Derniers sujets
» [Article] Ruptures : pourquoi on reste avec eux ?
par Nurja Aujourd'hui à 8:29

» [Article] Une justice qui protege les violents
par Nurja Aujourd'hui à 8:01

» Les femmes autochtones du Quebec brisent le silence...
par Araignée Aujourd'hui à 2:40

» BA(F)FE - Base de données féministes
par Black Swan Aujourd'hui à 1:54

» Peggy Sastre
par Claire G. Hier à 21:05

» inquiètantes théories sur l'égoïsme d' Ayn Rand
par michekhen Hier à 12:59

» Chansons féministes
par Iridacea Hier à 12:24

» Le voile
par Iridacea Lun 21 Aoû 2017 - 0:50

» [Article] Les hommes hétérosexuels sont-ils aussi victimes de violence conjugale ?
par Araignée Dim 20 Aoû 2017 - 17:14

» Une nouvelle arrivée
par Aëlloon Sam 19 Aoû 2017 - 22:23

» Nouvelle parmi vous
par Aëlloon Sam 19 Aoû 2017 - 22:17

» Ressources
par Dihya Mar 15 Aoû 2017 - 9:28

» Salut!
par Dihya Mar 15 Aoû 2017 - 9:14

» [Article] 220 femmes tuées par leur conjoint, ignorées par la société
par Aëlloon Sam 5 Aoû 2017 - 22:30

» C'est quoi "être une femme" ?
par Reiko Sam 5 Aoû 2017 - 20:32

» Vos techniques anti-manspreading ?
par Aëlloon Sam 5 Aoû 2017 - 16:27

» Le féminisme blanc existe-t-il ?
par Dihya Ven 4 Aoû 2017 - 18:01

» Ma therapie
par Plusmavictime Mar 1 Aoû 2017 - 21:53

» Salon du livre lesbien et débat HERstory le 1er juillet 2017
par Alpheratz Mar 1 Aoû 2017 - 12:09

» INFORMATION RÉGION - IPASS CONTRACEPTION
par Dihya Lun 31 Juil 2017 - 8:04

» Présentation
par Iridacea Lun 31 Juil 2017 - 1:03

» [Article] Que font les jeunes féministes de l’héritage des générations antérieures ?
par Dihya Dim 30 Juil 2017 - 20:02

» [Article] Sexe entre potes hétéros sur le forum JVC
par Dihya Dim 30 Juil 2017 - 19:05

» Intro de Klazoo
par Aëlloon Sam 29 Juil 2017 - 3:04

» Présentation Noki
par Aëlloon Sam 29 Juil 2017 - 2:54

» Présentation de Willl
par Iridacea Ven 28 Juil 2017 - 22:46

» Témoignages sur le manspreading
par Administratrice Ven 28 Juil 2017 - 18:41

» Je me présente
par Titi63 Jeu 13 Juil 2017 - 21:56

» kotava
par Iridacea Jeu 13 Juil 2017 - 10:27

» Youtube
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 8:35

» Le gene SRY
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:57

» Bastien Vivès "Une soeur", votre avis ?
par Klazoo Lexis Mar 11 Juil 2017 - 6:19


Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Elfvy le Mar 21 Aoû 2012 - 14:04

A diffuser !

en plus du non-catharsis, la banalisation des violences est évidente!

_________________
Si tu es neutre dans une situation d'injustice, tu as choisi le camp de l'oppresseur. - Desmond Tutu
avatar
Elfvy
Hystérique
Hystérique

Messages : 721
Date d'inscription : 25/03/2012

http://parlerpourexister.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Mar 21 Aoû 2012 - 16:01

Antisexisme a écrit:Sur ma page Facebook, il y a quelqu'une qui a posté quelque chose de très intéressant sur la catharsis. Je partage :
Merci, c'est très intéressant en effet, je savais pas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par mhysterie le Mar 21 Aoû 2012 - 16:43

J'ai tout de suite penser à mes cours de psychologie sociale en voyant le terme "catharsis". Merci beaucoup Antisexisme de nous transmettre ces infos ! Si je vois d'autres études sur le sujet, j'éditerai mon post pour les rajouter.
avatar
mhysterie
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n

Messages : 1586
Date d'inscription : 08/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Grunt le Mar 21 Aoû 2012 - 17:14

Faut oser parler de "tuer le débat" alors que ce sont les féministes qui ont provoqué ce débat : sans les réactions féministes, l'article de Joystick serait passé comme une lettre à la poste.

Et oui, au cas où vous saurez pas, représenter des viols de femmes et fantasmer dessus, ça s'appelle de la CARTHASIS, et ça permet d'éviter les viols ! Magique.
Il y a du juste dans l'article de Peggy Sastre : est-ce qu'on est vraiment responsable de fantasmer sur un viol ?

Le problème de l'article, c'est le pont entre "fantasme de viol" (qui ne concerne que le journaliste, sa/son psy, et ses partenaires), et une analyse du jeu censée parler au plus grand nombre. Autrement dit, le mélange des genres et la tentative de créer une connivence entre le lecteur (forcément masculin ?) de Joystick et l'auteur de l'article, sur la base de quelque chose de très intime (fantasmer, ou pas, sur le viol).
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Mar 21 Aoû 2012 - 17:26

@Grunt a écrit:Le problème de l'article, c'est le pont entre "fantasme de viol" (qui ne concerne que le journaliste, sa/son psy, et ses partenaires), et une analyse du jeu censée parler au plus grand nombre. Autrement dit, le mélange des genres et la tentative de créer une connivence entre le lecteur (forcément masculin ?) de Joystick et l'auteur de l'article, sur la base de quelque chose de très intime (fantasmer, ou pas, sur le viol).
Je suis assez d'accord : à partir du moment où on considère que le gamer moyen est censé trouver le viol excitant, il s'agit plus de fantasmes individuels, mais bien d'un truc culturel.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par pierregr le Lun 17 Sep 2012 - 8:10

Article sur la culture du viol

Extrait

L’univers des jeux vidéos est également un vecteur de la culture du viol. C’est d’ailleurs par cet univers que nous arrive une violente polémique, au sujet du dernier volume de Tomb Raider. Dans ce nouvel opus, Lara Croft se retrouve en fort mauvaise compagnie. Si aucune scène de viol n’est infligée au spectateur, l’idée est (très) clairement sous-entendue (sans confusion possible). Un journaliste du magazine Joystick a publié une revue enthousiaste de ce scénario, et notamment “du fâcheux incident” dont Lara Croft se trouve victime. “Fâcheux incident”, l’expression est de moi. L’auteur de l’article a plutôt utilisé l’expression “calvaire charnel”. Le mot “viol” est d’ailleurs évité, parce qu’il renvoie à un crime alors que “calvaire charnel” davantage à un fantasme hyper-banalisé ; sur cafaitgenre, @Mar_Lard répond point par point à l’article de Joystick. C’est long mais tellement précis, bien visé, que je ne peux que vous encourager à le lire dans son intégralité. Elle revient notamment sur le “calvaire charnel” qu’elle qualifie très justement d’ “expression d’homme hétérosexuel qui fantasme sur une idée érotisée du viol”.

http://www.madmoizelle.com/je-veux-comprendre-culture-du-viol-123377
avatar
pierregr
Amazone
Amazone

Messages : 3993
Date d'inscription : 05/09/2011

http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Ven 5 Oct 2012 - 19:01

Je viens de tomber sur cet article un peu ancien, à propos d'un "baiser volé"
http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2011/08/06/article_un-baiser-vole-cher-paye.shtml

Le titre déjà : "Un baiser volé cher payé"
On nous fait comprendre, que bon, voilà, être condamné (à de la prison avec sursis pour le coup) pour ça, c'est exagéré...

Ensuite l'expression romantique "baiser volé"..

Et enfin, le texte lui-même :
Troublé par sa visiteuse, à laquelle il vient de proposer une mission de deux jours pour la semaine suivante, le directeur de l'agence sort sur les talons, lui saisit la taille et tente d'obtenir un baiser.
Après avoir entendu le directeur d'agence expliquer qu'il avait perdu la tête, le tribunal a révisé ce barème à la baisse. Sans passer l'éponge. •

Embrasser quelqu'un de force n'est pas une agression. C'est juste que le pauvre homme a perdu ses esprits. C'est au final limite lui la victime : victime de ses désirs et de la beauté de la femme.

Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par cleindo le Ven 5 Oct 2012 - 19:42

C'est bien connu d'ailleurs, quand t'es tout secoué, hop c'est atavique: tu roules une pelle au voisin....
N'importe quoi...
avatar
cleindo
Amazone
Amazone

Messages : 2942
Date d'inscription : 20/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Ven 5 Oct 2012 - 19:58

L'article sous-entend qu'il aurait été normal que le tribunal "passe l'éponge", alors que cela aurait été inacceptable.

Par contre, deux ans de prison pour un baiser volé, franchement, cela aurait été exagéré.

EDIT : J'ai mal lu. J'avais compris "deux ans de prison ferme" à la place de "deux mois de prison avec sursis". Je ne suis pas en forme ce soir. Sad La suite de mon message n'a donc pas grand intérêt. Je la mets en spoiler.
Spoiler:
Il n'y a qu'à voir le genre de personne qui se prend 2 ans de prison :
-un fou du volant qui agresse et frappe les automobilistes
-un voleur à main armée
-des escrocs sur internet qui s'emparent de coordonnées banquaires et qui détournent de l'argent
-un homme très violent
-un collégien qui poignarde sa prof (OK, lui, il est mineur. La justice a été très très clémente.)


Dernière édition par Polyvalentour le Ven 5 Oct 2012 - 20:34, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Usagi le Ven 5 Oct 2012 - 20:07

Il a été condamné à deux ans de prison, mais avec sursis !
Dans les exemples que tu as donné, il s'agit de deux ans de prison ferme.

_________________
Si tu veux véritablement connaître le cœur d'une personne, observe comment elle se comporte avec ceux qui ne peuvent rien lui apporter.
avatar
Usagi
Modératrice
Modératrice

Messages : 1979
Date d'inscription : 17/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Araignée le Ven 5 Oct 2012 - 20:20

Plyvalentour a utilisé le subjonctif. Wink

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros

Messages : 4521
Date d'inscription : 02/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Ven 5 Oct 2012 - 21:16

Et en plus, c'est pas deux ans, mais deux MOIS !
(et avec du sursis !)

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Ven 5 Oct 2012 - 21:32

Antisexisme a écrit:Et en plus, c'est pas deux ans, mais deux MOIS !
(et avec du sursis !)
C'est ça, continue d'enfoncer le clou... Sad

(Je plaisante.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par mamzelael le Sam 6 Oct 2012 - 8:38

ce genre de comportement est purement machiste ça fait penseraux rapts de vierge et aux viols dans l'antiquité et au Moyen-Âge. La femme est simplement un objet sexuel crée par Dieu pour le plaisir de l'homme. Ce baiser volé est une preuve flagrante de l'objetisation de la femme. Et c'est bien qu'il fut condamné. Mais que le procureur soit obligé de plaider les souvenirs douloureux de la victimes me choque. En gros si la femme n'avait pas eu de trauma avant le geste du mec n'était pas grave?
avatar
mamzelael
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e

Messages : 272
Date d'inscription : 06/05/2012

http://etre-humain-avant-tout.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Sam 17 Nov 2012 - 17:32

Deux affaires :

Pédocriminalité
Spoiler:
Vous avez peut-être entendu parler de cette affaire de pédocriminalité, où un père a violé et mis enceintes deux de ses filles.
L'article le plus complet que j'ai trouvé est celui-ci. Je suis également tombée sur cet
article.

Je note quand même plusieurs choses :
- on nous parle d'inceste consenti et d'amour dans les titres. Même si "consenti" et "amour" sont entre guillemets, je trouve ça... étrange.

- je suis aussi choquée du terme "rapports sexuels" pour des viols pédocriminels.

- le père de famille battait apparemment ses enfants ; l'une des filles
dit avoir été "réticente" avant d'être "consentante". La mère dit que les viols ont commencé bien avant que les filles aient 15 ans. La plus petite enfant devait regarder les ébats de ses parents. On notera aussi que les filles ont dû subir plusieurs IVG, ce qui indique que ce charmant monsieur avait l'air de prendre très au sérieux les problèmes de contraception. Malgré cela, les journalistes n'interrogent jamais vraiment ce "consentement". Ils parlent d'un dossier qui dérange, d'une affaire extraordinaire, comme si ce consentement était vraiment valide... Alors qu'il parait évident qu'on peut parler de syndrome de Stockholm.

Les journalistes présentent également que la version du père et des deux filles, et pas des psychiatres.

Par ailleurs, les parent ont été condamnés à ... rien. Oui, 2 ans fermes, largement couverts par la préventive.

Bref, je trouve les journalistes un peu... légers.

Zahia
Spoiler:
http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/08/25/Et-si-on-réfléchissait-un-peu-à-l-affaire-Ribéry
Juste pour vous dire que Maître Eolas défend Ribéry, et considère que l'on devrait autoriser la prostitution de mineur-e-s de plus de 15 ans !
Voir notamment sa réponse au commentaire n°31, où il compare l'interdiction aux mineur-e-s de se prostituer à l'interdiction d"aller aux concerts de rock dans les années 60.
Bon, OK? c'est pas un article de presse, mais un article de blog !

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par ko le Sam 17 Nov 2012 - 18:48

pale
J'ai lu l'article du parisien avant de lire tes annotations... Dedans, outre le fait qu'iels "oublient" de parler de pédocriminalité, et parlent consentement, iels ont carrément oublié de mentionner les fait précédents dont tu fais mention; ça modifie carrément la perception que l'on a du père et de la famille!

Et maître Eolas... En même temps ça fait pas mal de temps qui laisse traîner des indices qui laissent présumer de sa conception de l'égalité. Mais là, il y va fort... vomi

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Grunt le Sam 17 Nov 2012 - 20:20

Heu, ce serait le seul "travail" autorisé entre 15 et 16 ans ?

J'avais pas relevé cette énormité Neutral
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Dim 18 Nov 2012 - 18:41

Sur Rue89 (évidemment...) : « On était amoureux » : l’inceste, entre morale et code pénal
My god Shocked !!

C’est après des confidences de l’aînée à une amie que la famille s’est retrouvée au tribunal. Le père, déjà condamné à huit ans de prison et la mère à cinq ans, sans mandat de dépôt, sont aujourd’hui face à la cour d’assises d’appel de la Somme, à Amiens, pour viol aggravé sur ses filles et non-dénonciation.

C’est une histoire déjà vieille de plusieurs années. A l’époque, la famille vivait dans une « magnifique propriété de Compiègne », le père était cadre supérieur et la mère éduquait leurs cinq enfants.

On ignore comment cela s’est joué, mais le père et ses deux grandes filles sont tombés « amoureux ». A partir de leurs 15 ans, elles couchaient avec leur père. Elle disent aujourd’hui « leur consentement et leur amour » à la barre. Adultes, elles sont tombées enceintes. L’une d’elle a avorté une fois, puis deux. La troisième fois, une fausse couche a réglé la question. L’autre a gardé le bébé et vit désormais « en concubinage » avec son père.

La mère qui tenait, dit-on, un « planning » des nuits passées avec son mari, assistait à tout cela avec bienveillance. Poursuivie aujourd’hui pour « non-dénonciation de viol », elle reconnaît que « tout était complètement vicié » et veut être condamnée.

Cette histoire a connu son dénouement ce vendredi soir : l’homme a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ans avec sursis, pour viol aggravé, et la mère à quatre ans, dont deux avec sursis, pour complicité de viol aggravé sur mineur de 15 ans et non-dénonciation.

Braver le vieil interdit de l’inceste



Une autre histoire, pendant fictif et solaire de l’affaire d’Amiens, a frappé les journalistes. Dans « Petite table, sois mise ! », d’Anne Serre, publié aux Editions Verdier, deux phrases semblent avoir retenu leur l’attention. Beaucoup les reproduisent dans leurs critiques :
« Le sexe de papa faisait nos délices. Nous n’étions jamais rassasiées de sa vue, de son toucher » ;
« Maman était nue la plupart du temps [...]. Elle brossait sa toison devant la glace du vestibule, à grands coups, aussi sérieusement qu’elle se lavait les dents le soir. »

Dans ce conte qualifié de « joyeux », « enchanté », « amoral », « éclatant », « troublant », « envoûtant »... Anne Serre raconte, à la première personne, une enfance passée à se livrer à des jeux érotiques avec ses parents et leurs amis.

Eric Chevillard, dans Le Monde, met en garde contre la tentation de vouloir plaquer à tout prix les mots « inceste » et « pédophilie » qui n’apparaissent jamais dans le texte :

« C’est là l’audace principale d’Anne Serre que de braver le vieil interdit, ravivé dans nos consciences modernes par de sordides et récurrents faits divers.

Or justement nous ne sommes pas là dans le fait divers, mais bien dans l’espace littéraire du conte où tous les excès sont permis, et même souhaitables, puisque le corps et l’esprit du lecteur s’y trouvent ainsi mis à l’épreuve et ébranlés, confrontés soudain à cette effrayante liberté en deçà du bien et du mal qui précède les lois morales et politiques. »

Difficile pourtant de ne pas songer aux deux filles d’Amiens, « amoureuses » de leur papa, lorsque Anne Serre écrit :

« Je ne voudrais pas, ici, sembler faire l’apologie des liens sexuels en famille [...]. Mais [...] nul ne me convaincra de m’arracher les cheveux, de couvrir ma tête de cendres, de pleurer, puisqu’au fond de moi nul ne pleure, mais au contraire, rit et demande à danser. »

OK.
Merci Rue89 !

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Grunt le Dim 18 Nov 2012 - 19:11

J'ai déjà vu passer cette histoire, sur un article qui mentionnait également des violences et des pressions commises par le père.

Je trouve très douteux que ce soit passé sous silence sur Rue89.. Présenter cette histoire comme positive, pourquoi pas, mais à condition qu'elle le soit vraiment.
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par ko le Dim 18 Nov 2012 - 19:16

J'ai vu le titre, mais j'avais pas eu la force d'ouvrir l'article. J'avais eu raison.

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Dim 18 Nov 2012 - 19:21

Très sincèrement, même s'il n'y avait pas de violences à côté, et que les viols avaient vraiment commencé qu'après 15 ans, et que les filles étaient "consentantes" je trouve ça trèèèèès douteux de considérer comme positif des relations sexuels entre un père et ses filles mineures...

Mais là, en plus, ils "oublient" certains détails qui montrent que le père était violent, que les filles n'étaient pas "consentantes" au départ, que les viols auraient débuté avant, etc.

Puis bon, cette comparaison avec un bouquin où une fille raconte le plaisir qu'elle a eu avec son père, étant enfant --> vomi

Par ailleurs, regardez les commentaires sélectionnés :
Spoiler:
On peut effectivement fantasmer sur son père au moment de l’adolescence sans en avoir vraiment conscience, avoir une immense admiration pour lui. Dans cette période ou sa sexualité s’éveille et ou l’on quitte l’enfance en se projetant vers le monde des adultes.
Le plus proche de soi, homme et adulte, c’est lui. Il y a parfois une relation presque ambigue avec lui. Je trouvais mon père magnifique a coté de mes petits copains si mièvres.
Spoiler:
Pour l’histoire de cette famille de Compiègne, il est trop difficile de pouvoir se faire un avis sur ce qui a bien pu se passer entre ces parents et leurs deux filles. Nous ne sommes pas dans l’intimité de cette famille et le mieux est de rester dans une réserve prudente.
Cette histoire relève de l’intime et d’une situation dont les détails nous échappent. Je trouve donc un peu déplacé les commentaires des riverains qui s’expriment sur ce qu’ils ne peuvent pas comprendre, n’ayant pas tous les éléments en main pour juger cet homme, cette femme et ces filles.

Y'a d'ailleurs le compte de Rue89 qui m'est tombé dessus Rolling Eyes
https://twitter.com/Rue89/status/270223324922134529


Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par ko le Dim 18 Nov 2012 - 19:25

On peut effectivement fantasmer sur son père au moment de l’adolescence sans en avoir vraiment conscience, avoir une immense admiration pour lui. Dans cette période ou sa sexualité s’éveille et ou l’on quitte l’enfance en se projetant vers le monde des adultes.
Le plus proche de soi, homme et adulte, c’est lui. Il y a parfois une relation presque ambigue avec lui. Je trouvais mon père magnifique a coté de mes petits copains si mièvres.
En fait, ce n'est pas qu'une fille fantasme sur son père qui me gène, mais le fait que l'on utilise ce type de commentaire pour sous-entendre que donc tout va bien si le père tombe "amoureux" de sa fille (c-a-d utilise son ascendant sur elle).
Sur cette affaire, une mise au point de sandrine70 (bon, pas la même audience que rue 89, mais bon...)
http://sandrine70.wordpress.com/2012/11/18/le-consentement-paravent-de-la-propagande-de-limpunite-des-violeurs/

ko
Amazone
Amazone

Messages : 2503
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Dim 18 Nov 2012 - 19:36

Oui, absolument !! Sous cet article, où l'on sait qu'il y a eu viol, ça fait froid dans le dos, encore plus si ce commentaire est sélectionné.

J'avoue qu'en ce moment, entre :
- les articles qui me disent que l'inceste pédocriminel c'est de l'amour
- les gens qui disent que le proxénétisme, c'est pas grave, c'est juste du salariat, et que ça peut même en arranger certaines
- les ovations de la BD de Chester Brown
je suis en mode "dégoûtée/dégoûtée/dégoûtée"
vomi vomi vomi
Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Marre de ces gens qui sous prétexte qu'ils veulent se montrer libres d'esprit et ouverts, acceptent et minimisent les violences. Ca me désole d'autant plus que ce sont souvent gens se déclarant féministes.

Ca, plus les actions de Civitas... m'enfin bref. Suspect

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Grunt le Dim 18 Nov 2012 - 20:43

Antisexisme a écrit:Très sincèrement, même s'il n'y avait pas de violences à côté, et que les viols avaient vraiment commencé qu'après 15 ans, et que les filles étaient "consentantes" je trouve ça trèèèèès douteux de considérer comme positif des relations sexuels entre un père et ses filles mineures...
Ben, c'est le ressenti des "victimes" qui importe, non ?

Si une fois majeures elles ne trouvent rien à redire, je ne vois pas où est le problème. Sérieusement, hein.

Mais là, en plus, ils "oublient" certains détails qui montrent que le père était violent, que les filles n'étaient pas "consentantes" au départ, que les viols auraient débuté avant, etc.
Voilà, c'est le truc énorme que Rue89 passe sous silence Rolling Eyes
@ko a écrit:
En fait, ce n'est pas qu'une fille fantasme sur son père qui me gène, mais le fait que l'on utilise ce type de commentaire pour sous-entendre que donc tout va bien si le père tombe "amoureux" de sa fille (c-a-d utilise son ascendant sur elle).
J'attends toujours de savoir ce qui va mal, dans un cas pareil, quand les gens critiquent.Ok, c'est pas bien, et je te demande : pourquoi ?
Pas que je pense que c'est bien, mais ça me paraît nécessaire d'aller se demander pourquoi on trouve quelque chose "mauvais". (Après tout, y'a des gens qui trouvent mauvais qu'un couple homo adopte un enfant, aussi).
J'ai vachement du mal avec ce genre de discours, parce que par défaut il assimile "sexualité" à "agression, crime"..
avatar
Grunt
Banni·e

Messages : 2074
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Invité le Dim 18 Nov 2012 - 20:54

@Grunt a écrit:
Ben, c'est le ressenti des "victimes" qui importe, non ?
Ben, dans ce cas là, tu peux aussi trouver des gamins qui vont te raconter qu'ils aiment avoir des relations avec des adultes, etc.
Dans tous les cas d'oppressions, de violences, tu vas trouver des gens qui disent aimer ça, c'est pas pour autant que c'est acceptable.

Par ailleurs, je suis absolument d'accord avec Sandrine là-dessus :
Alors oui, on imagine qu’il soit possible qu’une fille violée depuis l’âge de 10 ans, qui ne connaît de l’amour que ce que ce criminel contre l’humanité lui a imposé, qui est sous son emprise : (il avait l’autorité, le devoir de protéger, il l’a utilisé pour exercer une violence assassine sur ses filles, et a fait comme tous les agresseurs : assuré son impunité en maintenant son emprise sur ses filles), puisse vouloir défendre ce criminel. L’emprise est trop forte, et c’est une stratégie de survie. D’autant que jusque là, ni la mère, ni l’entourage, ni la société ne l’ont défendue.

Il faudrait que cette femme s'éloigne un peu de son père pendant quelques années pour prendre du recul. A ce moment-là, je suis sûre qu'elle pourra déjà mieux savoir si ce qu'elle vivait était vraiment consenti ou non.

Certains
journaux parlent de "tyran domestique". Face à un tyran, qui avait autorité sur elles, violent de surcroit, quelle valeur accorder à ce consentement ?

Invité
Banni·e

Messages : 7572
Date d'inscription : 04/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les violences sexistes sont traitées dans les médias

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum