar
1977
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 1421
Date d'inscription : 03/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Invité le Lun 3 Nov 2014 - 17:06

Je suis vraiment désolée 1977. Je compatis à ce que tu viens de recevoir en pleine poire. Tu as eu le courage d'y aller, tu es allée au bout de ta démarche, et nous ici, nous reconnaissons toutes et tous ta valeur en tant que personne, et nous méprisons tous cette justice à 2 vitesses.

Tu as tout mon soutien, toute mon admiration aussi pour ton courage à témoigner jusqu'au bout. Félicitation à toi. Tu es forte et courageuse. :calin:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Invité le Lun 3 Nov 2014 - 17:08

Merci 1977 de ton témoignage et de rappeler que les violeurs et agresseurs sont des hommes lambda

Et courage à toi

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Tilleul le Lun 3 Nov 2014 - 20:51

Courage 1977, je suis effaré de voir un "expert" lâcher de telles conneries. Son avis est digne d'un comptoir du café du commerce et je suppose qu'il doit être voyant et avoir une boule de cristal pour savoir que quelqu'un ne sera absolument plus dangereux dans le futur. C'est pathétique.

_________________
« L'absurde, c'est la raison lucide qui constate ses limites. »
Albert Camus
avatar
Tilleul
Hystérique
Hystérique

Messages : 676
Date d'inscription : 23/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par La Chatte le Lun 3 Nov 2014 - 21:32

@PourquoiPas a écrit:
@La Chatte a écrit:Ces circonstances ont certainement modifié leur sens de l'empathie, mais si l'empathie est à ce point une donnée variable chez un même individu, qui peut ainsi perdre sa capacité de compassion a l'envi, alors oui, potentiellement tout homme, élevée dans nos sociétés qui véhiculent les injonctions de genre que l'on connait, est théoriquement un violeur potentiel. Et qu'un violeur, une fois les circonstances "normales" revenues, regrette ou pas, n'a aucun rapport avec l'affaire. Un violeur plein de remords reste un violeur.
Dit comme ça, ça a beaucoup de sens, mais dans des conditions exceptionnelles analogues, des quoi les êtres humains tous sexes confondus ne sont pas potentiellement capables?

Certes, mais on parlait ici du viol, qui est pour l'essentiel une violence commise par les hommes. La question initiale était : tous les hommes sont-ils potentiellement des violeurs, et personnellement, je réponds "oui".
L'expérience de Milgram montre bien que tout être humain est potentiellement capable de torturer si une instance supérieure l'enjoint à le faire, la Révolution Culturelle chinoise a bien prouvé que les Gardes Rouges des deux sexes n'hésitaient pas à tabasser et torturer les présumés contre-révolutionnaires, mais l'endoctrinement n'enlève rien à leur culpabilité et au fait qu'ils ont commis ces actes. Je ne me sentirais pas attaquée dans mon humanité si on me disait "Tout le monde est potentiellement un bourreau". Or pas mal d'hommes (je ne te vise pas spécialement ici) s'insurgent quand on leur dit "Tout homme est potentiellement un violeur". Vu la nature du viol (= crime sexo-spécifique), je ne vois pas pourquoi. Ce n'est pas parce qu'en l'état actuel des choses je me sens incapable de torturer que je nie qu'en théorie, j'en serais, comme la plupart des sujets de l'expérience de Milgram, capable.

Le témoignage (effarant ) de 1977 (au passage : :calin: ) vient corroborer ce que je pense au fond, à savoir qu'il n'y a pas de profil-type du violeur.
avatar
La Chatte
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 848
Date d'inscription : 15/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Tilleul le Lun 3 Nov 2014 - 22:31

Autant aller plus loin, presque tout les êtres humains sont "potentiellement" capable de viol. ( On exclu les personnes physiquement/mentalement incapable, comme les comateux). Dans le sens ou c'est un acte qui est techniquement possible .Je crois que comme souvent c'est un souci de sémantique sur ce que l'on met derrière ce potentiellement.

Mais bien sur, la prévalence est majoritairement du coté des personnes de sexe masculin.

_________________
« L'absurde, c'est la raison lucide qui constate ses limites. »
Albert Camus
avatar
Tilleul
Hystérique
Hystérique

Messages : 676
Date d'inscription : 23/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par erulelya le Lun 3 Nov 2014 - 22:50

Je pense aussi que chaque homme est un violeur potentiel.


_________________
"Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson" – Rebecca West
avatar
erulelya
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n

Messages : 1762
Date d'inscription : 25/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Culture du viol

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 12 Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum