Derniers sujets
C'est quoi le Masculinisme?Dim 24 Sep 2017 - 18:49michekhenliens pour accueil ne fonctionne pas? Dim 24 Sep 2017 - 17:04michekhenVidéos et films féministesVen 22 Sep 2017 - 13:04Black SwanThe man-woman warsVen 22 Sep 2017 - 7:05ReikoHoi tout le monde! >u</Jeu 21 Sep 2017 - 19:01Appoline[Article] Grossesse : au moins 7 bonnes raisons (scientifiquement prouvées) de ne pas s'inquiéterJeu 21 Sep 2017 - 16:24IridaceaBonjourJeu 21 Sep 2017 - 11:52TortueNouveau débat public sur la PMAMar 19 Sep 2017 - 9:25erulelyaLe Dom Juan et la salope : pourquoi cette différence de traitement ? (Je sais pas si on l'on déjà posé celle là °^°)Lun 18 Sep 2017 - 22:10AppolineBla.Dim 17 Sep 2017 - 17:53AëlloonChansons féministesDim 17 Sep 2017 - 6:54AëlloonSauvons la Bibliothèque Marguerite Durand ! Ven 15 Sep 2017 - 19:53DihyaImpact des violences sexuelles sur la santé des femmesVen 15 Sep 2017 - 19:39DihyaBonsoirJeu 14 Sep 2017 - 17:11IridaceaSurvivante vs. victime (agression sexuelle)Mar 12 Sep 2017 - 10:451977"non-binaire" c'est quoi ?Dim 10 Sep 2017 - 15:04TortueC'est quoi "être une femme" ?Ven 8 Sep 2017 - 12:28mïelitie[Ressources] La transphobieVen 8 Sep 2017 - 10:32HopeyPrésentation Sychriscar :)Ven 8 Sep 2017 - 3:09AraignéePeggy SastreVen 8 Sep 2017 - 1:11Araignée[HS] Homosexualité chez les enfants d'un couple homosexuelJeu 7 Sep 2017 - 23:58AraignéeLa transmisogynie, qu'est ce que c'est?Mer 6 Sep 2017 - 0:19michekhenRugbyGirlDim 3 Sep 2017 - 0:49Administratricebonjour!Sam 2 Sep 2017 - 19:59AraignéePrésentationVen 1 Sep 2017 - 10:42FurèneLa santé pour les garçons fémininsMer 30 Aoû 2017 - 19:11Reiko[Article] Ruptures : pourquoi on reste avec eux ?Mer 30 Aoû 2017 - 16:14erulelyaSalon du livre lesbien et débat HERstory le 1er juillet 2017Mar 29 Aoû 2017 - 19:57Iridacea[Article] Les hommes hétérosexuels sont-ils aussi victimes de violence conjugale ?Mar 29 Aoû 2017 - 12:20chester DenisL'homosexualité au Japon Mar 29 Aoû 2017 - 6:00Reikocomment se proteger de la repression policiere/judiciere ?Lun 28 Aoû 2017 - 13:31TortueNouvelle venueSam 26 Aoû 2017 - 22:40Araignée

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Roxappho
Hystérique
Hystérique
Messages : 429
Date d'inscription : 23/02/2012
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mer 28 Mar 2012 - 22:09
Numa a écrit:Mais je sens qu'on arrivera pas à s'entendre sur ce point (je suis même pas sûr qu'on arrive forcément bien chacun à appréhender le point de vue de l'autre), peut-être qu'il vaut mieux se borner à constater notre divergence et ne pas gaspiller trop d'électrons.
C'est clair qu'il y a un problème de compréhension.

Je fais quand même une tentative...

Indépendamment du seuil au-delà duquel on se met à parler d'intersexualité, il me semble que les 45% en question doivent quand même nous faire réaliser que la bicatégorisation h/f est une façon assez réductrice d'interpréter la diversité des individus.
Mais pourquoi à tous prix vouloir voir une intersexualité dans ces 45%?

Numa a écrit:Indépendamment du seuil au-delà duquel on se met à parler d'intersexualité, il me semble que les 45% en question doivent quand même nous faire réaliser que la bicatégorisation h/f est une façon assez réductrice d'interpréter la diversité des individus.
Personnellement, ça me fait surtout dire que les critères d'identification sont mauvais.

Illustration de saison...
Si tu intègres le fait d'avoir voté Sarkozy en 2007 au second tour parmi les critères pour dire que quelqu'un est de droite. Tu vas classer dans les centristes tous les abstentionnistes de droite et tous ceux de droite qui ne voulaient vraiment pas de lui et ont préféré voter Royal..
Ca serait absurde en soi.

Numa a écrit:Sérieusement, le seul truc que je trouve foncièrement dangereux, c'est d'accorder de l'importance à l'appartenance d'un individu à telle ou telle catégorie, et que les autres seraient forcément des sous-quelque chose.
C'est pourtant sur le fond ce que tu fais en insistant sur cette intersexualité.

Numa a écrit:Globalement je suis d'accord : les critères que tu énonces sont ceux (et les seuls) qui me paraissent pertinents. En l'absence de problème physique causé par l'anomalie, il ne me paraît pas justifié d'intervenir.
Par développement, je n'entends pas forcément que le développement physique.
Je n'ai pas d’exemple qui me vienne en tête, je resterai floue en disant quelque chose qui peut être à la base de complexes, jouant sur l'assurance personnelle ou l'image de soi. Mais mon avis ne change pas, il revient aux parents de décider décision quelle est la meilleure chose pour l'avenir de leur enfant.

Numa a écrit:Je dois avoir une définition du troll plus restrictive que la tienne.
Ce n'est pas moi, comme précisé, ce sont les vieux utilisateurs de UseNet. Je n'étais pas vieille à cette époque.

_________________
Plus là...

Définitivement !
Déconstruire
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 293
Date d'inscription : 05/11/2011
http://survivrealaprostitution.blogspot.com/

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Jeu 29 Mar 2012 - 0:02
Je m'incruste :
Roxappho a écrit:
Numa a écrit:Indépendamment du seuil au-delà duquel on se met à parler d'intersexualité, il me semble que les 45% en question doivent quand même nous faire réaliser que la bicatégorisation h/f est une façon assez réductrice d'interpréter la diversité des individus.
Personnellement, ça me fait surtout dire que les critères d'identification sont mauvais.
Illustration de saison...
Si tu intègres le fait d'avoir voté Sarkozy en 2007 au second tour parmi les critères pour dire que quelqu'un est de droite. Tu vas classer dans les centristes tous les abstentionnistes de droite et tous ceux de droite qui ne voulaient vraiment pas de lui et ont préféré voter Royal..
Ca serait absurde en soi.
Pour continuer dans cette analogie, je crois que ce qu'on veut dire ici c'est : est-il pertinent de classer les gens comme étant de droite ou de gauche ? Ne vaut-il pas mieux considérer les opinions/caractéristiques d'un individu une par une sans vouloir forcément faire rentrer l'ensemble dans une catégorie ? Puisqu'il y a peu de chances que les gens adhèrent/correspondent entièrement et sans condition à des idées/caractéristiques d'un côté. Pour être politiquement valable faut-il forcément se dire de droite ou de gauche ou d'une des catégories politiques prédéfinies ? Pour être un humain valable faut-il forcément être masculin ou féminin ? Forcer les gens à se dire d'un côté ou de l'autre c'est faire abstraction de leurs caractéristiques qui n'y rentrent pas, c'est prédéfinir des catégories "valables" auxquelles il faut se conformer, dire qu'il n'y a pas d'alternative et ainsi se fermer à tout le reste qui peut pourtant être tout aussi précieux, c'est devoir faire des généralisations potentiellement dangereuses pour ceux qui sortent du moule.

Roxappho a écrit:
Numa a écrit:Sérieusement, le seul truc que je trouve foncièrement dangereux, c'est d'accorder de l'importance à l'appartenance d'un individu à telle ou telle catégorie, et que les autres seraient forcément des sous-quelque chose.
C'est pourtant sur le fond ce que tu fais en insistant sur cette intersexualité.
Je crois que là où vous ne vous comprenez pas, c'est que tu dis que qualifier quelqu'un d'intersexe signifie en faire un "sous-quelque chose", puisque tu considères que les seules catégories valables sont "homme" et "femme" : tout ce qui n'est pas l'un ou l'autre forcément plus ou moins un ratage. Alors que puisque Numa remet en question la pertinence des seules catégories "homme" et "femme", il considère "intersexe" comme étant sur le même plan, tout aussi légitime, pas comme "un homme raté" ou "une presque femme".

J'ai peur d'être bien confuse, je vais me coucher clown
avatar
Invité
Invité

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Jeu 29 Mar 2012 - 0:39
Roxappho a écrit:
Indépendamment du seuil au-delà duquel on se met à parler d'intersexualité, il me semble que les 45% en question doivent quand même nous faire réaliser que la bicatégorisation h/f est une façon assez réductrice d'interpréter la diversité des individus.
Mais pourquoi à tous prix vouloir voir une intersexualité dans ces 45%?
Non, justement, je ne tiens pas plus que ça à y voir une intersexualité. Je trouve juste que ça prouve qu'une fois qu'on a dit que telle personne était un homme ou un femme, bah au fond on n'a pas dit grand chose, tellement il y a de variation au sein de chacun de ces deux groupes, les variations au sein d'un groupe pouvant même être plus importantes que l'écart entre les groupes. Je trouve que ça devrait vachement relativiser la pertinence et l'importance de catégorisation h/f.

Si tu intègres le fait d'avoir voté Sarkozy en 2007 au second tour parmi les critères pour dire que quelqu'un est de droite. Tu vas classer dans les centristes tous les abstentionnistes de droite et tous ceux de droite qui ne voulaient vraiment pas de lui et ont préféré voter Royal..
Ca serait absurde en soi.
Oui. Pour reprendre ta comparaison et continuer son mon point précédent, ça prouve que si je veux vraiment savoir quelque chose sur les idées politiques de quelqu'un, j'apprendrai pas grand chose en lui demandant s'il est de gauche ou de droite, donc je ferais mieux de lui poser des question plus précises que de perdre du temps avec ce concept gauche/droite un peu réducteur. Surtout que sur certains points précis je peux être plus d'accord avec quelqu'un de droite qu'avec quelqu'un de gauche même si généralement je suis vachement à gauche. À part ça, je souhaite pas coller l'étiquette centriste à un maximum de gens, juste reconnaître la diversité qui existe.
avatar
Roxappho
Hystérique
Hystérique
Messages : 429
Date d'inscription : 23/02/2012
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Jeu 29 Mar 2012 - 22:53
Voilà encore l'illustration du fait que ça ne puisse aller nulle part dans cet "échange".
Je parle de validité de critères d'identification, on me répond diversité et pertinence de l'identification.
Autant cuire des noix dans une chaussette...

De là à se poser la question de savoir si c'est pertinent de dire qu'on a une femme en face quand il s'agit d'un individu XX, ayant eu des enfants, etc... sous prétexte qu'elle ait une atrophie, une hypertrophie ou des taux hormonaux sortant d'un standard des taux habituels chez les femmes, ça me parait absurde.
Quant à y voir une intersexualité, ça me parait tenter de transposer au niveau biologique la théorie queer, alors que ce n'est pas du tout son domaine d'application.

Donc à ce rythme là, on ira nulle part dans le dialogue.

_________________
Plus là...

Définitivement !
avatar
Invité
Invité

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Jeu 29 Mar 2012 - 23:10
Roxappho a écrit:Je parle de validité de critères d'identification, on me répond diversité et pertinence de l'identification.
Bah, les deux me paraissent liés : si beaucoup de critères qui paraissent naturels ne sont en fait pas si valide que ça, ça veut peut-être dire que la bicatégorisation n'est pas forcément si pertinente que ça. Et il se trouve que c'est la question qui m'intéresse, de savoir si cette catégorisation est fondée et utile, plutôt que de savoir sur quels critères l'opérer.

De mon côté je vais en rester là, pas d'animosité où quoi que ce soit mais j'ai l'impression que ça fait quelques messages qu'on avance plus et qu'on a, comme tu le soulignes, du mal à parler de la même chose.
avatar
Roxappho
Hystérique
Hystérique
Messages : 429
Date d'inscription : 23/02/2012
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Jeu 29 Mar 2012 - 23:24
Numa a écrit:
Roxappho a écrit:Je parle de validité de critères d'identification, on me répond diversité et pertinence de l'identification.
Bah, les deux me paraissent liés : si beaucoup de critères qui paraissent naturels ne sont en fait pas si valide que ça, ça veut peut-être dire que la bicatégorisation n'est pas forcément si pertinente que ça. Et il se trouve que c'est la question qui m'intéresse, de savoir si cette catégorisation est fondée et utile, plutôt que de savoir sur quels critères l'opérer.
Bin, non, ce n'est pas forcément lié.
Si je dis qu'une bande spectrale définissant le bleu n'est pas adéquate du fait que 45% de ce qui est donné bleu n'y rentre pas, ça n'impacte pas la diversité des couleurs ou la pertinence de la notion de couleurs.
Spoiler:
(Et ce n'est pas une oppression de dire qu’une chose est bleue geek )

Numa a écrit:De mon côté je vais en rester là, pas d'animosité où quoi que ce soit mais j'ai l'impression que ça fait quelques messages qu'on avance plus et qu'on a, comme tu le soulignes, du mal à parler de la même chose.
Bin, pareil, on ne va pas se taper dessus parce qu'on n'arrive pas à se comprendre...
cat

_________________
Plus là...

Définitivement !
Rouge
Banni·e
Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2012

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 9:10
Chez nous, c'est la femme qui occupe la fonction de "mère" et l'homme qui occupe la fonction de "père".

La fonction d'autorité est entièrement dévolue au père, qui est celui censé faire appliquer les règles. Et quand notre enfant veut transgresser une règle qui lui a été enseignée par son père, et que ce dernier n'est pas là, je lui dis : "Tu vas voir, quand ton père rentrera..." Et notre enfant renonce à la transgression.

Nous nous sommes mis d'accord, mon mari et moi, pour appliquer ce schéma au sein de notre famille. Et je dois dire que tout fonctionne très bien. Nous sommes égaux, lui et moi, mais partageons les fonctions de manière très distincte.
avatar
Poussin Machin
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1366
Date d'inscription : 05/08/2011
http://poussinmachin.blogspot.com

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 9:53
Donc si la mère n'a pas d'autorité, que fait-elle ?
Rouge
Banni·e
Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2012

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 10:08
La mère n'en a absolument pas besoin. Elle ne fait valoir l'autorité qu'en impliquant le père et en faisant référence à lui, à ce qu'il a "dit".
avatar
Kalista
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1208
Date d'inscription : 10/08/2011
http://journalennoiretblanc.blogspot.com/

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 10:27
Rouge a écrit:Chez nous, c'est la femme qui occupe la fonction de "mère" et l'homme qui occupe la fonction de "père".

La fonction d'autorité est entièrement dévolue au père, qui est celui censé faire appliquer les règles. Et quand notre enfant veut transgresser une règle qui lui a été enseignée par son père, et que ce dernier n'est pas là, je lui dis : "Tu vas voir, quand ton père rentrera..." Et notre enfant renonce à la transgression.

Nous nous sommes mis d'accord, mon mari et moi, pour appliquer ce schéma au sein de notre famille. Et je dois dire que tout fonctionne très bien. Nous sommes égaux, lui et moi, mais partageons les fonctions de manière très distincte.
Super, vous êtes d'accord entre vous, vous êtes contents comme ça, tout va bien.
C'est chez vous. On ne va pas vous dire comment gérer votre famille.
Mais dans l'autre sens, vous n'avez pas le droit de nous imposer votre schéma. Vous avez choisi le schéma traditionnel ? C'est votre choix, pas de souci. Chez nous, on a choisi un schéma différent, dont on ne se plaint pas et dans lequel nous nous sentons tout à fait épanouis. Nous connaissons les raisons qui nous poussent à faire nos choix, nous reconnaissons l'influence sociale et l'acceptons ou la refusons, selon les cas. Nous voulons être libres de vivre au sein de notre famille comme bon nous semble. Comme vous d'ailleurs.

_________________
Kalista
Journal en noir et blanc
Rouge
Banni·e
Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2012

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 10:40
Kalista a écrit:
Rouge a écrit:Chez nous, c'est la femme qui occupe la fonction de "mère" et l'homme qui occupe la fonction de "père".

La fonction d'autorité est entièrement dévolue au père, qui est celui censé faire appliquer les règles. Et quand notre enfant veut transgresser une règle qui lui a été enseignée par son père, et que ce dernier n'est pas là, je lui dis : "Tu vas voir, quand ton père rentrera..." Et notre enfant renonce à la transgression.

Nous nous sommes mis d'accord, mon mari et moi, pour appliquer ce schéma au sein de notre famille. Et je dois dire que tout fonctionne très bien. Nous sommes égaux, lui et moi, mais partageons les fonctions de manière très distincte.
Super, vous êtes d'accord entre vous, vous êtes contents comme ça, tout va bien.
C'est chez vous. On ne va pas vous dire comment gérer votre famille.
Mais dans l'autre sens, vous n'avez pas le droit de nous imposer votre schéma. Vous avez choisi le schéma traditionnel ? C'est votre choix, pas de souci. Chez nous, on a choisi un schéma différent, dont on ne se plaint pas et dans lequel nous nous sentons tout à fait épanouis. Nous connaissons les raisons qui nous poussent à faire nos choix, nous reconnaissons l'influence sociale et l'acceptons ou la refusons, selon les cas. Nous voulons être libres de vivre au sein de notre famille comme bon nous semble. Comme vous d'ailleurs.

Oui, et c'est ce qui me plaît dans le vrai féminisme (c'est-à-dire celui qui n'est pas dévoyé par ceux qui n'imaginent qu'un féminisme nécessairement extrémiste, voulant imposer le matriarcat).

Quant à dire qu'il s'agit d'un schéma "traditionnel", je ne sais pas pourquoi, mais j'ai le vague sentiment que tu le dis avec mépris. Je me trompe peut-être, je te dis simplement comment je le prends.

Le problème, vois-tu, c'est que lorsque le choix est réfléchi, il est alors posé parce que les autres systèmes sont jugés soit déficients soit insuffisants.

Et puis, il ne faut pas oublier que si l'on est maître chez soi, le système éducatif que l'on donne à nos enfants a des répercussions sur la société. Donc, je ne sais pas si le "chacun maître chez soi" est vraiment souhaitable...
avatar
Trompes De Fallope
Hystérique
Hystérique
Messages : 500
Date d'inscription : 11/03/2012
http://sitasdestrompesdefallope.wordpress.com

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 10:40
Rouge a écrit:Chez nous, c'est la femme qui occupe la fonction de "mère" et l'homme qui occupe la fonction de "père".

La fonction d'autorité est entièrement dévolue au père, qui est celui censé faire appliquer les règles. Et quand notre enfant veut transgresser une règle qui lui a été enseignée par son père, et que ce dernier n'est pas là, je lui dis : "Tu vas voir, quand ton père rentrera..." Et notre enfant renonce à la transgression.

Nous nous sommes mis d'accord, mon mari et moi, pour appliquer ce schéma au sein de notre famille. Et je dois dire que tout fonctionne très bien. Nous sommes égaux, lui et moi, mais partageons les fonctions de manière très distincte.

Wahou, ça fait envie comme rôle pour le père, il rentre et il doit commencer par engueuler ses enfants....
Le mythe de l'égalité dans la différence....
Et puis si vous avez une fille vous lui apprenez les tâches domestiques, et au fils le bricolage aussi ? Chacun son rôle...
avatar
Poussin Machin
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1366
Date d'inscription : 05/08/2011
http://poussinmachin.blogspot.com

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 10:47
Personne ici ne veut d'un matriarcat...

Et s'il n'y a pas d'homme dans le couple (mère seule, couple de lesbiennes), comment se fait l'autorité, vu qu'il n'y a pas de père ?
avatar
Trompes De Fallope
Hystérique
Hystérique
Messages : 500
Date d'inscription : 11/03/2012
http://sitasdestrompesdefallope.wordpress.com

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 10:52
Poussin Machin a écrit:
Et s'il n'y a pas d'homme dans le couple (mère seule, couple de lesbiennes), comment se fait l'autorité, vu qu'il n'y a pas de père ?

Mais tu sais bien que dans ces cas là l'enfant souffrira d'un affreux manque de repère, aura des troubles d'identification et... finira homosexuel-le !!! Shocked
avatar
Arrakis
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1806
Date d'inscription : 29/02/2012

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 13:43
Et puis, il ne faut pas oublier que si l'on est maître chez soi, le système éducatif que l'on donne à nos enfants a des répercussions sur la société. Donc, je ne sais pas si le "chacun maître chez soi" est vraiment souhaitable...
Il a des répercussions sur les enfants, en fait, et par conséquent sur la société. Mais même si l'éducation d'un enfant ne cause pas de désordre social, à partir du moment où elle est "néfaste" à l'enfant, il n'y a pas de maitre chez soi qui tienne.
(Bref, ça me gêne de passer de "nos enfants" à "la société" sans parler de l'intérêt des enfants en lui même, de leurs droits propres)

Le problème, vois-tu, c'est que lorsque le choix est réfléchi, il est alors posé parce que les autres systèmes sont jugés soit déficients soit insuffisants.
Quel est le problème avec les "autres systèmes", notamment ceux qui conféreraient des rôles identiques à chacun des parents ? Quelles sont les déficiences et les insuffisances évoquées ?
Rouge
Banni·e
Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2012

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 20:52
Trompes De Fallope a écrit:
Poussin Machin a écrit:
Et s'il n'y a pas d'homme dans le couple (mère seule, couple de lesbiennes), comment se fait l'autorité, vu qu'il n'y a pas de père ?

Mais tu sais bien que dans ces cas là l'enfant souffrira d'un affreux manque de repère, aura des troubles d'identification et... finira homosexuel-le !!! Shocked

Tu n'es pas féministe, Trompes de Fallope ?
Rouge
Banni·e
Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2012

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 20:57
Trompes De Fallope a écrit:
Rouge a écrit:Chez nous, c'est la femme qui occupe la fonction de "mère" et l'homme qui occupe la fonction de "père".

La fonction d'autorité est entièrement dévolue au père, qui est celui censé faire appliquer les règles. Et quand notre enfant veut transgresser une règle qui lui a été enseignée par son père, et que ce dernier n'est pas là, je lui dis : "Tu vas voir, quand ton père rentrera..." Et notre enfant renonce à la transgression.

Nous nous sommes mis d'accord, mon mari et moi, pour appliquer ce schéma au sein de notre famille. Et je dois dire que tout fonctionne très bien. Nous sommes égaux, lui et moi, mais partageons les fonctions de manière très distincte.

Wahou, ça fait envie comme rôle pour le père, il rentre et il doit commencer par engueuler ses enfants....
Le mythe de l'égalité dans la différence....
Et puis si vous avez une fille vous lui apprenez les tâches domestiques, et au fils le bricolage aussi ? Chacun son rôle...

Il est possible de faire preuve d'autorité sans "engueuler" les enfants. Et avoir la fonction d'autorité n'empêche pas du tout d'avoir une relation affectueuse avec ses enfants. L'autorité, c'est l'apprentissage des limites, des règles.

Le féminisme, ce n'est pas vouloir que l'homme, subitement, fasse tout ce qui incombait à la femme dans le passé et vice-versa. Cela, c'est à la limite du matriarcat.

Ce qui compte, c'est de répartir les rôles. Mais on ne peut pas avoir tous les rôles en partage. L'enfant, me semble-t-il, ne s'y retrouve plus.

P.S. : Si tu veux connaître mon avis, pose-moi des questions. Tu verras que le climat entre nous deux sera beaucoup plus sympa. Parce que là, j'ai un peu l'impression de passer pour une réac'.
Lucha
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 815
Date d'inscription : 18/12/2011

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 20:59
@ Rouge,

Le féminisme, dans ses grandes lignes, ne réclame pas de "matriarcat", ni une inversion des "rôles". Il veut juste la fin des discriminations, l'égalité hommes/femmes, la fin de l'oppression des femmes, la fin des privilèges masculins. C'est comme la lutte contre le racisme: ce qui était voulu, ce n'est pas l'inversion du rapport de force entre les "races", mais bien la fin de cette suprématie.
Rouge
Banni·e
Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2012

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 21:07
Arrakis a écrit:
Et puis, il ne faut pas oublier que si l'on est maître chez soi, le système éducatif que l'on donne à nos enfants a des répercussions sur la société. Donc, je ne sais pas si le "chacun maître chez soi" est vraiment souhaitable...
Il a des répercussions sur les enfants, en fait, et par conséquent sur la société. Mais même si l'éducation d'un enfant ne cause pas de désordre social, à partir du moment où elle est "néfaste" à l'enfant, il n'y a pas de maitre chez soi qui tienne.
(Bref, ça me gêne de passer de "nos enfants" à "la société" sans parler de l'intérêt des enfants en lui même, de leurs droits propres)

Qu'entends-tu par les "droits propres" des enfants ?

Le problème, vois-tu, c'est que lorsque le choix est réfléchi, il est alors posé parce que les autres systèmes sont jugés soit déficients soit insuffisants.
Quel est le problème avec les "autres systèmes", notamment ceux qui conféreraient des rôles identiques à chacun des parents ? Quelles sont les déficiences et les insuffisances évoquées ?

Premièrement, lorsque l'autorité est la fonction des deux parents, il y a le risque que la règle de l'un soit contredite par l'autre. Ne me dis surtout pas qu'il suffit de se mettre d'accord, une "transgression" accordée est vite arrivée. Et là, l'autre parent voit sa crédibilité entamée.

Deuxièmement, le "père" doit s'intercaler entre la mère et l'enfant, pour apprendre à l'enfant l'autonomie. Mais bon, ça demande un développement, évidemment. Et avant de m'y risquer, je me demande si cela t'intéresse vraiment.

Par ailleurs, quand je parle des déficiences et insuffisances des autres systèmes, c'est du point de vue de chacun : toi, moi et les autres. Si je choisis tel système, c'est parce que je le considère meilleur. Si je le considère meilleur, c'est donc que les autres sont soit déficients, soit insuffisants, soit les deux de MON point de vue. Si tu choisis tel système, c'est parce que tu le considères meilleur. Si tu le considères meilleur, c'est donc que les autres sont soit déficients, soit insuffisant, soit les deux de TON point de vue.

Il ne s'agissait pas de porter un regard définitif de ma part sur les autres systèmes, en les condamnant de manière générale. Que chacun fasse comme bon le semble, dans le respect des lois.

_________________
Banni
avatar
Trompes De Fallope
Hystérique
Hystérique
Messages : 500
Date d'inscription : 11/03/2012
http://sitasdestrompesdefallope.wordpress.com

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 21:08
Rouge a écrit:
Trompes De Fallope a écrit:
Poussin Machin a écrit:
Et s'il n'y a pas d'homme dans le couple (mère seule, couple de lesbiennes), comment se fait l'autorité, vu qu'il n'y a pas de père ?

Mais tu sais bien que dans ces cas là l'enfant souffrira d'un affreux manque de repère, aura des troubles d'identification et... finira homosexuel-le !!! Shocked

Tu n'es pas féministe, Trompes de Fallope ?

L'ironie de ma réponse me semblait assez évidente... Ta question reste cependant bizzare parce que ce dont il s'agirait si c'était du premier degré, ça serait de l'homophobie.
avatar
Invité
Invité

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 21:11
Rouge a écrit:Le féminisme, ce n'est pas vouloir que l'homme, subitement, fasse tout ce qui incombait à la femme dans le passé et vice-versa. Cela, c'est à la limite du matriarcat.
Là on est bien d'accord.

Ce qui compte, c'est de répartir les rôles. Mais on ne peut pas avoir tous les rôles en partage. L'enfant, me semble-t-il, ne s'y retrouve plus.
Ah bon ? Je ne vois pas pourquoi ça serait le cas. Quand un enfant est élevé par un seul parent (pour diverses raisons) le parent unique a bien tout les rôles et ça peut quand même bien se passer. Pourquoi, selon toi, l'enfant ne s'y retrouverait-il pas si les rôles étaient partagés plutôt que répartis ?


Dernière édition par Numa le Mar 17 Avr 2012 - 21:15, édité 1 fois
Rouge
Banni·e
Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2012

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 21:13
Trompes De Fallope a écrit:
Rouge a écrit:
Trompes De Fallope a écrit:
Poussin Machin a écrit:
Et s'il n'y a pas d'homme dans le couple (mère seule, couple de lesbiennes), comment se fait l'autorité, vu qu'il n'y a pas de père ?

Mais tu sais bien que dans ces cas là l'enfant souffrira d'un affreux manque de repère, aura des troubles d'identification et... finira homosexuel-le !!! Shocked

Tu n'es pas féministe, Trompes de Fallope ?

L'ironie de ma réponse me semblait assez évidente... Ta question reste cependant bizzare parce que ce dont il s'agirait si c'était du premier degré, ça serait de l'homophobie.

Et puisqu'elle te paraît évidente, elle l'est pour tous... Où y aurait-il des relents d'homophobie ?
avatar
Invité
Invité

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 21:18
Rouge a écrit:
Trompes De Fallope a écrit:
Rouge a écrit:
Trompes De Fallope a écrit:Mais tu sais bien que dans ces cas là l'enfant souffrira d'un affreux manque de repère, aura des troubles d'identification et... finira homosexuel-le !!! Shocked
Tu n'es pas féministe, Trompes de Fallope ?
L'ironie de ma réponse me semblait assez évidente... Ta question reste cependant bizzare parce que ce dont il s'agirait si c'était du premier degré, ça serait de l'homophobie.
Et puisqu'elle te paraît évidente, elle l'est pour tous... Où y aurait-il des relents d'homophobie ?
Si c'était du premier degré, l'homophobie serait dans le fait que voire l'homosexualité de l'enfant comme le résultat de problèmes (manque de repères etc) et comme quelque chose qu'il faudrait chercher à éviter.

(À part ça, pour ce que ça vaut, l'ironie me paraissait claire aussi, mais c'est vrai que sur les forums ça ne passe pas toujours comme on s'y attendrait.)
avatar
Trompes De Fallope
Hystérique
Hystérique
Messages : 500
Date d'inscription : 11/03/2012
http://sitasdestrompesdefallope.wordpress.com

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 21:19
Rouge a écrit:
Deuxièmement, le "père" doit s'intercaler entre la mère et l'enfant, pour apprendre à l'enfant l'autonomie. Mais bon, ça demande un développement, évidemment. Et avant de m'y risquer, je me demande si cela t'intéresse vraiment.


Argh... Voilà Lacan...Franchement, je ne suis pas de celles qui rejettent la psychanalyse en bloc. Il y a des apports très intéressants. Mais s'il y a bien une chose que les féministes ont démontré, c'est à quel point ces théories sur la famille reposaient sur un modèle hétéropatriarcal, avec cette répartition figée des rôles.

D'ailleurs tu ne répond pas à la question qui t'as été posée : quid des enfants élevés par une mère ou un père seul, ou par un couple homosexuel ?
Rouge
Banni·e
Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2012

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

le Mar 17 Avr 2012 - 21:26
Trompes De Fallope a écrit:
Rouge a écrit:
Deuxièmement, le "père" doit s'intercaler entre la mère et l'enfant, pour apprendre à l'enfant l'autonomie. Mais bon, ça demande un développement, évidemment. Et avant de m'y risquer, je me demande si cela t'intéresse vraiment.


Argh... Voilà Lacan...Franchement, je ne suis pas de celles qui rejettent la psychanalyse en bloc. Il y a des apports très intéressants. Mais s'il y a bien une chose que les féministes ont démontré, c'est à quel point ces théories sur la famille reposaient sur un modèle hétéropatriarcal, avec cette répartition figée des rôles.

Cela a été démontré ? Quelles sont tes sources ?

D'ailleurs tu ne répond pas à la question qui t'as été posée : quid des enfants élevés par une mère ou un père seul, ou par un couple homosexuel ?

Tu veux connaître ma réponse ? C'est bizarre, tu as tellement tenu à répondre à ma place...

Si certains, comme Numa, ont compris que tu faisais de l'ironie, d'autres, comme moi, ne le comprennent pas aussi bien. Je ne suis pas susceptible, mais j'ai en horreur que l'on me prête des intentions, des propos ou des idées que je n'ai pas exprimés. Tu vois, la démocratie, c'est la permission de penser et d'exprimer sa pensée. La dictature, c'est l'autorisation de penser sans être autorisé à exprimer sa pensée. Toi, tu me donnes l'impression d'être interdite de penser, puisque tu le fais à ma place. Et cette histoire d'ironie n'excuse pas tout. J'en connais qui, sous le motif de l'humour, s'en donne à coeur joie sur les Nègres*1, les tapettes*2, les youpins*3 et les bougnoules*4. Conclusions : *5.

*1 Ironie
*2 Ironie
*3 Ironie
*4 Ironie
*5 Elle a bon dos, l'ironie, pas vrai ?
Contenu sponsorisé

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum