Derniers sujets
AlpagaAujourd'hui à 14:09TortueIntersectionalité et paradigmes apparentésAujourd'hui à 13:47TortueFéminisme culturel vs. féminisme radicalAujourd'hui à 13:40Tortuefemmes enceintes versus personnes enceintesAujourd'hui à 11:20IridaceaLes talons cornés : "horribles", "intolérables" et "anti-sexy"Dim 19 Nov 2017 - 17:25erulelyaFaut-Il Porter Un Soutien-Gorge ? - Article.Ven 17 Nov 2017 - 20:42Ceridwen0813Luce en lutte : rendre la langue française non sexisteVen 17 Nov 2017 - 12:33erulelyaSalut à tou.te.sVen 17 Nov 2017 - 10:07LuceBizutage en médecine à l'université de caen = Enseignement du sexisme ?Jeu 16 Nov 2017 - 11:31michekhenJe veux des Poches!!Mer 15 Nov 2017 - 20:04jojojobonjour tout le mondeLun 13 Nov 2017 - 18:21jojojoBonjour ! Moi, Je.Lun 13 Nov 2017 - 16:18Un Homme[Article] Mélanie Gourarier. « La séduction alpha mâle s’inscrit dans un continuum de pratiques violentes »Lun 13 Nov 2017 - 15:12Tortue#BoycottWebedia et #BalanceTonForumDim 12 Nov 2017 - 9:00pierregrPeggy SastreSam 11 Nov 2017 - 4:12Klazoo LexisHelloVen 10 Nov 2017 - 11:15IridaceaPedro KazumiMar 7 Nov 2017 - 0:11IridaceaBoujour à vous Dim 5 Nov 2017 - 20:50IridaceaMorg@neDim 5 Nov 2017 - 18:30IridaceaGeorges BouillonDim 5 Nov 2017 - 18:17Iridacea"Free the Nipple"Sam 4 Nov 2017 - 1:18erulelyaOuvrir la voix par Amandine Gay (black feminism)Jeu 2 Nov 2017 - 20:58AëlloonComment réagir face à l'antiféminisme ?Jeu 2 Nov 2017 - 20:25Aëlloon"non-binaire" c'est quoi ?Mer 1 Nov 2017 - 5:13Reikochanson : VII capturées de bonne heureLun 30 Oct 2017 - 12:41shunUn traîtreLun 30 Oct 2017 - 7:43Untraitreliens pour accueil ne fonctionne pas? Dim 29 Oct 2017 - 9:00michekhenPrésentation de RonceRose Sam 28 Oct 2017 - 11:57IridaceaJe suis nouvellauJeu 26 Oct 2017 - 23:44IridaceaJean.Jeu 26 Oct 2017 - 23:42IridaceaLuxLisbonMer 25 Oct 2017 - 17:20shunSéjour en FranceMer 25 Oct 2017 - 3:16Dihya

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 14:55
Par exemple "excuse-moi de t'avoir blessée, je n'ai pas imaginé la portée de mes propos"

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Invité
Invité

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 15:11
J'interviens un petit peu en diagonale, parce que je me sens concernée : j'ai 2 enfants, un premier que j'ai eu à 22 ans, et une deuxièmes que j'ai eu à 30 ans.

Pour le premier, quand je suis tombée enceinte j'étais une très grosse fumeuse (2 paquets / jours), j'ai essayé de diminuer le plus possible, mais je n'arrivais pas à descendre en dessous de 4/5 clopes par jour.

J'ai eu un suivi gynéco rapproché parce que j'avais des pbms de santé (j'aborderai ce sujet après), et j'avais de l'hyper tension (gt à 17). J'ai dit que j'étais une grosse fumeuse, que j'avais bcp diminué au max. On m'a dit que effectivement c'était mieux de ne pas faire un sevrage brutal, vu ma consommation habituelle. Par contre, personne ne m'a prescrit d'anti hypertenseur (pourtant il en existe des compatibles avec la grossesse).
Vers le 6ème mois j'ai commencé à prendre bcp de poids : je faisais de l’œdème, ce qui avec l'hypertension est plutôt mauvais signe, mais personne ne m'a rien dit, et je n'y connaissais rien, donc je n'y ai pas fait spécialement attention, j'ai juste fait attention à manger moins (ce qui ne servait à rien puisque mon poids élevé était du à l'accumulation d'eau dans les tissus).

J'ai fait une pré-éclampsie en fin de grossesse à 8 mois ---> je suis restée plus de 48h avec plus de 19 de tension sans aucune assistance médicale. C'est hyper dangereux et j'aurais pu y passer.

Donc pour moi dans ce cas : oui j'étais une fumeuse, et donc en partie (mais en partie seulement j'expliquerai après pourquoi), responsable de mon hypertension. Mais elle n'a pas été traitée malgré le risque qu'elle représentait et pour moi, et pour mon bébé. Parce que le bébé, c'est sur que c'est mieux qu'il arrive en bonne santé, mais une chose est sure, c'est qu'il aura aussi besoin d'une maman. Et si possible d'une maman pas morte, pas en pleine crise de manque, ni en prison ...

Enfin j'explique ma seconde partie : je suis malade, et malade génétique. Ma maladie est récécive dominante, c'est à dire qu'en gros c'est 50/50 de la transmettre ou pas.
J'ai eu 2 enfants, je ne sais pas si ils sont atteints ou pas. Mais des paroles merdiques on m'en a dite plein. Que j'étais un monstre, que le darwinisme allait mettre fin à la reproduction des gens comme moi, que je coutais cher à la sécu, qu'on devrait avorter les bébés atteints de maladies etc ...
Cette maladie provoque de l'hypertension (la preuve je ne fume plus du tout depuis presque 7 ans et sans médicament j'explose à plus de 20), et j'avais une hyper tension précoce (elle a commencé vers 14 ans, c'est d'ailleurs ça qui a fait qu'on m'a dépisté pour la maladie, sans pour autant traiter le problème de tension qui pourtant aggrave la maladie).

On m'a conseillé d'avorter plusieurs fois, tantôt à cause de mon age (21 ans), tantôt à cause du risque de transmission, tantôt à cause de ma situation personnelle, etc ...

C'est hyper violent comme situation. J'ai été culpabilisée à tous les niveaux : sur ce que je mangeais, buvais, consommais (la clope, et les joints), les médicaments (anxiolytiques, antidep), sur mon poids, sur mon age, sur mon état de santé, sur mon apparence trop sexy, etc ...

Bref, aujourd'hui, franchement, quand je vois une femme enceinte, la seule chose que je fais, c'est éventuellement laisser ma place / proposer mon aide, mais c'est tout, je ne dis rien, et je ne pense rien, parce que je sais une chose : je ne sais rien.
avatar
Carol
Hystérique
Hystérique
Messages : 686
Date d'inscription : 31/07/2013

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 15:40
Réputation du message : 100% (1 vote)
Merci pour les câlins Mesdames, c'est dingues ce que je vous aimes toutes :calin:  lapin

Shun, je compati, la bêtise des gens est sans limite  :calin:

Urcalo, tu ne m'a pas blessée, avec toutes les saletés que j'ai pu entendre vis à vis de mes "responsabilités" dans la maladie de mon fils (je l'ai mal désiré, j'ai des gênes pourris....), je suis blindée de ce coté. C'est ta froideur et ton coté comptable qui me mette en colère.
On est pas dans le comptable ici, on est dans l'humain. Des gens qui nous jugent dès qu'on semble enceinte, on en croise déjà à la pelle, on a pas besoin d'avoir des menaces judiciaires en prime.

Ce que j'essais de te faire comprendre, peut être maladroitement, c'est que :

-On ne peut pas entraver les droits d'une personne déjà en vie, avec ses sentiments, sa culture, ses espoirs, pour le bénéfice d'un être qui sera peut être un jour en vie. Si on commence à entraver la vie des femmes pour le bien de leurs futurs enfants, on s’arrête où?

Aux exemples fournis par Antisexisme où on arrête des femmes parce qu'elles sont tombés dans un escalier ou parce qu'elles ont fait une fausse couche?
Ou on va encore plus loin "jeune fille, cette maladie est mortelle pour toi mais si je te donne le traitement qui te sauve à coup sure tu pourrais finir stérile et ça c'est impossible, je dois penser au droit des fœtus que ton utérus hébergera peut être alors croise les doigts pour que ce traitement moins adapté mais sans risque pour eux fonctionne" (j’exagère le trait à dessin).

-on ne peut pas limiter cette problématique à une simple compensation financière parce que l'enfant n'est pas la seule personne à subir un dommage. Je suis pauvre et je le resterais surement toute ma vie parce que le handicap m'a empêché de travailler faute de moyens de garde adaptés (entre autre). Qui va compenser ça? Je porte plainte contre l'Etat, contre ma famille pas assez solidaire?

Je pense, comme d'autres ici, qu'il vaut mieux entourer sans juger, aider dans la mesure de ses moyens plutôt que de rajouter une couche de punition à une situation qui est souvent très difficile pour les parents (en matière de pauvreté et d'exclusion sociale je suis malheureusement loin d’être une exception).

Je dis les parents car on oubli le père dans l'histoire. Si on envisage de punir la mère pour ses comportements, pourquoi ne punirait on pas le père qui n'est pas intervenu pour l’empêcher de les avoir?
Ucralo
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 351
Date d'inscription : 19/10/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 15:46
Après réflexion, dans ce fil, je pense que je vais arrêter de préciser mes pensées sur les notions de responsabilités et de mérite. Ça évitera de choquer plus de personnes.

J'hésite à en reparler plus tard dans un fil sur la pénalisation de la violence conjugale. Mais je me dis que ce serait peut-être aussi une mauvaise idée. Comme mon argumentation ferait intervenir à la fois les facteurs responsailisants et déresponsabilisants dans la violence conjugale, même si j'ai tendance à responsabiliser les auteurs de violence conjugale, je crains que le fait de parler des facteurs déresponsabilisants blesse des femmes ici.

Si ça intéresse quelqu'un, j'ouvrirai peut-être un fil pour préciser mes pensées sur les notions de responsabilités et de mérite en prenant des exemples qui n'ont absolument rien à voir avec le féminisme. Comme ça, je ne blesserai personne.

--------------------

Dans ce fil, il y a eu des rapprochements entre :
-la responsabilité des femmes enceintes sur les potentielles séquelles de leurs enfants qui naîtront et
-la remise en cause du droit à l'avortement.

Mais ce sont deux sujets très différents.

Si quelqu'un se préoccupe de la survie d'un fœtus, c'est parce qu'il le considère comme une personne, et donc qu'avorter volontairement reviendrait à commettre un meurtre. La question morale qui se pose est : à partir de quel moment le fœtus commence à devenir une personne, à devenir plus qu'un simple paquet de cellules ?

Si quelqu'un se préoccupe des séquelles d'un fœtus qui naîtra, ce n'est pas forcément parce qu'il considère qu'il est déjà une personne au moment présent. C'est parce qu'il se préoccupe de ce qu'il sera plus tard : un être humain vivant avec des séquelles.

On ne peut pas soutenir que tout ce qui n'est encore qu'un fœtus n'a moralement absolument aucun droit pour la même raison qu'on ne peut pas soutenir que les générations futures n'ont moralement absolument aucun droit.
Autrement, on dirait : L'impact sur les générations futures de la dette publique, de l'écologie, du féminisme, etc, on s'en fiche : Elles ne sont même pas encore nés. Encore mieux : elles n'existent même pas encore sous la forme de fœtus.

Si une femme avorte avant que son fœtus ne devienne une personne, alors cette personne qui allait apparaître n'a moralement aucun droit, puisqu'elle n'a jamais existé et qu'elle n'existera jamais.
Mais si quelqu'un va naître, alors on ne peut pas dire que, pour l'instant, il n'a moralement aucun droit.

Qui est responsable de ces droits ? Ça, c'est une autre question.
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 15:55
HS généraltions futures:
On ne peut pas soutenir que tout ce qui n'est encore qu'un fœtus n'a moralement absolument aucun droit pour la même raison qu'on ne peut pas soutenir que les générations futures n'ont moralement absolument aucun droit.
Autrement, on dirait : L'impact sur les générations futures de la dette publique, de l'écologie, du féminisme, etc, on s'en fiche : Elles ne sont même pas encore nés. Encore mieux : elles n'existent même pas encore sous la forme de fœtus.
Honnêtement, tu penses que la société actuelle telle qu'elle fontionne dit autre chose que "on s'en fiche"?

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Arrakis
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1806
Date d'inscription : 29/02/2012

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:00
H.S. :
jeune fille, cette maladie est mortelle pour toi mais si je te donne le traitement qui te sauve à coup sure tu pourrais finir stérile et ça c'est impossible, je dois penser au droit des fœtus que ton utérus hébergera peut être alors croise les doigts pour que ce traitement moins adapté mais sans risque pour eux fonctionne" (j’exagère le trait à dessin).
Tu n'exagères pas, je connais une personne pour qui une hystérectomie permettrait de soigner ou d'amoindrir beaucoup sa maladie... Celle-ci lui est refusée car ce serait "une mutilation", alors même qu'elle résoudrait beaucoup plus de problèmes de santé qu'elle n'en poserait, qu'elle aurait peu de chances de mener à terme une grossesse, et que cette dernière serait très dangereuse pour elle.
Bref, c'est ça, textuellement.

_________________
gnome-troll-ver des sables - Classe : Hermaphrodite mystique
Dextérité : 1, Perception des trucs utiles : 2, Perception des trucs inutiles : 22
avatar
erulelya
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1822
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:07
Bon sang Shun, dès que j'ai lu œdème et hypertension il y a le mot éclampsie qui s'est mis à clignoter dans ma tête, et là je suis en train d'insulter intérieurement toute l'équipe de meurtriers qui s'est mal occupé de toi. Quand j'évoquais l'information et le soutient...Pfff. Comment on peut culpabiliser ou condamner une femme qui n'est même pas consciente de la gravité de son état ? (Pour info à ceux qui savent pas, la pré-éclampsie est l'une des urgences les plus vitales, dès les premiers signes il faut faire accoucher la parturiente le plus vite possible sinon elle meurt. Et savoir reconnaître les signes est quelque chose que tout professionnel de santé devrait apprendre aux femmes dès le début de la grossesse).

Michonne :calin: Je vais éviter de trop m'étendre sur les soucis de ma fille...Je comprend trop bien la culpabilisation et l'auto-culpabilisation.

Les condamnation des femmes relèvent de la science fiction Oo A quel moment un juge sain d'esprit a -t-il cru bon de faire accoucher de force une femme à 26 SA ??!! Ou de faire enfermer une femme qui venait de tomber dans l'escalier ?

On va tout droit au permis d'enfanter là...Avec IVG forcés pour les dissidentes (oui je sais que ça existe déjà).

_________________
"Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson" – Rebecca West
Ucralo
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 351
Date d'inscription : 19/10/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:09
HS généraltions futures:
@Nurja a écrit:
On ne peut pas soutenir que tout ce qui n'est encore qu'un fœtus n'a moralement absolument aucun droit pour la même raison qu'on ne peut pas soutenir que les générations futures n'ont moralement absolument aucun droit.
Autrement, on dirait : L'impact sur les générations futures de la dette publique, de l'écologie, du féminisme, etc, on s'en fiche : Elles ne sont même pas encore nés. Encore mieux : elles n'existent même pas encore sous la forme de fœtus.
Honnêtement, tu penses que la société actuelle telle qu'elle fontionne dit autre chose que "on s'en fiche"?
Non. Et je n'ai jamais dit le contraire.
avatar
Invité
Invité

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:10
Ucralo : tu soulèves une problématique juridique qui est connu des juristes ... Et qui a déjà fait jurisprudence et retournement de jurisprudence : l'arrêt Perruche.

Et tu sais en ce qui me concerne, je n'ai pas d'avis tranché sur la question. C'est pas seulement une question juridique pure, c'est une question juridique et éthique.

Par exemple les délais d'avortement sont différents d'un pays à l'autre mais éthiquement qu'est ce qui différencie un cas de l'autre dans les 2 semaines de délais supplémentaire, quand passe-t-on du statut de foeutus à celui d'humain ?

Je peux te fournir une réponse juridique car j'ai étudié le sujet : (et tu verras que là aussi ça peut rejoindre le féminisme) : tant qu'un bébé n'est pas sorti du ventre de sa mère il n'est pas considéré comme une personne. On peut donc légalement faire passer un avortement thérapeutique jusqu'à la naissance, et ce même si le bébé est viable. (ma mère sage femme a vu de nombreux avortements pour des malformations bénignes tels que des becs de lièvre, à plus de 7 mois de grossesse)

Oui, je sais, ça peut paraitre fou.

Et si je reprends l'exemple que j'avais pris lors de mon étude : un homme au volant avec 4g dans chaque oeil qui percute une voiture avec une femme enceinte ne sera responsable que des blessures causées à la femme et pas de la perte du bébé. Il pourra être condamné pour le trouble psychologique causé, mais pas pour la mort de l'enfant à naitre, car l'enfant à naitre n'est pas une personne.

Les coups portés sur une femme enceinte, sont des coups et blessures aggravés par l'état de la femme, mais ils ne sont pas aggravés par la mort du bébé.

C'est une vérité juridique.

Un bébé à naitre, n'a pas à proprement parler, d'existence juridique.

Je m'abstiendrai de donner ma position sur ce sujet, car je ne souhaite blesser personne sur le forum. Je dis juste ce qui existe juridiquement. Mais moi, à titre perso, ça me fait beaucoup réfléchir, à la fois sur la position des femmes dans la société, mais aussi sur la nature de la place de l'enfant dans cette même société.

Je rappelle pour info, que ça fait seulement quelques années qu'il est possible de déclarer sur un livret de famille un enfant mort-né, ou mort au cours de la grossesse. Avant les sépultures pour ces enfants étaient interdites (et elles le sont encore religieusement, même si ça s'est assoupli), et les corps étaient jetés avec les déchets médicaux. C'est la loi sur la famille qui a donné une possibilité pour les parents qui le souhaitaient de faire apparaître le nom de l'enfant sur le livret de famille et de lui donner une sépulture dans un cimetière (tombe ou cavurne) pour permettre le deuil.


Dernière édition par shun le Lun 10 Nov 2014 - 16:19, édité 2 fois
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:13
Ah ça, si on inculpait les hommes pour avoir provoqué une grossesse à risque, on ne saurait même plus où donner de la tête. Le plus marrant étant qu'on refuse la stérilisation volontaire à des femmes, même à presque 40, en couple avec des gosses, on leur balance sur le ton de la conversation (tenez-vous bien, haut les cœurs !) : Et si un de vos enfant-e-s meurt un jour, ou votre mari ? Ou si vous rencontrez un autre homme et qu'il veut des enfant-e-s ?
Parce qu'une femme doit se sacrifier pour un fœtus mais que les enfants sont remplaçables ! Comme quoi, une fois accouché-e-s, iels peuvent bien crever, tout le monde s'en fout.

En tant que CF, je vous raconte même pas, surtout que maintenant je ne coïte même plus (du coup c'est chouette j'ai pas besoin de contraception Razz ) : "Kewa ? Tu veux pas de beybey ? Mais pourquoi c'est dans ta nat..."  
C'est pour cela que je considère la maternité comme une prison, d'un point de vue intellectuel, et pour ma part, d'un point de vue de faits. Je sais pertinemment que si je suis enceinte un jour, j'aurais encore moins de liberté que celle durement gagnée. En plus je suis végétarienne (et j'suis en train de re-passer végane), je vois d'ici la famille "Oh mon dieu, il te faut absolument du calcium pour Beybey !" (oui apparemment c'est devenu un prénom, puisque les gentes et la pub oublient l'article devant !).
Si un jour je suis fréquente une femme, et qu'elle veut un enfant ou qu'elle est déjà enceinte, j'vais pas la juger. Parce que je suis déjà jugée du simple fait que je fais une grève volontaire de l'utérus. Bon j'veux pas être enceinte en effet, mais depuis que je me suis rendu compte à quel point ça faisait chier la société que je veuille pas procréer, j'ai décider de passer en grève utérine volontaire. Et plus ça les fera chier, plus je serai contente :dents

Voila, et puis même si c'est une amie, je serai là pour elle.
Par exemple j'ai conseillé à la maman de ma sister de choisir l'IVG pour sa dernière fille (pourtant j'adore cette gamine et comme j'ai pas le droit de la voir, elle me manque terriblement...), parce que cette grossesse risquait de lui causer des problèmes de santé (mais surtout parce que son mec lui a sorti devant moi : "Et si c'est un garçon ?" on voit bien que c'est pas les mecs qui accouchent punaise, pour sortir de telle biteries  :facepalm: ). Je regrette pas de lui avoir conseillé l'IVG, j'me doute bien que si ma "sœur" l'apprend un jour, elle pourrait se sentir très blessée et je comprendrais. Mais je pensais à la santé de sa mère avant tout.

Arrakis : Je connais aussi une personne (pas irl, sur le net) et je ne sais plus si elle en est au stade où une hystérectomie lui serait bénéfique (encore que je pense qu'elle en est là en fait). Sauf que refuser une hystérectomie à une femme malade qui en souffre, perso je balancerais ça direct à l'ordre des médecins, parce qu'il est illégal de lui refuser tout simplement.

Shun : J'ai pas d'enfant mais l'hypertension et l'éclampsie, ben j'ai appris ça dans Urgences tout bêtement, je suis même pas médecin. Parfois y a des claques qui se perdent (enfin non, des condamnations et radiations plutôt, les claques ça prive pas de salaire). J'ignorai qu'on pouvait désormais faire inscrire un enfant mort-né sur le livret de famille. Le fait de le jeter avec les ordures prouve bien à quel point notre société est hypocrite : on enferme les femmes dans leur grossesse mais si l'enfant est mort, on ne permet même pas à la mère de lui donner une sépulture.

Ucralo : Je pense en effet que tu devrais éviter de te prononcer sur ce genre de thème, pas que j'ai envie de te censurer, mais si tu te lançais sur la pénalisation du viol et les responsabilités de victimes, ça me ferait complètement fondre un câble. En fait, ayant subi des viols à cause de l'alcool, j'en suis déjà au stade où c'est (très) difficile de te dire.

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
Usagi
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1976
Date d'inscription : 17/03/2012

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:19
Réputation du message : 100% (1 vote)
@Arrakis a écrit:Tu n'exagères pas, je connais une personne pour qui une hystérectomie permettrait de soigner ou d'amoindrir beaucoup sa maladie... Celle-ci lui est refusée car ce serait "une mutilation", alors même qu'elle résoudrait beaucoup plus de problèmes de santé qu'elle n'en poserait, qu'elle aurait peu de chances de mener à terme une grossesse, et que cette dernière serait très dangereuse pour elle.
Bref, c'est ça, textuellement.

Purée mais quand un pied est gangrené on l'ampute et personne ne crie à la mutilation ! Shocked

_________________
Si tu veux véritablement connaître le cœur d'une personne, observe comment elle se comporte avec ceux qui ne peuvent rien lui apporter.
avatar
Carol
Hystérique
Hystérique
Messages : 686
Date d'inscription : 31/07/2013

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:24
@ Arrakis : j'aurais préféré avoir exagéré, tout mon soutien à cette personne.

@ Erulelya : Milles câlins à toi et tes enfants (parce que je sais d’expérience que c'est difficile aussi pour les frères et sœurs).

Nos enfants sont fabuleux, et ceux qui sont trop obtus pour s'en rendre compte, je les em*****.

_________________
Anciennement connue ici sous le pseudo de Michonne  

avatar
Invité
Invité

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:25
Nan mais pour l'éclampsie : je veux dire, ma mère est sage femme, je vivais en couple avec un cardiologue, je voyais mon médecin traitant, et un gynéco obstétricien ... donc je pensais que bon, j'étais bien suivie.

Dans l'histoire, seule ma mère me disait " attention c'est pas normal ta grossesse, tu as trop de tension ", mais comme tous les autres me disaient " mais nan vous allez bien c'est normal, c'est l'effet blouse blanche ", je me disais que ma mère comme elle m'aime, s'inquiétait pour rien ...
avatar
erulelya
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1822
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:29
@shun a écrit:
Je rappelle pour info, que ça fait seulement quelques années qu'il est possible de déclarer sur un livret de famille un enfant mort-né, ou mort au cours de la grossesse. Avant les sépultures pour ces enfants étaient interdites (et elles le sont encore religieusement, même si ça s'est assoupli), et les corps étaient jetés avec les déchets médicaux. C'est la loi sur la famille qui a donné une possibilité pour les parents qui le souhaitaient de faire apparaître le nom de l'enfant sur le livret de famille et de lui donner une sépulture dans un cimetière (tombe ou cavurne).

Et encore, c'est seulement à partir de 25 sa.

HS IMG:
Je vais taire mon avis sur la question d'avorter un bec de lièvre à 7 mois. Par contre ça me perturbe, que devient le bébé ? Est-ce qu'on pratique les injections fœticides à ce stade ou on fait naître l'enfant en vie pour le considérer comme abandonné ?

édit : Ah oui, l'effet blouse blanche, je connais...On peut pas trop blâmer la famille parce que c'est difficile de faire la part des choses quand un proche et malade, Jaddo avait fait un beau témoignage dessus.

Merci Michonne :calin: Oui ils déchirent nos enfants^^
avatar
Invité
Invité

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 16:49
HS IMG + TRIGGER WARNING:
C'est horrible, mais à l'époque où ma mère à assisté à ça, en fait on laissait le bébé sans soin, dans un " haricot " en fer blanc, et on attendait qu'il meurt. Ma mère elle pratiquait des injections létales pour les bébés qui ne pouvaient pas survivre, mais en toute illégalité. Je sais que pour les bébés viables elle est parfois allée les déposer en fourbe devant les portes de l'assistance sociale en pleine nuit dans un couffin. Elle a eu bcp d'ennui à cause de son positionnement, elle a failli perdre son travail plusieurs fois, elle a été rétrogradée, ce qui est une sanction disciplinaire très grave et qui impacte la retraite.
Elle a fait beaucoup d'assistance à la fin de vie avec des bébés en souffrance, et la médecine et le comportement des médecins n'a évolué que très récemment.
Il y a encore 15 ans, ils se demandaient si un bébé avait conscience de sa souffrance physique ... Et ils ne donnaient pas d'antidouleur, même pour des pathologies avec des seuils de souffrance dépassant 7 (sur l’échelle de 0 à 10).

Et si je dis ce qui se passait pour les femmes qu'elle a suivie qui étaient atteintes de MST, ou encore qui buvaient et dont l'enfant portait des séquelles visibles ... C'est vraiment affreux, moi ce qu'elle m'a raconté, m'a carrément fait dégueuler. Donc comme mon but n'est pas de choquer, ni de donner dans le spectacle de l'horreur, ben je le garde pour moi. Mais c'est vraiment monstrueux.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4536
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 22:17
Jonas lubec a écrit:Si vous n'avez pas accepté le don d'organe, il n'est pas autorisé de les prélever, même dans le cas où cela sauverait la vie de quelqu'un.
Ce n'est pas tout à fait exact : toute personne est considérée comme donneuse potentielle, à moins qu'elle s'y soit formellement opposée de son vivant (en s'inscrivant sur une liste de non-donneurs). Néanmoins l'avis de la famille est demandé, et si la famille s'oppose, on les écoute. C'est pour ça qu'il est conseillé d'en parler de son vivant, en plus d'avoir sa carte de donneur (qui n'a aucune valeur juridique, simplement une valeur informative).
(Donc si j'ai bien compris ce qu'écrit Nurja, c'est pareil en France et en Belgique.)



@ Michonne : tout mon soutien. :calin: Même si un jour il s'avère qu'effectivement, autisme et consommation de lait pendant la grossesse seraient plus ou moins liés, ce n'est pas pour autant que tu es coupable ni même responsable de l'autisme de ton fils.

Et puis des câlins :calin: à Shun aussi.
Et à Drärk :calin:
Et à toutes celles qui ont été blessées par les propos tenus ici :calin: :calin: :calin:



Et Ucralo, moi aussi je trouve tes propos violents et problématiques sur ce fil, déjà depuis un moment, mais d'autant plus vis à vis de Michonne.






@Drärk a écrit:
En plus je suis végétarienne (et j'suis en train de re-passer végane), je vois d'ici la famille "Oh mon dieu, il te faut absolument du calcium pour Beybey !" (oui apparemment c'est devenu un prénom, puisque les gentes et la pub oublient l'article devant !).
Je vous avais raconté mon ami E., végétarienne, qui, lorsqu'elle était enceinte, a du supporter les remontrances de son frère à base de "si tu manges pas de viande, ton BB il va être attardé-e mental-e / pas intelligent-e" ? Quand sa fille est née, elle a attrapé la main de son père et l'a regardé droit dans les yeux. A trois mois, couchée sur le dos elle se tournait sur le ventre et vis-versa, et elle imitait les voyelles lorsque les gens parlaient (on lui disait "coucou" elle répondait "ou-ou", on lui disait "ah !" elle répondait "aaaaaaaah"...). A un an et demi, elle parlait trois langues...
Autant dire que le frangin, il dit plus rien sur le végétarisme des mères qui rendraient les bébés bêtes. :dents
(Cette petite fille a un prénom qui signifie "Lumière", ça lui va très bien.)


Trigger warning:
Jusqu'à il y a peu, aussi, on opérait les nouveaux-nés sans anesthésie. Comme ils ne peuvent pas dire "j'ai mal"... ben on considérait qu'ils/elles n'avaient pas mal. Pour ma part, je ne peux m'empêcher de rapprocher cela de tout ce que l'on fait subir aux animaux non-humains tout en prétextant, là aussi qu'ils/elles ne ressentent pas la douleur... (corrida, écornage des veaux, castration et autres mutilations...).
L'absence de langage articulé a bon dos...

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 22:36
Dans quelle langue est le prénom de cette petite fille ? Lumière je trouve que c'est super beau comme prénom, et selon les langues la sonorité est juste magique ^^

Le végétarisme rend bêêêêête c'est bien connu, d'ailleurs depuis plus d'un an que je ne mange plus de viande, j'ai perdu plein de neurones, je suis même féministe maintenant ! affraid
Encore que c'est à peu près la même époque, de toute façon le féminisme rend bête aussi, ouf tout va bien :dents

En ce qui concerne le fait qu'on estime que les bébés ne ressentent pas la douleur, j'me demandais : C'est la biterie qui rend sourd ou les cris des bébés ça sonne caprice pour la terre entière ?

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
Invité
Invité

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 22:40
En fait, la très grande douleur fatigue tellement qu'on ne fait pas de bruit, ni de cris. Et c'est pareil pour les animaux. Un humain qui gueule qu'il a mal ne dépasse pas 5 sur l'échelle de la douleur.

Je suis arrivée à 7 après mon opération du genou, c'est clair, je pouvais pas parler, ni rien du tout, même pas dire j'ai mal. Je pouvais juste plus répondre à la moindre question.
avatar
erulelya
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1822
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 22:47
J'ai crié pour mes accouchements (que je situe facilement à 11 sur l'échelle de 0 à 10) mais c'était même pas des cris de douleurs. Physiologiquement le cri aide à vider l'air des poumons et laisser plus de place au bébé pour descendre, et accessoirement ça détend encore plus le périnée. Pour moi c'était comme le Kiai, le cri de combat qui précède le mouvement dans les art martiaux. Sinon j'étais silencieuse, c'est plus trop possible de faire autre chose que gémir, grogner ou souffler en silence à ce stade.

Sinon je confirme que le biterie transforme les pleurs en caprice, l'Elfe avait écrit quelque chose de très juste à ce sujet.


_________________
"Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson" – Rebecca West
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 22:59
hs life:
En fait un ex m'a un jour accusée de faire un caprice car j'ai eu peur et l'ai repoussé (j'étais pas prête pour un coït tout bêtement). Comme quoi ça se cantonne pas qu'aux enfants (sauf si on considère lafâme comme éternelle mineure, mais ça fait très pédocriminel pour le coup). A creuser.

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
Carol
Hystérique
Hystérique
Messages : 686
Date d'inscription : 31/07/2013

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 23:15
@Araignée a écrit:
@ Michonne : tout mon soutien. :calin: Même si un jour il s'avère qu'effectivement, autisme et consommation de lait pendant la grossesse seraient plus ou moins liés, ce n'est pas pour autant que tu es coupable ni même responsable de l'autisme de ton fils.

Et puis des câlins :calin: à Shun aussi.
Et à Drärk :calin:
Et à toutes celles qui ont été blessées par les propos tenus ici  :calin: :calin: :calin:

J'accepte ce câlin (et tous les autres) avec grand plaisir même si je n'ai pas l'impression de les mériter. Je n'ai pas posté pour m'attirer la sympathie, juste pour tenter de faire comprendre à Ucralo les dérives que son mode de pensé pouvaient entraîner.

J'ai compris depuis longtemps que je n’étais pas responsable de sa maladie. l'autisme c'est une naissance sur 1000, il était le millième, on fait avec. Je n'utilise pas l'expression "la faute à pas de chance" parce que je ne m’estime pas malchanceuse d’être sa mère. En fait, parfois je l'envie, il est imperméable aux normes sociales, il se fout royalement du regard des gens. Si seulement l'angoisse permanente et les difficultés de communication n’étaient pas le prix à payer...

_________________
Anciennement connue ici sous le pseudo de Michonne  

Ucralo
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 351
Date d'inscription : 19/10/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Lun 10 Nov 2014 - 23:38
@Omniia a écrit:
Ça amène juste à ce qu'on puisse dire : "Telle mère aurait facilement pu ne prendre ces risques, elle est donc égoïste, tandis que telle mère a beaucoup de mérite, bravo à elle !". Je rejoins tout à fait ce qu'a dit une personne plus tôt dans le topic sur la distinction morale "bonne mère" VS "mauvaise mère"...
Où ça ? J'ai relu les 5 premières pages du fil. Il y avait beaucoup de messages qui critiquaient la culpabilisation des femmes enceintes.

Mais je n'ai pas trouvé de message où quelqu'un critiquait le fait de féliciter certaines femmes enceintes (les "bonnes mères") et d'en culpabiliser d'autres (les "mauvaises mères").
avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice
Messages : 2918
Date d'inscription : 20/10/2012

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Mar 11 Nov 2014 - 3:24
Ucralo
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 351
Date d'inscription : 19/10/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Mar 11 Nov 2014 - 18:04
Certaines femmes enceintes boivent trop d'alcool, ce qui laisse des séquelles au fœtus. La justice, doit-elle s'en mêler ?

Au début, je n'avais pas encore d'opinion sur cette question. Là, maintenant, je penche plutôt pour que la justice ne s'en mêle pas.

Les arguments qui me font tendre à dire que le système judiciaire n'aurait pas à s'en mêler, ce sont ceux qui disent qu'il y aurait trop de risques de faire des condamnations injustes, étant donné qu'on ne peut pas tout savoir de la vie de chaque mère.

Par exemple, si une femme a fait l'effort de modérer sa consommation d'alcool pendant sa grossesse, il faudrait le prendre en compte. Mais, judiciairement, je ne vois pas comment on pourrait prouver qu'elle n'a pas fait cet effort.
D'ailleurs, même si on arrivait à établir que sa consommation d'alcool n'avait pas diminué lorsqu'elle s'est aperçue qu'elle est tombée enceinte, ce ne serait pas suffisant, parce qu'elle faisait peut-être déjà l'effort de modérer sa consommation avant de s’apercevoir qu'elle était enceinte.

Bref, je ne vois pas trop quelle serait une bonne solution juridique.
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

le Mar 11 Nov 2014 - 18:11
@Ucralo a écrit:Bref, je ne vois pas trop quelle serait une bonne solution juridique.

Pénaliser la promotion de l'alcool dans la société ? Rolling Eyes
Contenu sponsorisé

Re: Criminalisation des femmes buvant de l'alcool pendant leur grossesse

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum