Derniers sujets
BonjourAujourd'hui à 11:52TortueHoi tout le monde! >u</Mar 19 Sep 2017 - 19:47Claire G.Nouveau débat public sur la PMAMar 19 Sep 2017 - 9:25erulelyaLe Dom Juan et la salope : pourquoi cette différence de traitement ? (Je sais pas si on l'on déjà posé celle là °^°)Lun 18 Sep 2017 - 22:10AppolineBla.Dim 17 Sep 2017 - 17:53AëlloonChansons féministesDim 17 Sep 2017 - 6:54AëlloonVidéos et films féministesSam 16 Sep 2017 - 17:45DihyaSauvons la Bibliothèque Marguerite Durand ! Ven 15 Sep 2017 - 19:53DihyaImpact des violences sexuelles sur la santé des femmesVen 15 Sep 2017 - 19:39Dihyaliens pour accueil ne fonctionne pas? Jeu 14 Sep 2017 - 21:19erulelyaBonsoirJeu 14 Sep 2017 - 17:11IridaceaSurvivante vs. victime (agression sexuelle)Mar 12 Sep 2017 - 10:451977"non-binaire" c'est quoi ?Dim 10 Sep 2017 - 15:04TortueC'est quoi "être une femme" ?Ven 8 Sep 2017 - 12:28mïelitie[Ressources] La transphobieVen 8 Sep 2017 - 10:32HopeyPrésentation Sychriscar :)Ven 8 Sep 2017 - 3:09AraignéePeggy SastreVen 8 Sep 2017 - 1:11Araignée[HS] Homosexualité chez les enfants d'un couple homosexuelJeu 7 Sep 2017 - 23:58AraignéeLa transmisogynie, qu'est ce que c'est?Mer 6 Sep 2017 - 0:19michekhenRugbyGirlDim 3 Sep 2017 - 0:49Administratricebonjour!Sam 2 Sep 2017 - 19:59AraignéeThe man-woman warsSam 2 Sep 2017 - 6:26ReikoPrésentationVen 1 Sep 2017 - 10:42FurèneLa santé pour les garçons fémininsMer 30 Aoû 2017 - 19:11Reiko[Article] Ruptures : pourquoi on reste avec eux ?Mer 30 Aoû 2017 - 16:14erulelyaSalon du livre lesbien et débat HERstory le 1er juillet 2017Mar 29 Aoû 2017 - 19:57Iridacea[Article] Les hommes hétérosexuels sont-ils aussi victimes de violence conjugale ?Mar 29 Aoû 2017 - 12:20chester DenisL'homosexualité au Japon Mar 29 Aoû 2017 - 6:00Reikocomment se proteger de la repression policiere/judiciere ?Lun 28 Aoû 2017 - 13:31TortueNouvelle venueSam 26 Aoû 2017 - 22:40AraignéeUn féminisme capitaliste ?Sam 26 Aoû 2017 - 1:58Black SwanTaylor Swift remporte son procès contre un DJ pour agression sexuelleSam 26 Aoû 2017 - 1:57Black Swan

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4513
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Mad Pride

le Sam 14 Fév 2015 - 0:16
J'aime bien ton texte et je suis largement d'accord. Je suis juste gênée par ce passage :
même pour les dépressifs qui ont demandé eux même leur hospitalisation ! (c'est vrai, sont trop dangeureux ceux là !)
En fait, la plupart des malades psy sont hospitalisé-e-s de leur plein gré, et c'est valable pour les psychotiques tout autant que pour les dépressifs/ives. C'est souvent que des personnes dépressives pointent le fait qu'elles, elles ne sont pas folles, mais je trouve ça problématique, dans le sens où c'est se désolidariser des autres malades psy (qui en réalité ne sont pas dangereux/ses non plus) en refusant de porter le même stigmate (ce que je comprends aussi, parce que le stigmate est lourd).

Ca me fait penser aussi à un discours déjà entendu (je ne dis pas que c'est ton avis), selon lequel on ne devrait pas hospitaliser ensemble les "simples dépressifs" et les "vrais fous/psychotiques". Pour ma part je pense que le/la plus fou/folle des schizophrènes paranoïaque est citoyen-ne comme les autres et que, à l'hôpital comme dans la cité, il est hors de question de l'isoler des autres humain-e-s, groupe auquel il/elle appartient pleinement. Et je défendrai bec et ongles s'il le faut le mélange des patient-e-s dans les structures du soin psychique.

Pour le reste, on est d'accord, Sarkosy a grandement contribué à détruire la psychiatrie, la relation soignant-e-s/soigné-e-s qui est à la base du soin, et donc le soin, tout en renforçant le stigmate et en proposant des aberrations (mettre un bracelet électronique à un-e psychotique, c'est s'assurer qu'elle/il sera de plus en plus paranoïaque, de plus en plus isolé-e-s du reste de l'humanité par sa peur (à juste titre !) et qu'il/elle se suicidera sans doute à court terme).

Réformer la psychiatrie, ç'aurait pu être une si bonne idée : remettre la confiance et le consentement du/de la patient-e au centre des priorités, abolir la contention par liens, l'isolement long et la médication forcée, lutter contre la stigmatisation, continuer à désaliéner la folie comme on l'a fait dans l'après-guerre, augmenter les places et le nombre de soignants, recréer la formation spécifique ISP (infirmiers/ères spécialisé-e-s en psychiatrie) qu'on a supprimée... Y a tellement de choses à faire, et non, on fait tout le contraire, on renvoie les malades à l'asile et au stigmate de "fous dangereux".



La seule chose qui me rassure, c'est d'entendre la voix de quantité de soignant-e-s qui continuent à prôner une psychiatrie du lien (lien de confiance, de soin, de parole, de présence), une psychiatrie de citoyen-nes (donc maître-sse-s de leur destin et à la base des choix les concernant), une psychiatrie de la confiance en l'autre et ses capacités, une psychiatrie de la liberté.

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Invité
Invité

Re: Mad Pride

le Sam 14 Fév 2015 - 11:35
Pour ma part, je pense pour avoir été hospitalisée plusieurs fois en HP, que le mélange des malades doit être " bien " fait. Ce n'est pas forcément en fonction de l'étiquette psychiatrique que l'ont doit regrouper les patients, mais en observant les effets bénéfiques ou néfastes de leur mélange.

Par exemple, quand j'ai été hospitalisée sur demande de tiers, j'ai atterri dans une unité psychiatrique lourde. J'étais entourée de malades lourds, et c'était très difficile de lutter contre leur " envahissement psychologique ", ils venaient me voir tous les jours, toute la journée pour me déverser leur passé traumatique et souvent aussi leur délire. C'est très perturbant, et ça n'a pas contribué à améliorer mon état, au contraire.

Donc je pense qu'il faut éviter de créer une spirale descendante, en mélangeant certains patients qui ne peuvent pas s'aider mutuellement. D'autre part, les patients arrivent parfois dans des états physiques qui sont très choquants (auto mutilation, violences familiales ou conjugales) et quand le soir on se déshabille pour dormir pas très loin de son voisin de chambre et qu'on voit une partie de son corps (par exemple ses jambes) pleine de blessures, c'est très dur, et ça peut traumatiser (ça m'est arrivé, et j'ai eu très peur).

D'autres malades sont très insultants, et agressifs, et ça aussi ça n'aide pas forcément ...

Je ne suis pas pour la ségrégation des malades selon leur diagnostique psy, évidemment, mais dans les hôpitaux, il y a vraiment de tout, et en tant que malade on peut être confronté à une réalité à laquelle on est pas du tout préparé, dans une période de grande fragilité qui plus est.

Par ailleurs, je suis contre la mixité en HP. J'ai vu ce que ça donne, et c'est dangereux. Vraiment. Les femmes malades psychiatriques étant plus victimes de viols et de violences sexuelles que la population féminine générale.

Tout ça n'est que mon point de vue, basé sur mon expérience. Après, il y a une très grande différence entre les centres d'accueil pour malade volontaire, et ceux où on enferme le HO, et HDT. J'ai fait les 2, et ce n'est clairement pas le même contexte.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4513
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Mad Pride

le Dim 15 Fév 2015 - 1:13
J'imagine un service où tou-te-s les patient-e-s seraient mélancoliques... pour remonter la pente, je pense qu'il y a mieux. Parce qu'une concentration de conversations qui ne tournent qu'autour des idées noires, ça doit pas aider (alors que saupoudrer l'ambiance de poésie schizophrénique, ça change tout).

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Invité
Invité

Re: Mad Pride

le Dim 15 Fév 2015 - 10:59
Disons je pense qu'il faut faire des " assortiments " de patients qui soient bien pensé, et surtout pas basés sur le principes de " ils ont le même profil, on va les mettre ensemble " ou de " bon ils sont tous tarés, aller hop ensemble les tarés ".
TW violences en HP:

Ma meilleure amie a déjà été en HP sur demande de 1/3, et elle s'est retrouvé dans la même chambre qu'une jeune femme suicidaire qui s'est pendue dans la chambre pendant la nuit.
Voilà, ce qu'il faudrait éviter.

Moi, je me suis retrouvée avec des personnes agressives, qui me jetaient des objets dessus et m'insultaient (insultes sexistes), puis avec une personne suicidaire qui faisait de l'automutilation (mais genre des trucs vraiment dangereux, pas juste de la scarification, elle attaquait les tendons quoi quand même), j'ai voulu aller aux toilettes parce que je ne supportais plus et dans les toilettes je suis tombée sur une femme que j'ai cru être en train de vomir, en fait non, elle se tapait la tête sur le rebord des toilettes, plus précisément les dents. Ça faisait un bruit horrible. Je suis retournée dans le couloir, ou je me suis faite engueulée par la surveillante de nuit, qui m'a demandé de retourner me coucher.
Le lendemain quand je suis allée faire pipi, y avait des dents au fond des toilettes.

Sans compter des patientes, plus légères, qui venaient raconter des histoires de maltraitance sordides, de viols, d'inceste etc ... Je n'arrivais pas à m'en sortir, et j'avais l'impression que mes jours dans cette prison étaient comptés.
J'étais arrivée désorientée, après un abus de substance, un peu agitée, et légèrement agressive après le personnel soignant (parce que je ne voulais pas être enfermée), j'étais suicidaire au bout de quelques jours entre ces 4 murs.

Donc oui pour moi, le mélange anarchique des patients, ou leur cloisonnement par diagnostique est tout à fait néfaste.
Et encore là, je ne parle pas de la violence des " soins " imposés, de la violence juridique lorsque les soignants signent à ta place les documents d'hospitalisation, les menaces de la part des soignants, ni des personnes enfermées ici qui n'ont rien à y faire (Parkinson, Alzheimer).

Un matin je me suis réveillée parce que je sentais quelque chose dans mon lit. C'était une grand mère, qui s'était collée contre moi, pour faire un câlin, elle était triste, parce qu'elle ne trouvait plus son dentier. C'était pas méchant du tout hun, mais j'ai eu une peur énorme.

Sans compter les affaires qui disparaissent alors qu'elles sont sous clés, le marché noir, le chantage du personnel au médicament, les interdictions totalement abusives (genre interdiction de lire, d'écouter de la musique, de faire des activités commune simple du style un scrabble, ou des perles ...), même avoir le journal ou des clopes, c'était hors de prix...
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Mad Pride

le Dim 15 Fév 2015 - 18:32
Quand j'ai appris il y a des années qu'on pouvait faire interner les gentes, j'ai eu peur qu'on m'interne de force (parce que j'ai pas confiance et que je sais que j'ai raison à ce sujet).

Je crois qu'il y a vraiment de quoi finir suicidaire quand on est témoin de ce que tu racontes Shun, j'aurais envie de devenir sourde, aveugle, muette et de ne plus rien sentir pour être coupée de ce monde.

Je pense à cette phrase : J'ai pas besoin de psy, je suis pas fou/folle. Avec une société aussi psychophobe et maltraitante il y a de quoi éviter à tout prix d'être catégorisé-e comme "fou/folle".

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
MaitreYoda
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 59
Date d'inscription : 15/02/2015

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 3:58
Aheum..

Dites...

C'est pas que je veuille faire mon emmerdeuse dès mon premier post, mais...

J'avoue que j'ai un peu grincé des dents en lisant les descriptions d'automutilation "super hardcore" comme étant vraiment ultra choquantes.

Je veux dire...

J'ai un bon gros passé d'automutilation aussi. Pas aussi harcore que vous décrivez, mais par contre, plusieurs amis à moi ont très largement fait dans le "hardcore" en la matière (je vous épargne les détails qui n'apporteraient rien à la discussion, mais vla. Ouais. Pas juste des coupures superficielles quoi). Et à certaines périodes, si quelqu'un voyait mes jambes, disons... C'était assez difficile de douter du fait que j'avais une relation assez fusionnelle avec les objets coupants, quoi, étant donné que sans exagérer, y avait plus de zones de croutes et de plaies à divers états de cicatrisation que de zone de peau intacte.

Disons... Je concois largement que ca puisse choquer quelqu'un qui ne s'est jamais automutilé, ou qui en est resté aux coupures ultra superficielles.
Et c'est humain, hein, pas de souci avec ca.

Mais la manière de parler des gens qui ont fait des gros trucs, comme étant "effrayants", ou ce genre de trucs... Ca me fait un peu mal au bide pour eux, là, en fait.

Disons... J'imagine que si l'un/e d'entre eux tombait sur ce post, il/elle se dirait "Ouais ok, ben si je croisais ces gens, je leur ferais peur". Et euh... Outch, quoi.

C'est pas exactement fun de lire la peur dans le regard de l'autre.
C'est même vachement stigmatisant, en fait :/

Et j'ai envie de poser une question peut-être un peu "bête", mais... Pourquoi avoir peur de quelqu'un qui a les jambes ou les bras couverts de coupures ? Jveux dire... S'automutiler, c'est à soi même qu'on le fait hein... Pas à son voisin de chambre ou à la personne qu'on croise dans le bus...
avatar
Drärk
Amazone
Amazone
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 4:49
Salutations MaitreYoda, si tu es passée sur la page d’accueil, tu auras sans doute remarqué qu'il faut se présenter avant de poster (c'est écrit en violet, seule couleur de la page, plutôt en haut et en gras, on peut pas louper la phrase).

Il peut être très flippant de constater qu'une personne se taillade jusqu'aux tendons, tout comme je sais qu'il est pas fun de lire la peur ou le jugement dans le regard des autres, voire carrément les entendre juger à voix haute (on m'a déjà sorti un "faut pas faire ça, c'est pas bien", alors que ça cicatrisait depuis plus de 3 mois, la personne s'en est aperçu alors que je portais continuellement manches longues et mitaines, un instant d'égarement où j'ai relevé mes manches...). Surtout en milieu HP, je n'y ai jamais séjourné mais on m'en a suffisamment parlé pour que je comprenne que c'est pas safe pur les personnes qui y vont. Et quand on va pas bien, quelque soit la raison, voir des blessures d'auto-mutilation peut vraiment faire mal. Mais c'est pas la faute de la personne en face.

Il m'est arrivé de constater une entaille profonde sur le bras de mon ex, et je l'ai cru (sans doute parce que je voulais pas mettre en doute ce que je prenais quand même un mensonge) quand il m'a dit que c'était accidentel. Possible qu'il avait peur que je le juge, c'était légitime. Je l'ai pas engueulé quand il m'a finalement dit la vérité, je me suis sentie impuissante, parce que me faire mal était une chose, mais voir une personne à qui on tient se faire mal c'est très dur aussi. J'ai vécu les deux points de vue, y compris pour les crises d'angoisse et le fait d'être au fond du trou et d'avoir envie de disparaître, je dirai qu'aucune des positions n'est enviable.

Il y a un topic sur le forum où on peut parler de suicide, et des détails qui vont avec. C'est pas interdit et les personnes qui s'auto-mutilent ont la parole sur ce forum.

Cependant il y a des personnes qui réagissent à ces propos, et c'est pas pour silencier ou juger, c'est juste qu'elles y sont sensibles, par empathie notamment.
Nous utilisons les balises /spoiler/ et l'acronyme TW (trigger warning), et on écrit en orange en quoi c'est un TW. Si c'est un topic axé sur le témoignage, c'est généralement indiqué dans le titre.

A titre personnel je ne pourrais pas gérer d'être en présence de personne qui se mutilent ou ont des blessures profondes, ce serait pas par jugement, ce ne serait pas une peur à proprement parler mais je suis très empathique, et encore très abîmée. J'ai une personne de ma famille qui s'est scarifiée, elle peut m'en parler, je l'ai pris au sérieux et je n'ai pas peur d'elle.

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
Invité
Invité

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 9:48
Je pense pour le coup que c'est différent d'être avec une personne qui se mutile, ou avec une personne qui s'est mutilé. Je pense MaitreYoda (ah bon c'est plus Jabba le hutt ?), que tu approuveras le fait qu'être en présence d'une personne durant sa mutilation est quelque chose de très difficile à gérer; c'est différent de s'être mutilé de façon hardcore, que de se mutiler face à des personnes en HP de façon hardcore.

Cela dit, j'avoue qu'à la relecture, je partage ton mal-être. Oh, je ne dis pas qu'il n'y a pas de soucis dans les HPs, on a des vécus totalement différent, voire carrément en opposition, mis aux mêmes endroit, y a des abus des infirmiers et de l'administration etc.
Seulement, l'idée de "regrouper" par "degré" ça me donne pas mal l'impression d'un "on va dire que vous vous êtes pas fou, mais eux si, donc vous on vous sépare, et eux, on les recalle ensemble". :/
MaitreYoda
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 59
Date d'inscription : 15/02/2015

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 10:09
(Désolée pour la non présentation, j'avais à vrai dire pas l'intention de poster hier soir, je comptais juste faire un petit tour et lire, mais ce sujet m'a fait réagir, un peu impulsivement, vu qu'il me touche pas mal ^^)

(Bah, Jabba est un peu épuisé, laissons la place à MaitreYoda. Mais bien vu, c'est bien moi ^^).

A vrai dire, ce qui m'a fait réagir, c'est principalement le mot "peur", qui revenait plusieurs fois.

Pas dans le but de juger les gens qui ont "peur" face à une personne qui s'automutile, mais parce que j'avais envie de questionner / faire remarquer le fait que la PEUR, face à une personne qui au final ne fait de mal qu'à elle-même, c'est possiblement pas la réaction la plus adéquate au monde.

Et disons... Elle est bien dictée par les préjugés sur l'AM, cette peur : on n'a pas PEUR face à quelqu'un qui fume clope sur clope par exemple, alors que niveau dégats à long terme sur la santé, c'est pas plus anodin que d'aller se titiller les tendons (ahah, regardez qui parle, en terme de clope, aussi, d'ailleurs. Hum ^^)...

Bien sur, ca parait weird à quelqu'un qui ne se coupe pas. Mais pourquoi est-ce que c'est la peur qui domine ?

J'ai bien ma petite hypothèse, hein, en terme de "non mais faut être complètement cinglé pour se couper, et si on est cinglé à ce point on est forcément dangereux", quoi. Un truc du genre, le bon vieux préjugé sur "problèmes psy = dangerosité".

Entendons nous, je ne dis pas que les personnes qui ont répondu sur le sujet en évoquant la "peur" face à l'automutilation sont des gens qui rabaissent les personnes avec des soucis psy, hein. Juste bah... C'est tellement martelé partout, cette image là, que ca s'imprègne... Y compris souvent parmi les gens qui ont des souci psy, d'ailleurs.

Erf, j'suis pas sure d'être ultra claire dans mon discours, là ?

C'est compréhensible, ce que je dis ?
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4513
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 10:18
Assez d'accord avec Jonas...

Peut-être aussi que si on est si choqué-e-s à la vue de personnes s'auto-mutilant, c'est au moins en partie par intériorisation du stigmate portant sur les malades psy.

Parce que bon, dans l'absolu, être choqué-e par l'état des autres patient-e-s, c'est le risque dans toute section d'un hôpital, non ? Pourquoi c'est plus souvent souligné en HP qu'ailleurs ?

(J'ai écrit en même temps que MaîtreYoda, et pour écrire un peu la même chose...)

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 10:37
Je pense que c'est tout à fait normal d'être grandement choqué-e par de graves blessures.

La clope, les effets ne sont pas visibles au quotidien, c'est donc normal que ça ne choque pas. Par contre je pense que n'importe qui qui fait un tour dans un service où sont soigné-e-s des gens atteints du cancer du poumon, sera très choqué.

Peut-être aussi que si on est si choqué-e-s à la vue de personnes s'auto-mutilant, c'est au moins en partie par intériorisation du stigmate portant sur les malades psy.

Parce que bon, dans l'absolu, être choqué-e par l'état des autres patient-e-s, c'est le risque dans toute section d'un hôpital, non ? Pourquoi c'est plus souvent souligné en HP qu'ailleurs ?
Je pense que parce que pour quelqu'un "d'extérieur", s'auto-mutiler (surtout de cette façon hyper violente) est quelque chose d'incompréhensible.
Enfin, moi, les scènes décrites par shun me semblent horribles. Parce que c'est des personnes qui souffrent tellement qu'elles s'auto-détruisent. Et je pense qu'il n'y a rien de pire que des personnes que d'assister à ça.

Et franchement, c'est pas la stigmatisation qui prédomine. C'est l'empathie, là. On souffre pour ces gens, et on se demande quel doit être leur niveau de souffrance mentale pour qu'iels en arrivent à ce point.

Moi je trouve ça terrible. Je suis contre la stigmatisation des personnes ayant des maladies mentales, mais je ne trouve pas que ça doit vouloir dire qu'après tout, les maladies mentales ne signifient pas souffrance et désespoir. Franchement, non, je vais pas trouver que quelqu'un qui s'auto-mutile jusqu'au tendon fait juste un truc "weird"... Non.

Je continuerai d'être choquée par le désespoir intense de ces personnes.

MaitreYoda
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 59
Date d'inscription : 15/02/2015

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 10:53
Ouaip, après c'est différent avoir peur POUR quelqu'un, et avoir peur DE quelqu'un :/

Pour le coup quand je lisais les posts parlant de "J'ai vu l'état des jambes de mon voisin de chambre, du coup j'ai eu super peur", j'ai plus eu une impression de peur DE son voisin que de peur POUR son voisin.

A tort peut-être, d'ailleurs, hein.


Dernière édition par MaitreYoda le Lun 16 Fév 2015 - 11:25, édité 1 fois
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 11:07
Réputation du message : 100% (1 vote)
Ben ouais, mais comme je disais, je pense que c'est normal d'avoir peur face à de grosses blessures... infligées par soi-même ou dans d'autres circonstances.
Enfin, je sais que c'est le genre de visions que j'ai du mal à supporter... et je ne pense pas être la seule.
Le côté "auto-destruction" en rajoute à mon sens, parce qu'en plus, il y a un comportement difficilement compréhensible pour une personne extérieure.

J'ai aussi l'impression que dans le cas de maladies (en général, pas seulement mentales), la peur DE [en général : d'avoir aussi cette maladie un jour, ou qu'un proche à nous l'ait] et la peur POUR [empathie] se mêlent.

Je veux dire, comme je disais : je pense qu'aller dans un service rempli de personnes atteintes du cancer, fait aussi très peur. Je pense pas que c'est lié à de la stigmatisation.
avatar
Invité
Invité

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 11:19
Sauf que dans le cas des troubles psys, il y a de façon récurrente la "peur de la personne". Comme si une personne qui s'AM allait forcément attaquer la personne à côté d'elle.
Et cette peur-là, en effet (que je comprends qu'elle ait ressenti, à la relecture, même si pas sur que ce soit ce qui ait été dit)... elle est pas juste.
MaitreYoda
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 59
Date d'inscription : 15/02/2015

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 11:29
Disons... Pour donner un exemple de ce que donne la peur DE la personne :

Un pote s'est fait refuser un poste de mono dans une colo. Parce qu'il avait des cicatrices (pourtant anciennes) d'AM.
Parce que "quand on s'AM, on n'est pas qqun de responsable, alors lui confier des enfants..."

Un ami proche a passé très très près de se faire virer de sa formation. Parce qu'il s'était AM en voyage d'étude, et que ca s'était su. Et qu'il fallait "protéger les autres étudiants de cette situation". Si ses parents et son psy n'avaient pas été à 100% derrière lui, il jartait...

Des exemples comme ça, je pourrais en citer encore pas mal d'autres.

Voilà pourquoi je réagis assez fortement quand on met dans la même phrase "peur" et "automutilation".
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 11:40
Ah oui ! Là je comprends tout à fait, Maître Yoda.
Je trouve ça absolument dégueulasse.
D'ailleurs, je me demande si légalement c'est pas interdit. C'est de la discrimination.

avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4513
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 12:53
Je ne pensais pas que ça allait aussi loin (et pourtant, je m'AM aussi...).

Ce que tu racontes Maître Yoda, je l'ai souvent vu vis à vis non de l'AM, mais de l'usage de drogues illicites (ça peut aller jusqu'au placement des enfants, non pas parce qu'ils/elles sont maltraité-e-s ou délaissé-e-s, mais simplement sur base de "les parents consomment des drogues illicites").

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
MaitreYoda
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 59
Date d'inscription : 15/02/2015

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 13:31
C'est malheureusement fréquent, ouais. Que ca soit vis à vis de l'AM, vis à vis de la consommation de drogues, ou vis à vis des problèmes psy de manière générale : ca fait peur, donc la société projette sur les personnes concernées une prétendue "irresponsabilité"...

Sans vérifier plus loin que ca.

Parce que bon. Que y ait un peu une "vérification" des conditions de vie des enfants quand les parents sont dans une situation difficile : soit, c'est assez logique, et quelque part c'est important pour la protection de l'enfance.

Par contre, que d'emblée y ait une méfiance, et que tout soit interprété à la lumière de cette méfiance, ca craint vraiment.

Parce que bon. Si on veut observer des signes que qqun est un "mauvaise parent", on les trouves. Toujours. Parce que y a aucun parent parfait.
Donc si on va avec tout plein d'a priori vérifier la situation d'un enfant, on va FORCEMENT trouver des "signes inquiétants". Dans toutes les familles, en fait.
Mais on ne va vérifier avec ces a priori là que dans les familles déjà stigmatisées.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4513
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 14:16
Ca me fait penser à un truc que j'ai parfois entendu, et qui personnellement me blesse énormément (surtout quand ça sort de la bouche de quelqu'un que j'aime et estime, par exemple une infirmière psy amie de longue date de ma famille...) :

"Les toxicomanes, ils tueraient père et mère pour une dose."

Outre que c'est sous-entendre des choses ignobles vis à vis de ce que je pourrais faire à mes parents, c'est ultra-stigmatisant et absolument faux, bien sûr. On ne dirait pas ça d'un-e diébétique ("elle/il tuerait père et mère pour son insuline") alors que dans l'absolu, le/la diabétique aurait une raison supplémentaire à commettre un tel meurtre : sa vie en dépend ! Alors que bon, le manque d'héroïne, c'est très désagréable*, mais il n'y a pas de risque vital.

*Même si là aussi, c'est souvent exagéré dans les représentations qu'on en donne. Le syndrome de sevrage aux opiacés, c'est plus ou moins les mêmes symptômes qu'une grosse grippe : courbatures, fièvre, nez qui coule, fatigue, difficulté à dormir, douleurs de dos , diarrhée, nausée, vomissements. Pas de quoi tuer ses proches.

Mais en plus, ce que ce genre de préjugés risque d'amener, c'est dans le cas où effectivement un-e héroïnomane en viendrait à tuer son père et/ou sa mère.... Parce qu'après tout, ça peut arriver, dans le même pourcentage de risques que chez les non-héroïnomanes. Si l'assassin de son/ses parent-s n'est pas UD*, alors juge, avocats, procureur, journaliste, psy, etc, se demandent forcément "qu'est-ce qui l'a poussé-e à ce geste ? Quelles sont les potentielles circonstances atténuantes (parents maltraitant, incestueux/ses, violent-e-s, etc...) ? Dans quelle mesure est-ce qu'il peut s'agir d'un accident plutôt que d'un meurtre ?"
Mais si l'assassin est UD, il y aura de fortes chances pour que ces questions soient moins creusées, voire pas abordées du tout. Il/elle a tué son père/sa mère ? Pourquoi ? Ben parce qu'elle/il est "toxico" pardis !
Alors que si on remplace "être toxico" par "avoir la grippe", l'absurdité du raisonnement saute aux yeux.
Il/elle a tué son père/sa mère ? Pourquoi ? Ben parce qu'elle/il avait la grippe, pardis !



*UD : usager/ère de drogue(s). Ca a l'avantage d'être non stigmatisant et de ne pas sous-entendre que tout-e UD est dépendant-e, contrairement à "addict-e" ou pire "toxicomane" (qui en plus sous-entend qu'on s'auto-empoisonne, alors que bon... si je voulais me tuer, c'est pas de l'héro que je prendrais, mais plutôt du cyanure ou de la ciguë), sans compter les "toxico" (quand un médecin et/ou "spécialiste" utilise ce terme, méfiance ! Voir par exemple le psychiatre Francis Curtet...) et "junky" (qui signifie tout bonnement "déchet". J'avais un voisin - prof et traducteur d'anglais en plus - qui utilise constamment ce mot-là. Et qui d'ailleurs me méprise assez ouvertement).
Par extension UDVI = usager/ère de drogue(s) par voie intraveineuse.


EDIT : Sinon, ça fait quelques temps que j'ai très envie d'aller à la piscine, mais que je n'ose pas, par peur du regard des gens sur moi. Je crains même qu'on me foute dehors. Mes jambes ressemblent à des champs de batailles, entre les marques dues à l'AM (brûlures et coupures) et celles dues aux injections (traces de piqûres le long des veines, ce que les anglophones appelle le "trainspotting" et qui a donné son nom à un film célèbre, nombreux hématomes, cicatrices d'abcès et de petites nécroses, varicosités...). Sans compter mes poils qui moi ne me gênent pas, mais qui risquent d'attirer encore plus le regard et les jugements...


Dernière édition par Araignée le Lun 16 Fév 2015 - 14:34, édité 2 fois

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
erulelya
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1767
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 15:31
Ils acceptent les combinaison comme celles de 1900 ?

_________________
"Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson" – Rebecca West
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4513
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 16:11
Aucune idée. Mais je me vois très mal en combinaison non plus...

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Invité
Invité

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 17:45
Antisexisme a écrit:Je continuerai d'être choquée par le désespoir intense de ces personnes.

D'un autre côté... les cicatrices peuvent dater de quelques années, le mal-être ne plus être d'actualité, ou encore la personne peut vivre avec un handicap psychique et recourir à l'AM sans avoir besoin d'attention par rapport à ça.
Si une personne est en fauteuil roulant, elle a plus besoin qu'on milite pour que les lieux publics lui soient accessibles plutôt qu'on lui dise "la pauvre", la réduisant à cela... (juste un exemple pour tenter d'expliquer mon propos, sans douter du bien fondé de ta compassion).

Quand je lis les derniers posts je me dis que je ne pourrais jamais rencontrer certaines membres ou alors seulement avec des gants. C'est d'ailleurs pour ça que beaucoup se mutilent à des endroits non visibles ou passent un temps non négligeable à chercher des moyens de le cacher quitte à porter des manches longues quand il fait 35 degrés.

Je comprend le choc, et quelque part heureusement qu'il existe sinon nous ne serions plus humain-es. Cependant ce truc dégueulasse et si peu regardable, ces choses honteuses à cacher, c'est une partie de mon corps, une partie de ma vie et le prix enduré pour faire partie du monde des vivants, les vestiges d'un combat dont je souhaite sortir vainqueure, le nier, c'est nier ce pour quoi je ne suis pas dans une boite en bois. Aussi la commodité d'autrui... j'ai du mal à comprendre en quoi ça me concerne.
Au delà de l'empathie n'est-elle pas là aussi car on est habitué à des représentations lisses dans l’esthétique du corps humain ?
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4513
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 19:07
Réputation du message : 100% (1 vote)
A propos du post de Shun, je me dis qu'il y a vraiment un sérieux problème.

Je veux dire... Si on interne les gens contre leur gré, c'est en principe parce qu'ils/elles sont considéré-e-s comme dangeureux/ses pour elles/eux-mêmes (ou pour les autres mais c'est rarissime).
Or si on interne ces gens contre leur gré, mais qu'ils et elles se retrouvent à se mutiler en se coupant profondément ou à se cogner la bouche au point de se casser les dents ou même à se pendre sans que personne ne soit là pour les en empêcher et résoudre le problème à la base de ces actes (c'est à dire l'angoisse ou le mal-être si forts que se faire très mal physiquement apaise la douleur psychique), c'est qu'il y a un sérieux problème : l'hôpital ne répond plus au besoin de pourquoi il est là. Oui, je sais, manque de moyens, manque de personnel, tout ça. Mais dans ce cas, pourquoi continuer à hospitaliser des gens contre leur gré si l'hôpital ne peut même pas leur apporter la sécurité vis à vis d'elle/eux-mêmes ? Alors que bon, même avec peu de personnel et de moyens, il est quand même possible, je pense, de réduire cette douleur d'exister, au minimum suffisamment pour que personne n'en arrive à de tels actes (médication, et puis, rêvons un peu, contention humaine, présence de quelqu'un pour écouter et recevoir cette douleur, etc).
Je trouve d'une aberration sans limite que d'un côté, la contention par liens et l'isolement existent encore, ainsi que la médication forcée et l'internement d'office ou à la demande d'un tiers, mais que dans le même temps, à l'hôpital même, on laisse des gens se mutiler gravement ou se suicider...


Ainsi l'HP ne serait plus qu'un lieu où l'on enferme les gens pour protéger les autres, c'est à dire un asile à la sauce 19ème siècle ? Un lieu sécuritaire mais même pas un minimum sécurisant...

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Invité
Invité

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 19:53
C'est clair...

Je crois que c'est le bordel et que il y a de tout et que c'est une question de chance, de hasard, de fric et parfois de géographie (c'est à dire des moyens dont dispose la région, donc encore de fric ; parce qu'on cache aux patient-es qu'ielles ont le droit de changer d'établissement hors de leur secteur).

[TW suicide et tout ça]

Tout ça pour dire : les abus de contention et d'iso ça existe aussi et c'est tout aussi condamnable que la négligence. Lors d'une même hospi, enfermée en iso j'ai été témoin des cris que poussaient toute la journée certains qui voulaient sortir, et quand je suis sortie ça a été pour apprendre qu'une personne s'était pendu dans le parc, alors qu'elle était dans un cadre d'hospi beaucoup plus libre (logé dans le parc, carrément moins de surveillance etc).

[/TW]

Tout le monde sait que le mélange des patient-es est maltraitant ; la seule raison pour laquelle il existe c'est le manque de moyens et le peu de considération qu'on porte à la santé mentale (d'où le manque de moyens), tout simplement.

(Après ce que tu as dit par rapport aux psychoses je l'ai moi-même constaté et je suis d'accord).
avatar
Arrakis
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1806
Date d'inscription : 29/02/2012

Re: Mad Pride

le Lun 16 Fév 2015 - 20:03
Réputation du message : 100% (1 vote)
Pour la peur de l'auto mutilation grave, je l'ai ressentie pour des proches, des proches (souvent les mêmes) l'ont ressentie pour moi... Et c'est tout à fait compréhensible quand on est seule avec la personne, qui n'est manifestement pas "aidée" par le personnel, je pense.
C'est mettre entre les mains d'un-e patient-e la sécurité d'un-e autre patient-e, la rendre de fait responsable de la vie de l'autre.
Je comprends que la description en termes de peur soit choquante / blessante ceci dit, mais le contexte "fait tout" pour engendrer cette réaction (la surprise, le poids de la responsabilité sus-citée, etc).

Ca me semble beaucoup plus compréhensible que les gens qui viennent poser des questions super personnelles et formuler des jugements à l'emporte pièce parce qu'ils ont vu les marques sur la peau d'une personne, pour comparer (je ne sais pas si ça vous est arrivé... Ca doit être le cas aussi pour les symptômes psychologiques je pense, j'ai également quelques souvenirs là-dessus).

EDIT : ça me fait bizarre de répondre là alors que depuis plusieurs pages, shun n'a pas répondu, qu'elle n'a donc pas pu préciser sa pensée/son contexte etc. Ca fait partie du "fonctionnement" d'un forum mais ça me titille un peu.


Dernière édition par Arrakis le Lun 16 Fév 2015 - 20:06, édité 1 fois

_________________
gnome-troll-ver des sables - Classe : Hermaphrodite mystique
Dextérité : 1, Perception des trucs utiles : 2, Perception des trucs inutiles : 22
Contenu sponsorisé

Re: Mad Pride

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum