Derniers sujets
» [Article] Sexe entre potes hétéros sur le forum JVC
par Iridacea Ven 21 Juil 2017 - 14:30

» Intro de Klazoo
par Klazoo Lexis Mer 19 Juil 2017 - 12:06

» Peggy Sastre
par Araignée Lun 17 Juil 2017 - 8:36

» Je me présente
par Titi63 Jeu 13 Juil 2017 - 21:56

» Salut!
par Nurja Jeu 13 Juil 2017 - 19:45

» kotava
par Iridacea Jeu 13 Juil 2017 - 10:27

» C'est quoi "être une femme" ?
par Coquelic0t Jeu 13 Juil 2017 - 9:43

» Le voile
par Iridacea Mar 11 Juil 2017 - 11:21

» Youtube
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 8:35

» Le gene SRY
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:57

» Bastien Vivès "Une soeur", votre avis ?
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:19

» Photo de nus artistiques
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 5:26

» Se faire des ami.e.s ?
par michekhen Mar 11 Juil 2017 - 0:05

» Salon du livre lesbien et débat HERstory le 1er juillet 2017
par michekhen Lun 10 Juil 2017 - 21:07

» Présentation Noki
par Claire G. Lun 10 Juil 2017 - 14:03

» Questionnaire sur le français inclusif
par Alpheratz Lun 10 Juil 2017 - 0:10

» "non-binaire" c'est quoi ?
par Iridacea Ven 7 Juil 2017 - 14:35

» [Article] 220 femmes tuées par leur conjoint, ignorées par la société
par Iridacea Ven 30 Juin 2017 - 16:26

» Mwà
par Iridacea Jeu 29 Juin 2017 - 14:00

» Bonjour tout le monde !
par Alpheratz Mar 27 Juin 2017 - 16:29

» Hey
par Alpheratz Mar 27 Juin 2017 - 16:28

» [Article] Que font les jeunes féministes de l’héritage des générations antérieures ?
par Alpheratz Mar 27 Juin 2017 - 16:15

» Vidéos et films féministes
par Dihya Ven 23 Juin 2017 - 20:39

» Une loi en Caroline du Nord (USA) n'autorise pas les femmes à rétracter leur consentement pendant le sexe
par Iridacea Ven 23 Juin 2017 - 15:28

» La porno féministe
par Nurja Mer 21 Juin 2017 - 12:54

» Bise et Serrage de Main
par Nurja Lun 19 Juin 2017 - 16:16

» La précarité des femmes sur le marché du travail
par Iridacea Lun 19 Juin 2017 - 14:42

» Présentation
par Nurja Dim 18 Juin 2017 - 8:04

» [Entretien] « Le féminisme ne nous a pas été appris par l’Occident » – Fatma Oussedik
par Iridacea Ven 16 Juin 2017 - 22:27

» [Article] Les fondements politico-économiques du fémonationalisme
par Iridacea Lun 12 Juin 2017 - 22:47

» Que pensez-vous de cette controverse?
par Nurja Dim 11 Juin 2017 - 13:24

» [Film] Regarde elle a les yeux grand ouverts
par erulelya Jeu 8 Juin 2017 - 21:38


Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Page 1 sur 14 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 0:44

Respecter et se battre pour le droit des femmes ne veut pas dire être féministe du moins je l'espère.

Euh ben si c'est exactement la définition du féminisme.

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 0:50

Et bien je n'ai pas toujours cette impression, j'ai souvent l'impression qu'être féministe aujourd'hui est plus un combat politique, une forme de position qui va beaucoup plus loin que ça et qui intègre une certaine vision stérotypée de la femme à laquelle les féministes se reconnaissent mais pas forcément toutes les femmes et qu'en gros si vous ne vous reconnaissez pas dans ce cliché féministe vous êtes soit une victime des hommes ou un macho. Bref pour moi de ce que j'ai pu lire ou voir sur le féminisme j'y vois plus la revendication et le désire d'imposer une forme de féminité et une forme de masculinité au détriment de toutes les autres visions ou mode de vie.

le jam
Banni·e

Messages : 42
Date d'inscription : 21/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 1:04

Oulà... Shocked
Je ne sais pas où tu es allée lire ça...

Euh non justement ! Le féminisme c'est tout l'inverse !
Le féminisme ne veut imposer à personne une forme de féminité !
Le but est que chacun puisse vivre son identité de genre librement !
Que les femmes ne soient pas obligées d'être douces (ni dures), maternelles (ni anti-enfants) mais qu'elles fassent ce qu'elles veulent !
Pareil pour les hommes !
Que chacun vive en fonction de ses envies, de ses goûts, de ses désirs.

Ce que veulent les femmes : justement sortir de ces rôles prédéfinis pour chaque sexe, qu'on appelle féminité et masculinité.

Ensuite, oui, le féminisme est un combat politique, car le combat pour la liberté et l'égalité est politique.


Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 1:13

C'est ça que j'appelle imposer un style. Je ne suis pas du tout contre ces principes mais ils veulent nier la tendance générale des sexes à aller vers tel ou tel trait de personalité et de comportement. Il se trouve que les hommes et les femmes ont des comportements différents, ces comportement sont liés d'une part à un aspect environnemental (il ne faut pas le nier) et d'autre part un aspect naturel, biologique, naturel car hommes et femmes sont différents, le féminisme tent à vouloir nier ces différences et ces ça que je reproche au féministe et que j'appelle la vision stéréotypée ou combat politique, ce stéréotype de la non reconnaissance des différences. Ces différences existent elles sont intéressantes et de mon point de vu bonnes aussi bien pour les hommes que pour les femmes même si bien entendu certaines personnes échappent à ces différences.

Nous ne sommes pas totalement libre de notre comportement, une bonne partie de la façon don nous nous comportons est liée à note genre.

le jam
Banni·e

Messages : 42
Date d'inscription : 21/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 8:51

C'est ça que j'appelle imposer un style.
Imposer un style, alors que justement, on dit que tous les comportements sont possibles... scratch
Et pour toi, la société "n'impose pas un style" ??
Quand un petit garçon souhaite jouer à la poupée, tu crois que les parents laissent passer ?
Tu penses qu'un homme peut décider de mettre une jupe sans problèmes ?
Je trouve ça un peu gonflé de dire que le féminisme "imposte un style", alors que c'est tout le contraire ! C'est la société et les normes qui n'arrêtent pas de nous dire comment on devrait se comporter... pas les féministes !

Je ne sais pas si tu te rends compte à quelle point la société est violente à l'égard de tous ceux qui s'éloignent des normes de genre : filles masculines, "tapettes", transexuel-le, travesti, intersexuel, homosexuel-le...

Je ne suis pas du tout contre ces principes mais ils veulent nier la tendance générale des sexes à aller vers tel ou tel trait de personalité et de comportement. Il se trouve que les hommes et les femmes ont des comportements différents, ces comportement sont liés d'une part à un aspect environnemental (il ne faut pas le nier) et d'autre part un aspect naturel, biologique, naturel car hommes et femmes sont différents, le féminisme tent à vouloir nier ces différences et ces ça que je reproche au féministe et que j'appelle la vision stéréotypée ou combat politique, ce stéréotype de la non reconnaissance des différences. Ces différences existent elles sont intéressantes et de mon point de vu bonnes aussi bien pour les hommes que pour les femmes même si bien entendu certaines personnes échappent à ces différences.
1. La recherche en neurobiologie a montré que le mythe des "hommes viennent de mars, les femmes de Vénus" n'existe pas.

Il y a une neurobiologiste, Lise Elliott ( pas féministe) qui a fait un travail de bibliographie de malades sur les différences "naturelles" psychologiques et cognitives entre les hommes et les femmes. Elle a sorti un bouquin (un énorme pavé) que j'ai lu.
Sa conclusion : les recherches sur les différences "naturelles" entre les sexes n'ont jamais pu démontrer d'autres différences que :
-le cerveau des hommes est en moyenne plus gros (car les hommes sont plus grands)
-la maturation du cerveau des femmes est plus rapides.

Et c'est tout.
Le reste n'est que spéculation.

Si tu veux en savoir plus, voici un dossier récent de "Science et Avenir" : http://antisexisme.files.wordpress.com/2012/01/science-avenir_femme-homme.pdf
Je te conseille vraiment de le lire.

La grande découverte en neurobiologie de ces dernières années est que le cerveau est extrêmement plastique. C'est surtout par l'apprentissage et la sociabilité que se forment nos capacités cognitives et psychologiques.

Bref, s'il y a des différences entre hommes et femmes, elles sont négligeables et ne peuvent pas servir à expliquer les rôles sociaux entre hommes et femmes.

2. Les féministes "s'en fichent", oui, des différences biologiques (sauf quand elles servent de justification à l'ordre social présent Evil or Very Mad ). Elles ne sont pas là pour faire de la biologie. Elles demandent qu'on arrête de vouloir faire entrer dans le moule les gens en fonction de leur sexe. Qu'on arrête de dire aux petits garçons de ne pas pleurer (et aux hommes adultes qu'il ne faut pas manifester sa tristesse ou son anxiété). Qu'on arrête d'empêcher les petites filles à faire du sport, à se salir... etc. etc.
Si vraiment il y a des différences biologiques, eh ben, elles s'exprimeront toutes seules. Il n'y a aucun besoin de forcer les choses.

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 10:11

@le jam a écrit:Nous ne sommes pas totalement libre de notre comportement, une bonne partie de la façon don nous nous comportons est liée à note genre.
Justement, le but du féminisme est de rendre les gens (hommes, femmes et autres) plus libres de ce point de vue. Si on n'est pas libre actuellement, ce n'est pas la « nature » ou la biologie qui en est responsable, c'est la société. C'est-à-dire qu'on peut changer ça et (re)gagner cette liberté.

Désolé si ma comparaison te choque, mais pour moi c'est comme si tu disais « les noirs et les blancs sont différents biologiquement, on n'est pas totalement libre de notre comportement, une bonne partie de la façon dont nous nous comportons est liée à note couleur de peau. » pour justifier que la société continue à traiter les gens différemment en fonction de leur couleur de peau. Et que tu disais que les anti-racistes veulent nier les différences de couleur de peau et imposer un même stéréotype à tout le monde.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 13:02

La comparaison entre noir et blanc et les sexe est caduque car les blancs et les noirs ne sont pas réellement différents d'un point de vu génétique ce qui n'est pas les cas entre hommes et femmes.

je ne crois pas à ces théories qui veulent que les différences comportementales sexuelles n'existent pas, il faudrait faire des recherches mais des études prouvent bien entendu le contraire, peut-être pas d'un point de vu neuro-biologique mais ça n'est pas le seul positionnement pertinant sur la question.

Les parents qui éduquent leurs enfants le font pour qu'ils soient libre dans leur vie adulte et préparer à affronter la vie. Il y a des sexes donc ils éduquent leurs enfant en fonction de ce sexe. La preuve que le l'éducation n'impose rien est l'existence des transexuels et des homosexuels, preuve que même en ayant reçu une éducation avec un genre marqué, on peut en sortir et affirmer un autre genre. D'ailleurs la plupart des transexuels ne revendique pas un sexe personnel mais bien une sexualité propre à un sexe définit avec tous les aspects sociaux qui vont avec.

le jam
Banni·e

Messages : 42
Date d'inscription : 21/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 13:33

La comparaison entre noir et blanc et les sexe est caduque car les blancs et les noirs ne sont pas réellement différents d'un point de vu génétique ce qui n'est pas les cas entre hommes et femmes.
C'est inexact.
Entre un homme et une femme, il y a 1 chromosome (sur 46) qui est différent.
La seule différence génétique entre un homme et une femme est donc de quelques gènes (une trentaine maximum) situés sur le chromosome Y chez les hommes. On peut considérer que ces 30 gènes sont supplémentaires, car de toute façon 1 des deux chromosomes X est inactivé chez les femmes.
Tout ça pour dire que si tu prends un homme et une femme occidentales, ils seront plus proches génétiquement qu'un homme occidental et un homme aborigène, par exemple.
De toute façon, les différences génétiques ne se traduisent pas nécessairement pas des différences phénotypiques.
Et les gènes peuvent avoir des effets très variables.

Je te rappellerai quand même qu'il y a quelques décennies, on utilisait les prétendues différences entre ethnies (races) pour justifier d'un certain ordre social.
On fait exactement pareil actuellement avec les hommes et les femmes.

je ne crois pas à ces théories qui veulent que les différences comportementales sexuelles n'existent pas
Tu sais, si tes seuls arguments sont "je ne crois pas", la discussion va vite tourner court... Rolling Eyes
Je veux bien que tu ne sois pas d'accord, mais la moindre des choses serait d'argumenter un minimum Suspect .

Les parents qui éduquent leurs enfants le font pour qu'ils soient libre dans leur vie adulte et préparer à affronter la vie. Il y a des sexes donc ils éduquent leurs enfant en fonction de ce sexe.
Oui c'est sûr, interdire aux enfants certaines activités ou certains jeux, c'est fait pour "qu'ils soient libres dans leur vie adulte"... Tout à fait logique... Absolument aucun conditionnement ou stéréotypes. Suspect Rolling Eyes
Les parents éduquent leurs gamins pour qu'ils se conforment aux normes, pas pour qu'ils soient libres.

La preuve que le l'éducation n'impose rien est l'existence des transexuels et des homosexuels, preuve que même en ayant reçu une éducation avec un genre marqué, on peut en sortir et affirmer un autre genre.
Ah oui, mais, tiens à quel prix ?
Tu ne me feras pas croire que tu n'as jamais entendu de propos désobligeants sur des hommes ayant une voix un peu fluette ou étant un peu maniéré.
Les hommes homosexuels, en particulier les jeunes, ont 4 à 7 fois plus de chances d’avoir déjà fait une tentative de suicide que les hétérosexuels.
Je ne sais pas quel est le taux chez les transsexuel, mais ça doit pas être génial non plus.

Donc, selon, toi il n'y a absolument aucune pression pour se conformer à certains modèles ? (en particulier pour les hommes)

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par pierregr le Dim 12 Fév 2012 - 13:41

@le jam a écrit:La comparaison entre noir et blanc et les sexe est caduque car les blancs et les noirs ne sont pas réellement différents d'un point de vu génétique ce qui n'est pas les cas entre hommes et femmes.

Mais qu'est-ce que tu racontes ? Ils le vendent, ce que t’as fumé ?
La discrimination sexiste est basé sur le même fonctionnement que la discrimination raciste (qui peut s’exercer dans le sens Noir-e-s supérieur-e-s aux Blanc-he-s).
Lis ce que antisexisme t’a conseillé avant de continuer à parler de « différence ».



Les parents qui éduquent leurs enfants le font pour qu'ils soient libre dans leur vie adulte et préparer à affronter la vie.

ROTFL, mais c'est quoi ce délire ? Le plus difficile métier du monde, c'est parent et il n'y a pas d'école. Moi on ne m'a pas du tout appris à affronter la vie pour des tas de raisons que je n'ai pas envie de développer.
Faut arrêter de croire qu'on est dans un monde de bisounours où tous les parents sont géniaux et font de leur mieux. Des tas d'enfants sont mal ou pas éduqués, certains ne sont pas désirés et on le leur fait payer.
avatar
pierregr
Amazone
Amazone

Messages : 3993
Date d'inscription : 05/09/2011

http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Lucha le Dim 12 Fév 2012 - 17:43

Ah tiens, je ne savais pas que le comportement était quelque chose de "biologique", de "naturel", et qu'évidemment Lhôme et Lafâme avaient un comportement "différent".. Moi, je croyais que le comportement était acquis, parce que bon, s'il est "biologique", j'aimerais bien connaître la séquence d'ADN qui le code, sur quel(s) chromosome(s) ça se trouve, etc. Bref, des données biologiques. Ensuite, le comportement est le fruit d'expériences personnelles, de l'éducation, et moi personnellement mon comportement est unique, il a des points communs avec d'autres femmes mais aussi avec d'autres hommes, et il comporte des différences par rapport à celui d'autres hommes mais aussi d'autres femmes.

Le jam, je trouve que tu es très essentialiste. Le problème avec cette posture intellectuelle, c'est qu'elle se contente d'axiomes, de vérités pré-établies invérifiables, et se passe toute seule d'argumentation scientifique, puisqu'elle part du principe qu'il existe forcément des différences capitales entre Lhôme et Lafâme.

Sinon, je rejoins très clairement Pierre et Antisexisme: les différences génétiques existent entre tout le monde, sinon on serait tous des copies les uns des autres. Il y a plus de "différences" génétiques entre un homme Noir et un homme Blanc, qu'entre un Blanc et une Blanche.

Et de toute façon, face à de tels propos, j'ai envie de dire: des différences, oui et alors? Suspect

Lucha
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 815
Date d'inscription : 18/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 18:21

@le jam a écrit:Il se trouve que les hommes et les femmes ont des comportements différents, ces comportement sont liés d'une part à un aspect environnemental (il ne faut pas le nier) et d'autre part un aspect naturel, biologique, naturel car hommes et femmes sont différents
Pour soutenir que les hommes et les femmes ont en moyenne un comportement naturellement différent, tu peux essayer ces pistes :
-Les différences garçons / filles chez les enfants en bas âge. En général, face à ce type d'argument, on invoquera les différences d'éducation des garçons et des filles en bas âge.
-Les modifications de comportement à l'adolescence chez les garçons et les filles, si tu en as remarquées, ou si il y a eu des études dessus.
-Les hormones. Il y a un topic dessus : http://feminisme.fr-bb.com/t198-ah-les-hormones

Enfin bref, donne plus d'arguments. Car si on n'a pas d'arguments contre lesquels contre-argumenter, on va rester à "Rha mais non, c'est comme avec les Noirs."
Et il ne faut pas esquiver le document pdf donné par Antisexisme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 20:41

Pour les arguments, je vais vous donner ceux-là :

Les analyses ADN montrent ainsi que l’espèce humaine possède déjà un peu plus de 98,6 % de son génome en commun avec les chimpanzés et qu'elle partage le même patrimoine génétique à 99,8 %. Les différences entre hommes et singes sont dues à seulement quelques dizaines de gènes. Les apparentes différences anatomiques et physiologiques à l’intérieur de l’espèce humaine sont dues à un nombre encore plus restreint de gènes. Difficile, dès lors, d’arriver à isoler des gènes « types », différenciant diverses populations.


[url]http://fr.wikipedia.org/wiki/Race_humaine[url][/url]

Vous avouerez que pour quelques dizaines de gènes seulement entre le chimpanzé et l'homme/la femme il y a quand même un gros écart dans la psychologie comportementale. Partant de là on peut s'attendre à ce que la différence génétique qui porte sur le chromosome X et le Chromosome Y peut jouer un rôle aussi.

Je trouve que vouloir nier ces différences biologiques pour faciliter les rapports homme/femme est assez néfaste car au lieu d'apprendre à vivre et accepter nos différences on fait tout pour le nier. Et si un jour la science trouvait réellement des différences comportementales prouvées génétiques, biologiques ? Tout votre raisonnement s'écroulerait. Non, la réalité est que nous sommes différent et qu'il faut l'accepter, vivre avec plutôt que le nier, c'est plus facile mais pas forcément le reflet de la réalité.

Autre sources trouvés sur le site psychologie.com

http://www.psychologies.com/Couple/Vie-de-couple/Hommes-Femmes/Articles-et-Dossiers/Hommes-femmes-vive-nos-differences

Serge Ginger secrétaire général de la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse donc une référence (même si il est contestable nous montre quelques exemples de nos différences :

http://www.psycho-ressources.com/bibli/femmes-et-hommes.html

le jam
Banni·e

Messages : 42
Date d'inscription : 21/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 21:08

@le jam a écrit:Vous avouerez que pour quelques dizaines de gènes seulement entre le chimpanzé et l'homme/la femme il y a quand même un gros écart dans la psychologie comportementale. Partant de là on peut s'attendre à ce que la différence génétique qui porte sur le chromosome X et le Chromosome Y peut jouer un rôle aussi.
Non mais là où il y a un gros écart, c'est surtout entre les gênes et la psychologie. Si on regarde un peu les faits en face, il y a peut-être 5% de notre psychologie qui est expliquée par des facteurs biologiques et 95% par la société et notre vécu personnel.

Je sais plus qui a cité récemment ici une expérience édifiante à ce sujet : on fait prendre à un groupe de femmes de la testostérone en lui faisant croire qu'il s'agit d'un placebo, et à un autre un placebo en le faisant passer pour de la testostérone. Le groupe ayant reçu le placebo a développé plus d'agressivité que celui ayant reçu la testostérone. Morale : croire qu'on est censé devenir agressif rend plus agressif que les hormones censées rendre agressif.

Je trouve que vouloir nier ces différences biologiques pour faciliter les rapports homme/femme est assez néfaste car au lieu d'apprendre à vivre et accepter nos différences on fait tout pour le nier. Et si un jour la science trouvait réellement des différences comportementales prouvées génétiques, biologiques ? Tout votre raisonnement s'écroulerait.
Je peux pas parler au nom de tout le monde, mais en ce qui me concerne si c'était les faits je les accepterait. Il se trouve que ce ne sont pas les faits.

Si tu me permets, je trouve ça bizarre que ça soit toi qui sorte ce genre d'arguments, alors que pour l'instant c'est surtout toi qui balaie d'un « j'y crois pas » cavalier les références scientifiques qui t'ont été données.

Autre sources trouvés sur le site psychologie.com
Sans vouloir vexer personne, à titre personnel je ne considère pas la psychologie comme une science. Par ailleurs même les sciences plus « dures » (biologie, neurologie, etc) ne sont pas à l'abri d'erreurs dues à l'influence de sexisme, racisme, ou autre ambiant. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut tout jeter à la poubelle, mais qu'il faut examiner les sources et les démarches des auteurs avec beaucoup de prudence.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 21:22

Numa a écrit:
Si tu me permets, je trouve ça bizarre que ça soit toi qui sorte ce genre d'arguments, alors que pour l'instant c'est surtout toi qui balaie d'un « j'y crois pas » cavalier les références scientifiques qui t'ont été données.

Numa a écrit:
Sans vouloir vexer personne, à titre personnel je ne considère pas la psychologie comme une science. Par ailleurs même les sciences plus « dures » (biologie, neurologie, etc) ne sont pas à l'abri d'erreurs dues à l'influence de sexisme, racisme, ou autre ambiant.

donc en gros tu me reproches dans un premier temps de ne pas argumenter par le biais de sources scientifiques et dans un second temps "tu" ne considère pas mes sources comme de la science et même la science n'est pas fiable car est n'est pas à l'abri d'erreurs dues au racisme. Je pense effectivement qu'il va être difficile de s'entendre dans ces conditions.

Et bien moi aussi je récuse toutes vos références scientifiques car elles ne sont pas à l'abri d'erreurs dues à l'influences de lobbys et d'idées préconçues véhiculées par les féministes.

le jam
Banni·e

Messages : 42
Date d'inscription : 21/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Kalista le Dim 12 Fév 2012 - 21:30

@le jam a écrit:Et si un jour la science trouvait réellement des différences comportementales prouvées génétiques, biologiques ? Tout votre raisonnement s'écroulerait.
Oui, mais on ne va pas construire notre raisonnement sur de la science-fiction et sur des éventualités.
Le fait est qu'aujourd'hui, la science n'a pas pu prouver que les différences comportementales étaient biologiques. De plus le fait est que la science a prouvé que les différences comportementales étaient induites socialement. Donc, on a une cause sûre, à laquelle pourrait éventuellement si on trouve un jour peut-être, une cause biologique, dont il faudra comparer l'influence à celle de la société. Je préfère baser mon raisonnement sur des faits établis, quoique peu connus du grand public et peu accepté par ceux qui refusent de mettre en cause leurs croyances, que sur une éventualité.
Si un jour on découvre quelque chose, si on prouve que l'influence de la biologie est supérieure à celle de la société, je m'inclinerai, sans doute en râlant, mais je m'inclinerai.

@le jam a écrit:Non, la réalité est que nous sommes différent et qu'il faut l'accepter, vivre avec plutôt que le nier, c'est plus facile mais pas forcément le reflet de la réalité.
Tu viens de dire "et si un jour on trouvait" et là tu dis que c'est la réalité ? Faut savoir. Comment peux-tu dire que c'est la réalité si ce n'est pas prouvé ? A moins que toi, tu puisse mettre en évidence un lien de cause à effet entre les différences biologiques et les différences comportementales ?

_________________
Kalista
Journal en noir et blanc
avatar
Kalista
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse

Messages : 1208
Date d'inscription : 10/08/2011

http://journalennoiretblanc.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par mhysterie le Dim 12 Fév 2012 - 21:38

Numa a écrit:Sans vouloir vexer personne, à titre personnel je ne considère pas la psychologie comme une science. Par ailleurs même les sciences plus « dures » (biologie, neurologie, etc) ne sont pas à l'abri d'erreurs dues à l'influence de sexisme, racisme, ou autre ambiant. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut tout jeter à la poubelle, mais qu'il faut examiner les sources et les démarches des auteurs avec beaucoup de prudence.
Bon, alors, citer une revue qui n'est pas scientifique telle que "psychologie" qui est plutôt un magazine féminin (comme l'a fait le jam), et ensuite assimiler toute la psychologie à ça (comme l'a fait Numa), c'est du foutage de gueule.
Il faut être clair. Dans cette société, la psychologie est utilisée souvent à des fins commerciales, mercantiles. C'est un outil marketing pour faire vendre ! (Je trouve d'ailleurs que l'émission de radio de France Inter "A votre écoute, coûte que coûte" -- citée par Antisexisme récemment -- a tendance à mettre en avant cette idée là.)
Que ce soit en neurobiologie, en physique ou en psychologie, il faut analyser les sources et la méthodologie avec beaucoup de prudence, dans le cadre d'une étude scientifique. Cependant, quand la source est un magazine féminin, on peut se permettre de cracher dessus (sans forcément assimiler toute la psychologie à ça).
avatar
mhysterie
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n

Messages : 1586
Date d'inscription : 08/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 21:53

Sur http://www.psycho-ressources.com/bibli/femmes-et-hommes.html je lis :
En fait, nous appartenons à deux « espèces » différentes !
À cette époque où l’on vient d’achever les premières phases de décryptage du génome humain, vous savez peut-être qu’on a pu montrer que l’homme et le singe possèdent un patrimoine génétique de base, commun à 98,4 % ; ce qui laisse 1,6 % de différence seulement… contre environ 5 % de différence génétique entre l’homme et la femme . Ainsi, un homme mâle est physiologiquement plus proche d’un singe mâle que d’une femme !
… Et, naturellement, les guenons sont proches des femmes !
Shocked Shocked Shocked
La généticienne que je suis hurle intérieurement en lisant ça !
Mais... quelle connerie !! C'est d'un ridicule...
En fait ça ne veut rien dire "on possède X% de gènes en commun" : il faut préciser à partir de quel % d'identité on considère que les deux espèce possèdent un gènes identique.
Plus exactement : les hommes et les singes doivent posséder environ 98% de gènes qui possèdent une certaine homologie... le problème, c'est qu'il faudrait connaitre ce degré d'homologie. Et savoir aussi si ces gènes ont conservé une même fonction.

Les analyses ADN montrent ainsi que l’espèce humaine possède déjà un peu plus de 98,6 % de son génome en commun avec les chimpanzés et qu'elle partage le même patrimoine génétique à 99,8 %.
Franchement... je ne comprends pas du tout cette phrase (en particulier la deuxième partie) scratch

Partant de là on peut s'attendre à ce que la différence génétique qui porte sur le chromosome X et le Chromosome Y peut jouer un rôle aussi.
Oui, après même un faible nombre de gènes peuvent jouer un rôle majeur s'ils ont un effet important.

Sans vouloir vexer personne, à titre personnel je ne considère pas la psychologie comme une science.
Je rejoins (M)hystérie sur ce point là.
Je pense notamment à la psychologie sociale (j'ai lu pas mal de choses là-dessus) où il y a des hypothèses qui sont posées, des expérimentations qui sont faites...
Après, il y a pleins de psychologues cliniciens qui racontent n'importe quoi (comme le sieur Ginger). Rolling Eyes

Et si un jour la science trouvait réellement des différences comportementales prouvées génétiques, biologiques ? Tout votre raisonnement s'écroulerait. Non, la réalité est que nous sommes différent et qu'il faut l'accepter, vivre avec plutôt que le nier, c'est plus facile mais pas forcément le reflet de la réalité.
Eh ben, moi je nie pas forcément qu'il y a des différences.
Par contre je pense qu'elles sont très faibles... et qu'en plus, ces différences sont toujours des différences moyennes, avec une très forte variabilité intra-groupe...
C'est ridicule de penser "les hommes sont tous ainsi" et "les femmes sont toutes comme ça" et qu'il y a un gouffre entre les deux sexes (comme si on était "deux espèces différentes" selon les dires de M. Ginger).
Dès lors, dès qu'il n'y a pas deux blocs monolithiques je ne vois pas pourquoi on nous impose des rôles sociaux en fonction de notre sexe.
Ce qu'on rejette, c'est la justification de l'ordre social par la biologie.

Sans vouloir vexer personne, à titre personnel je ne considère pas la psychologie comme une science. Par ailleurs même les sciences plus « dures » (biologie, neurologie, etc) ne sont pas à l'abri d'erreurs dues à l'influence de sexisme, racisme, ou autre ambiant.
donc en gros tu me reproches dans un premier temps de ne pas argumenter par le biais de sources scientifiques et dans un second temps "tu" ne considère pas mes sources comme de la science et même la science n'est pas fiable car est n'est pas à l'abri d'erreurs dues au racisme. Je pense effectivement qu'il va être difficile de s'entendre dans ces conditions.
Je ne suis pas du tout d'accord avec Numa à propos de la psychologie.
Par contre, il faut bien reconnaître que ce que tu nous as proposé en lien (la conférence de M. Ginger) n'a absolument rien de scientifique.
Ensuite, ce que propose Numa, c'est de faire attention aux biais et à la manière dont peut être instrumentalisées les études scientifiques.

Et bien moi aussi je récuse toutes vos références scientifiques car elles ne sont pas à l'abri d'erreurs dues à l'influences de lobbys et d'idées préconçues véhiculées par les féministes
Franchement c'est vraiment très gavant de lire ça... Que de clichés, encore une fois sur le féminisme ! Evil or Very Mad
"les idées préconcues véhiculées par les féministes"... ah ! c'est sûr que si tu interoges les gens dans la rue, ceux-ci vont t'affirmer que les hommes et les femmes sont pareils !
Ah le féminisme, lobby surpuissant, bien sûr ! On le voit à la façon dont le gouvernement traite de façon prioritaire les problèmes d'écarts de salaire, par exemple...

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 22:07

Ma dernière phrase était une boutade, je pensais que c'était clair, je voulais dire simplement que si l'argument c'était de récluser telle ou telle hypothèse en fonction de ce que l'on considère ou parce qu'il y aurait une hypothétique influence raciste ou sexiste sur les résultats des études ça récusait absolument toutes les études qui ne viennent pas nourrir notre point de vu de départ et qu'à ce moment là il n'y avait pas de discussion possible entre nous.

Je préfère des gens qui assument leur manque d'information ou qui affirme clairement pensé instinctivement que tel ou tel hypothèse semble fausse et assumé la subjectivité de leur point de vu plutôt que celui ou celle qui va se cacher derrière des hypothèse foireuses ou qui tente de discrédité la source parce que simplement il n'aime pas ou ne crois pas que tel ou tel domaine de la science ne lui convient pas.

Moi j'assume parfaitement ne pas croire en certaines hypothèses, ne pas pouvoir le justifier mais avoir un à priori sur certaines choses, les à priori sont faits pour être confortés ou infirmés, ce sont des à priori.

le jam
Banni·e

Messages : 42
Date d'inscription : 21/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 22:21

Je préfère des gens qui assument leur manque d'information ou qui affirme clairement pensé instinctivement que tel ou tel hypothèse semble fausse et assumé la subjectivité de leur point de vu plutôt que celui ou celle qui va se cacher derrière des hypothèse foireuses ou qui tente de discrédité la source parce que simplement il n'aime pas ou ne crois pas que tel ou tel domaine de la science ne lui convient pas.
Euh... hypothèses foireuses ? Ce dont je t'ai parlé à propos des thèses de Lise Eliott ?
Une scientifique qui a écrit un énorme pavé avec une bibliographie monstrueuse ??
Je le répète : elle n'est pas féministe et elle ne prétend même pas qu'il n'y a pas de différences psychologiques.
Seulement d'après tout ce qu'elle a lu, ces différences sont essentiellement dues à l'environnement. Et elles sont faibles.

Bon... et pour info, t'es mal tombée, je suis généticienne.
Et ce que je te dis à propos de l'homologie entre les gènes du singe, ce n'est pas foireux.
Par contre ce que raconte Ginger, ça c'est de la connerie.

Personnellement, je me suis tapé le gros pavé d'Eliott (qui, je le répète, pense qu'il y a des différences innées h-f, mais faibles) et je fais de la génétique. Donc ne prétends pas que je manque d'informations. Merci.


Moi j'assume parfaitement ne pas croire en certaines hypothèses, ne pas pouvoir le justifier mais avoir un à priori sur certaines choses, les à priori sont faits pour être confortés ou infirmés, ce sont des à priori.
Tu assumes de ne pas pouvoir le justifier ? Mais c'est ce que tu n'arrêtes pas de faire en invoquant à tout bout de champs pleins de domaines scientifiques : la (pseudo)-génétique, puis la (pseudo)-psychologie...
Et visiblement, tu n'as absolument pas envie d'infirmer tes a priori.

PS : je divise ce sujet en deux, on s'éloigne de M. Guéant.

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 22:27

Numa a écrit:Le groupe ayant reçu le placebo a développé plus d'agressivité que celui ayant reçu la testostérone. Morale : croire qu'on est censé devenir agressif rend plus agressif que les hormones censées rendre agressif.
Si celui qui a reçu de la testostérone était devenu plus agressif, alors la conclusion de cette expérience serait que la testostérone rendrait agressif, même si l'effet placebo est plus fort. Mais je crois me souvenir que, dans cette expérience, la testostérone n'avait pas augmenté l’agressivité. Il faut retrouver l'étude, et surtout retrouver comment cette agressivité a été mesurée. Autrement, l'expérience n'est pas crédible.

@le jam a écrit:Et si un jour la science trouvait réellement des différences comportementales prouvées génétiques, biologiques ? Tout votre raisonnement s'écroulerait.
Dans ce cas, la conclusion "La société crée les différences comportementales hommes-femmes" serait remplacée par "La société amplifie les différences comportementales naturelles hommes-femmes, et en crée éventuellement de nouvelles". Mais le raisonnement ne serait pas très différent. Par exemple, le phénomène de la menace du stéréotype restera vrai.

M_hysterie a écrit:Bon, alors, citer une revue qui n'est pas scientifique telle que "psychologie" qui est plutôt un magazine féminin (comme l'a fait le jam), et ensuite assimiler toute la psychologie à ça (comme l'a fait Numa), c'est du foutage de gueule.
+1

Je connais énormément moins d'expériences de psychologie que M_hysterie, qui est en M1 de psychologie cognitive (t'étais en psychologie sociale, l'an dernier, non ?). Mais pour témoigner, dans mes lectures d'articles sur des expériences de psychologie, certaines m'avaient l'air sérieuses, où des chercheurs détaillaient même certains échecs dans leurs expériences, tandis que d'autres avaient des méthodes... assez fumeuses à mon goût.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 22:36

Antisexisme a écrit:
Euh... hypothèses foireuses ? Ce dont je t'ai parlé à propos des thèses de Lise Eliott ?


Non non, le terme foireuse se voulait généraliste pas un sujet ou un argument en particulier.

Par contre je réitère que ta démonstration sur le chromosome X et Y était bancale au regard des histoires entre chimpanzés et hommes. Il est très difficile de dire comment certains gènes s'interconnects les uns avec les autres et même un généticienne comme toi aura du mal à le dire, la génétique a encore du chemin à faire et même si l'ensemble du génôme humain a été décodé ça ne fait pas de nous des être que l'on pourrait créer en disant je le veux de telle couleur avec telle forme de nez en disant il faut cet allèle là et celui-ci etc... ça marche pour certaines maladies mais l'interconnections des gênes entre eux il y a du boulot y compris je pense les parties que l'on considère comme non codantes.

Comme tu es généticienne, tu sais également que certains génes non codants pourraient s'exprimer pendant le développement du foetus puis redevenir non codant par la suite, comme l'apparition d'une queue chez le foetus humain qui disparait tout au long du dévellopement intra utérin.

le jam
Banni·e

Messages : 42
Date d'inscription : 21/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 22:53

Antisexisme, en tant que généticienne je ne t'ai pas vu relevé le raccourci suivant :

@Lucha a écrit:

Pour l'influence de la biologie sur le comportement, j'avais cité dans un autre topic l'exemple de la testostérone injectée à des femmes. Conclusion: elle n'influence pas le comportement. La testostérone permet juste d'avoir les caractères sexuels secondaires masculins.

Tu sais très bien que cette expérience ne prouve pas grand chose et que bon nombre des caractères masculins et féminins peuvent s'exprimer via des hormones lors du développement utérin des hormones qui ne s'exprime que pendant cette phase là et qui ne s'exprime plus ensuite, autrement dit certains aspect du développement sont irreversibles (et je ne parle pas uniquement de caractéres sexuels) injecter une simple hormones à postériori ne permet pas de revenir en arrière sur ce qui a été acquis, en outre il n'y a pas que la testostéronne comme hormone, les femmes aussi on de la testostéronne naturellement dans leur organisme en proportion plus faible que les hommes certe mais elles en ont tout de même.

le jam
Banni·e

Messages : 42
Date d'inscription : 21/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 23:11

Par contre je réitère que ta démonstration sur le chromosome X et Y était bancale au regard des histoires entre chimpanzés et hommes. Il est très difficile de dire comment certains gènes s'interconnects les uns avec les autres et même un généticienne comme toi aura du mal à le dire, la génétique a encore du chemin à faire et même si l'ensemble du génôme humain a été décodé ça ne fait pas de nous des être que l'on pourrait créer en disant je le veux de telle couleur avec telle forme de nez en disant il faut cet allèle là et celui-ci etc... ça marche pour certaines maladies mais l'interconnections des gênes entre eux il y a du boulot y compris je pense les parties que l'on considère comme non codantes.
L'interconnection... tu veux dire les interactions ?
Oui, il y a des interactions entre gènes, mais ça ne change rien au fait que ce que dit Ginger a propos du chimpanzée est complètement faux.
Et je vois pas de quoi tu parles avec les chromosomes X et Y

Comme tu es généticienne, tu sais également que certains génes non codants pourraient s'exprimer pendant le développement du foetus puis redevenir non codant par la suite, comme l'apparition d'une queue chez le foetus humain qui disparait tout au long du dévellopement intra utérin.
De nouveau, je ne vois absolument pas ce que ça change, ni pourquoi tu ne me dis ça. scratch

Antisexisme, en tant que généticienne je ne t'ai pas vu relevé le raccourci suivant
Ben figure-toi que l'étude des hormones, ça s'appelle l'endocrinologie, pas la génétique.
Par ailleurs, ce que dit Lucha va tout à fait dans le sens de ce que dit Lise Eliott, d'après mes souvenirs. Les hormones circulantes n'ont pas grand effet. Je ne vois pas pourquoi j'aurais relevé quoique ce soit.


Tu sais très bien que cette expérience ne prouve pas grand chose et que bon nombre des caractères masculins et féminins peuvent s'exprimer via des hormones lors du développement utérin des hormones qui ne s'exprime que pendant cette phase là et qui ne s'exprime plus ensuite, autrement dit certains aspect du développement sont irreversibles (et je ne parle pas uniquement de caractéres sexuels) injecter une simple hormones à postériori ne permet pas de revenir en arrière sur ce qui a été acquis, en outre il n'y a pas que la testostéronne comme hormone, les femmes aussi on de la testostéronne naturellement dans leur organisme en proportion plus faible que les hommes certe mais elles en ont tout de même.
Injecter de la testostérone intra-utérine à un foetus femelle de chimpanzée ne change rien à son comportement (contrairement au rat).


Bon, et sinon... je crois pas qu'on est ici pour parler de biologie...
Lise Eliott trouvent quelques différences qu'elles pensent innées (mais dont elle n'a pas la preuve formelle).

Bon et ensuite ? Ca change quoi ?

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Invité le Dim 12 Fév 2012 - 23:33

M_hysterie a écrit:
Numa a écrit:Sans vouloir vexer personne, à titre personnel je ne considère pas la psychologie comme une science. Par ailleurs même les sciences plus « dures » (biologie, neurologie, etc) ne sont pas à l'abri d'erreurs dues à l'influence de sexisme, racisme, ou autre ambiant. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut tout jeter à la poubelle, mais qu'il faut examiner les sources et les démarches des auteurs avec beaucoup de prudence.
Bon, alors, citer une revue qui n'est pas scientifique telle que "psychologie" qui est plutôt un magazine féminin (comme l'a fait le jam), et ensuite assimiler toute la psychologie à ça (comme l'a fait Numa), c'est du foutage de gueule.
Je me suis mal exprimé, il n'a jamais été question pour moi d'assimiler toute la psychologie à ça, ce genre d'idée ne m'est jamais passé par la tête. Tu remarqueras d'ailleurs que juste après je parle de bien examiner les sources, donc justement de ne pas tout mettre sur le même plan.

Mais c'était effectivement très maladroit de ma part de répondre comme je l'ai fait plutôt que de dire tout simplement que la source n'était pas sérieuse. Désolé.

Bon maintenant que le mal est fait, je vais quand même essayer de mieux exprimer ce que je voulais dire, en précisant pour commencer ce que je ne voulais pas dire : « pas une science » ne signifie pas automatiquement « pas valable » à mes yeux. Simplement j'ai l'impression que parmi les questions qu'étudie la psychologie, certaines sont intrinsèquement inaccessibles à une approche scientifique, par exemple parce que certaines observations ne sont pas reproductibles et pas indépendantes de l'observateur (par exemple quand elles dépendent de la relation entre un patient et son thérapeute). Ce n'est pas pour ça que ces questions ne sont pas intéressantes (au contraire) et qu'il n'y a pas moyen de les étudier sérieusement. Et bien sûr d'autres questions étudiées par les psychologues se prêtent bien plus à une approche scientifique et je suis bien conscient que quand c'est le cas une démarche expérimentale sérieuse est utilisée.

Bref, là encore il ne s'agit pas de tout mettre dans le même panier : les théories psychanalytiques (et j'emploie théorie dans un sens neutre) peu accessibles à une démarche scientifique, d'autres sujets en psychologie étudiés avec succès de façon beaucoup plus scientifique, les sciences « dures » mal faites (sans prendre assez de distance avec les préjugés ambiants, en se contentant d'un niveau de preuve très faible, etc), les sciences « dures » mieux faites, etc.

Polyvalentour a écrit:
Numa a écrit:Le groupe ayant reçu le placebo a développé plus d'agressivité que celui ayant reçu la testostérone. Morale : croire qu'on est censé devenir agressif rend plus agressif que les hormones censées rendre agressif.
Si celui qui a reçu de la testostérone était devenu plus agressif, alors la conclusion de cette expérience serait que la testostérone rendrait agressif, même si l'effet placebo est plus fort.
Là tout de suite je ne me souviens pas si le résultat était que la testostérone ne rendait pas agressif, ou juste moins que le placebo, mais au fond mon point n'était pas réellement de dire si la testostérone rendait agressif ou pas, mais que les aspect biologiques n'étaient (dans ce cas) pas les plus importants, contrairement à une ce que certains se plaisent à croire. Comme tu le dis plus bas :
Dans ce cas, la conclusion "La société crée les différences comportementales hommes-femmes" serait remplacée par "La société amplifie les différences comportementales naturelles hommes-femmes, et en crée éventuellement de nouvelles". Mais le raisonnement ne serait pas très différent.
Personnellement, au stade où on en est, je me fiche pas mal se savoir si 100%, 99% ou 95% des différences sont créés par la société, je pense juste qu'il est essentiel de casser l'idée selon laquelle ces différences seraient « naturelles c'est comme ça et on n'y peut rien alors arrête de discuter et de vouloir changer le monde ». D'ailleurs même si les différences étaient « naturelles » ça ne voudrait pas dire qu'il serait impossible ou pas souhaitable de s'en débarrasser.

La question de savoir ce qui est naturel est à mon avis mal posée et au fond inintéressante, les vraies questions sont : 1. quelle société veut-on construire ? 2. est-ce possible ? 3. comment on s'y prend ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 23:38

Antisexisme a écrit:
Ben figure-toi que l'étude des hormones, ça s'appelle l'endocrinologie, pas la génétique.
Par ailleurs, ce que dit Lucha va tout à fait dans le sens de ce que dit Lise Eliott, d'après mes souvenirs. Les hormones circulantes n'ont pas grand effet. Je ne vois pas pourquoi j'aurais relevé quoique ce soit.

Parler des différences sexuelles entre hommes et femmes aborder le sujet de la génétique et en conclure que les hormones ne servent à pas grand chose c'est d'une part s'arrêter en milieu de chemin et dire n'importe quoi car les hormones sexuelles ont un rôle important si ce n'est sur l'identité sexuelle (je suis d'accord que seules les hormones ne font pas tout sur l'identité sexuelle) sur les caractèristiques sexuelles visibles.

Antisexisme a écrit:
Bon, et sinon... je crois pas qu'on est ici pour parler de biologie...
Lise Eliott trouvent quelques différences qu'elles pensent innées (mais dont elle n'a pas la preuve formelle).

Bon et ensuite ? Ca change quoi ?

Mon point de vu c'est que ce qui distingue une homme d'une femme est en partie acquise et en partie biologique/hormonale/génétique, c'est ça mon point de vu dnc je suis bien obligé d'en parler, mais bon je crois qu'on a en effet fait le tour du sujet pour le moment.


Dernière édition par le jam le Dim 12 Fév 2012 - 23:47, édité 1 fois

le jam
Banni·e

Messages : 42
Date d'inscription : 21/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le féminisme nie-t-il les différences h/f ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 14 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum