Derniers sujets
Scum manifesto, Valerie Solanas12.10.18 9:07HécateArticle de France 24 qui relate la participation de la direction à un bizutage07.10.18 9:49Hécateélections et féminisme25.09.18 17:00michekhen(Suisse) Des quotas et un manifeste féministe "Egalité maintenant !"11.09.18 21:10VénusQue savez-vous du concept de "déconstruction" ? 08.09.18 8:33HécateLa loi contre les violences sexistes et sexuelles en France se renforce... Mais ne protège toujours pas trop les enfants30.08.18 15:58VénusLe 8e Congrès international de recherches féministes dans la francophonie en août 201830.08.18 0:28VénusFéminisme culturel vs. féminisme radical27.08.18 10:44VénusA votre avis, comment créer une action effective ? 20.08.18 21:57michekhenLes éditions zones offrent leurs livres en libre accès !16.08.18 7:51HécateLa ceinture de sécurité, pensée pour et par des hommes ?29.07.18 17:31erulelyaSites de rencontres extraconjugaux, club libertins.....Avis?21.07.18 17:46AraignéeTribune sur la soit-disant "liberté d'importuner"07.07.18 12:58HécateVidéos et films féministes07.07.18 12:52HécateFéminisme et antiféminisme07.07.18 12:49HécatePublication par la blogueuse Antisexisme13.06.18 16:54Claire G.Luce en lutte : rendre la langue française non sexiste13.06.18 11:52LuceL’idéologie de la tolérance a pris le contrôle du féminisme et menace de détruire le mouvement07.06.18 0:23AëlloonUn bon collectif queer et matérialiste à me conseiller? 04.05.18 21:40ReikoSexe sans consentement 04.05.18 11:40michekhen[Radio] Emissions féministes (ou sujets qui nous concernent)05.04.18 17:29HécateSituations de consentement ambigu23.03.18 18:20AraignéeC'est quoi "être une femme" ?17.03.18 9:01Coquelic0tAvortement, les croisés contre-attaquent09.03.18 18:17Claire G.Article sur le mythe de l'instinct maternel (Sarah Blaffer Hrdy)09.03.18 0:09michekhenSimone Veil, la force d'une femme08.03.18 19:44HécateClio. Femmes, Genre, Histoire08.03.18 18:00HécateThe Rape Of Recy Taylor02.03.18 18:15HécateMontrer une véritable détermination politique à éradiquer les violences faites aux femmes22.02.18 21:58HécateThe man-woman wars récits colorés17.02.18 6:23Reiko

Partagez
Aller en bas
CWD
Bleu⋅e
Bleu⋅e
Messages : 108
Date d'inscription : 10/04/2013

Re: [Magazine] Causette

le 16.01.14 16:30
À propos, suite au mouvement de grève de la rédaction de Causette je n'ai pas eu connaissance du dénouement de l'histoire... J'ai vu simplement passer un message de Causette sur facebook, expliquant que le travail reprenait et que le numéro suivant aurait du retard.

Quelqu'un a-t-il vu passer des infos là-dessus ? Ce manque de transparence est un peu gênant je trouve, vu les critiques formulées par les lectrices comme par les rédacteurs en grève...
avatar
Ciel
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 1342
Date d'inscription : 23/12/2013

Re: [Magazine] Causette

le 16.01.14 18:47
Cherry Song a écrit:
Numa a écrit:Concernant une de leurs articles plus récents sur la prostitution, ils ont répondu aux critiques (incluant des prostitué-e-s ou personnes ayant connu la prostitution, ainsi qu'apparemment une bonne partie de leur propre rédaction) que c'est eux (les critiques) qui n'avaient pas compris, et que les auteurs restaient sur leur position.

Je trouve ça assez regrettable.

Ils avaient eu exactement la même réponse pour leur article pro-pédophile (et islamophobe aussi, ne l'oublions pas).

Islamophobe? Je me rappelais pas de ça  scratch 
avatar
Invité
Invité

Re: [Magazine] Causette

le 16.01.14 18:50
Dans l'article sur la prof qui entretenait une relation pédophile avec son élève, c'était assez clair. Un truc du style "chez cette famille musulmane, ça ne passe pas", je suis athée et je crois que ça aurait du mal à "passer" aussi si un.e prof  couchait avec un de mes enfants... Je vais essayer de retrouver l'article pour avoir la citation exacte !

EDIT : L'article en PDF
Et la partie islamophobe est à la fin :
dans les familles musulmanes du quartier, où la virginité au moment du mariage a toujours du sens, une affaire comme celle-là ne passe pas

et sur ça iels ne se sont jamais exprimés...  No 
avatar
Drärk
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: [Magazine] Causette

le 14.01.15 10:03
J'ai laissé un commentaire sur ta page FB, j'ai entendu parler de docu et c'est scandaleux qu'on lèche autant les bottes à des hommes.

Je ne suis pas étonnée que les hommes en question aient eu des comportements irresponsables en fait, rien que le premier exemple, du mec en boite de nuit (que j'ai lu dans un article sur le documentaire en question) sent le machiste qui s'amuse en refusant d'assumer les éventuelles conséquences...

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
avatar
Drärk
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 3828
Date d'inscription : 01/02/2014

Re: [Magazine] Causette

le 14.01.15 10:32
Contribuer financièrement, quand je pense que certains ne veulent même pas contribuer à la contraception sous prétexte que c'est un truc de femmes, ça me fait bien marrer.

Bref, faut être soit fécondable, soit pas du tout, la maman ou la putain pour pas changer.

_________________
Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
M.D.

Si j'écris un propos qui vou-e-s heurte, n'hésitez pas à me mp, je sais que je peux me tromper.


Pas de Justice, pas de Paix.
Ucralo

—
Messages : 351
Date d'inscription : 19/10/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 1:00
Je viens de visionner le documentaire. A propos de la pension alimentaire, dans ce débat, il y a quelque chose qui me frappe : personne ne semble envisager la possibilité selon laquelle la pension alimentaire serait payée davantage voire entièrement par l'État. On a l'impression que :
-soit aucune pension alimentaire ne peut être versée et alors l'enfant doit vivre dans la précarité,
-soit il faut absolument que la mère puisse à tout moment infliger au père biologique le paiement d'une pension alimentaire rétroactive très salée.

A cause de l'absence de cette possibilité dans le débat, on se retrouve avec un faux dilemme dans lequel on oppose l'intérêt du père biologique à ceux de la mère et de l'enfant.

Si on part du principe que l'État pourrait payer ce qui manque, sur le plan moral, la part que le père biologique devrait payer à la mère devrait dépendre de la responsabilité de ce père, et donc des circonstances dans lesquelles la fécondation a eu lieu.
Dans le documentaire, si j'ai bien compté, il y a deux pères biologiques qui ont affirmé que, s'ils ne se sont pas protégés, c'était parce que la mère leur avait menti en affirmant prendre la pilule. Si c'est avéré, ça devrait être une circonstance atténuante qui ferait qu'ils devraient n'avoir qu'à payer une faible part de la pension alimentaire et que le reste devrait être payé par l'État. Or, apparemment, la question de la responsabilité du père biologique semble complètement écartée dans les tribunaux : seul compte le fait de savoir s'il est le géniteur.
avatar
Nurja
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 9217
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 9:15
il y a deux pères biologiques qui ont affirmé que, s'ils ne se sont pas protégés, c'était parce que la mère leur avait menti en affirmant prendre la pilule. Si c'est avéré, ça devrait être une circonstance atténuante qui ferait qu'ils devraient n'avoir qu'à payer une faible part de la pension alimentaire et que le reste devrait être payé par l'État.
Et donc s'il y a un "accident de pilule", c'est tant pis pour la mère ?

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
Invité
Invité

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 10:56
Ben j'avoue que la question ne me paraît pas si évidente du tout.

(Je précise que je n'ai ni vu le docu en question ni lu l'article de Causette et je peux très facilement imaginer un bon ton bien masculiniste sur le sujet, donc je ne remets absolument pas en cause le fait que le sujet soit hyper mal traité. J'ai juste envie d'en parler un peu dans l'absolu, sans forcément répondre aux mascus, ou en réagissant à certains trucs que je lis dans des milieux féministes.)

Je trouve que la question n'est pas simple du tout parce qu'il y a plusieurs phénomènes qui se superposent :
- déjà il y a des pères qui voulaient faire un enfant et puis qui abandonnent la mère et les enfants, et ça me paraît tout à fait normal que la loi les force à contribuer financièrement
- de même, je me dis que s'ils estiment que la contraception ce n'est pas leur problème, j'ai tendance à penser "tant pis pour eux, qu'ils aident". En mode "je baise sans capote, sans en parler, sans me poser la moindre question de si la femme a une contraception ou autre, et après je hurle à l'injustice si la meuf tombe enceinte..."
- en même temps je me dis que les contraceptions masculines sont pas tellement mieux que les féminines (plutôt le contraire). "Ils ont qu'à mettre des capotes ou se faire vasectomiser", heu oui sauf que les capotes c'est pas super fiable comme moyen de contraception, et la vasectomie c'est quand même une opération irréversible. Bien sûr, je pense qu'il faut mettre des capotes quand même, mais je ne suis franchement pas convaincue par le "yakacapotes". Je pense que même dans un couple hétéro féministe, c'est "normal" que la femme s'occupe plus souvent de la contraception parce que de fait il y a un plus grand choix de contraceptions féminines, très efficaces et réversibles. Par contre je pense que cet état de fait est clairement un truc sexiste et patriarcal, mais ça me paraît difficile de blâmer chacun des individus pour cela.
- je me demande aussi dans quelle mesure on peut demander au père qu'il "assume" quand c'est la femme qui a le choix de continuer ou non sa grossesse, d'accoucher ou non sous X. Juste pour être claire : je pense que c'est une évidence absolue que ces choix doivent appartenir à la femme. Clairement, exiger de quelqu'un.e d'autre qu'iel continue ou abroge une grossesse c'est violent, tout cela se joue dans le corps de l'autre et la décision doit donc lui appartenir. Mais du coup je me demande aussi ce qui est exigible auprès du père. Si on prend un cas hypothétique (mais qui statistiquement doit bien arriver) où le type a mis des capotes, accident, la mère choisit de poursuivre la grossesse, moi ça ne me paraît pas évident que le père doive être présent (ne serait-ce que financièrement). Je me dis que c'est un super filet de sécurité pour les femmes qu'il y ait ces choix de "ne pas assumer" justement. Et je me demande quelles symétries il est bienvenu d'établir (ou non).

Note : j'aurais mieux fait d'écrire "personne qui a un utérus" et "procureur de spermatozoïdes" que "mère" et "père" qui sont davantage des mots à connotation genrée, plus proches de "parent femme" et "parent homme" que des mots biologiques (qui a un utérus, qui a des couilles). Il y a des hommes avec des utérus et des femmes avec des couilles, quoi. Désolée pour le cissexisme, j'avoue que j'ai la flemme de réécrire.
Ucralo

—
Messages : 351
Date d'inscription : 19/10/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 11:32
@Nurja : Je ne vois pas où tu veux en venir.

Pour être plus précis, au niveau légal, je verrais bien un système qui traite les deux questions suivantes, la 1re étant indépendante de la 2e :
1) Combien la mère qui élève seule doit recevoir ?
2) Parmi ce qu'elle doit recevoir, combien le père biologique doit payer ? Le reste serait payé par l'État.

En gros, moins le père biologique paie, plus l'État paie, et vice-versa.

Je n'avais pas traité la question 1. Je pense que ça devrait dépendre des revenus de la mère.

Pour la question 2, ça devrait surtout dépendre de la responsabilité du père biologique lors de la fécondation. Ça devrait aussi dépendre de ses revenus.
avatar
Nurja
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 9217
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 12:17
Pour moi, le père biologique a toujours une responsabilité (même si elle peut être très faible si la femme lui a dit prendre la pilule et qu'il a mis un préservatif) quand une grossesse débute.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
Tecma

—
Messages : 210
Date d'inscription : 15/07/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 17:41
Grussie a écrit:- je me demande aussi dans quelle mesure on peut demander au père qu'il "assume" quand c'est la femme qui a le choix de continuer ou non sa grossesse, d'accoucher ou non sous X. Juste pour être claire : je pense que c'est une évidence absolue que ces choix doivent appartenir à la femme. Clairement, exiger de quelqu'un.e d'autre qu'iel continue ou abroge une grossesse c'est violent, tout cela se joue dans le corps de l'autre et la décision doit donc lui appartenir. Mais du coup je me demande aussi ce qui est exigible auprès du père. Si on prend un cas hypothétique (mais qui statistiquement doit bien arriver) où le type a mis des capotes, accident, la mère choisit de poursuivre la grossesse, moi ça ne me paraît pas évident que le père doive être présent (ne serait-ce que financièrement). Je me dis que c'est un super filet de sécurité pour les femmes qu'il y ait ces choix de "ne pas assumer" justement. Et je me demande quelles symétries il est bienvenu d'établir (ou non).

Ce que je trouve étonnant cette possibilité d'accoucher sous X pour les femmes, cela ne revient il pas à se décharger complètement?
Vous connaissez la justification de cette possiblité donnée aux femmes? et de son refus aux hommes?




Dernière édition par Tecma le 17.01.15 17:49, édité 1 fois
avatar
erulelya
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 1845
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 17:49
Réputation du message : 100% (1 vote)
Grussie : Tu oublie les cas de déni de grossesse qui sont beaucoup plus courant qu'on ne le croit, le délai en France n'est que de 12 semaines, quand on ne s'attend pas à être enceinte c'est juste la limite pour s'en apercevoir à condition d'avoir des symptômes. Sans parler de la lenteur des centres IVG à traiter les dossiers quand on s'en rend compte à genre 10 semaines et demi.

Reste les cas où le mec fait croire qu'il est stérile, que la femme a une gastro fulgurante après avoir pris sa pilule, ou à pris un médicament incompatible avec la pilule, où elle porte un implant et pèse plus de 75kg (oui c'est inefficace au delà de ce poids), où elle a pris une pilule du lendemain et pèse plus de 75kg (idem), où elle était alcoolisée et violée...

Dans tous les cas de figure possible, même si les deux se sont très bien protégés et qu'il y a eu une coquille, pour moi c'est être adulte et responsable que d'assumer. On ne devrait même pas avoir besoin de lois pour ça (dans mon mon de bisounours).

Tecma : je ne comprend pas ta question, tu insinue que c'est de la "lâcheté" d'accoucher sous X ?

Accoucher sous X est un droit pour toutes les femmes en situation de détresse.
Tecma

—
Messages : 210
Date d'inscription : 15/07/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 17:54
La "situaiton de détresse" étant très largement interprétée (il est même évoquer de la supprimer, en tt cas par la cour de cassation) j'ai l'impression que c'est un moyen pour une femme de s'en aller sans avoir qlq obligations que ce soit envers l'enfant, or je ne crois pas que ce soit possible pour un homme (légalement en tt cas).

Du coup lâcheté je sais pas, plein de raisons peuvent amener quelqu'un à préferer ne pas être en charge d'un enfant et toutes ne sont pas lâches, cependant je m'interroge sur le fait que ce soit possible que pour les femmes.
avatar
Claire G.
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 1069
Date d'inscription : 20/10/2013

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 19:40
Réputation du message : 100% (3 votes)
Il n'y a pas que Causette qui est sensible à la propagande masculiniste...


_________________
i am who i am because you are who you are.
Tecma

—
Messages : 210
Date d'inscription : 15/07/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 20:40
Que tu trouves ma question influencée par le masculinisme soit, mais du coup qu'elle est l'explication féministe de l'accouchement sous X?
La situation de détresse ok, mais ce n'est pas lié au sexe d'être dans une situation délicate et inopportune à l’accueil d'un enfant.

Je suis ni contre ni pour, simplement la possibilité ouverte aux femmes et pas aux hommes de s'en aller m'étonne. Surtout que ce n'est pas, à priori, pour éviter à la personne les conséquences médicales de la grossesse vue que celle ci est justement menée à terme par la personne en question.

avatar
erulelya
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 1845
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 20:46
Réputation du message : 100% (2 votes)
@Tecma a écrit:La "situaiton de détresse" étant très largement interprétée (il est même évoquer de la supprimer, en tt cas par la cour de cassation) j'ai l'impression que c'est un moyen pour une femme de s'en aller sans avoir qlq obligations que ce soit envers l'enfant, or je ne crois pas que ce soit possible pour un homme (légalement en tt cas).

Je crois au contraire que c'est un acte très courageux, d'assumer une grossesse jusqu'à la fin avec ce que ça entraîne comme contraintes sociales, professionnelles, médicales, voire la mort ou de lourdes séquelles, afin d'offrir une petite chance à un enfant non désiré de vivre dans une famille qui désire vraiment un enfant. Sans oublier la difficulté psychologique de la séparation, les problèmes de suite de couches et le dépression maternelle qui peut s'en suivre.

On dirait que tu envisage ça comme un acte atrocement monstrueux. Les femmes ont des droits et le choix, IVG ou accouchement sous X pour ne pas se faire imposer une maternité non désiré.

Dans ton idée c'est inégal c'est ça ? Les femmes peuvent mais les hommes sont obligés de subir ? J'ai envie de répondre patriarcat Twisted Evil

_________________
"Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson" – Rebecca West
avatar
Nurja
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 9217
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 20:50
Réputation du message : 100% (2 votes)
@Tecma a écrit:plein de raisons peuvent amener quelqu'un à préferer ne pas être en charge d'un enfant et toutes ne sont pas lâches, cependant je m'interroge sur le fait que ce soit possible que pour les femmes.
Je n'ai pas assez de doigts sur mes deux mains pour compter le nombre d'enfants dont le géniteur a pris la possibilité de ne pas prendre en charge l'enfant qui est né notamment de leur sperme.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
Tecma

—
Messages : 210
Date d'inscription : 15/07/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 20:57
Réputation du message : 100% (1 vote)
Oui je trouve ça assez surprenant.

Tu dis que les femmes ont le droit de ne pas se faire imposer une maternité non désirée, et donc de s'en aller. Pourquoi pas. et non je ne trouve pas ça monstrueux, il y a des siutations, nombreuses ou effectivement les parents, pères comme mères, ne sont simplement pas en mesure de l'élever.

Mais cependant je trouve étonnant qu'un homme puisse se faire imposer une paternité, au moins sous l'aspect financier (pension), tandis qu'une femme ait la possibilité de s'en aller sans garder aucun lien avec l'enfant, même financier.
d'un coté on impose, de l'autre non. POurquoi?

laisser une petite chance à un enfant de vivre dans une famille qui le désire vraiment et de ce fait s'en aller, et bien ça s'applique aussi au géniteur non?

@Nurja a écrit:Je n'ai pas assez de doigts sur mes deux mains pour compter le nombre d'enfants dont le géniteur a pris la possibilité de ne pas prendre en charge l'enfant qui est né notamment de leur sperme.

et bien de la même façon que la pilule peut ne pas jouer son rôle la capote peut craquer ?

Surtout, sauf hypothèse de viol, un rapport sexuel se fait à deux. Or, je pense que, même si le nombre de viols est énorme, la majorité des rapports sexuels sont consentis des deux cotés.


Dernière édition par Tecma le 17.01.15 21:01, édité 1 fois
avatar
erulelya
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 1845
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 21:10
Réputation du message : 100% (2 votes)
Y a mon alarme masculiniste qui s'affole de tous les côtés.

Si déjà on arrêtait avec le terme "imposer une paternité" qui résonne un peu comme si le pauvre bonhomme n'était pas là au moment des faits ou avait été violé par une amazone. Ou comme si les femmes faisaient exprès de tomber enceinte pour les faire chier.

Si on considérait ensuite que justement le rapport était consenti des deux côtés avec toutes les précautions nécessaires, chaque personne en âge de baiser devrait savoir qu'aucune contraception n'est fiable à 100% et que les seuls moyens connus pour un homme d'échapper à une paternité sont : stérilisation et abstinence.

A partir de là, il devient tout à fait normal d'assumer les conséquences d'un PIV.

_________________
"Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson" – Rebecca West
avatar
Nurja
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 9217
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 21:11
d'un coté on impose, de l'autre non. POurquoi?
Parce qu'un homme peut toujours choisir de mettre une capote ou pas (oui, il y a des accidents de capotes)

Surtout, sauf hypothèse de viol, un rapport sexuel se fait à deux. Or, je pense que, même si le nombre de viols est énorme, la majorité des rapports sexuels sont consentis des deux cotés.
Je ne suis pas persuadée que ce soit la majorité des rapports sexuels qui soient désirés des deux côtés. Sad

Pour le reste, oui, si l'Etat peut prendre en charge financièrement, on pourrait imaginer que dans le cas où l'homme avait mis une capote et/ou où la femme lui avait dit être sous pilule, il ne devrait pas payer de pension alimentaire. Maintenant, honnêtement, pourquoi des personnes qui n'ont rien à voir devraient-elles prendre les choses en charge ?

@Tecma, je ne comprends pas pourquoi tu me cites, ce que tu dis ensuite n'a rien à voir. Je faisais simplement remarquer que, dans les faits, bon nombre d'hommes font des gosses et ne prennent aucune responsabilité.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
Tecma

—
Messages : 210
Date d'inscription : 15/07/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 21:18
Oui sauf que les moyens de contraception, l'ivg et l'accouchement sous X ne sont pas sur le même plan:
- les contraceptifs sont des moyens imparfaits d'éviter la grossesse.
- l'ivg est une technique médicale nécessairement ouverte en cas de grossesse ne serait ce que à cause des csq possibles sur le corps.
- l'accouchement sous X est une possibilité légale. il ne s'agit pas d'éviter les csq médicales d'une grossesse, elle a eu lieu. il s'agit de donner la possibilité à un individu de s'en aller et ce pour aucune raison médicale, en tout cas aucune que je ne puisse voir que ne pourrait potentiellement partager un homme.

Pour linstant, tu me traites de masculinistes, tu me dis que les hommes n'ont qu'à se stériliser, ou faire abstinence, mais à aucun moment tu ne me donnes une explication féministe exposant pourquoi une femme pourrait partir là ou un homme ne le peut pas (encore une fois, sauf hyp de viol).
avatar
Nurja
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 9217
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 21:21
Réputation du message : 100% (1 vote)
pourquoi une femme pourrait partir là ou un homme ne le peut pas (encore une fois, sauf hyp de viol).
Parce que ces viols sont plus fréquents que tu ne le penses et que ce n'est pas simple de dire "il voulait, je ne voulais pas, il a insisté, j'ai fini par accepter". (d'avoir un rapport sexuel, de ne pas utiliser de capote)
Parce que ce sont généralement les hommes qui sont demandeurs de PIV. On peut vivre sans PIV et ne pas être dans l'abstinence, tu sais.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
Ucralo

—
Messages : 351
Date d'inscription : 19/10/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 21:25
@Nurja a écrit:Pour le reste, oui, si l'Etat peut prendre en charge financièrement, on pourrait imaginer que dans le cas où l'homme avait mis une capote et/ou où la femme lui avait dit être sous pilule, il ne devrait pas payer de pension alimentaire. Maintenant, honnêtement, pourquoi des personnes qui n'ont rien à voir devraient-elles prendre les choses en charge ?
Pour la même raison que les IVG sont remboursées. Là aussi, on oblige à des personnes qui n'ont rien à voir de prendre les choses en charge.
avatar
Nurja
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 9217
Date d'inscription : 12/04/2012

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 21:32
@Ucralo a écrit:Pour la même raison que les IVG sont remboursées. Là aussi, on oblige à des personnes qui n'ont rien à voir de prendre les choses en charge.
Sauf que le coût ponctuel de l'une et récurrent de l'autre font que ce n'est pas comparable pour moi.
(Je me fais la même réflexion, horrible que je suis, par rapport au traitement contre le HIV : 1000 euros par mois environ pris en charge par l'Etat. D'un côté, je comprends. D'un autre moins. Et pourtant, j'ai des personnes que je connais bien qui sont dans le cas.

_________________
I'm a radical feminist, not the fun kind. Andrea Dworkin
avatar
erulelya
Ancien⋅ne
Ancien⋅ne
Messages : 1845
Date d'inscription : 25/06/2014

Re: [Magazine] Causette

le 17.01.15 22:02
Réputation du message : 100% (2 votes)
Pour moi il n'y a pas de débat à avoir. Je n'ai pas dit que les homme n'ont qu'à... J'ai dit que toute personne saine d'esprit en âge de procréer devait être conscient de ce qu'un PIV (ou même pas d'ailleurs puisqu'on peut concevoir sans pénétrer) peut entraîner comme conséquence, pénétration ou pas.

A partir de là, j'invite seulement les hommes à réfléchir et à assumer.

Mais si tu veux un point de vue féministe : Les femmes non plus, n'ont pas le choix d'être fécondées, c'est à elles d'assumer l'IVG quand elles le souhaitent ou qu'elles découvrent la grossesse à temps, l'accouchement sous X ou la vie de l'enfant. Tout ça coûte cher et pas seulement en argent, et la moindre des choses c'est que le second responsable de l'histoire soit impliqué. Au fond c'est bien de la vie d'un enfant qu'il s'agit, pas d'un paquet de linge sale oublié chez l'autre.

A lire certains on croirait que toutes les femmes victimes d'une grossesses non désirées s'empressent de brandir des actes de reconnaissance de paternité sous la menace de la justice. Dans les faits les hommes ont toujours violé et historiquement ça fait très peu de temps que les mères célibataires sont un peu moins stigmatisées qu'avant. Je serais curieuse de connaître le réel pourcentage de mère souhaitant que leur enfant soit reconnu et qui obtiennent gain de cause. On pourra le comparer au pourcentage de pères qui s'en lavent les mains et déversent leurs larmes chez les mascu.
Contenu sponsorisé

Re: [Magazine] Causette

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum