Derniers sujets
chanson : VII capturées de bonne heureHier à 18:47AraignéeBonjourMar 17 Oct 2017 - 22:10IridaceaComment réagir face à l'antiféminisme ?Mar 17 Oct 2017 - 13:20NokinheiSéjour en FranceDim 15 Oct 2017 - 13:10IridaceaBonsoirSam 14 Oct 2017 - 17:18TortueBonjour à tout-e-s!!Jeu 12 Oct 2017 - 15:27AraignéeBonsoir tout le monde !Jeu 12 Oct 2017 - 15:03michekhenAppel à témoignages : une étude sociologique sur la bisexualité Mar 10 Oct 2017 - 18:25Ceridwen0813Témoignage des hommes féministes ou proMer 4 Oct 2017 - 20:46Lycane[Podcast] Les couilles sur la tableMer 4 Oct 2017 - 18:36LindaPBonjour!Mar 3 Oct 2017 - 21:46LycaneBonsoir à toutes !!Lun 2 Oct 2017 - 18:32GracycrazyBien le bonjour !Ven 29 Sep 2017 - 9:16ValTocTocLe Dom Juan et la salope : pourquoi cette différence de traitement ? (Je sais pas si on l'on déjà posé celle là °^°)Ven 29 Sep 2017 - 7:17DihyaNouveau débat public sur la PMAVen 29 Sep 2017 - 7:15DihyaVidéos et films féministesVen 29 Sep 2017 - 7:01DihyaC'est quoi le Masculinisme?Ven 29 Sep 2017 - 6:48Dihyaliens pour accueil ne fonctionne pas? Dim 24 Sep 2017 - 17:04michekhenThe man-woman warsVen 22 Sep 2017 - 7:05ReikoHoi tout le monde! >u</Jeu 21 Sep 2017 - 19:01Appoline[Article] Grossesse : au moins 7 bonnes raisons (scientifiquement prouvées) de ne pas s'inquiéterJeu 21 Sep 2017 - 16:24IridaceaBonjourJeu 21 Sep 2017 - 11:52TortueBla.Dim 17 Sep 2017 - 17:53AëlloonChansons féministesDim 17 Sep 2017 - 6:54AëlloonSauvons la Bibliothèque Marguerite Durand ! Ven 15 Sep 2017 - 19:53DihyaImpact des violences sexuelles sur la santé des femmesVen 15 Sep 2017 - 19:39DihyaBonsoirJeu 14 Sep 2017 - 17:11IridaceaSurvivante vs. victime (agression sexuelle)Mar 12 Sep 2017 - 10:451977"non-binaire" c'est quoi ?Dim 10 Sep 2017 - 15:04TortueC'est quoi "être une femme" ?Ven 8 Sep 2017 - 12:28mïelitie[Ressources] La transphobieVen 8 Sep 2017 - 10:32HopeyPrésentation Sychriscar :)Ven 8 Sep 2017 - 3:09Araignée

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
erulelya
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1794
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 2 Sep 2014 - 9:57
Enfermer les partisans du FN ou au moins débattre avec eux, tu met ça sur le même plan que mecspliquer à une fille qu'elle est ingrate envers le féminisme parce qu'elle manque d'information ?

_________________
"Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson" – Rebecca West
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4532
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 2 Sep 2014 - 12:30
Non.

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Hopey
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 309
Date d'inscription : 27/11/2013

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 2 Sep 2014 - 19:36
Chaleur a écrit:En fait je crois qu'elle est jalouse que j'aille sur un forum fréquenté par des femmes.

Je crois que dans un couple, la jalousie se construit à deux. Et donc peut se déconstruire à deux.

Ce qui peut amener quelqu'un-e a être jalouse-x, c'est d'avoir en faible estime de soi, de dépendre du regard de son-sa conjoint-e pour se sentir exister, se sentir en rivalité avec les autres ""objets de désir".

Dans une société patriarcale, les femmes ont une faible estime d'elle même, dépendent beaucoup du regard des hommes pour se sentir valorisées et sont dressées à détester les autres femmes (stratégie de diviser pour régner).
Valoriser ta copine pour ce qu'elle est, ce qu'elle fait, pour moi c'est du (pro)féminisme.
L'encourager à voir sa valeur dans le regard des gens qu'elle aime, mais pas seulement toi, l'aider à se sentir une femme pleine de qualité quand elle se regarde devant la glace, c'est un premier pas pour qu'elle s'aime et du même coup qu'elle trouve un sens à défendre qui elle est.
J'ai l'impression que beaucoup de femmes sont anti-féministe car elles pensent qu'elles ne méritent pas vraiment plus.
Aide-la à trouver sa valeur, et elle deviendra féministe Wink


_________________
Like a Star @ heaven Ten cuidado con el presente que construyes, debe parecerse al futuro que sueñas Like a Star @ heaven (Mujeres Creando)
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 9 Sep 2014 - 12:24
Ma copine n'est pas vraiment portée sur le féminisme non plus (euphémisme). Ce n'est pas une opinion, je pourrais citer certains propos assez extrêmes qu'elle a tenu à ce sujet (je vous les épargne car ils sont potentiellement blessants). Pour mieux situer, je dirais qu'elle est proche dans son point de vue de celui de l'auteur de la bd qui critiquait le projet crocodile.

Si j'en parle, ce n'est pas pour ajouter un nouveau cas à celui de Chaleur, mais parce que je me demande s'il y a des caractéristiques partagées entre nos copines. De mon côté, il n'y a jamais eu de problème de jalousie de sa part (du moins jamais que je n'aie perçu). Les racines de ses opinions se situent ailleurs : discussions à l'appui, je peux dire qu'elle perçoit souvent les revendications sociales comme étant trop dans la parole et pas assez dans l'acte.
Je pense que ça vient de son éducation stricte qui l'a toujours poussée à être la meilleure à l'école et dans ses études, et qui avait comme principale injonction qu'elle ait une "bonne position sociale" (sic). Elle a aussi grandi comme seule fille de sa fratrie, avec des frères qui ont bien "réussi" avant elle et qui ont pas mal contribué à son éducation.
Elle a toujours fait preuve d'autonomie et de succès en matière de recrutements, d'avancements personnel et professionnel, et de constitution de réseaux sociaux. Du coup, elle ne considère pas le modèle compétitif "masculin" comme problématique, puisqu'elle en a bien tiré parti. (EDIT ici : quand je dis "tiré parti", elle n'a jamais utilisé ces mots, mais comme elle exprime régulièrement sa satisfaction personnelle quant aux aspects évoqués précédemment, et me parle souvent de son envie de poursuivre dans ces directions, je pense ne pas produire une interprétation trop erronée en disant qu'elle s'inscrit dans une sorte de cercle vertueux/vicieux (rayez la mention inutile)).
Elle n'a jamais subi de viol (du moins c'est ce qu'elle m'a dit et elle avait l'air sincère), mais quelques attouchements (dans la rue) qu'elle décrit surtout comme des incivilités très désagréables (mais elle en parle rarement, et comme une anecdote quand elle le fait; et explicitement elle situe plus ce type de problèmes à l'échelle d'individus spécifiques qu'à l'échelle des hommes en général).
J'ai déjà entendu plusieurs de nos amis exprimer leur étonnement quant au fait qu'en apparence, elle soit très "girly/mignonette", mais que dans sa tête "elle pense comme un homme". Fait intéressant, son supérieur hiérarchique au boulot est un peu macho, et elle est la seule femme de son propre niveau à le tutoyer.

Je ne sais pas très bien exprimer mon point de vue là-dessus autrement qu'en accumulant des observations comme je viens de le faire, mais j'ai le sentiment que tant qu'elles n'ont pas de problème brutal avec les hommes ni avec le fait que la société valorise des comportements stéréotypés masculins (compétition et autonomie en particulier), qu'elles obtiennent dans une certaine mesure ce qu'elle attendent de leur environnement (sentiment de sécurité et de valorisation par exemple), les femmes peuvent ne pas avoir de sympathie particulière envers le féminisme (voire de l'antipathie). Vous comprenez ce que je veux dire ? Vous avez remarqué ça aussi de votre côté ? Quelle est ton impression là-dessus Chaleur ?


Dernière édition par Corvus le Mar 9 Sep 2014 - 12:53, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 9 Sep 2014 - 12:50
cet article de Valérie CG me paraît intéressant sur ce sujet:
http://www.crepegeorgette.com/2014/09/09/yeux-grand-ouverts/
avatar
Invité
Invité

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 9 Sep 2014 - 13:11
Oui, il est bien cet article.

Plusieurs remarques en vrac :
- pourquoi dire "fille" et pas "femme" ? ça fait un peu infantilisant...
- la jalousie qui empêche qqun.e d'aller sur un forum, j'hallucine Shocked déjà, la jalousie qui empêche d'aller où que ce soit, ça me fait tiquer, mais sur un forum féministe, c'est-à-dire pas particulièrement un espace de drague...
- c'est pas forcément facile, en tant que femme, de regarder le sexisme de la société, parce que ça veut dire se reconnaître comme une victime...et quoi qu'en disent les opposants au féminisme, il n'y a aucun plaisir "à se rouler dans le rôle de la victime" (je ne dis pas que personne ne se victimise jamais, mais juste, les femmes sont les premières victimes du sexisme, c'est tout, et il ne me semble pas que les féministes que je lis disent autre chose ou "pleurnichent")
- j'ai la chance de n'avoir personne dans ma famille ou mes proches qui votent FN, mais je n'hésiterais pas trop à leur rentrer dans le lard si c'était le cas (je le fais déjà pour d'autres sujets)

J'ai lu plusieurs fois qu'une nouvelle idée passe par trois phrases pour être acceptée :

1 : elle est jugée ridicule (quand on y est confronté pour la première fois, on ne la trouve pas encore menaçante, donc juste on rigole)
2 : elle est jugée menaçante, elle déclenche des oppositions/rejets violents
3 : elle est acceptée

Donc si on suit cette grille, des gens qui rejettent fortement une idée sont peut-être juste proches de l'accepter. En tout cas ça s'applique très bien à mon passage au végétarisme : encore une semaine avant de devenir végé, j'étais en train de taper sur le végétarisme et les droits des animaux.
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 9 Sep 2014 - 13:40
(Réponse à Jonas uniquement, Grussie a posté entre-temps)

Intéressant en effet, c'est très pertinent dans cette conversation.

Hasardant à chaud une réaction à ce que dit l'auteure de l'article, je pense que c'est vrai dans un certain nombre de cas. Un système de pensée dominant entraîne nécessairement un phénomène d'adhésion par suivisme/crainte de la différenciation (avec les conséquences décrites).
Mais il faudrait aussi ajouter que  pour avoir envie d'avoir les "yeux ouverts" (ce qui est très différent de les garder fermer par complaisance ou désirabilité sociale), il me semble qu'un pré-requis est l'insatisfaction par rapport à un système de valeurs.
Comme tout le monde ici (je suppose), je rejette l'essentialisme. Mais un corollaire, c'est que l'on admet que certaines femmes peuvent être élevées dans un système de valeur dit masculin. Leurs affects, combats ou actes à l'âge adulte peuvent alors refléter davantage une aisance dans ce système, une familiarité authentique à agir ou penser ainsi, qu'une "stratégie de survie" temporaire, pour citer l'article, ou une contradiction entre ce que l'on pense/ressent et ce que l'on dit/fait.

Bref, pour concilier mes propos et ceux de l'auteure, qui sont à mon sens complémentaires, tout dépend à partir de quel âge un système apparaît comme gagnant/dominant, et plus facile à suivre. Je pense que plus c'est tard, plus le positionnement non/anti-féministe est une stratégie de survie. A contrario, plus c'est tôt, plus il s'agit d'une adhésion réelle à l'échelle du soi.
avatar
1977
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1406
Date d'inscription : 03/11/2012

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 9 Sep 2014 - 16:32
Personnellement, lorsque je m'affirme féministe j'ai l'impression d'être "suicidaire". Dans le sens ou je sais que cette phrase "je suis féministe" déclenche à coup sur des réactions hostiles. Et je regrette parfois ma lucidité, si je pouvais fermer les yeux parfois je pourrais avoir des moments de paix...mais le problème c'est que lorsque l'on n'est plus dupe d'un fait, on ne peut pas "redevenir" ignorant de ce fait. Je comprends fort bien les mécanismes qui oeuvrent chez les femmes anti-féministes. N'est ce pas douloureux et intolérable de considérer la haine que la société voue à notre genre lorsque l'on est une femme?
avatar
Lollipop
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 841
Date d'inscription : 28/11/2013

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 9 Sep 2014 - 16:44
Like a Star @ heaven


Dernière édition par Lollipop le Mer 8 Oct 2014 - 10:49, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 9 Sep 2014 - 17:28
Je suis féministe, mais je ne le dis pas forcément à tout le monde ... Parce que justement les réactions sont " hystériques ". Et que la plus part des gens cherchent à provoquer dans un premier temps juste " pour voir ". Et ça me saoule d'entendre 25x les mêmes trucs, et j'estime que ma vocation n'est pas d'éduquer tous les gens que je rencontre.

Mes proches le savent : mon conjoint, mon fils, ma mère, ma meilleure amie et son copain (qui lui est un peu chiant avec ça, justement, il me provoque), Skype (qui lui aussi me provoque, mais tellement grossièrement qu'il est pas crédible, donc je lui pardonne, je sais que ce qu'il veut c'est générer un conflit pour que je le lâche plus ^^). Sinon les autres, quand j'en ai parlé, ben c'est simple ça a mis fin à nos relations (cela concerne 2 hommes). Je pars du principe qu'il faut un minimum de comptabilité entre 2 personnes pour que le courant passe. Autant y a des choses sur lesquelles je peux avoir un curseur variable, autant ce genre de trucs là, ben non. Et je ferais pas l'impasse dessus. C'est comme quand on me dit que chacun est libre de penser ce qu'il veut, et que c'est de l'intolérance de vouloir dégager le FN et qu'ils ont le droit de s'exprimer.

Pour moi les personnes dont le but est de réduire les libertés, les droits fondamentaux d'autres êtres vivants, n'ont pas le droit à l'expression. Et je ne perdrais pas mon temps avec eux, nos points de vue sont inconciliables.
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Mar 9 Sep 2014 - 19:26
Je dis rarement que je suis féministe, j'ai l'impression que c'est encore plus grave que dire que de dire "Oyez, oyez ! Je suis lesbienne, tatouée, childfree, antispeciste, antiracsite, anti-capi-néo-machin-fric-chose et je fume parfois de la weed".

Nan être féministe, j'ai l'impression que c'est considéré comme une forme de terrorisme local vous voyez ?Sauf qu'en même temps on est pas pris au sérieux, d'où les provocations à la con. Parce que si les féminismes étaient des mouvements armés, on les ferait pas autant chier, mais comme c'est un truc de "gonzesse", forcément au mieux c'est futile, au pire on sanctionne socialement (avec plus ou moins de sévérité hum) histoire de bien remettre l'hystéro-fustrée à sa place (ou de faire pousser des parties à un homme faible qui se serait perdu dans les rangs desdites hystéro-frustrées).

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
Hopey
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 309
Date d'inscription : 27/11/2013

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 1:22
Drärk a écrit:Nan être féministe, j'ai l'impression que c'est considéré comme une forme de terrorisme local

Laughing j'adore ta comparaison!!

_________________
Like a Star @ heaven Ten cuidado con el presente que construyes, debe parecerse al futuro que sueñas Like a Star @ heaven (Mujeres Creando)
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 10:05
shun a écrit:Pour moi les personnes dont le but est de réduire les libertés, les droits fondamentaux d'autres êtres vivants, n'ont pas le droit à l'expression. Et je ne perdrais pas mon temps avec eux, nos points de vue sont inconciliables.

C'est aussi la manière dont pas mal de personnes perçoivent le féminisme :s

Je pense que tout discours politique ou idéologique joue nécessairement le principe des vases communicants en matière de liberté et de droits (appel à l'arrêt de certains comportements au profit d'autres), mais ce qui distingue la nature de la réception (discours perçu comme "extrême" ou comme "raisonnable") c'est sa capacité à mettre en avant en quoi le récepteur - la réceptrice sera aussi bénéficiaire du nouvel ordre dans les libertés.

Par exemple, dans l'article partagé par Jonas, il est demandé pourquoi les hommes ne sont pas féministes. Je pense que la vraie question à débattre, à expliciter, est plutôt pourquoi ils devraient l'être. Ce n'est pas pour que l'on me réponde là-dessus que je dis ça (ou alors on ouvre un autre sujet), mais pour souligner comment certains postulats - l'évidence d'une forme de solidarité comme principe moral - structurent le féminisme, ce qui à mon avis le sert pour regrouper des personnes qui ont déjà les mêmes ressentis, mais qui aussi dessert une réception plus universelle.
avatar
Invité
Invité

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 11:34
Ben le soucis majeur que je rencontre au sujet du féminisme, c'est que les gens ne savent absolument pas ce que c'est, ils ont une idée toute faite qui en général est quand même très caricaturale et surtout très fausse.

Ils ne perçoivent pas ce qu'ils ont a y gagner, parce qu'ils préfèrent rester dans une vision grossière et binaire qui leur permet d'avoir quelqu'un, au moins momentanément, sur qui rejeter les maux de la société (comme pour le racisme, etc ...), ça fait un bon homme de paille, et ça leur permet de ne pas trop se remettre en question.

C'est surtout ça. Et puis admettre qu'on est ou qu'on a été sexiste (ce que j'admets tout à fait me concernant, et je pense que je le suis encore par moment), tout comme admettre qu'on est raciste, homophobe etc ... ça demande de faire une démarche honnête. Et les gens n'aiment pas sortir de leur zone de confort.

C'est surtout ça que je rencontre. En fait, si y avait pas cette barrière là, j'arriverais à la conclusion de " qu'est ce qu'on a tous à y gagner, y compris les hommes " mais la plus part du temps, je ne peux pas mener cette réflexion, elle est stoppée nette, bien bien avant.
avatar
erulelya
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1794
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 13:03
L'idée la plus répandue autour de moi c'est "le féminisme c'est mal parce que les filles veulent prendre le pouvoir". Je l'ai surtout entendue de mon mari et de ma belle-soeur (18 ans et anti féministe).

Le mari, il est 100% d'accord avec l'idée de l'égalité dans le monde du travail, il trouve normal que tout le monde puisse choisir le métier qui lui plait, ok, mais "les féministes" elles veulent gagner plus d'argent que les hommes en bossant moins et ça c'est pas normal.

Une fois expliqué que non, il me dit "mais alors t'es pas féministe, t'es humaniste". Alalala...*facepalm*

_________________
"Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson" – Rebecca West
avatar
Irja
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 200
Date d'inscription : 22/05/2013
http://peuventilssouffrir.wordpress.com/

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 13:54
Si les gens prenaient un peu plus la peine de se renseigner au lieu de parler de truc qu'ils ne connaissent absolument pas, ou bien d'avoir l'honnêteté de reconnaître qu'ils ne maîtrisent pas le sujet (ce que je peux comprendre)... on entendrait vraiment beaucoup moins de conneries.

Beaucoup de personnes ne veulent pas s'impliquer ? très bien alors qu'elles laissent bosser les autres au moins.

_________________
Peuvent-ils souffrir...?
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3990
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 16:33
Tecma
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 210
Date d'inscription : 15/07/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 18:51
Si je suis grosso modo d'accord avec la citation de l'image (le sexisme à mon sens frappe les femmes et les hommes, étant donné que l'on attribue certains comportements types autant aux deux genres, simplement les femmes en sont massivement plus victimes, les conséquences négatives sont largement plus à leur détriment) je serai bcp plus circonspect sur l'idée que le mouvement réclamant l'égalité Femmes/Hommes soit obligatoirement dénommé "féminisme" plutot qu'humanisme.

Si je peux tout à faire comprendre que cela peut paraitre juste qu'un tel mouvement puisse prendre un nom rappelant le groupe de personnes le plus fortement victimes du sexisme, en terme d'efficacité, je suis pas sur que ce soit optimal.

En disant un mouvement "féministe" on  peut facilement se dire qu'étant un mec ce mouvement va forcément vouloir me rentrer dnas le lard.
Effectivement ap qlq recherches on peut facilement se rendre que non, que c'est "simplement" une lutte pour l'égalité.
Cependant cela implique de ne pas s'arrêter à la simple dénomination du mouvement, de faire la démarche active de se renseigner. Or je trouve que c'est faire trop confiance à l'intelligence humaine.

Oui j'ai tendance à être pessimiste et à me dire que pour qu'un message passe bien il faut que l'essence, la subtnace, le coeur de ce message soit compréhensible rapidement et sans effort par les plus bêtes/paresseux/non-intéressé à priori, et qu'une fois cette étape franchie, seulement alors commencer à sortir une argumentation plus poussée.

or par féminisme je pense que la majorité des gens entendent "défense des femmes", ainsi une personne aveugle au sexisme s'en détournera puis que vu comme inutile, voir dangereux.
humanisme envoi un message plus de lutte pour l'égalité au sens large peut être plus acceptable d'emblée par le plus grd nombre.

avatar
Invité
Invité

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 19:17
Le problème dans humanisme, c'est que ça ne précise pas de quel humanisme on parle. Les enfants sont aussi des humains, les noirs sont aussi des humains, les handicapés sont aussi des humains, les LBGT sont aussi des humains ... pourtant les idées que nous véhiculons sont différentes, mêmes si à mon sens elles sont complémentaires. Humanisme est un mot trop vague, qui ne précise pas dans quel type de lutte nous sommes, et contre quoi nous nous battons. Nous nous battons pour le droit des femmes, qu'il soit sur le papier ou dans la rue, qu'il soit dans la sphère publique ou privée.
Et que les autres le veuillent ou non, l'oppression des femmes existe. Si les gens nient cette évidence, je ne vois pas trop ce que je peux faire pour eux, surtout, si, comme beaucoup que j'ai rencontrés, ils sont de mauvaise foi. Qu'on ne voit pas le sexisme, par habitude, parce qu'on a la chance de ne pas y être exposé, ou de ne pas en subir les conséquences néfastes, soit, dans ce cas, je veux bien prendre du temps. Mais quand à l'évidence la personne nie en bloc toutes les violences subies, alors ça ne sert à rien.
Je suis blanche, et je n'ai jamais vécu le racisme, mais ça ne m'empêche pas de le constater, d'écouter les gens de couleur qui m'en parle, et même si je ne sais pas ce qu'on ressent quand on est victime de racisme, je sais que c'est pas cool, et j'essaye de tout faire pour moi même ne pas perpétrer le racisme. Je sais que parfois je le fais malgré moi, mais quand on me fait une remarque, j'ai la décence d'écouter mon interlocuteur, au lieu de le traiter de fou hystérique qui s'invente des problèmes là où il n'y en a pas. On ne peut pas être de tous les combats, c'est titanesque, mais à défaut d'être actif dans la lutte contre une oppression, on peut laisser ceux qui la combatte avancer librement.

L'exemple de la plus mauvaise foi qui m'ait été donné d'entendre concernait les prostituées. Je lui disais qu'il n'était pas prostitué, qu'il ne savait pas ce que cela pouvait engendrer comme traumatismes de se taper des clients toute la journée, et à quel point c'était risqué à la fois mentalement et physiquement.

Là il me répond que si, c'est exactement comme les mecs qui font du marteau piqueur, et qui sont déglingués à la fin de leur carrière, et que c'est pas très épanouissant non plus d'un point de vue psychologique.

J'ai répondu, un peu, et il a continué ce parallèle évidemment complètement con. Tout en me soutenant mordicus que la prostitution était d'une part nécessaire, mais en plus, " un métier comme un autre ".

C'est le genre de mauvaise foi à laquelle je ne me donne pas la peine de répondre dès que je la vois, car elle me fait perdre mon temps, mon énergie, pour strictement rien. Donc les gens qui se comportent de cette manière : c'est simple, je les jarte de mon entourage. Je ne dialogue pas avec des personnes d'aussi mauvaise foi, et je n'en veux pas dans mes proches.
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 20:14
Il n'y a pas que le féminisme, il y aussi l'anti-sexisme qui lui se réfère à tous les sexes et genres. Le féminisme est un focus sur la condition des femmes car nous sommes dans une société sexiste et misogyne. Cela signifie que si les hommes sont aussi victimes de clichés et de pression sociale, ils restent dominants par rapport aux femmes, donc le féminisme se doit d'exister en plus de l'anti-sexisme. L'humanisme n'est pas suffisant à mon sens car il se penche sur les conditions de vie des personnes, mais quid des animaux ? L'humanisme n'est pas antispeciste il me semble, il n'est pas écologiste non plus (alors qu'on a terriblement besoin de l'écologie étant donné qu'on massacre la nature, et que sans elle on ne peut pas survivre). De plus, la plupart des gentes qui disent préférer l'humanisme au féminisme ne se sont même pas renseigné-e-s sur les deux courants de pensée, iels ne sont même pas au courant qu'il existe plusieurs féminismes, c'est dire. Des gentes qui expliquent accepter le féminisme quand il n'est pas radical ne connaissent rien aux féminismes ; parce que le féminisme radical, n'est pas "radical" au sens de "extrémiste" contrairement à ce qu'on aimerait nous faire croire. Les gentes ont peur du mot "radical", doit-on le supprimer jusque dans les cours de mathématiques ?

Tant qu'on les conforte dans leur hétéronormativité, dans leur monogamie, dans leur traditions natalistes, iels sont d'accord pour une soi-disant égalité des sexes. Il suffit pourtant de se renseigner sur la fameuse libération sexuelle pour comprendre qu'elle n'a jamais eu lieu, en tout cas pas pour les femmes, auquel cas les lesbiennes ne seraient pas victimes de crimes et délits lesbophobes, je parle des lesbiennes mais la communauté LGTBQIA+ n'a jamais rien gagné à cette libération de mœurs : c'était une libération hétérosexuelle masculine. Les femmes sont devenues plus disponibles, mais pas pour elles-mêmes.

Dès qu'on parle de femmes n'ayant pas besoin de vivre sans phallus, sans propriétaires, sans hommes quoi, la société fait en sorte de donner une mauvaise image des féministes, c'est son fonctionnement, la désinformation (et vu le nombre de personnes regardant les JT, la désinfo ça marche à mort...). Les gentes ont peur des femmes vraiment libres. De femmes qui vivent leur sexualité, qui décident si elles veulent ou non de faire des enfant-e-s, de vivre sans hommes, ça remet en cause les traditions. Les femmes servent de machine à enfanter, c'est pour ça que des gentes veulent faire interdire l'avortement, voire carrément la contraception, c'est parce qu'iels savent qu'en empêchant les femmes de prendre le pouvoir sur leur corps, iels peuvent les emprisonner et s'assurer la naissance de gosses qu'iels formateront à penser comme ça les arrange. La guerre des sexes n'est pas une invention féministe destinée à monter les femmes contre les hommes pour leur piquer le pouvoir. Non, la guerre des sexes a été inventée et est entretenue par les clichés, les traditions et les gentes au pouvoir parce que "Diviser pour mieux régner" est leur slogan.


Dernière édition par Drärk le Mer 10 Sep 2014 - 22:02, édité 1 fois (Raison : C'est mieux sans les fautes.)

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
LenaLou
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1111
Date d'inscription : 19/11/2013

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 20:50
Drärk,a chaque fois que je te lit,je plussoie mille fois intérieurement. C'est tout à fait ça...

_________________
I'm impossible to forget,but i'm hard to remember.
avatar
Cyb
Hystérique
Hystérique
Messages : 431
Date d'inscription : 10/09/2013

Re: Fille contre le féminisme

le Mer 10 Sep 2014 - 21:14
@Drärk: Comme Lenalou, je suis tout à fait d'accord. Surtout ton passage sur la zone de confort.

@shun: Je ne dis pas non plus à tout le monde que je suis féministe car c'est très ostracisant. En tout cas, je ne le dirais pas à voix haute... En même temps, mes collègues a cette image de moi vu mes réflexions par moments. Et puis j'ai longtemps joué d'une image "les femmes peuvent être plus fortes que les hommes, ouais!". J'ai aussi des amies qui pensent que les féministes sont là pour écraser les hommes. C'est dur de leur faire croire le contraire, surtout qu'elles vont quand même dire "ok peut-être pas toutes mais IL Y EN A", et ça continue sur les fameuses "castratrices"...

J'avoue que c'est difficile, parfois, de ne pas être en colère contre les femmes pas du tout féministes ou qui jouent le jeu du patriarcat. Et ce, même en sachant que tout ceci est la création d'un système.
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Fille contre le féminisme

le Jeu 11 Sep 2014 - 10:45
De plus se dire féministe, ça permet de jarter mentalement les "humanistes" qui ont profité de leur "humanisme" pour cracher sur les femmes, genre rousseau (et je continue pas la liste car elle est longue et qu'elle s'arrête pas aux lumières...)
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Jeu 11 Sep 2014 - 11:13
Après avoir lu tout ce que l'on a dit avant, je pense qu'il y a en gros trois type de visions hostiles/sceptiques envers le féminisme :

- Le déni du constat d'inégalité (les féministes exagèrent, sont des hystériques) : c'est un problème de renseignements ou de mauvaise foi. En ce sens, je trouve que la petite synthèse dans la nouvelle charte est une bonne idée, surtout qu'elle peut être facilement copiée et collée ailleurs (autre forum par exemple). Une parade possible est de demander des données infirmant celles-ci, et de proposer d'en rediscuter une fois la qualité d'arguments comparable. Bien sûr, si la personne estime que son optique personnelle prévaut sur des données disponibles, le débat est déjà terminé, et je comprends les personnes qui ne veulent plus poursuivre (parler à un mur).

- L'acceptation de l'inégalité mais l'explication par l'essentialisme (physique ou au niveau du rôle social) : les femmes sont faites pour avoir des enfants, les hommes pour tenir des marteaux-piqueurs ou aller à la guerre. Personnellement je n'adhère pas du tout, mais je n'ai pas beaucoup d'arguments bien construits. Je pense que le problème se situe ici au niveau de "ça a toujours bien marché comme ça", puisque j'ai remarqué que des arguments d'ordre historique ressortent parfois. Il y a je crois un souci de contre-exemples - hors cas très spécifiques - dans le monde dit occidental (quand je dis je crois, je veux dire que mes connaissances s'arrêtent là).

- L'acceptation de l'inégalité mais l'explication par des facteurs individuels (motivation, connaissances sur la manière dont le monde fonctionne, ...) : Là ça devient encore plus difficile. J'ai par exemple déjà entendu une femme dire d'autres femmes : "elle n'ont qu'à se bouger le c.. au lieu de se plaindre", et il me semble que c'est aussi un peu le point de vue de la copine de Chaleur et de la mienne. Je pense personnellement que c'est malheureusement une vision qui ne prend pas en compte des facteurs plus complexes qu'une histoire de motivation, et qui ont trait à l'éducation. Les femmes et les hommes sont très tôt éduqués différemment, ce qui impacte sur leur manière de se construire ensuite au niveau de l'intégration sociale, en particulier au niveau de l'attrait pour/l'aisance dans la compétitivité et l'individualisme. Mais je pense aussi que les féministes ont pris un peu un mauvais pli, qui est que de par le fait que la compétitivité soit rejetée de leurs idéaux (normal puisqu'assez incompatible), l'explication des inégalités par la plus grande méconnaissance ou le moindre attrait des femmes envers les systèmes compétitifs (de par les injonctions, les récompenses et les interdits qu'elles ont reçu au cours de leur développement, qui ne s'arrête pas à l'enfance d'ailleurs) est peut-être trop facilement occultée au profit de débats plus idéologiques. Or des données issues de ces systèmes compétitifs sont assez souvent mises en avant comme preuve des inégalités. Honnêtement, comme plusieurs hommes avec qui j'ai discuté, le patriarcat en tant que situation (la majorité des postes de pouvoir sont occupé par des hommes) me paraît tout à fait exact, mais le patriarcat en tant qu'entité douée d'une volonté ("le patriarcat veut") c'est là où j'ai le plus de mal, car le système patriarcal ressemble plus à une baston générale à la Astérix où c'est chacun pour soi, qu'à une fraternité bien ordonnée qui coordonne des plans (le seul but clairement commun, c'est ramasser du fric et/ou se "faire un nom", mais il est plus commun parce que la majorité ont le même que comme conséquence d'une coordination). Si cette bagarre a lieu d'être ou pas, c'est je crois l'une des grosses sources de dissension entre les féministes et pas mal de personnes qui ne le sont pas (surtout des hommes, mais aussi des femmes comme ma copine). Soit ces personnes pensent que les féministes veulent entrer dans la bagarre en "trichant" (ex : systèmes de quotas) et ont un sentiment de "prise de pouvoir" (cf ce qui a été dit plus haut), soit que les féministes veulent arrêter la bagarre et sont du coup en attente de descriptions plus claires sur ce qui va se passer à la place (j'avoue que j'en suis là parce que ça reste flou pour moi).

Il me semble que les personnes dans la troisième catégorie comprennent bien la différence entre féminisme et humanisme.
Tecma
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 210
Date d'inscription : 15/07/2014

Re: Fille contre le féminisme

le Jeu 11 Sep 2014 - 11:29
je suis assez d'accord avec toi Corvus (message inutile bonsoir..^^)
Contenu sponsorisé

Re: Fille contre le féminisme

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum