Derniers sujets
Présentation de MickaëlAuroraJeu 14 Déc 2017 - 16:02Mickaelauroraréfléchir à plusieurs pour rélféchir plus vite!! :)Jeu 14 Déc 2017 - 13:53TortueSalut à tou.te.sMar 12 Déc 2017 - 17:18Ale.bonjour tout le mondeMar 12 Déc 2017 - 1:15AraignéePedro KazumiMar 12 Déc 2017 - 0:48AraignéeD'où vient l'essentialisme ?Lun 11 Déc 2017 - 15:33TortueListe de qualités essentielles à un petit ami d'une féministeJeu 7 Déc 2017 - 17:35TortueURGENT Réédition : "Notre corps, nous même"Jeu 7 Déc 2017 - 0:39AëlloonJe veux des Poches!!Mer 6 Déc 2017 - 22:52AëlloonPrésentation de Maerlynn (:Mar 5 Déc 2017 - 16:59TortueUne fille au pays des hommes menus, récits colorésDim 3 Déc 2017 - 8:46DihyaThe man-woman wars récits colorésDim 3 Déc 2017 - 4:15ReikoIntersectionalité et paradigmes apparentésDim 3 Déc 2017 - 2:05Black Swan[Article] Mélanie Gourarier. « La séduction alpha mâle s’inscrit dans un continuum de pratiques violentes »Sam 2 Déc 2017 - 15:19Dihya[Radio] Emissions féministes (ou sujets qui nous concernent)Mer 29 Nov 2017 - 9:12Coquelic0tVos films (vraiment) féministesLun 27 Nov 2017 - 17:08erulelyakotavaLun 27 Nov 2017 - 11:56Luce#BoycottWebedia et #BalanceTonForumVen 24 Nov 2017 - 10:07Klazoo LexisFéminisme culturel vs. féminisme radicalMar 21 Nov 2017 - 13:40Tortuefemmes enceintes versus personnes enceintesMar 21 Nov 2017 - 11:20IridaceaLes talons cornés : "horribles", "intolérables" et "anti-sexy"Dim 19 Nov 2017 - 17:25erulelyaFaut-Il Porter Un Soutien-Gorge ? - Article.Ven 17 Nov 2017 - 20:42Ceridwen0813Luce en lutte : rendre la langue française non sexisteVen 17 Nov 2017 - 12:33erulelyaBizutage en médecine à l'université de caen = Enseignement du sexisme ?Jeu 16 Nov 2017 - 11:31michekhenBonjour ! Moi, Je.Lun 13 Nov 2017 - 16:18Un HommePeggy SastreSam 11 Nov 2017 - 4:12Klazoo LexisHelloVen 10 Nov 2017 - 11:15IridaceaBoujour à vous Dim 5 Nov 2017 - 20:50IridaceaMorg@neDim 5 Nov 2017 - 18:30IridaceaGeorges BouillonDim 5 Nov 2017 - 18:17Iridacea"Free the Nipple"Sam 4 Nov 2017 - 1:18erulelyaOuvrir la voix par Amandine Gay (black feminism)Jeu 2 Nov 2017 - 20:58Aëlloon

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 16:25
Je voudrais n'en connaitre qu'un. Sad

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Carol
Hystérique
Hystérique
Messages : 686
Date d'inscription : 31/07/2013

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 16:31
@Nurja Sad  :calin: 

avatar
Omniia
Modératrice
Modératrice
Messages : 2918
Date d'inscription : 20/10/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 16:35
:calin: 

_________________
Je ne suis pas souvent là.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4542
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 16:44
:calin: Nurja

Loupita Lebowski a écrit:
J'ai lu le topic et je crois bien qu'une des choses qui m'a le plus choquée c'est ça :
@Araignée a écrit:Et hop, j'en reviens fatalement à cette déclaration fatidique de mon ex : "tu m'as forcé à te violer".
:arg: :arg:
Mais sérieux, comment on peut en arriver là ? A penser ça ? Je peux même pas imaginer comment tu as pu réagir à ça, c'est tellement dénué d'empathie et égocentrique. Genre c'est lui la victime ! Evil or Very Mad
:calin: à toi Araignée, et à vous tout.e.s d'ailleurs
C'est de la pure manipulation perverse. Maintenant que j'ai fait un travail là-dessus et sur mon sentiment de culpabilité, cette phrase me donne presque envie de rire : quel culot, ridicule, illogique.

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Invité
Invité

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 17:13
Je suis contente que tu aies réussi à dépasser ça et à (presque) en rire aujourd'hui. Ce genre de phrases peuvent détruire et en même temps elles démontrent bien toute la stupidité et les contradictions de ces hommes.
avatar
GloriAnar
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 357
Date d'inscription : 28/08/2013

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 17:48
Merci pour le soutien, je le renvoie à toutes celles qui en ont besoin :calin: 

Ces histoires de manipulation de la part des violeurs, ça me fait penser à la manière d'enfermer les femmes en général, surtout au niveau thérapeutique et médical. Dans un épisode de American Horror Story, il y avait une phrase du genre "On vit dans une société où les femmes sont rendues folles ou accusées de l'être pour qu'on puisse les enfermer".
avatar
Tiffanny
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 297
Date d'inscription : 14/08/2013

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 17:52
C'est terrible de vous lire. Encore pire que j'imaginais. On parle de la condition féminine en Afrique, en Occident c'est moins évident mais plus pervers. Tout se passe comme si d'une manière ou d'une autre certains hommes trouvent toujours le moyen d'arriver à leurs fins.
Solidarité avec toutes... :calin: 
avatar
Carol
Hystérique
Hystérique
Messages : 686
Date d'inscription : 31/07/2013

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 18:43
@GloriAnar a écrit:Merci pour le soutien, je le renvoie à toutes celles qui en ont besoin :calin: 

Ces histoires de manipulation de la part des violeurs, ça me fait penser à la manière d'enfermer les femmes en général, surtout au niveau thérapeutique et médical. Dans un épisode de American Horror Story, il y avait une phrase du genre "On vit dans une société où les femmes sont rendues folles ou accusées de l'être pour qu'on puisse les enfermer".
J'adore aussi AHS, quel dommage qu'il se sente obligé de violer une femme à chaque saison. La saison 3 traitera des sorcières, j’espère qu'elle seront montrées d'une façon positive même si je me fais pas trop d'illusion...

On vit dans une société où les femmes sont rendues folles ou accusées de l'être pour qu'on puisse les enfermer : ça me fait penser à cet article le cinéma est politique . J'ai beaucoup aimé ce dessin animé, c'est si rare de voir des femmes solidaires dans les médias.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4542
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 23:12
Loupita Lebowski a écrit:Je suis contente que tu aies réussi à dépasser ça et à (presque) en rire aujourd'hui. Ce genre de phrases peuvent détruire et en même temps elles démontrent bien toute la stupidité et les contradictions de ces hommes.
C'est vrai que si aujourd'hui j'en presque ris, pendant longtemps (6 ans), je l'avais assimilée comme vraie. J'étais coupable, coupable de ne pas être une "vraie femme" (comprendre "une femme baisable"), coupable d'avoir osé sortir avec un homme alors que j'étais incapable d'avoir des relations sexuelles, coupable d'avoir mal, coupable d'être une pute et de refuser de l'être pour l'homme que j'aimais, coupable, coupable, coupable. Du coup, quand je voyais mon ex, je lui faisais la bise, l'invitais chez moi, lui offrais le thé (puis, petit à petit, si mon comportement envers lui était toujours aussi accueillant, une fois qu'il était parti, seule chez moi, je laissais éclater ma colère et ma peine...).

Quand j'ai répété cette phrase à mon psy, lui qui doit entendre très souvent des récits terribles et des traumatismes infernaux (d'autant plus que sa spécialité, c'est l'écoute et l'aide des demandeurs d'asile), sa première réaction (je m'en souviendrai toute ma vie, de cette séance), ça a été ça :
OO

Puis, j'ai dit que ça constituait quand même un aveu (dans cette phrase, on entend quand même distinctement "je t'ai violée", preuve qu'il savait exactement ce qu'il faisait ; il a beau jeu maintenant de prétendre que c'était un quiproquo et qu'il m'avait crue consentante). Un aveu et une tentative (réussie, même si elle ne l'est plus) de retournement de culpabilité.
Et lui, mon psy, m'a dit une chose à laquelle je n'avais pas pensé. Dans cette phrase, en fait, non seulement il me rend coupable du viol qu'il a commis à mon encontre, mais en fait, il va encore plus loin, il m'accuse, en filigrane, de l'avoir violé. Parce que ce qu'il dit, c'est que je l'ai "forcé". Or on parle ici d'une "relation sexuelle" (avec tous les guillemets qu'on doit mettre dans une telle situation) : je l'ai forcé à avoir une "relation sexuelle" avec moi, donc je l'ai violé, rien de moins. C'est l'ultime du retournement de culpabilité.

Je me souviens qu'à la fin de cette séance, quand mon psy s'est levé pour me raccompagner à la porte et que je me suis levée aussi, près de la porte, nous étions très proches l'un de l'autre et mon regard a croisé le sien.

Il avait les larmes au bord des yeux.


Dernière édition par Araignée le Lun 2 Sep 2013 - 2:51, édité 1 fois (Raison : grammaire et orthographe)

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Invité
Invité

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Dim 1 Sep 2013 - 23:16
Il avait les larmes au bord des yeux.
ça ne m'étonne pas :calin: :calin: Sad Sad 
avatar
Invité
Invité

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Lun 2 Sep 2013 - 0:05
Je crois bien que je les ai aussi en ce moment :calin: Crying or Very sad 
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4542
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Lun 2 Sep 2013 - 3:14
Cette empathie très lisible qui caractérise mon psy (on entend parfois que les psychanalystes sont "froids et distants', ben en tout cas pas le mien. Je l'ai aussi vu se ronger les ongles quand j'évoquais mes soucis d'argent ou ma peur de retourner tapiner, mais aussi sourire voire rire quand je faisais référence, même involontairement, à une plaisanterie faite auparavant), cette empathie donc et ses émotions qui transparaissent, suscitent chez moi deux sentiments ambivalents.

D'une part, ça me trouble, ça touche ma propre empathie, j'ai peur de lui faire du mal, peur que mes récits l'atteignent de façon douloureuse, d'autant plus que je me dis que des patients comme moi, ou du moins des patients qui souffrent et ont une histoire douloureuse, il en voit toute la journée, tous les jours de la semaine (d'où aussi le fait que quand il part en vacances, même si j'appréhende, je suis contente pour lui, je me dis qu'il en a besoin et qu'il va pouvoir souffler un peu). Je ressens le besoin de le protéger, de raconter en douceur, pas trop d'un coup, de ponctuer par des séances plus légères, plus joyeuses, de faire en sorte qu'il ait l'occasion aussi de profiter de mon humour, de ma poésie, de ce qui me rend heureuse, de mes bonnes nouvelles... J'ai beau savoir qu'il a effectué un travail sur lui et sait gérer le contre-transfert, ça ne m'empêche pas de penser que tout ça doit l'affecter, je le vois bien...

D'autre part, ça me rassure, ça me fait du bien de me rendre compte qu'il m'aime, que ma souffrance ne l'indiffère pas, qu'il la comprend puisqu'il la ressent. Je ne supporterais pas un psy froid, distant, sans expression. Je ne supporterais pas d'avoir l'impression que ce qui m'a détruit, ce qui m'a anéantie, ce qui m'empêche parfois de vivre, lui, il s'en fiche. Je ne supporterais pas d'avoir à me demander si à ses yeux, je ne serais là que pour lui permettre de gagner sa vie. Je ne supporterais pas d'imaginer que, peut-être, quand il pense à moi, il me voit comme une marginale cinglée et inutile. Je sais, du moins je peux imaginer sans problème et je suis sûre d'être plus dans le vrai que dans le fantasme total, qu'il m'apprécie, qu'il aime certains aspects de ma personne, qu'il souhaite pour moi que j'aille mieux, que je sois moins angoissée, que je réalise mes rêves.

Si je vous raconte ça, ce double-sentiment d'apprécier l'empathie et en même temps, d'en ressentir de la peine pour l'empathique qui du coup souffre, c'est parce que c'est aussi ce que je ressens quand vous aussi, vous faites preuve de la même empathie.

Du coup je vous fais un câlin : :calin:

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Lun 2 Sep 2013 - 6:47
:calin: à toi, Araignée.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Irja
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 200
Date d'inscription : 22/05/2013
http://peuventilssouffrir.wordpress.com/

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Lun 2 Sep 2013 - 22:14
Je découvre ton témoignage Araignée et je ne sais que dire à part me joindre à ce calin :calin: 

_________________
Peuvent-ils souffrir...?
avatar
Invité
Invité

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 1:01
Je suis vraiment très touché par ton témoignage araignée. Je ne voudrais pas être maladroit mais si je peux me permettre ne t'inquiète pas trop pour ton psy. C'est un professionnel de l'écoute. Il est là pour t'aider. C'est normal qu'en tant qu'être humain, il soit touché par ton histoire. Les machines sans cœur, c'est insupportable. Mais, c'est aussi un professionnel qui est formé pour entendre des grandes souffrances et t'aider à mieux les vivres.
avatar
Araignée
Héroïne/Héros
Héroïne/Héros
Messages : 4542
Date d'inscription : 02/09/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 2:21
Merci Irja et Charlot.

Charlot, je sais qu'il est formé à entendre les souffrances sans se laisser envahir, qu'il a fait une analyse, tout ça, mais il y a quand même une part de moi qui ressent le besoin de le préserver... rationnellement, je sais que ce n'est pas la peine, mais tout ce qu'on fait ou pense n'est pas rationnel. C'est aussi le signe que mon transfert est très fort, et c'est plutôt bon signe (pour les psychanalystes, ce qui fait fonctionner la thérapie, c'est avant tout le transfert ; et ça semble logique, le transfert, c'est avant tout du lien, et sans lien, pas de soin...).

Ce soir, j'étais chez mes voisins, et mon ex était là. Comme d'habitude, je ne lui ai pas dit bonjour, pas dit au revoir, pas parlé, même quand il s'adressait à moi. Mais je suis très contente de constater que contrairement à avant, sa présence ne m'affecte plus du tout : qu'il soit là ou pas, ça m'indiffère (je sais que par contre, si je cesse de l'ignorer, même pour lui lancer une réplique cinglante, aussitôt je m'écroule). Je le vois, je l'entends, mais en fait, c'est comme s'il faisait partie des meubles, pour moi il n'est plus un être vivant (juste retour de bâton, il a voulu faire de moi un non-être, un objet, qu'il en soit ainsi pour lui...), c'est mon moyen de me protéger et je suis ravie de constater que maintenant, il marche à 100%.

_________________
"Il n'y a pas de création sans transgression des normes" (Roland Gori)
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 2:39
:calin:  Araignée, très émue aussi...
Les psys que je connais (en tant qu'amis, pas patiente...) m'ont toujours parlé de la nécessité de "distance thérapeutique" (le transfert est un lien qui est censé se faire uniquement dans le sens "patient-thérapeute"). Même si le thérapeute ressent des sentiments personnels (ce qui est bien normal, pour être thérapeute il n'en est pas moins sensible...) il ne doit pas l'exprimer, dans l'intérêt de la thérapie.
Mais il semble que ce dogme soit remis en cause par certaines écoles:
Les approches psychanalytiques plus récentes d'outre-mer, approches post-modernistes, remettent en question cette notion d'un analyste neutre à partir duquel le patient établirait la distance. Le modèle suggéré est celui d'une distance co-créée simultanément par les deux partenaires. Ceux ci ont des rôles différentiels, des positions asymétriques, mais ont une influence mutuelle l'un sur l'autre. La thérapie serait donc une sorte de "tango a deux"' avec des processus de "régulation mutuelle", proches de ce que l'on observe dans la relation entre le nourrisson et sa mère (Voir les travaux de Beebe& Lashman et de Daniel Stern).
Hoffmann suggère que la distance dans la situation thérapeutique résulte d'un rapport didactique, entre une certaine spontanéité et une discipline analytique: d'un coté, la discipline psychanalytique avec son setting d'écoute des associations libres, de règles de temps et d' espace, d'arrangements financiers, qui facilite l' idéalisation nécessaire pour contrecarrer les influences négatives du passe; de l' autre, une spontanéité et une réceptivité au patient qui représente la réaction a ce que le patient a d'unique et qui lui permet de se sentir reconnu comme tel par le thérapeute.
http://www.serpsy.org/colloques_congres/compte-rendu/serpsy_04/treves.html
Au vu de tes réactions je me dis que cette théorie est fondée... Smile 

_________________
Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste. (Louise Michel)
avatar
Nurja
Déesse/Dieu Suprême
Déesse/Dieu Suprême
Messages : 9215
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 6:51
Chère Araignée, je suis heureuse que tu arrives à te protéger contre ton ex aujourd'hui. :calin:

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Invité
Invité

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 9:48
Intéressante ton approche Sardine
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 9:50
Elle n'a rien d'original, c'est cette même approche (le refus de prendre ce risque) que tou(te)s les membres abolitionnistes du forum développent aussi à propos de la prostitution.

_________________
Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste. (Louise Michel)
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 10:01
Je suis désolée, j'ai été absente pendant une semaine et je n'ai fait que survoler le topic. Donc j'espère que je ne vais pas dire quelque chose à côté de la plaque ou qui a déjà été dit.

D'abord un petit câlin à toutes celles qui en ont besoin :calin: Toute ma solidarité Smile(pour moi aussi, c'est un sujet difficile)

Ensuite, ce matin, j'ai eu une réflexion sur le viol, et je voulais la partager avec vous.
En fait, je me suis rendu compte que les machos/miso nous disaient des choses contradictoires :


  • D'une part, ils nous disent, quand une fille ou une femme a été violée : "ouh la la, mais aussi, t'as vu, elle a pris des risques. Elle a fait de l'autostop, elle a emmené un inconnu chez elle. Faut pas qu'elle s'étonne !". Exemple : par rapport à ce témoignage, j'ai vu un mec sur Twitter dire : "Elle a emmené un quasi-inconnu chez elle. Elle a joué à la roulette russe, et elle a perdu. Tant pis pour elle". Il a même ajouté "j'excuse pas le crime, mais j'excuse le criminel" (sous entendant donc que c'était un comportement normal). Ou bien, sous les commentaires de l'article puant de Kamal, y'a un mec qui dit "oui, mais les filles, si elles veulent pas être violées, il ne faut pas qu'elles couchent avec des inconnus. Le mec il la connait pas, il s'en fout d'elle, il va faire ce qu'il a envie et basta !" (sous-entendu, encore une fois : "normal qu'un mec se comporte ainsi")...

  • D'autre part, toujours ces mêmes machos s'énervent face aux féministes, poussent des gémissements en disant "Bouh les féministes sont méchantes ! elles disent qu'il y a beaucoup de violeurs, c'est pas vrai... bouh... tous les hommes sont pas comme ça, les violeurs, c'est des exceptions...Faut arrête d'être parano...bouhouhou Sad "



Alors moi j'aimerais comprendre quelque chose :

- soit les femmes qui font de l'auto-stop ou invitent des inconnus chez elles sont en effet complètement imprudentes et jouent à la "roulette russe". Et dans ce cas-là, les féministes ont raison d'être parano et de dire que n'importe quel homme peut être un violeur potentiel (surtout quand on lit de la part d'hommes qu'il s'agit d'un comportement plus ou moins normal   ).

- soit les hommes sont gentils tout plein, les violeurs représentent 0.1% de la population masculine, et dans ce cas-là, je ne comprends pas très bien pourquoi il serait imprudent de faire de l'auto-stop ou d'inviter un inconnu chez soi. Je ne comprends pas non plus très bien pourquoi des hommes approuvent leur comportement.


Bref, c'est complètement incohérent.

Personnellement, je penche pour la première hypothèse : il y a énormément d'hommes violents et, en fait, on a raison d'être parano. Sauf qu'en réalité les situations les plus dangereuses ne sont pas celles généralement énoncées (autostop, rue, parking) mais les situations qu'on nous présente comme "sécurisantes" (famille, couple, amis). Je pense néanmoins qu'en effet, inviter un homme chez nous reste dangereux. Mais je ne suis pas sûre que le fait de le connaître ou non change grand chose vu les témoignages de viol Sad. Et pour finir, je crois aussi qu'on a le droit d'être "imprudentes" c'est-à-dire, en fait, de simplement vivre sa vie. Et qu'en aucun cas, on devrait considérer qu'une "imprudence" doit être punie par un viol.


Dernière édition par Antisexisme le Mar 3 Sep 2013 - 13:06, édité 6 fois
avatar
Invité
Invité

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 10:02
Araignée : au final, tu progresses. C'est que son approche à priori te correspond et c'est ça qui est vraiment important.
avatar
Invité
Invité

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 10:22
@ antisexisme : c'est insupportable de trouver des arguments qui au final, permettraient d'enlever un peu de la responsabilité du violeur. Quoi qu'ait pu faire une femme, un violeur reste 100% responsable.
Personnellement je serais une femme, je m'imagine que j'aurais peur de la violence des hommes.
avatar
Invité
Invité

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 12:18
Je suis tout à fait d'accord avec toi, c'est totalement incohérent. Je trouve que ça rejoint un peu le principe des injonction contradictoires : les femmes sont censées tenir compte en permanence du risque d'être violées, mais ne doivent surtout pas en parler parce que sinon c'est vexant pour ces pauvres hommes. (Même principe que « une femme doit être toujours épilée, maquillée, tout ça, mais sans passer trop de temps dans la salle de bain parce que c'est relou.)

J'ai l'impression aussi que les personnes qui tiennent ce genre de discours contradictoires ont une conception du viol différente : par exemple je mettrais ma main au feu que le type qui dit « Le mec il la connait pas, il s'en fout d'elle, il va faire ce qu'il a envie et basta ! » aura beaucoup de mal à accepter de mettre le mot « viol » dessus (même dans le cas où le mec pénètre la femme de force). En revanche, quand on lui dit qu'il y a beaucoup de violeurs, s'il pense « avec un couteau dans un parking », il se dit qu'il y en a pas tant que ça (pour le coup il a pas forcément tort) et que c'est quand même gonflé d'accuser les hommes d'être comme ça.
avatar
rbelu
Poilu⋅e
Poilu⋅e
Messages : 40
Date d'inscription : 20/08/2013
http://www.impossibleneutralite.fr

Re: Le viol, un crime sexiste ?

le Mar 3 Sep 2013 - 12:23
@Charlot: En général on aime pas trop le muli-post (plusieurs post de la même personne à la suite) ;)Dans le cas comme celui du dessus, il y a la fonction "éditer" au dessus du message à droite Wink

@Antisexisme:
J'ai tendance à penser comme toi. Je pense qu'en chaque être humain il y a de la violence. Dans notre société c'est mal vu pour une femme d'être violente alors qu'on valorise ça chez les hommes (cf. les conneries de kamal, les garçons qui jouent à la guerre et à la bagarre) du coup oui, il y a un violeur potentiel en chaque homme.

Je me suis moi même surpris (et peiné) de la violence (physique ou verbal) que je pouvais déclencher si on me pousse à bout.

Je ne cherche évidemment pas à remettre la culpabilité du violeur sur la société. Un violeur est toujours responsable.

Note/Edit: Je viens de me rendre compte que j'ai mis beaucoup de parenthèses, désolé, j'espère que c'est pas trop illisible
Contenu sponsorisé

Re: Le viol, un crime sexiste ?

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum