Derniers sujets
L’idéologie de la tolérance a pris le contrôle du féminisme et menace de détruire le mouvementLun 21 Mai 2018 - 2:02michekhenAnthologie de poétesses ?Mar 15 Mai 2018 - 16:45AraignéeUne nouvelle arrivéeDim 6 Mai 2018 - 10:22FurèneUn bon collectif queer et matérialiste à me conseiller? Ven 4 Mai 2018 - 21:40ReikoSexe sans consentement Ven 4 Mai 2018 - 11:40michekhenTribune sur la soit-disant "liberté d'importuner"Jeu 3 Mai 2018 - 22:44Aëlloonréfléchir à plusieurs pour rélféchir plus vite!! :)Sam 21 Avr 2018 - 19:36IridaceaPrésentation PanthictusSam 21 Avr 2018 - 19:32Iridacea[Radio] Emissions féministes (ou sujets qui nous concernent)Jeu 5 Avr 2018 - 17:29Christine De PisanSituations de consentement ambiguVen 23 Mar 2018 - 18:20AraignéePrésentation VegasparanoVen 23 Mar 2018 - 18:09AraignéeHymne du MLFVen 23 Mar 2018 - 15:41AraignéeSites de rencontres extraconjugaux, club libertins.....Avis?Jeu 22 Mar 2018 - 6:45AëlloonC'est quoi "être une femme" ?Sam 17 Mar 2018 - 9:01Coquelic0tSalut à tou.te.sMar 13 Mar 2018 - 15:56Ale.Avortement, les croisés contre-attaquentVen 9 Mar 2018 - 18:17Claire G.Article sur le mythe de l'instinct maternel (Sarah Blaffer Hrdy)Ven 9 Mar 2018 - 0:09michekhenSimone Veil, la force d'une femmeJeu 8 Mar 2018 - 19:44Christine De PisanClio. Femmes, Genre, HistoireJeu 8 Mar 2018 - 18:00Christine De PisanPrésentation de FemkeDim 4 Mar 2018 - 19:09AëlloonPublication par la blogueuse AntisexismeSam 3 Mar 2018 - 19:18AëlloonLe Punk au fémininSam 3 Mar 2018 - 13:42AëlloonThe Rape Of Recy TaylorVen 2 Mar 2018 - 18:15Christine De PisanMontrer une véritable détermination politique à éradiquer les violences faites aux femmesJeu 22 Fév 2018 - 21:58Christine De PisanThe man-woman wars récits colorésSam 17 Fév 2018 - 6:23ReikoLa Nuit rêvée de... Geneviève FraisseSam 10 Fév 2018 - 20:56Christine De PisanSlimani surcotée ou auteure essentielle ?Sam 10 Fév 2018 - 19:39Christine De PisanInvisibilisation des femmes dans l’histoire: Rendre visible les invisibles.Sam 10 Fév 2018 - 10:21Christine De PisanFrançoise HéritierSam 10 Fév 2018 - 0:25Christine De PisanLa femme la plus détestée d’ Amérique Ven 9 Fév 2018 - 19:33Christine De PisanCaptiveVen 9 Fév 2018 - 19:30Christine De PisanIntersectionalité et paradigmes apparentésVen 9 Fév 2018 - 18:50Christine De Pisan

Partagez
Aller en bas
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Happy Men

le Jeu 3 Juil 2014 - 14:08
Vous avez déjà entendu parler de ça ?
Happy Men
avatar
Invité
Invité

Re: Happy Men

le Jeu 3 Juil 2014 - 17:12
Non je connaissais pas, mais de voir les soutiens en bas comme le MEDEF, orange, le crédit agricole, et GDF Suez, ça me fait bizarre ...

Sinon faudrait creuser plus avant.

Et heu " - je vais coacher ma femme pour son entretien professionnel " heu ... ça me parrait très déplacé. Déjà parce que on décide pas ça tout seul, et que on ne vit pas forcément dans la même sphère professionnelle, donc sans connaitre le domaine, je vois pas comment on coacher ...

Sinon, ben je trouve que c'est super hétéro centré, et que c'est du prêt à consommer. Bref, ça me perturbe ^^ sans que je sache exactement pourquoi.
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Happy Men

le Jeu 3 Juil 2014 - 17:30
Moi aussi ça me met mal à l'aise (c'est idiot, mais j'avais besoin d'une validation externe de ce ressenti pour m'assurer que je n'étais pas dans un rejet superficiel). J'ai essayé de creuser davantage, mais on ne peut pas trouver grand-chose. Pourtant, c'est l'une des premières initiatives de ce genre que je vois, et ça me plaisait pas mal au départ parce que c'est ce que je recherche comme type d'engagement concret gagnant-gagnant (d'ailleurs, ils utilisent ce terme).

Je suis à peu près convaincu que ce truc est le produit de quelques réunions de brainstorming, mises à l'écrit sous forme de phrases-clé (ça fait très com') et hop on fait un site, on colle quelques logos, on cite quelques personnes qui disent s'être engagées et puis... et puis... Et puis quoi ? On a fait le travail là non ?
 :s 


avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Happy Men

le Jeu 3 Juil 2014 - 18:14
Moi je trouve ça très chouette dans l'esprit: une lutte pour l'égalité qui vient des hommes (et non pas qu'on doit tirer), qui tente de redéfinir une place de manière non excluante et non agressive. Après, que ce soit pas vraiment super au point, hyper efficace etc, perso je m'en fous. La lutte féministe n'est pas née parfaitement aboutie non plus, pas plus qu'aucune lutte je pense.
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Happy Men

le Jeu 3 Juil 2014 - 18:58
Je crois comprendre ce que tu veux dire Cleindo, mais on peut s'interroger sur l'intention derrière ce projet étant donné que ça a toutes les formes d'une simple campagne de communication.
D'un autre côté, effectivement, l'idée a plein de qualités : ludique, faisable, et engageante. Ma déception vient du fait qu'ils ont l'air d'avoir laissé retomber ça comme un soufflet, ou bien qu'ils ont décidé que ça ne valait pas l'intérêt d'assurer le suivi auprès du grand public.
avatar
Claire G.
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1063
Date d'inscription : 20/10/2013

Re: Happy Men

le Jeu 3 Juil 2014 - 19:00
Je ne suis pas du tout à l'aise dans quoique ce soit qui soit fait avec le soutien du MEDEF.

Et les raisons ne sont pas qu'en rapport avec le féminisme, en fait.

J'ai peut être raté par manque de curiosité mais je ne crois pas avoir vu quoique ce soit sur le temps travail imposé aux femmes (ou proposé en mode "c'est ça ou rien, Madame") par les managers.


_________________
i am who i am because you are who you are.
avatar
Invité
Invité

Re: Happy Men

le Jeu 3 Juil 2014 - 19:12
Non, je corrige ce que je voulais dire, c'était pas clair : je trouve l'initiative bien, que les hommes se posent des questions, essayent de concrétiser les choses : re-oui, c'est plus le site en lui même qui me pose problème.

En fait, ce sont les sponsors qui me gênent : ce sont clairement pour moi des acteurs-oppresseurs (MEDEF, finance, télécom ... HU !), ce que je lis ne me gène pas (à part la phrase que j'ai indiqué), c'est plus que j'ai peur que vu les sponsors, que ce combat soit récupéré.

Sinon, l'initiative en elle-même elle est bonne, c'est juste que j'aurais préféré qu'elle soit indépendante. Juste une asso, avec des soutiens autres que ceux là.

Et oui la forme " 10 commandements " me gêne aussi, même si je dois l'admettre, il faut bien partir de quelque chose de concret quand on veut agir (et ça c'est louable).
Par contre ce qui aurait été bien, en plus des 10 commandements, ça aurait été de laisser un topique de libre expression, de débat pour les hommes qui sont rentré dans cette idée de faire avancer l'égalité homme-femme, j'aurais bien aimé lire leur cheminement, même si évidemment, n'étant pas un homme, je ne serais pas intervenue. C'est toujours bien de pouvoir lire les autres.
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Happy Men

le Jeu 3 Juil 2014 - 19:19
@shun a écrit:Par contre ce qui aurait été bien, en plus des 10 commandements, ça aurait été de laisser un topique de libre expression, de débat pour les hommes qui sont rentré dans cette idée de faire avancer l'égalité homme-femme, j'aurais bien aimé lire leur cheminement

Oui, c'est clairement ce genre de chose qui manque.

Après, la "récupération" du projet par certains organismes ne devrait pas être perçue comme aussi gênante je pense, c'est un peu une convention universelle dans le monde des entreprises que de dire "nous on a fait ça !" s'ils l'ont réellement fait ou financé (pour ma part, je suis obligé par contrat de coller le logo de mon financeur principal sur tout ce que je présente à l'écrit comme à l'oral, même si ça n'a vraiment que très peu à voir; ça ne me gêne pas vu que sinon, je n'aurais ni salaire, ni matériel, ni local de travail, ça me semble un juste retour). Ce qui est gênant, c'est quand un travail de réflexion qui a du potentiel se transforme uniquement en panneau publicitaire (du moins, apparaît comme tel, après ils ont peut-être poursuivi leur projet).
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Happy Men

le Ven 4 Juil 2014 - 0:24
J'entends vos réticences, et je les comprends dans une certaine mesure.

Cependant, il me semble que dans le(s) mouvement(s) féministe(s), il y a soit une mixité teintée de "les hommes, on vous tolère, mais dites vous bien que c'est NOTRE combat et c'est nous qui savons", soit une non mixité. (je schématise, pour faire comprendre de quoi je parle, pas pour me moquer hein!).
D'une certaine manière, et même si là aussi je comprends l'idée, il y a une (logique) appropriation de la cause féministe par les femmes.
Or, il ME semble que tant que les hommes ne prendront pas de leur coté, pour eux mêmes, la mesure de ce que le patriarcat leur impose, s'ils ne voient l'égalité que par le bien qu'elle fait aux femmes, ils seront toujours derrière, un peu trainés par "notre" élan. ( à la ramasse quoi...)

Donc là je vois quoi? une initiative d'hommes, pour l'égalité et avant tout pour eux. Ben moi je tiens "tant mieux"! On avance jamais si bien que quand on en ressent le besoin soi même. les femmes ressentent parfois le besoin de parler entre elles (trucs non mixtes), pour l'instant les seuls trucs masculins non mixtes en gros c'est des masculinistes j'ai l'impression. Alors pour une fois que des hommes souhaitent s'impliquer "comme des grands", entre eux, tout en ayant pour but l'égalité, ben..... je trouve ça justement vachement bien!
Je comprends l'envie qu'on peut avoir de les lire évoluer, mais bon, c'est pas un peu du maternage? de la surveillance ? Pê que du coup un jour on les lira. Pê pas, mais .... je trouve pas ça primordial (à part pour la curiosité^^)

Souvent, les féministes sont obligées de seriner que ce n'est pas un combat contre les hommes (je dis "souvent" entre autres parce que pour certaines femmes, ça l'est, objectivement), que la guerre pour l'égalité n'est pas une guerre des sexes en gros.

Et du coup, dans vos réactions, il me semble lire comme une "grimace" de dépossession (je sais pas comment le dire plus en douceur), et comme un rejet parce que c'est pas parfait, pas comme vous l'auriez souhaité idéalement etc. Vous voyez ce que je veux dire?

Pour ce qui est du medef, je comprends là aussi votre point de vue. Mais, soit on ne positionne l'égalité que dans un monde idéal (hors commercial, hors société de conso, hors chomage, hors medef etc) et à MON avis, ça sert concrètement pas à grand chose parce que la vie en france en 2014 c'est pas ça hélas, soit on essaie de faire avec, de se dire que malgré tout ça, on peut tendre vers l'égalité h-f.

(NB : ils ne se revendiquent pas féministes, et précisent qu'il ne s'agit que de l'aspect pro, tout en précisant que ça a fatalement des racines, ramifications et conséquences sur la vie parentale, de couple, privée)
avatar
Invité
Invité

Re: Happy Men

le Ven 4 Juil 2014 - 9:37
Non, je disais bien que l'initiative me paraissait plutôt bonne, et je vois pas de problème à ce que ce soit un truc entre mecs qui essayent de se dépatouiller comme des grands avec le problème de l'égalité h-f. Et mon envie de lire, tenait pas du validisme, mais plutôt de la curiosité, de savoir comment du coté masculin était perçue la problématique. Y avait pas de jugement, ou de sentiment de dépossession dedans. Juste, en gros, j'aurais aimé en savoir plus sur leur réflexion, pas pour dire " hannnn c'est de la merde, vous pensez pas comme il faut " mais juste pour voir comment c'est abordé en face, parce que de fait, je n'ai jamais entendu, ou lu un groupe d'hommes discuter à ce sujet, et que je me demande comment ça se passe, c'est tout, exactement comme un homme peut venir lire ce qui se dit sur ce forum, sans intervenir, juste pour prendre connaissance.

Après, j'avoue que je suis très méfiante vis à vis des soutiens en question, parce qu'on les a déjà vu à l’œuvre dans leur détournements, et que j'aurais pas envie qu'une initiative positive, si minime soit-elle, soit récupérée à grand renfort de bourrage de crane et de battage médiatique, c'est plus une méfiance qu'autre chose. Après, peut-être sera-t-on surpris dans le bon sens qui sait ?
avatar
cleindo
Amazone
Amazone
Messages : 2931
Date d'inscription : 20/01/2012

Re: Happy Men

le Ven 4 Juil 2014 - 14:29
si j'ai bien compris, les "partenaires" sont les boites où il y a des cercles happy men "soutenus" (ça peut pê vouloir dire tout simplement "pas taclés"...)
Dans la page qui enparle plus précisément, on ne retrouve pas le medef d'ailleurs (alors que tous les autres oui, donc des gens qui bossent chez orange, ou bnp, etc cf leurs témoignages)

(et je ne parlais pas de toi spécifiquement shun, et à personne en particulier d'ailleurs, c'est juste l'impression globale que ça m'a donné)
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Happy Men

le Ven 4 Juil 2014 - 16:18
L'idée d'un forum d'expression pour les Happy Men, ce serait pour voir comment ils sont "soutenus" et, dans les faits, par quoi se traduit leur action (réunions régulières ? adaptations du temps de travail validé ? changement dans le travail d'équipe ?). En ce sens, l'idée n'est pas de surveiller ce qu'ils font dans un sens "gardien-ne", mais de suivre ce qu'ils font dans un sens "alors les éclaireurs, ça donne quoi ?". Je trouve ça assez pionnier sur le papier, donc la suite suscite ma curiosité ouverte, un peu comme quand un ami part faire le tour du monde et que l'on a envie de lire son blog. Je pense que c'est aussi comme ça que le pensait Shun (à corriger si je me trompe).

Ceci dit, tu as raison de souligner que ce n'est pas primordial si un jour ça finit par faire tâche d'huile ou si des résultats encourageants sont obtenus "en privé" au sein des entreprises. Mon embarras tout personnel, c'était que j'ai déjà vu ce type de grand projets rester au stade du bilan de brainstorming, et de la promesse de quelques employés (ici : les employés qui s' "engagent") pour clore le rapport sur une touche positive (euh, pardon, sur une "ouverture" quant à la "pérennité" du projet).

Tiens, je remarque que leur site ne marche plus.


@ClaireG a écrit:Et les raisons ne sont pas qu'en rapport avec le féminisme, en fait.

J'ai peut être raté par manque de curiosité mais je ne crois pas avoir vu quoique ce soit sur le temps travail imposé aux femmes (ou proposé en mode "c'est ça ou rien, Madame") par les managers.

L'initiative Happy Men est clairement à destination des hommes. L'argument principal est qu'ils devraient favoriser leur "bonheur" quant à une vie privée plus épanouie (bon c'est carrément pralinou dit comme ils le font, mais on peut voir là-dedans famille, loisirs, relations sociales, etc... en dehors du boulot, désirs "frustrés" mis en avant par certains hommes dans des réunions organisés par les entreprises partenaires). Cet argument se veut une voie pour faire valoir aux hommes qu'ils auraient intérêt à être volontairement plus présents chez eux, et à aider les femmes à être plus présentes dans le monde du travail à tous niveaux (surtout dans les postes chronophages).
Donc en somme, l'idée n'est pas du tout de réduire le temps de travail, ce qui pourrait être une critique si on défend cela. L'idée plutôt ici, c'est de rendre le temps de travail dit productif plus liquide (télétravail, horaires choisis, meilleure répartition du travail productif et du travail au foyer entre hommes et femmes).

Je crois qu'à l'heure actuelle, il serait utopique de défendre une réduction du temps de travail, car l'offre est inférieure à la demande. Donc les managers ont le pouvoir. Dit autrement, le "c'est ça ou rien" veut dire "si vous ne le faites pas, on trouvera de toute façon quelqu'un qui le fera". Je ne crois pas que ce phénomène cible spécifiquement les femmes.
avatar
Claire G.
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1063
Date d'inscription : 20/10/2013

Re: Happy Men

le Ven 4 Juil 2014 - 20:44
Le travail à temps partiel imposé est une pratique qui touche plus les femmes que les hommes, et il ne me semble pas que les managers (en tant que corps social) n'aient aucune responsabilité là dedans.

Par contre oui, c'est un problème qui ne touche pas les cadres où là le temps partiel choisi est bien plus courant que le temps partiel imposé.

Néanmoins faire comme si le problème du temps partiel ce n'était que celui des hommes qui n'osaient pas demander des temps partiels de peur de perdre leur travail, politiquement moi j'ai du mal.

Ma critique sur cette action je ne la place au niveau féministe ou pas féministe mais plus au niveau classiste ou pas. Et elle est fondamentalement axée sur une classe sociale privilégiée. Qui est touchée par le sexisme oui, mais qui est également oppressive vis à vis des classes sociales moins privilégiées.

Et là bizarrement, on n'en parle pas.

Je ne dis pas que tout est à jeter dans l'action "happy men", je fais une critique qui se veut constructive.

Sur le fond, l'oppression classiste ne cible bien évidemment pas spécifiquement les femmes, mais elle les cible aussi. Et l'intersectionnalité fait qu'elles en sont plus lourdement victimes que les hommes : les personnes que l'on appelle des smicards sont en fait des smicardes à plus de 70% je crois, les allocataires du RSA sont en fait des allocatrices, les chomeurs longue durée sont en fait des chomeuses longue durée, les personnes touchant le minimum vieillesse sont majoritairement des femmes, etc...

La classe ouvrière est plus féminine que la classe bourgeoise, donc la lutte des classes à mes yeux est une lutte féministe. Et donc voilà le soutien du medef, j'ai tendance à m'en méfier comme de la peste, et j'ai peut être tort de ne pas croire que le lobby des patrons ait un intérêt à l'émancipation des femmes en tant que classe sociale.

_________________
i am who i am because you are who you are.
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Happy Men

le Jeu 10 Juil 2014 - 0:26
@Claire G. a écrit:Le travail à temps partiel imposé est une pratique qui touche plus les femmes que les hommes, et il ne me semble pas que les managers (en tant que corps social) n'aient aucune responsabilité là dedans.

Ce n'est pas tout à fait vrai : chez les personnes qui travaillent à temps partiel, il y a dans l'ensemble une plus forte proportion de temps partiel imposé chez les hommes que chez les femmes.
Voir ici (source : Observatoire des Inégalités). Et : "27 percent des salaries a temps partiels declare vouloir travailler davantage.  [...] On observe par ailleurs que dans cet ensemble, les hommes sont plus nombreux à vouloir travailler d'avantage (32,7%) que les femmes (25,7%)" (source : Le Nouvel Observateur).
Il ne s'agit pas d'un phénomène sexué en soi, mais d'un problème qui a trait surtout aux enfants (dont l'existence n'a rien à voir avec le boulot du manager, dans la mesure où l'on est dans une société qui distingue sphère privée et sphère professionnelle).


@Claire G. a écrit:Par contre oui, c'est un problème qui ne touche pas les cadres où là le temps partiel choisi est bien plus courant que le temps partiel imposé.

C'est vrai, mais c'est aussi parce que les postes de cadres sont de toute façon en général caractérisés par un fort volume horaire (rareté de l'employé = augmentation de sa charge de travail), 44 heures par semaine en moyenne (source : DARES), 1 heure et demie de plus qu'il y a 10 ans. C'est donc plutôt le phénomène inverse que l'on constate, un sur-temps qui devient la norme.

@Claire G. a écrit:Néanmoins faire comme si le problème du temps partiel ce n'était que celui des hommes qui n'osaient pas demander des temps partiels de peur de perdre leur travail, politiquement moi j'ai du mal.


Peut-être que c'est plus particulièrement chez eux qu'il y a une grosse carence de participation aux activités du foyer ?

@Claire G. a écrit:Ma critique sur cette action je ne la place au niveau féministe ou pas féministe mais plus au niveau classiste ou pas. Et elle est fondamentalement axée sur une classe sociale privilégiée. Qui est touchée par le sexisme oui, mais qui est également oppressive vis à vis des classes sociales moins privilégiées.

Et là bizarrement, on n'en parle pas.

Je crois comprendre ce que tu veux dire, et effectivement ça ne semble pas vraiment destiné à l'ensemble des employés. Mais quand on lit bien ce qui est dit, la question n'est pas vraiment celle de passer à temps partiel, mais plutôt de développer le télé-travail (il est dit d'ailleurs quelque part explicitement sur ce site ou sur un site "ami" que le plan prévu n'est pas une réduction horaire, mais de faire par exemple passer la plage de travail 17h-19h à 22h - minuit). Donc déjà le fait de pouvoir faire chez soi quelque chose indépendamment de l'horaire choisi est une condition pour le public ciblé.

@Claire G. a écrit:Je ne dis pas que tout est à jeter dans l'action "happy men", je fais une critique qui se veut constructive.

Sur le fond, l'oppression classiste ne cible bien évidemment pas spécifiquement les femmes, mais elle les cible aussi. Et l'intersectionnalité fait qu'elles en sont plus lourdement victimes que les hommes : les personnes que l'on appelle des smicards sont en fait des smicardes à plus de 70% je crois, les allocataires du RSA sont en fait des allocatrices, les chomeurs longue durée sont en fait des chomeuses longue durée, les personnes touchant le minimum vieillesse sont majoritairement des femmes, etc...

On ne peut pas décorréler ces chiffres de ceux du temps partiel (qui je le rappelle est demandé/choisi par 75% de celles qui y sont) : "Les femmes sont deux fois plus nombreuses à toucher le smic que les hommes, avec 13,9 % des salariées, contre 8 % chez les hommes. La Dares ajoute également que le fait d'être à temps partiel multiplie par deux les chances d'être au smic." (source : Le Monde)
Quand au chômage, les hommes ont rattrapé les femmes, voir ici (source : Insee). Ceci dit, au sujet du chômage : "les femmes sans emploi sont majoritairement « inactives » c'est-à-dire qu'elles ne se positionnent pas sur le marché du travail par la recherche d'emploi. Plus précisément parmi les femmes âgées de 25 à 49 ans n'occupant pas un emploi, deux tiers sont « inactives » et un tiers chômeuses. Ainsi, contrairement aux hommes, les femmes sans emploi sont plus souvent « inactives » que chômeuses. A l'inverse des hommes, cette « inactivité » est fortement liée pour les femmes à la présence d'enfants. Ces femmes peuvent faire le choix de ne pas se présenter sur le marché du travail notamment pour s'occuper de leur famille, les normes familiales mais aussi la crise de l'emploi pouvant directement ou indirectement favoriser ce choix. Néanmoins, certaines personnes « inactives » souhaitent travailler mais ne sont pas considérées comme au chômage car elles ne sont pas rapidement disponibles pour occuper un emploi ou n'ont pas fait de démarche de recherche d'emploi récemment : c'est ce qu'on appelle le halo du chômage. Et sans surprise, les femmes sont à nouveau fortement surreprésentées dans ce halo du chômage par rapport aux hommes." (source : Le Monde)

Donc effectivement, la situation est préoccupante concernant les femmes. Mais j'ai un peu du mal à accuser le classisme, les femmes qui choisissent d'être inactives pour faire un enfant et s'en occuper, il y en a dans toutes les couches sociales (sans vouloir faire de jeu de mots).

@Claire G. a écrit:La classe ouvrière est plus féminine que la classe bourgeoise, donc la lutte des classes à mes yeux est une lutte féministe. Et donc voilà le soutien du medef, j'ai tendance à m'en méfier comme de la peste, et j'ai peut être tort de ne pas croire que le lobby des patrons ait un intérêt à l'émancipation des femmes en tant que classe sociale.

Je ne suis pas sûr de bien comprendre. Sur quels indicateurs te bases-tu pour dire qu'il y a plus de femmes chez les ouvrier-es que chez les bourgeois-es ?
L'intérêt des patrons et des recruteurs, c'est d'avoir un max de demandes d'emploi. Donc je ne sais pas ce que tu entends par émancipation exactement ici, mais si c'est amener plus de femmes sur le marché de l'emploi, c'est carrément intéressant pour eux. Si ça concerne d'autres sphères, je pense que c'est une préoccupation beaucoup plus indirecte.
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Happy Men

le Jeu 10 Juil 2014 - 1:19
@corvus a écrit:les femmes qui choisissent d'être inactives pour faire un enfant et s'en occuper
J'aime bien l'oxymore.  Rolling Eyes

@corvus a écrit:Sur quels indicateurs te bases-tu pour dire qu'il y a plus de femmes chez les ouvrier-es que chez les bourgeois-es ?
Je sais pas pour claire, mais je dirais au hasard: sur les revenus, par exemple?
avatar
LenaLou
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1111
Date d'inscription : 19/11/2013

Re: Happy Men

le Jeu 10 Juil 2014 - 1:27
Inactivité et s'occuper d'un enfant.. Faut pas avoir connu ça pour le dire ...
Lena,mère au foyer depuis 2 ans..

_________________
I'm impossible to forget,but i'm hard to remember.
avatar
Claire G.
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1063
Date d'inscription : 20/10/2013

Re: Happy Men

le Jeu 10 Juil 2014 - 17:58
La part salariale dans l'ensemble des revenus des femmes est en france moindre que dans les revenus des hommes.

La part non salariale des revenus je veux bien reconnaitre qu'elle est plus ou moins identique, vu qu'elle est liée à l'héritage, et qu'il n'y a pas de raison que les femmes héritent moins que les hommes (néanmoins une part de ces revenus dépend des salaires cumulés sur toute la vie, et donc en toute logique le patrimoine masculin devrait être supérieur au patrimoine féminin. Rien que la construction sémantique de ce terme tend à montrer que le patrimoine serait plus masculin que féminin d'ailleurs).

A l'échelle mondiale, la féminisation de la pauvreté (ou l'appauvrissement des femmes ?) est un problème qui commence même à inquiéter jusqu'à l'ONU, donc voilà.

http://www.un.org/french/womenwatch/followup/beijing5/session/fiche1.html

et c'était en l'an 2000, la situation s'est en fait aggravée depuis.

_________________
i am who i am because you are who you are.
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Happy Men

le Jeu 10 Juil 2014 - 18:31
Je ne suis pas certains que les femmes choisissent d'être "inactives" pour s'occuper d'enfant-e-s. C'est bien plus compliqué que ça. Ne serait-ce parce qu'on poussera les femmes à cesser de travailler au sens conventionnel (travail rémunéré) puisqu'on part du principe que le destin des femmes est de devenir mère. Une femme sans enfant-e est mal vue. Dans le cas contraire, une mère qui travaille sera mal vue (elle "abandonne" sa famille). Une mère au foyer le sera aussi : Elle est "inactive", ne travaille pas, est feignante. Comme si éduquer des enfant-e-s était facile et laissait beaucoup de temps pour soi. A ce titre, le système patriarcal abandonne réellement les familles et en particulier les femmes.

Les mères célibataires sont dans une situation préoccupante puisqu'elles doivent éduquer et travailler en même temps. Mais c'est ça ou rester avec le père ; et selon la situation "familiale" c'est parfois impossible voire tout bonnement suicidaire.

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Happy Men

le Ven 11 Juil 2014 - 0:04
CQFD drärk.
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Happy Men

le Ven 11 Juil 2014 - 4:36
Désolé pour le terme inactivité qui est brutal, mais "actif-ve/inactif-ve" est le terme d'usage en matière d'emploi (et qui ne concerne pas que les mères). Il y aurait sûrement un terme plus heureux à trouver, comme "disponible".

En tout cas, je n'ai jamais pensé que s'occuper d'un enfant était facile, ou une occupation de fainéante. Je n'ai pas énormément d'expérience en la matière, mais je fais de temps en temps la "nounou" à la journée pour ma nièce depuis qu'elle a un an et demi, et je sais que c'est crevant. Le fait est que ce n'est juste pas reconnu sur le marché du travail salarié, puisque la question éternelle est : qui donne à qui, comment, combien, et sous le contrôle de qui pour évaluer le travail non productif ?

Je sais que ça n'a rien d'original comme propos, et que la non-reconnaissance du travail dit reproductif est une pierre angulaire classique quant à l'égalité hommes-femmes. Mais cette problématique est en plus inextricable de celle du libre-arbitre : en l'absence d'un critère clair permettant de distinguer un désir authentique d'un désir forcé (idem non-désir), on ne peut que parler d'un débat d'opinions entre les tenant-e-s du conditionnement social et celles-ceux du choix assumé (donc un débat insuffisant pour bouleverser les systèmes judiciaires et économiques d'un pays).

Si on est plutôt partisan-e d'une très forte influence contextuelle, alors il serait intéressant de regarder ce qu'il y a de commun chez les childfrees, puisqu'elles-ils ont réussi à s'affranchir de la pression extérieure.

@ Claire : Voilà un rapport complet et récentsur les différences de patrimoine entre hommes et femmes. En substance, la différence est forte en faveur des hommes concernant les actifs financiers (en gros : les placements financiers dématérialisés comme les actions, les obligations, les bons du Trésor, ...) mais très faible à inexistante concernant les valeurs immobilières (maison, meubles, ...). Les actifs financiers sont par ailleurs très liés au revenu salarial et au niveau d'études (mais comme c'est nominatif, rien n'est spécifié quant au devenir des revenus qui en sont retirés : gardés par l'homme ? partagés ?): Les hommes ont plus d'actifs financiers que les femmes parce qu'ils ont en moyenne un plus fort pouvoir d'achat personnel (meilleur salaire en gros), mais à revenus et position professionnelle égale, les femmes en ont plus (2 pistes évoquées mais non vérifiées pour ce dernier phénomène : femmes meilleures en placements quand elles le peuvent/se lancent dedans, ou tendance des femmes à se mettre en moyenne en couple avec des hommes à patrimoine plus élevé qui incitent/partagent ?).

Ton document est intéressant quant à ce problème à l'échelle mondiale. Par-delà le fait que ça donne une mesure toujours instructive de l'ampleur mondiale du problème, on peut voir que la solution la plus courante est de pousser à entrer dans un mode plus productif (aides au développement de petites entreprises, aides pour des projets agricoles, formation pour des "activités génératrices de revenus").

J'avoue que je n'arrive toujours pas à saisir le consensus (nécessaire !) des féministes et pro-féministes : financer le travail non-productif (en gros : tout ce qu'il y a à faire à la maison) ou réduire ce dernier au profit d'une meilleure entrée dans le travail productif ?
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Happy Men

le Ven 11 Juil 2014 - 10:52
J'ai finalement décidé d'ouvrir un nouveau sujet plutôt que de faire un HS. C'est ici qu'il faut cliquer.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Groucho
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 24
Date d'inscription : 21/07/2014

Re: Happy Men

le Mar 22 Juil 2014 - 0:07
@Nurja a écrit: J'ai finalement décidé d'ouvrir un nouveau sujet plutôt que de faire un HS. C'est ici qu'il faut cliquer.

Je peux pas lire la suite, mais le sujet de la linguistique m'intéresse.

La méprise survenue sur ce fil vient de l'emploi du terme vie active, qui est féminin.

La vie active désigne dans le sens commun la vie professionnelle, même si dans les termes elle désigne toute la population, chômage compris, en excluant ceux qui ont opté pour "une vie au foyer", et on parle ensuite d'actifs et d'actives pour désigner les personnes qui répondent à ces catégories.

Corvus a voulu faire l'antonyme d'actives et a parlé d'inactives, ce qui peut évidement être mal interprété.

Qu'on me dise pas que je suis inactif actuellement, même au foyer !  Cool 


C'est très interessant tout ça, car tout part du langage, et on voit bien sur internet qu'il a toute sa valeur dans les échanges.
Et on ne compte pas le nombre de postes de travail par exemple qui n'ont pas de variante féminisée.
Même quand cela existe, c'est pas utilisé (cf doctoresse)
Corvus
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 157
Date d'inscription : 21/04/2014

Re: Happy Men

le Mar 22 Juil 2014 - 0:17
@Groucho a écrit:Corvus a voulu faire l'antonyme d'actives et a parlé d'inactives, ce qui peut évidement être mal interprété

Juste pour précision, je n'ai rien "voulu". Le terme inactif-ve dans mon message venait d'une citation (Le Monde), et d'autre part c'est le terme d'usage en matière d'emploi : "Les inactifs sont toutes les autres personnes, comprenant ainsi les personnes de moins de 16 ans, les retraités ou les personnes ne désirant pas travailler (e.g. femmes au foyer)".
Je reconnais que le terme est très orienté, mais ne me l'attribuez pas !
avatar
Groucho
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 24
Date d'inscription : 21/07/2014

Re: Happy Men

le Mar 22 Juil 2014 - 0:29
C'est le soucis, le terme est très orienté mais il n'en existe pas d'autres.

J'avais bien compris que tu n' étais animé d'aucune mauvaise volonté, au delà des termes il y a le message et le reste du texte, ne t'inquiète pas. Wink 
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Happy Men

le Mar 22 Juil 2014 - 12:28
@Groucho a écrit:
@Nurja a écrit: J'ai finalement décidé d'ouvrir un nouveau sujet plutôt que de faire un HS. C'est ici qu'il faut cliquer.

Je peux pas lire la suite, mais le sujet de la linguistique m'intéresse.

Oui, on a eu un souci sur le forum. Nous essayons de rétablir cela, mais cela pédale un peu, donc il faudra sans doute du temps.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
Contenu sponsorisé

Re: Happy Men

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum