Derniers sujets
élections et féminismeVen 21 Sep 2018 - 9:23LollipopArticle de France 24 qui relate la participation de la direction à un bizutageMer 12 Sep 2018 - 10:05Lollipop(Suisse) Des quotas et un manifeste féministe "Egalité maintenant !"Mar 11 Sep 2018 - 21:10LollipopQue savez-vous du concept de "déconstruction" ? Sam 8 Sep 2018 - 8:33HécateLa loi contre les violences sexistes et sexuelles en France se renforce... Mais ne protège toujours pas trop les enfantsJeu 30 Aoû 2018 - 15:58LollipopLe 8e Congrès international de recherches féministes dans la francophonie en août 2018Jeu 30 Aoû 2018 - 0:28LollipopFéminisme culturel vs. féminisme radicalLun 27 Aoû 2018 - 10:44LollipopA votre avis, comment créer une action effective ? Lun 20 Aoû 2018 - 21:57michekhenLes éditions zones offrent leurs livres en libre accès !Jeu 16 Aoû 2018 - 7:51HécateLa ceinture de sécurité, pensée pour et par des hommes ?Dim 29 Juil 2018 - 17:31erulelyaSites de rencontres extraconjugaux, club libertins.....Avis?Sam 21 Juil 2018 - 17:46AraignéeTribune sur la soit-disant "liberté d'importuner"Sam 7 Juil 2018 - 12:58HécateVidéos et films féministesSam 7 Juil 2018 - 12:52HécateFéminisme et antiféminismeSam 7 Juil 2018 - 12:49HécatePublication par la blogueuse AntisexismeMer 13 Juin 2018 - 16:54Claire G.Luce en lutte : rendre la langue française non sexisteMer 13 Juin 2018 - 11:52LuceL’idéologie de la tolérance a pris le contrôle du féminisme et menace de détruire le mouvementJeu 7 Juin 2018 - 0:23AëlloonUn bon collectif queer et matérialiste à me conseiller? Ven 4 Mai 2018 - 21:40ReikoSexe sans consentement Ven 4 Mai 2018 - 11:40michekhen[Radio] Emissions féministes (ou sujets qui nous concernent)Jeu 5 Avr 2018 - 17:29HécateSituations de consentement ambiguVen 23 Mar 2018 - 18:20AraignéeC'est quoi "être une femme" ?Sam 17 Mar 2018 - 9:01Coquelic0tAvortement, les croisés contre-attaquentVen 9 Mar 2018 - 18:17Claire G.Article sur le mythe de l'instinct maternel (Sarah Blaffer Hrdy)Ven 9 Mar 2018 - 0:09michekhenSimone Veil, la force d'une femmeJeu 8 Mar 2018 - 19:44HécateClio. Femmes, Genre, HistoireJeu 8 Mar 2018 - 18:00HécateThe Rape Of Recy TaylorVen 2 Mar 2018 - 18:15HécateMontrer une véritable détermination politique à éradiquer les violences faites aux femmesJeu 22 Fév 2018 - 21:58HécateThe man-woman wars récits colorésSam 17 Fév 2018 - 6:23ReikoLa Nuit rêvée de... Geneviève FraisseSam 10 Fév 2018 - 20:56Hécate

Partagez
Aller en bas
avatar
once
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1044
Date d'inscription : 11/07/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Jeu 2 Jan 2014 - 22:58
C'est vrai uniquement pour Windows, la combinaison de touches.
Ceci explique cela ! A l'occasion j'irai chercher un de ces logiciels pour programmer son clavier.


Je ne veux pas te décevoir, mais j'écris depuis quelques décennies. J'ai beaucoup joué en poésie avec ces trucs, mais je n'y accorde qu'une importance limitée. De plus, paradoxalement, l'exemple des "trans" est un pavé dans la marre typographique, puisque cette imposition du féminin-masculin ne fait que renforcer la séparation binaire de genre. Tel-le est pris-e qui croyait prendre. Clivage essentiel dans le féminisme.
Je ne te comprends pas sur ce passage-là ; notamment pourquoi serais-je censé être déçu, et de quoi ? La phrase que tu cites ne parlait que d'explication ; je ne cherche à convaincre personne de quoi que ce soit ; je suis juste content que ma signature m'évite d'expliquer la même chose à chaque fois que quelqu'une'n se demande pourquoi je fais tant de fautes de frappes.  Laughing 
De même je ne comprends pas ce que tu dis à propos du terme "trans".

On peut contourner un peu avec le choix de mots neutres, mais au bout d'un moment, c'est de la novlangue, insupportablement pauvre et lourde.
C'est ton point de vue... Peut-être pas une vérité générale ; personnellement je ne vois pas pourquoi le fait de rajouter des mots ou des marques de neutralité risquerait d'appauvrir la langue ; quant à la lourdeur, c'est à mon avis avant tout une question d'habitude.

Existe-t-il des romancières pour s'embarrasser de ces formalismes ? Je ne l'ai pas vu chez celles qui ont le plus embrassé, et fait progresser, la cause. À croire qu'elle attachent de l'importance d'abord à l'essentiel, ou même qu'elles se sont refusées de donner du grain à moudre à ceux qui trouvent que ça confine au ridicule, sans pour autant être d'affreux patriarques.
Comme on dit, faire une chose n'empêche pas d'en faire une autre ; quant aux personnes qui trouvent que cela confine au ridicule -- en fais-tu partie ? --, personnellement ce n'est pas mon premier souci dans la vie ; si je me souciais du regard et du jugement de la masse pour ce genre de chose, je ne serais très probablement ni végan ni supporteur de la cause féministe.

Je tiens à préciser que j'ai trouvé ton post légèrement blessant et condescendant sur les bords ; peut-être cependant n'était-ce pas ton intention.

Edition:
Je plussoie Grussie sur la question des personnes trans -- je ne suis pas encore tout-à-fait sûr de la signification de ce qu'a dit Patlotch à propos du mot trans mais il me semble que j'interprète ce passage à peu près comme Grussie.
Pour la question du mansplaining je ne me sens pas tellement légitime pour en juger ; cependant je serais plutôt également de l'avis de Grussie.

_________________
Les larmes que nous ravalons finissent toujours par emplir nos poumons et nous empêcher de respirer.
--------
Explication des « 'n » que vous avez peut-être aperçu dans mes messages :
http://feminisme.fr-bb.com/t2058-idee-d-une-autre-methode-pour-ecrire-en-feministe#59941
avatar
Patlotch
Banni·e
Messages : 48
Date d'inscription : 01/01/2014
http://patlotch.com/text/index.html

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Jeu 2 Jan 2014 - 23:07
Je ne donne que mon point de vue. Ces différends, ces positions existent au sein des féministes et c'est normal. Ils posent des questions théoriques importantes.

En l'occurrence, dans ce cas, je pense que le féminisme 'trans' pose un vraie question sur ce qu'est le genre, au-delà de l'égalité des femmes et des hommes. L'idée est bien de ne plus être considéré soit comme l'un soit comme l'autre, non ? Ces demie-mesures typographiques restent au milieu du gué, non ?

Pour ma part, je suis incapable de prendre parti dans les choix sexuels des unes et des autres, je ne m'en sens pas le droit, et ce n'était pas le sens de mes propos.

Mais je suis favorable à la disparition de l'assignation sociale de genre, et si on ne peut pas soutenir cette position sur le forum féministe, où ?

Ajout pour Once : la remarque sur le pb que pose la double typo pour tous ceux, pas seulement les trans, qui veulent en finir avec l'obligation de choisir entre féminin et masculin, je l'ai reprise de quelqu'un plus haut dans la discussion, et je la partage parce qu'elle est évidente (si tu ne peux être que UN ou UNE, même sur un pied d'égalité, tu ne changes rien au genre dans l'essentiel). Ce n'est pas un jugement de valeur sur les trans ou qui que ce soit dans ses choix sexuels.
avatar
once
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1044
Date d'inscription : 11/07/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Jeu 2 Jan 2014 - 23:15
Ces demie-mesures typographiques restent au milieu du gué, non ?
Si tu as une méthode pour parler entièrement neutre tout en se faisant comprendre facilement et sans réinventer toute une langue, je suis preneur.

Mais je suis étonné, tu dis plus ou moins j'ai l'impression dans ton précédent post que tu trouves la démarche de neutraliser la langue, ridicule et inutile, et là tu as l'air de commenter qu'elle n'est pas assez aboutie ? A moins que je ne t'aie mal compris.

Mais je suis favorable à la disparition de l'assignation sociale de genre, et si on ne peut pas soutenir cette position sur le forum féministe, où ?
Je pense que c'est une idée partagée par toutes'n ici, si l'on prend au mot ta citation, en prenant donc en compte le fait que retirer l'assignation sociale de genre -- c'est-à-dire ce carcan obligatoire et imposé à toutes'n à la naissance -- n'implique pas de bannir ou d'interdire l'auto-assignation de genre des individus de la société. En un mot, la liberté.

_________________
Les larmes que nous ravalons finissent toujours par emplir nos poumons et nous empêcher de respirer.
--------
Explication des « 'n » que vous avez peut-être aperçu dans mes messages :
http://feminisme.fr-bb.com/t2058-idee-d-une-autre-methode-pour-ecrire-en-feministe#59941
avatar
Patlotch
Banni·e
Messages : 48
Date d'inscription : 01/01/2014
http://patlotch.com/text/index.html

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 0:01
Dans les conditions actuelles, on prend la langue où elle en est pour communiquer avec. Si on peut gagner quelque chose par des mesures de féminisation ou de neutralisation, bien. Mais on n'ira pas très loin avec ça.

Ce qui peut être ridicule c'est d'arriver à un dispositif tellement lourd, illisible, qu'il soit contre-productif, qu'il se retourne contre ce qu'on tentait de faire passer. Les luttes feront progresser les usages et l'écriture plus que les mesures qu'on peut inventer, qui ne seraient au mieux utilisables que dans le cercle restreint de qui n'est même pas à convaincre. On ne se bat pas pour vivre en bulle, entre gens bien qui se comprennent dans leur jargon, et considèrent les autres comme des demeuré-e-s, ou des suspect-e-s d'anti-féminisme.

J'ai sous les yeux un livre de Christine Delphy. Je pourrais recopier à chaque page des phrases où elle n'utilise pas un tel système. Ce n'est pas ma gourouette mais bon, faut pas se tromper de combat.

Ma phrase est claire, on peut discuter de la formulation, abolir, supprimer, déconstruire... "le genre". La liberté des individus suppose la disparition du "carcan" "être une femme" "être un homme" ou d'être obligé de transiter de l'un à l'autre pour vivre selon ses désirs.

Pour ma part, je partage l'idée de Silvia Federici que faire disparaître la hiérarchie dans le genre n'implique pas nécessairement celles de toutes les différences, et les débats existent entre camarades sur ces questions. D'autres sont plus radicales. Mais dans tous les cas, les différences ne se feront plus entre "hommes" d'un côté, "femmes" de l'autre.

Par ailleurs ça ne se gagnera pas par des mesures légales, par des lois, des interdictions, ni par la démocratie. Aucun oppresseur n'est jamais vaincu par des mesures juridiques ou démocratiques. Il y faudra des luttes, des luttes très dures, des confrontations entre hommes et femmes, comme entre capital et prolétaires, des conflits internes aux classe sociales, des luttes telles que le monde n'en a jamais connues. Une révolution. La liberté.
avatar
once
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1044
Date d'inscription : 11/07/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 10:22
Si on peut gagner quelque chose par des mesures de féminisation ou de neutralisation, bien. Mais on n'ira pas très loin avec ça.
Qui a jamais dit vouloir battre le patriarcat uniquement à coup de néologisme ?
Je pose la question parce que tu as l'air de penser que moi, entre autres, et toutes celles'n qui ne parlent pas au masculin neutre comme ces féministes que tu ériges en modèles -- et je ne dis cependant pas que tu as tord -- ont cette idée de ne se concentrer que sur la langue et de délaisser toute autre réflexion et toute action directe -- idée qui me semble absurde à penser au vue des topics existants dans ce forum.

Ce qui peut être ridicule c'est d'arriver à un dispositif tellement lourd, illisible, qu'il soit contre-productif, qu'il se retourne contre ce qu'on tentait de faire passer.
Est-ce ce que tu penses de tous les systèmes pour éviter de parler au MN ? De ma méthode en particulier ?
Si oui tu peux développer ce qui te gêne, ce topic est fait pour ça. Si non, je ne comprends pas bien pourquoi tu parles de techniques trop lourdes hypothétiques qui ne sont utilisées par personne ici, et qui n'existent peut-être pas du tout.

On ne se bat pas pour vivre en bulle, entre gens bien qui se comprennent dans leur jargon, et considèrent les autres comme des demeuré-e-s, ou des suspect-e-s d'anti-féminisme.
Encore une fois : as-tu vu ou lu quiconque ici prôner ce genre de chose ? Si oui, peut-être peux-tu donner des exemples ; si non, encore une fois, je ne vois pas bien pourquoi tu parles de personnes hypothétiques qui ne sont pas sur ce forum, et qui n'existent peut-être pas du tout.

J'ai sous les yeux un livre de Christine Delphy. Je pourrais recopier à chaque page des phrases où elle n'utilise pas un tel système. Ce n'est pas ma gourouette mais bon, faut pas se tromper de combat.
Comme dit précédemment, faire une chose n'empêche pas d'en faire une autre, d'autant que parler de manière plus féministe ne coûte pas beaucoup en temps et énergie ; n'es-tu pas d'accord ?

Sinon, d'un point de vue plus général, je me demandais si tu pouvais essayer de parler d'une manière un peu moins péremptoire ; ceci afin de montrer que tu es conscient que ce que tu dis n'est que ton avis, et non pas forcément une vérité universelle.
Car dans le cas contraire, pour parler honnêtement, je ne peux m'empêcher de ressentir une certaine condescendance, un peu comme si tu venais nous apprendre des choses que tu penses que l'on ignore ou que l'on ne pense pas correctement -- et encore une fois ce n'est qu'un ressenti, je ne dis pas que c'est ce que tu essaies de faire, mais c'est ce qui transparaît de mon point de vue,en te lisant, peut-être malgré toi.

_________________
Les larmes que nous ravalons finissent toujours par emplir nos poumons et nous empêcher de respirer.
--------
Explication des « 'n » que vous avez peut-être aperçu dans mes messages :
http://feminisme.fr-bb.com/t2058-idee-d-une-autre-methode-pour-ecrire-en-feministe#59941
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 13:20
@once: sur le principe je trouve ton procédé intéressant, mais c'est toujours difficile pour celleux qui essuient les plâtres...
Je me rappelle une époque où les féministe ramaient mille fois plus pour faire admettre la féminisation des mots, quel que soit le procédé (E majuscule, e entre tirets, e entre parenthèses, et même féminisation de certains métiers comme auteures par exemple). C'est pas encore gagné mais l'idée a quand même fait son chemin. Je pense que tu dois persister Once et que ça prendra, petit à petit!  Very Happy 

_________________
Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste. (Louise Michel)
avatar
Nurja
Déesse Suprême
Déesse Suprême
Messages : 9205
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 13:40
@Patlotch a écrit:ar ailleurs ça ne se gagnera pas par des mesures légales, par des lois, des interdictions, ni par la démocratie. Aucun oppresseur n'est jamais vaincu par des mesures juridiques ou démocratiques. Il y faudra des luttes, des luttes très dures, des confrontations entre hommes et femmes, comme entre capital et prolétaires, des conflits internes aux classe sociales, des luttes telles que le monde n'en a jamais connues. Une révolution. La liberté.
C'est ton point de vue. En Suède, ils ont révolutionné la façon dont ils éduquent les enfants (et donc ils les considèrent) via une loi interdisant tout coup sur les enfants. Et force est de constater que cela marche, cela a fait évoluer les mentalités de manière énorme.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Patlotch
Banni·e
Messages : 48
Date d'inscription : 01/01/2014
http://patlotch.com/text/index.html

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 15:00
Once@

Je m'explique "hors sujet" sur le fond, le reste sera plus clair.

Mon point de vue est tranché mais ce n'est que le mien et d'autres camarades ou théoricien-nes. Pour nous ce ne sont pas les idées, la politique... qui gouvernent les rapports sociaux. Je ne viens pas ici pour donner des leçons, ni même convaincre ou gagner des militant-e-s à mon "parti", je n'en ai pas. Je ne suis pas une femme, et cela rend modeste, parce que je ne souffre pas comme une femme dans ma chair, dans ma tête. Qu'on y voit de la condescendance est un contre-sens, mais je te remercie de la remarque, Once, parce que cela m'invite à faire attention, à soigner mon expression.

(Je pense que...) Si les femmes sont dominées, oppressées, si le racisme est entretenu, c'est parce que cela participe, au même degré que l'exploitation du travail, au système capitaliste. Ce sont des "dominations" mais pas seulement une affaire de pouvoirs des capitalistes, des Etats, des hommes, des non-Blancs. Cela s'imbrique comme un tout pour servir l'économie politique, l'exploitation capitaliste de la classe ouvrière et les dominations qui lui sont intrinsèques, 'nécessaires' à sa reproduction. Pas de capitalisme sans domination masculine. On trouve aussi cette idée dans les travaux de Silvia Federici.

Nous ne disons pas comme autrefois les communistes : "l'oppression des femmes c'est la faute au capital, prenons le pouvoir aux patrons, on verra après", mais "on ne pourra abolir le capital, la domination masculine, le racisme que dans un processus commun et simultané, un même mouvement. En clair on n'abolira jamais le capital, l'exploitation, sans détruire la classe ouvrière en tant que telle, la domination féminine et le racisme. Ces contradictions sont si imbriquées qu'il est vain de vouloir en dépasser une sans les autres en même temps". Voilà en gros ce qui est nouveau dans la théorie communiste, avec l'idée de communisation, cad à dire que les luttes des prolétaires hommes ou femmes, des femmes comme telles, produiront le dépassement du capitalisme par une révolution sans étape de pouvoir d'un Etat, serait-il prolétarien, autogestionnaire...

La communisation relève si on veut de l'intersectionnalité, en la saisissant au sein du capitalisme comme un tout.

Ceci dit pour faire comprendre d'où je parle, quel que soit le sujet sur lequel je m'exprime. Après c'est un débat. Personnellement, ce qui m'apporte le plus dans ce forum, ce sont des témoignages tous simples, du "vécu", de ce que vivent des femmes, de ce qu'elles ressentent. Parce que cela, étant un homme, je ne pourrai jamais en souffrir moi-même, seulement le comprendre et en tirer quelques conséquences, soit pour moi, soit théoriques et pour lutter. Contrairement aux apparences, cela rend modeste, que ce soit en tant qu'homme, ou pour aborder des questions théoriques, dont ces témoignages sont la matière première.

Les discours militants sont moins significatifs des réalités sociales prises "tel quel", du fait que,  considérant qu'ils ont compris, les autres non, ils veulent d'abord expliquer, convaincre, rallier. Or beaucoup de personnes viennent ici qui ne se revendiquent pas militantes féministes, mais qui n'en résistent pas moins dans leurs vies. J'attache beaucoup d'importance à ce qu'elles disent. Les changements viendront d'actions qui débordent largement les sphères "militantes".

(sur tout ça, je pense qu'il est préférable d'en parler dans un autre fil)

*

Beaucoup de choses dans ton intervention, Once, je fais court. (hmm  Evil or Very Mad )

Je ne vise pas ta méthode en particulier. C'est un fait qu'intégrer des évolutions dans la langue française structurée par le genre n'est pas sans contradictions. J'en souligne une : si écrire "en féministe" aboutit à ne pas être compris, ou n'être compris que par un milieu restreint déjà convaincu, cela peut être contre-productif. Il faut donc trouver un équilibre.

Le fait de considérer celleux qui ne partagent pas ses idées comme "inconscients", "aliénés", et de se croire supérieur-e-s existe dans tous les groupes, par l'identité de groupe que cela confère, les tendances sectaires ou dogmatiques. Je ne l'ai pas particulièrement remarqué ici, mais les organisations féministes n'en sont pas plus épargnées que d'autres groupes politiques. C'est une dérive du militantisme en général, et un point de vue idéaliste : on va changer le monde avec des mots. Je suis pour un féminisme matérialiste non seulement en théorie, mais en pratiques.

Non, je n'ai vu personne "prôner" de vivre en bulle. Mais il y a toujours des effets pervers. J'apprécie beaucoup ce forum, je le trouve d'une immense richesse, je constate que beaucoup y viennent aussi pour se sentir comprises, écoutées, soutenues. C'est énorme d'avoir un lieu de refuge comme ça pour tenir le coup, résister face à ce qu'on vit en dehors. Mais la vie, la résistance, les luttes concrètes, c'est dehors.

*

À propos de Delphy ou d'autres. Je la cite comme une référence reconnue, un exemple pour me faire comprendre, mais pas un modèle. J'ai beaucoup de respect pour ce qu'elle (a) fait, ses positions en France, mais je ne partage pas plusieurs de ses points de vue théoriques : la notion d"économie domestique", le concept de "patriarcat", le genre comme "classe". Mais je ne mets pas ces désaccords théoriques en avant ici, pour deux raisons :

- ces désaccords théoriques sont secondaires relativement à ce qui est partagé a minima, la lutte contre la domination masculine;
- en parler suppose des connaissances théoriques qui demandent beaucoup de travail pour être d'abord comprises, et la plupart des participant-e-s ne les ont pas. Ce n'est pas un reproche mais je pense inutile de les exclure de fait de discussions compliquées, et il y a des topics de discussion pour ça.

Pour tout dire, les théories sont nécessaires, mais ce ne sont pas les idées qui changent le monde.

*

Nurja@
Suède : hé bien gardons-nous de la portée réelle de telles "révolutions" dans ce que personne ne voit : la vie à l'intérieur des familles. A titre d'exemple Suède : discrimination positive "injuste"


Dernière édition par Patlotch le Ven 3 Jan 2014 - 18:15, édité 1 fois
avatar
Nurja
Déesse Suprême
Déesse Suprême
Messages : 9205
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 17:48
Je ne vois pas en quoi l'article que tu références est une conséquence des choix en matière d'abolition des châtiments corporels.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Patlotch
Banni·e
Messages : 48
Date d'inscription : 01/01/2014
http://patlotch.com/text/index.html

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 18:00
Tu as raison. Je ne voulais pas faire un rapport direct, juste indiquer qu'en Suède, rien n'est définitivement acquis.

Quant aux châtiments corporels, je ne sais pas si la loi empêchent qu'ils existent dans les familles... Pas de caméras de surveillance dans la sphère privée. Entre les lois et la réalité de leur application...

Dans les années ? 70-80, on montrait en modèle le "socialisme suédois", tout y était plus beau en matière sociale. Et puis boum ba da boum, ça s'est cassé la gueule. Les idées racistes y sont aussi présentes qu'ailleurs en Europe, leurs partis se développent dans la crise, et on voit poindre la remise en cause des "acquis". Je donnais l'exemple de la "discrimination positive". En Espagne, c'est l'avortement, en France, la "science génétique" est recrutée contre la liberté des femmes...
avatar
Nurja
Déesse Suprême
Déesse Suprême
Messages : 9205
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 18:24
Parler de quelque chose sans rapport juste pour dire que rien n'est définitivement acquis??? J'avoue que cela me semble viser à discréditer l'information qu'une loi a induit un réel changement sur la façon dont les châtiments corporels sont perçus (de 68% de la population tout à fait contre la loi au moment où elle est passée avec quasi 100% qui disent aujourd'hui que taper un enfant n'a pas de sens).

Bref, même si rien n'est jamais acquis, une loi a su causer un changement réel de mentalités en 30 ans.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
GloriAnar
Novice
Novice
Messages : 357
Date d'inscription : 28/08/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 18:25
en parler suppose des connaissances théoriques qui demandent beaucoup de travail pour être d'abord comprises, et la plupart des participant-e-s ne les ont pas. Ce n'est pas un reproche mais je pense inutile de les exclure de fait de discussions compliquées, et il y a des topics de discussion pour ça.

Euh de qui tu parles en disant "participant-e-s"?
avatar
Patlotch
Banni·e
Messages : 48
Date d'inscription : 01/01/2014
http://patlotch.com/text/index.html

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 18:37
GloriAnar Euh de qui tu parles en disant "participant-e-s"?

Je parle de celles et ceux qui n'ont pas ces connaissances, qui se reconnaîtront, sans que ça les blesse, parce qu'elles disent elles-mêmes venir ici pour s'informer.

Celles qui ont ces connaissances donnent des infos, des explications, dont je fais aussi mon profit. Je vois plusieurs personnes très armées sur le plan théorique, au fait des débats féministes, des jeunes qui ont l'âge d'être mes enfants et moins, devant lesquelles je me sens inculte. Alors je me soigne, et avec elles j'apprends, comme avec celles qui n'y connaissent rien, mais dont les témoignages se passent de grande théorie.
avatar
Patlotch
Banni·e
Messages : 48
Date d'inscription : 01/01/2014
http://patlotch.com/text/index.html

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 18:57
@Nurja a écrit:cela me semble viser à discréditer l'information qu'une loi a induit un réel changement sur la façon dont les châtiments corporels sont perçus (de 68% de la population tout à fait contre la loi au moment où elle est passée avec quasi 100% qui disent aujourd'hui que taper un enfant n'a pas de sens).

Il n'y a pas besoin de "discréditer" la loi. Les «châtiments sont perçus», « 100% disent...» Très bien, un sondage d'opinion. Un progrès. Mais l'on ne sait pas ce que font 100%, ni comment les enfants battus perçoivent les coups hors-la-loi. Si quelqu'un-e a des statistiques...

Dit gentiment : j'aimerais pouvoir m'exprimer sans que ce soit interprété en noir et blanc, et que l'on critique ce que je dis, non ce qu'on me suspecte de penser, toujours convoqué à m'expliquer, rendre des comptes... Ça me rappelle les camarades « t'es dans quel camp toi ? », à une époque où l'on ne fusillait plus, sinon je ne serais pas là. Mais on a fusillé pour moins que ça. Maintenant, ça ne m'impressionne plus. C'est juste lassant, et puis discuter non de mes idées, mais de leur interprétation déformée, c'est discuter avec quelqu'un d'autre que moi. Je suis un autre  Basketball
ko
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2499
Date d'inscription : 31/10/2011

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Ven 3 Jan 2014 - 20:00
Vindiou que j'aime pas la dichotomie "témoignages" versus "analyses"...  Rolling Eyes 
Enfin bon, je vois plus ou moins ou tu veux en venir sur ce point.
avatar
once
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1044
Date d'inscription : 11/07/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Sam 4 Jan 2014 - 16:44
J'ai mis un certain temps à répondre à ce message ; il faut dire que les grands messages hors-sujets que l'on trouve par ici ont eu vite fait de ramener certains messages relativement loin en arrière -- Rolling Eyes .
@once: sur le principe je trouve ton procédé intéressant, mais c'est toujours difficile pour celleux qui essuient les plâtres...
Je me rappelle une époque où les féministe ramaient mille fois plus pour faire admettre la féminisation des mots, quel que soit le procédé (E majuscule, e entre tirets, e entre parenthèses, et même féminisation de certains métiers comme auteures par exemple). C'est pas encore gagné mais l'idée a quand même fait son chemin. Je pense que tu dois persister Once et que ça prendra, petit à petit! Very Happy
Merci Smile Embarassed
Encore une fois cependant, tu emploies des expressions que je n'ai pas l'heur de connaître. Embarassed Laughing
Essuyer les plâtres ? Et, juste pour précision, lorsque tu parles de persister, tu veux dire améliorer la méthode ou simplement continuer à l'utiliser telle quelle ?

_________________
Les larmes que nous ravalons finissent toujours par emplir nos poumons et nous empêcher de respirer.
--------
Explication des « 'n » que vous avez peut-être aperçu dans mes messages :
http://feminisme.fr-bb.com/t2058-idee-d-une-autre-methode-pour-ecrire-en-feministe#59941
avatar
Nurja
Déesse Suprême
Déesse Suprême
Messages : 9205
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Sam 4 Jan 2014 - 17:28
essuyer les plâtres = quand on est le premier à faire quelque chose, c'est plus compliqué et on ramasse plus de remarques qu'une fois que c'est devenu "la norme" ou en tous cas partagé par un grand nombre.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Dim 5 Jan 2014 - 14:41
@once: je pense que ta méthode est plus complexe que la seule féminisation (déjà que c'est pas du gateau à faire admettre au plus grand nombre...  Mad ) parce que ça introduit la notion de "neutre", assez complexe en elle même.
J'avoue que j'ai du mal à encore bien intégrer ta méthode, et puis c'est pas évident comme je le disais "d'essuyer les plâtres", de se retrouver seul(e)s ou presque face à un consensus.

Tiens pour m'aider à mieux comprendre: dans la phrase précédente, "seul(e)s" tu l'écrirais comment?

_________________
Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste. (Louise Michel)
avatar
once
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1044
Date d'inscription : 11/07/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Dim 5 Jan 2014 - 15:15
Tiens pour m'aider à mieux comprendre: dans la phrase précédente, "seul(e)s" tu l'écrirais comment?
J'écrirais, au choix -- selon ce qui me paraît le mieux -- :
de se retrouver seules'n ou presque face à un consensus.
ou bien :
de se retrouver seuls'n ou presque face à un consensus.
Le principe en théorie c'est de parler ou bien uniquement au féminin, ou bien au masculin, et de rajouter simplement un 'n à la fin des noms à "neutraliser" ; dans certains cas particuliers, il n'y a pas de noms -- ta phrase en est un exemple -- alors je pense que le plus logique est d'accoler un 'n là où il faut apporter de la neutralité -- dans ta phrase, l'adjectif seules'n.
L'intérêt principal que je trouve à cette méthode c'est de ne pas avoir à l'appliquer sur à la fois les noms, les adjectifs, les déterminants, etc : seulement sur le nom, et éventuellement sur un adjectif si celui-ci n'a pas de nom associé.
Mine de rien, ça en fait des tirets ou des majuscules dans certaines expressions : "unE grandE avocatE", "un(e) grand(e) avocat(e)" ; alors qu'on dirait "une grande avocate'n", ou bien "un grand avocat'n" avec cette méthode.
Bien sûr pour moi l'intérêt c'est de pouvoir presque parler au féminin neutre ; si c'est pour parler au masculin neutre neutralisé, je ne vois pas l'intérêt -- sauf pour certains noms : clients'n, violeurs'n, agresseur'n, etc.

@once: je pense que ta méthode est plus complexe que la seule féminisation (déjà que c'est pas du gateau à faire admettre au plus grand nombre...  Mad ) parce que ça introduit la notion de "neutre", assez complexe en elle même.
Le concept de neutre n'est pas une obligation ; je l'ai inclus dans ma définition parce que je ne veux pas faire une méthode qui indirectement oblige chaque personne mentionnée à se faire définir d'un genre ou d'un autre. Mais pour vulgariser l'idée aux personnes très peu ou non féministes, on peut dans un premier temps le présenter, comme les autres méthodes, comme un moyen de parler au genre masculin et féminin en même temps.

_________________
Les larmes que nous ravalons finissent toujours par emplir nos poumons et nous empêcher de respirer.
--------
Explication des « 'n » que vous avez peut-être aperçu dans mes messages :
http://feminisme.fr-bb.com/t2058-idee-d-une-autre-methode-pour-ecrire-en-feministe#59941
avatar
LenaLou
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1111
Date d'inscription : 19/11/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Dim 5 Jan 2014 - 16:59
Once,juste pour te dire que j'aime bcp ta méthode,qui a l'énorme avantage de n'exclure personne. J'en suis encore à la simple féminisation,mais je pense que l'idéal serait d'inclure toutEs le monde ^^

_________________
I'm impossible to forget,but i'm hard to remember.
avatar
Ciel
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1342
Date d'inscription : 23/12/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Dim 5 Jan 2014 - 17:26
Je suis pas choquée par le masculin neutre...Je crois que le plus simple serait de faire une réforme grammaticale qui supprimerait la règle du masculin l'emporte, et de féminiser les noms de profession. Et ce serait déjà énorme, vu les réticences.
Mais bon sans que ce soit devenu la règle, je vois de plus en plus de gens qui écrivent professeure, écrivaine, ingénieure, pharmacienne, avocate etc donc c'est déjà en bonne voie Smile

_________________
Ciel. Bisounours Canal Hystérique.
avatar
once
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1044
Date d'inscription : 11/07/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Dim 5 Jan 2014 - 17:58
Je crois que le plus simple serait de faire une réforme grammaticale qui supprimerait la règle du masculin l'emporte, et de féminiser les noms de profession.
Donc lorsqu'il y a le choix -- ni le féminin ni le masculin ne l'emporte numériquement --, on ferait l'un ou l'autre indifféremment ?
Je doute que les gens se mettent d'eux'n-mêmes au féminin neutre ; si l'on laisse la possibilité du masculin neutre, ils'n ne changeront pas leurs habitudes.

Comme tu dis ce serait le plus simple -- mais à mon avis ce ne serait pas suffisant. De toute façon l'heure n'est pas à réformer la grammaire, on en est loin. Pour l'instant il s'agit plus de langage hors-la-loi ; pourquoi dans ce cas se limiter au moins subversif ?

Once,juste pour te dire que j'aime bcp ta méthode,qui a l'énorme avantage de n'exclure personne. J'en suis encore à la simple féminisation,mais je pense que l'idéal serait d'inclure toutEs le monde ^^
Merci.  Embarassed 
Et je suis entièrement d'accord, inclure toutes les humaines'n c'est vraiment l'idéal à mon avis aussi.  

_________________
Les larmes que nous ravalons finissent toujours par emplir nos poumons et nous empêcher de respirer.
--------
Explication des « 'n » que vous avez peut-être aperçu dans mes messages :
http://feminisme.fr-bb.com/t2058-idee-d-une-autre-methode-pour-ecrire-en-feministe#59941
avatar
Invité
Invité

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Dim 5 Jan 2014 - 18:44
Question sur ton système avec les "'n" : Quand on n'utilise pas le "'n" après un mot masculin/neutre à l'origine, ce mot, reste-il masculin/neutre ou bien devient-il masculin ?

Par exemple, "avocat" sans "'n", peut-il toujours être utilisé dans le sens "avocat de sexe quelconque" ou bien signifie-t-il forcément "avocat mâle" ?
avatar
once
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1044
Date d'inscription : 11/07/2013

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Dim 5 Jan 2014 - 19:14
Par exemple, "avocat" sans "'n", peut-il toujours être utilisé dans le sens "avocat de sexe quelconque" ou bien signifie-t-il forcément "avocat mâle" ?
Non bien sûr, comme dans les autres méthodes, le masculin neutre est abandonné -- ce serait à la fois absurde et source de confusion.

_________________
Les larmes que nous ravalons finissent toujours par emplir nos poumons et nous empêcher de respirer.
--------
Explication des « 'n » que vous avez peut-être aperçu dans mes messages :
http://feminisme.fr-bb.com/t2058-idee-d-une-autre-methode-pour-ecrire-en-feministe#59941
avatar
Invité
Invité

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

le Dim 5 Jan 2014 - 20:07
Au fait, avec ta méthode, quel critère utilise-t-on pour considérer qu'un mot est masculin et pas neutre ? Est-ce que ce critère est l'existence d'un dérivé féminin ?

Par exemple, en français normal :
-"enfant" signifie "garçon ou fille" ou "fils ou fille" et
-"frangin" signifie "frère ou sœur".

Il existe un dérivé féminin pour "frangin" ("frangine"), mais pas pour "enfant". Avec ta méthode, considère-t-on que "enfant" est neutre mais que "frangin" signifie forcément "frère" ?
Contenu sponsorisé

Re: Idée d'une autre méthode pour écrire "en féministe"

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum