Derniers sujets
URGENT Réédition : "Notre corps, nous même"Hier à 22:47erulelyaAlpagaHier à 11:27Iridacea#BoycottWebedia et #BalanceTonForumHier à 10:07Klazoo LexisJe veux des Poches!!Hier à 9:47Klazoo LexisIntersectionalité et paradigmes apparentésJeu 23 Nov 2017 - 19:04Black SwanPrésentation de Maerlynn (:Jeu 23 Nov 2017 - 18:17MaerlynnFéminisme culturel vs. féminisme radicalMar 21 Nov 2017 - 13:40Tortuefemmes enceintes versus personnes enceintesMar 21 Nov 2017 - 11:20IridaceaLes talons cornés : "horribles", "intolérables" et "anti-sexy"Dim 19 Nov 2017 - 17:25erulelyaFaut-Il Porter Un Soutien-Gorge ? - Article.Ven 17 Nov 2017 - 20:42Ceridwen0813Luce en lutte : rendre la langue française non sexisteVen 17 Nov 2017 - 12:33erulelyaSalut à tou.te.sVen 17 Nov 2017 - 10:07LuceBizutage en médecine à l'université de caen = Enseignement du sexisme ?Jeu 16 Nov 2017 - 11:31michekhenbonjour tout le mondeLun 13 Nov 2017 - 18:21jojojoBonjour ! Moi, Je.Lun 13 Nov 2017 - 16:18Un Homme[Article] Mélanie Gourarier. « La séduction alpha mâle s’inscrit dans un continuum de pratiques violentes »Lun 13 Nov 2017 - 15:12TortuePeggy SastreSam 11 Nov 2017 - 4:12Klazoo LexisHelloVen 10 Nov 2017 - 11:15IridaceaPedro KazumiMar 7 Nov 2017 - 0:11IridaceaBoujour à vous Dim 5 Nov 2017 - 20:50IridaceaMorg@neDim 5 Nov 2017 - 18:30IridaceaGeorges BouillonDim 5 Nov 2017 - 18:17Iridacea"Free the Nipple"Sam 4 Nov 2017 - 1:18erulelyaOuvrir la voix par Amandine Gay (black feminism)Jeu 2 Nov 2017 - 20:58AëlloonComment réagir face à l'antiféminisme ?Jeu 2 Nov 2017 - 20:25Aëlloon"non-binaire" c'est quoi ?Mer 1 Nov 2017 - 5:13Reikochanson : VII capturées de bonne heureLun 30 Oct 2017 - 12:41shunUn traîtreLun 30 Oct 2017 - 7:43Untraitreliens pour accueil ne fonctionne pas? Dim 29 Oct 2017 - 9:00michekhenPrésentation de RonceRose Sam 28 Oct 2017 - 11:57IridaceaJe suis nouvellauJeu 26 Oct 2017 - 23:44IridaceaJean.Jeu 26 Oct 2017 - 23:42Iridacea

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Tiffanny
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 297
Date d'inscription : 14/08/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Lun 11 Nov 2013 - 22:24
Je parlais des intervenantEs sur le forum féministe. Ces derniers temps ça n'arrête pas et les pro-prostitution n'interviennent presque sur rien d'autre.
Moi les victimes de la prostitution me préoccupent, mais pas seulement. Néanmoins je ne m'intéresse pas beaucoup, pas du tout même, au bizness des prostituées volontaires et à leur propagande pour faire prospérer leurs affaires.
Je commence à en avoir complètement marre de discuter avec les défenseuSEs des clients.
Vous ne pourriez pas intervenir sur autre chose de temps à autre? Ne serait-ce que pour faire semblant?
avatar
Jezebel
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2185
Date d'inscription : 18/07/2012

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Lun 11 Nov 2013 - 23:45
Etre contre la pénalisation n'implique pas défendre les clients. Ca peut les retirer (momentanément ou pas) de l'équation mais je ne vois pas en quoi ça les absout ou justifie leur démarche. Certaines personnes ou associations voient d'abord l'intérêt des prostitué-es (il ne s'agit pas ici d'intérêt à se prostituer), leur qualité de vie, disons, avant des sanctions pénales pouvant avoir un impact immédiat.
On peut être d'accord ou pas mais dire que ces personnes déféndent les clients c'est pas forcément très honête comme argument.
avatar
Claire G.
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1047
Date d'inscription : 20/10/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 0:02
Il y a un vrai défaut dans la pénalisation des clients, c'est qu'elle risque si elle n'est pas associée avec le fait qu'une personne prostituée est une victime (et donc plus que simplement témoin d'un acte délictuel) cela peut entrainer un harcèlement policier contre toutes les personnes prostituées afin de les amener à témoigner.

Ce défaut là n'est pas ignoré je ne le pense pas par les abolitionnistes et existe d'ailleurs pour toute violence faite aux personnes : une personne victime qui refuse de témoigner est parfois culpabilisée de ne pas le faire.

C'est selon moi le plus gros défaut de cette loi (la partie qui lie le fait d'accorder un titre de séjour à une personne prostituée uniquement si elle témoigne contre son proxénète : autrement dit si elle n'en a pas ou refuse de témoigner, elle n'obtiendra pas de titre de séjour temporaire).

Il se trouve qu'à ma connaissance les associations abolitionnistes et le HCEFH demandent que l'obtention de ce titre de séjour soit lié au fait de vouloir sortir de la prostitution uniquement. Ce qui n'est d'ailleurs pas totalement satisfaisant, mais est une avancée par rapport au texte actuel.

Moi je serais pour qu'on donne le titre de séjour temporaire à toutes les personnes prostituées qui le demandent, sans rien leur demander en échange.

Tout en garantissant la non communication du fichier qui pourrait être ainsi constitué aux services de police, puisqu'elles ne sont pas délinquantes.

_________________
i am who i am because you are who you are.
avatar
Tiffanny
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 297
Date d'inscription : 14/08/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 0:18
@ClaireG: d'accord avec toi. La loi telle qu'elle est ne me convient pas, il faudrait y ajouter tous les points que tu soulèves et encore bien d'autres comme aides financières aux femmes qui veulent sortir de la prostitution et fin de la traque des Sans papiers.

@Jezebel
Si ça n'implique pas de défendre les clients pourquoi les pro-prostitution refusent-illes d'en dire du mal?

Je dis que tous les clients sont des salauds sexistes, tu n'es pas d'accord avec ça?

Tu trouves que c'est pas forcément très honnête comme argument de souligner que jamais les pro-prostitution ne veulent dire du mal des clients?

CertainEs abolitionnistes ne sont pas pour les sanctions pénales pour les clients. Comme Sardine qui dit qu'elle veut seulement une campagne pour dire qu'aller voir les prostituées c'est prendre le risque de tomber sur une fille sous emprise d'un proxénète.

Oui mais voilà les pro-prostitution refusent de faire une telle campagne parce que ce serait mauvais pour les affaires!

Il y a prostituée et prostituée.
Les prostituées qui se promènent partout en répétant qu'elles sont fières et pas traumatisées du tout et qu'elles font ce qu'elles veulent de leur corps et qui défendent leur bizness.

Les prostituées malheureuses et humiliées et traumatisées. Parce qu'elles sont obligées par les circonstances. Ou pire parce qu'elles sont obligées par un proxénète.

Moi c'est à celles-là que je pense. Il faut tout faire pour que ces viols s'arrêtent. Il ne faut pas légaliser ces viols. Il ne faut pas les banaliser.

Chaque fois que je lis cette propagande j'ai envie de vomir et ça me retourne tant que je me jure que je n'y reviendrai plus, tant pis, je les laisserai étaler leur propagande. Mais c'est trop dur de penser qu'il y a un tel déni de la saloperie des clients sur un forum féministe.
avatar
Usagi
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1976
Date d'inscription : 17/03/2012

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 0:29
@Tiffanny a écrit:@Jezebel
Si ça n'implique pas de défendre les clients pourquoi les pro-prostitution refusent-illes d'en dire du mal?
Jezebel ne parlait pas que des pro-prostitution mais de toutes les personnes opposées à la pénalisation des clients.
@Jezebel a écrit:Etre contre la pénalisation n'implique pas défendre les clients.
Difficile donc de répondre à ta question. Surtout que Jezzebel est abo et qu'elle n'est pas dans la tête des pro-prostitution.

_________________
Si tu veux véritablement connaître le cœur d'une personne, observe comment elle se comporte avec ceux qui ne peuvent rien lui apporter.
avatar
Jezebel
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 2185
Date d'inscription : 18/07/2012

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 0:29
Quant à la qualification des clients, je suis d'accord avec toi. Je n'ai aucune excuse pour ces personnes.

Je ne sais pas si toutes les personnes qui sont contre la pénalisation sont pro-prostitution non plus et donc je pense qu'il faut nuancer.

Pour le fait que certaines personnes ou asso ne disent pas du mal des clients, encore une fois, je ne pensent pas que ça relève de la défense, plutôt du refus de s'engager sur un terrain qui n'est pas le leur (qu'illes laissent à l'appréciation des premièr-es concerné-es). Beaucoup préfèrent se concentrer sur la qualité de vie des prostitué-es.
Enfin c'est ce que j'en ai retenu dans les grandes lignes.
Quant à la campagne à laquelle tu fais référence, encore une fois je pense que l'idée c'est que ça va nuire aux prostitué-es (moins de client = moins d'argent= moins facile de vivre).
Finalement, c'est un peu la même problématique qu'entre abolitionnisme et welferarisme pour les droits des animaux: améliorer les conditions de vie ou supprimer radicalement. Difficile d'avoir l'un sans l'autre, voire d'envisager l'un sans l'autre (en tout cas pour moi).

Edit: sinon, un "tel déni de la saloperie des clients" sur ce forum en particulier qui est majorité abolitioniste (même si pas une condition sinequanone pour y être inscrit, contrairement à l'autre), non quand même. Je crois qu'on est nombreux-ses à ne pas encenser la prostitution quand même. Maintenant, oui, il y a des avis contraires qui s'expriment, mais encore une fois, la charte de ce forum ne stipule pas l'abolitionisme.
avatar
Tiffanny
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 297
Date d'inscription : 14/08/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 0:42
Moi je te parle des pro-prostitution qui viennent ces derniers temps ici, sur le forum féministe. Et je n'ai jamais lu un mot contre les clients de leur part, ou si timide! Certains clients sont des salauds, mais d'autres sont respectueux des femmes, laisse-moi rire! Quand on respecte les femmes on ne va pas voir des prostituées.

Les principales concernées?
Selon moi ce sont les femmes victimes d'un proxénète.
Pour ces femmes, qui selon moi sont ABSOLUMENT PRIORITAIRES par rapport à celles qui sont volontaires et disent à qui veut l'entendre qu'elles sont même fières, pour ces femmes, il est essentiel qu'il y ait le moins de clients possible, que la prostitution disparaisse, que les proxénètes se tournent vers d'autres activités parce que celle là ne rapportera plus assez.
Pour les prostituées indépendantes crois-moi cette activité rapporte énormément énormément énormément d'argent. Je le sais car si je n'avais pas tout dépensé en drogue je me serais fait un fric phénoménal! Pour moi remarque plus d'argent voulait dire encore plus de drogue.
Alors pour les indépendantes moins d'argent ça ne serait pas grave. Mais pour les victimes de proxénètes plus de clients signifierait à terme arrêt de leur calvaire.
La qualité de vie des prostituées des associations telles que le NID font tout leur possible pour l'améliorer. Et elles n'y ont aucun intérêt financier puisque presque toutes bénévoles. Mais les prostituées fières et qui font ce qu'elles veulent de leur corps et qui répètent qu'elles ne sont pas des victimes ne pensent qu'à gagner toujours plus de fric.
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 1:56
Tiffanny, je ne crois pas te l'avoir déjà dit, mais sache que je compatis, je suis touchée par ce que tu dis. :calin: 

_________________
Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste. (Louise Michel)
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3993
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 9:36
Pour aller dans le sens de Tiffany sur l'attrait pour l'argent, un extrait du billet de Morgane Merteuil sur les clients, je pense en effet que tout est résumé sur les motivations de *certaines* personnes prostituées

Et si je pouvais vous tirer 5 000 euros pour une passe de 5 minutes, je le ferais, sans AUCUN remords. Parce que si vous pouvez mettre 5 000 euros pour un service sexuel, c’est que vous avez ce fric, probablement parce que vous avez un poste de pouvoir, auquel je n’aurai jamais accès (et dont je ne veux pas d’ailleurs) ; donc vous prendre un peu de fric pour me permettre d’avoir un peu plus de pouvoir économique, et, de là, personnel, je pense que c’est bien la moindre des choses.
http://languesdeputes.wordpress.com/2013/08/24/reflexions-dune-pute-anti-clients-heterophobe-et-misandre/
avatar
Césarion
Hystérique
Hystérique
Messages : 464
Date d'inscription : 17/09/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 18:34
@pierregr a écrit:
Et si je pouvais vous tirer 5 000 euros pour une passe de 5 minutes, je le ferais, sans AUCUN remords. Parce que si vous pouvez mettre 5 000 euros pour un service sexuel, c’est que vous avez ce fric, probablement parce que vous avez un poste de pouvoir, auquel je n’aurai jamais accès (et dont je ne veux pas d’ailleurs) ; donc vous prendre un peu de fric pour me permettre d’avoir un peu plus de pouvoir économique, et, de là, personnel, je pense que c’est bien la moindre des choses.
http://languesdeputes.wordpress.com/2013/08/24/reflexions-dune-pute-anti-clients-heterophobe-et-misandre/
J'avais trouvé ça vachement malsain quand même. Est-ce que n'importe quelle autre personne qui offre des services contre de l'argent dirait un truc pareil à propos de ses clients ?
Et en même temps, je pense que ça correspondait à une des étapes de crédibilisation féministe du STRASS, en mode "regardez on peut critiquer les clients nous aussi"...
avatar
once
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Grand⋅e Prêtre⋅sse
Messages : 1044
Date d'inscription : 11/07/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 18:35
J'avais trouvé ça vachement malsain quand même. Est-ce que n'importe quelle autre personne qui offre des services contre de l'argent dirait un truc pareil à propos de ses clients ?
Je ne comprends pas bien cette phrase, pourrais-tu développer ?

_________________
Les larmes que nous ravalons finissent toujours par emplir nos poumons et nous empêcher de respirer.
--------
Explication des « 'n » que vous avez peut-être aperçu dans mes messages :
http://feminisme.fr-bb.com/t2058-idee-d-une-autre-methode-pour-ecrire-en-feministe#59941
avatar
Césarion
Hystérique
Hystérique
Messages : 464
Date d'inscription : 17/09/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 18:50
@once a écrit:
J'avais trouvé ça vachement malsain quand même. Est-ce que n'importe quelle autre personne qui offre des services contre de l'argent dirait un truc pareil à propos de ses clients ?
Je ne comprends pas bien cette phrase, pourrais-tu développer ?
Typiquement, je ne pense pas que ma pote qui travaille au MacDo (oui on peut trouver la comparaison douteuse, mais c'est justement dans le cadre de "la prosti est un métier comme les autres") puisse dire un truc du genre "ah si je pouvais sucer mes clients jusqu'au sang je le ferais". Gosh je me rends compte que je sais tellement pas m'exprimer ^^ Mais tu comprends l'idée ?
Invité
Banni·e
Messages : 7505
Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 18:59
Est-ce que tu veux dire que tu y lis une certaine amertume ou une colère envers les clients, qui te semble spécifique à la prostitution ?
avatar
Césarion
Hystérique
Hystérique
Messages : 464
Date d'inscription : 17/09/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 19:10
On peut dire ça, oui ^^ Enfin je lis ça tout simplement au fait que, non, je ne pense pas que la prostitution soit "un métier comme un autre" (surtout pas dans le contexte actuel).

Après comme j'ai dit, j'ai le sentiment que le STRASS a tenté de se racheter des lettres de noblesse "féministe intersectionnel" et que ce texte a servi à asseoir cette "crédibilisation". Après tout, c'est bien la seule fois que je l'ai vue s'exprimer sur ce sujet de la sorte (même si régulièrement elle dit sur son twitter "non mais on s'en fout des clients etc...")
D'ailleurs à ce sujet, le STRASS a retiré les témoignages de clients de son site (je ne saurais pas dire quand ils ont fait ça par contre)...après, il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis ?
avatar
LuxLisbon
Insatisfait⋅e
Insatisfait⋅e
Messages : 304
Date d'inscription : 19/05/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 23:02
@pierregr a écrit:
ce que ça fait sale, toutes ces prostituées sur nos trottoirs ! Qu'elles partent se cacher et qu'on les emmène ailleurs, on sera plus tranquilles comme ça.
 
:facepalm2: 
 
J'ai l'impression d'être au 19ème siècle, occupé à lire une personne imprégnée de moralisme catholique et puritain. Si ta vision des abos est celle-là, tu te plantes complètement.
Désolée mais c'est parfois la position des abolitionnistes que je trouve imprégnée de morale. Chacun a un rapport à son corps qui est différent ; que fait-on des personnes (hommes comme femmes) qui disent préférer la prostitution à une activité salariée ? On leur dit que c'est pas bien et qu'ils ne peuvent pas décider aux-mêmes ce qu'ils font de leur corps ?

@pierregr a écrit:Concernant les réseaux, ils vont ailleurs, c'est sûr mais si chaque pays devient abolitionniste, il n'y aura bientôt plus aucun endroit pour ces mafieux. C'est le 2ème business le plus lucratif pour les mafieux et ils savent parfaitement contourner les lois. Seule option : pénaliser les clients. Car sans clients, pas de prostituées.
Sauf que je considère comme très naïve l'idée que tous les pays deviendront abolitionnistes.

@pierregr a écrit:Et les clients d'un pays abolitionniste n'ont pas tous la possibilité de voyager/circuler dans d'autres pays, donc, ils finiront par se résigner avant peut-être de comprendre le but de cette loi.
Le tourisme sexuel a bien prouvé que les hommes savent voyager, parfois même loin, pour trouver des prostituées peu chères et "à leur goût". (Je précise : je trouve ça immonde, au cas où on m'accuserait encore de protéger les clients)

@pierregr a écrit:Et pendant ce temps, comme en Suède, éduquons filles et garçons dès le plus jeune âge avec la notion de respect mutuel du corps des autres et que le corps des autres n'est pas qqch à vendre/acheter/louer.
Je rappelle aussi qu'au moment de l'abolition de l'esclavage, certain-e-s esclaves ne voulaient pas quitter leur maître. Cela s'appelle la servitude volontaire, déjà décrite en 1549, voir ici
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire
 
Donc oui, certaines personnes sont aliénées au point de ne même pas voir qu'elles sont aliénées. Et les lois sont là pour les protéger.
Pour moi, je suis désolée, mais c'est du paternalisme que de considérer que les femmes ne sont pas assez grandes pour savoir ce qui est bon pour elles.
Je suis évidemment pour l'éducation au respect de l'autre et si, à terme, on en arrive à ne plus avoir de prostitution du tout, très bien. Mais je ne pense pas qu'on puisse libérer les gens contre eux-mêmes, surtout ceux qui sont libres et ne dépendent pas d'une autre personne — les esclaves dépendaient de leurs maîtres, une prostituée indépendante ne dépend de personne et refuse un client si elle le décide. C'est d'ailleurs ça que réclament les anti-abolitionnistes : que les prostituées soient suffisamment protégées pour pouvoir décider quand, comment, où, avec qui, et combien.

@Usagi a écrit:
léger HS:
@LuxLisbon a écrit:les pays sous-développés, en Inde, en Thaïlande
sous-développés ? :shock:Alors déjà je suis super choquée par l'emploi de ce terme qui transpire le mépris pour les pays dit "du sud" Mad mais en plus je te suggère d'aller visiter un peu l'Inde avant de dire ce genre de chose...
Je sais qu'en tant que non-abolitionniste, je suis le diable ; néanmoins, même si ma formulation était peut-être douteuse, on a quand même le droit de rappeler que certains pays sont plus pauvres que les nôtres et qu'en ce sens, ils exploitent davantage la misère des plus faibles. Si ce n'est pas ce qui se passe en Thaïlande (et ailleurs), je veux bien qu'on vienne m'agonir ; mais il me semble que c'est la base même de ce qu'on appelle le tourisme sexuel.

@Tiffanny a écrit:Tu trouves que c'est pas forcément très honnête comme argument de souligner que jamais les pro-prostitution ne veulent dire du mal des clients?
J'ai dit plusieurs fois que je n'avais aucune estime pour les clients et que si je m'opposais à leur pénalisation, c'était pour des questions pratiques (les dommages que cela peut faire aux prostituées) et non pas théoriques. Théoriquement, qu'ils prennent tous des peines de prison ne me choquerait absolument pas, bien au contraire. Mais malheureusement, les pénaliser pénalise aussi les prostituées.

Une dernière chose : il est vrai que je m'exprime peut-être davantage sur ce sujet que sur un autre, mais c'est parce que je trouve plus intéressant de débattre quand je ne suis pas d'accord avec la pensée dominante. Je suis aussi intervenue sur l'image de la femme dans les médias, parce que c'est une question qui m'intéresse ; j'ai répondu à une personne qui parlait de ses difficultés personnelles... Je ne suis pas aussi active que d'autres ici parce que j'ai été assez dégoûtée (et le suis encore, mais je m'obstine) de voir l'accueil qu'on réserve aux personnes qui ont un avis différent de celui de la majorité. Je pense qu'on peut être féministe et ne pas être d'accord avec ce projet de loi ; je respecte tout à fait vos arguments, et je sais moi aussi la douleur de certaines survivantes, que j'ai pu côtoyer, parce que je ne parle pas dans le vide pour troller, ça ne m'intéresse pas.
Les sans-papiers, je m'y intéresse aussi, je suis encartée, j'ai des engagements politiques, syndicaux ; bref, j'essaie de mener ma vie en accord avec mes principes. Mais quand je viens ici, je trouve effectivement plus intéressant de créer un débat plutôt que de dire "je suis d'accord" dans quasiment tous les autres topics.
Et puis je suis assez sidérée de l'image qu'a la majorité des gens du féminisme ; je tiens beaucoup à l'idée qu'il y a des courants différents dans le féminisme, qu'ils sont tous respectables même s'ils ne sont pas toujours en accord les uns avec les autres. J'aurai toujours davantage de sympathie pour quelqu'un qui lutte pour les femmes, même s'il ne le fait pas en défendant mes propres idées, que pour quelqu'un qui considère que le débat d'idées, la défense d'idéaux, la défense des minorités sont des combats ridicules.
avatar
Césarion
Hystérique
Hystérique
Messages : 464
Date d'inscription : 17/09/2013

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mar 12 Nov 2013 - 23:47
Une prostituée indépendante ne dépend de personne et refuse un client si elle le décide.
Alors là je ne suis pas du tout convaincu.

Et personnellement, je pense que, oui, certaines femmes ne prennent pas de bonnes décisions pour leur propre condition, et que le rapport à notre propre corps ne varie pas TANT que ça d'une personne à l'autre ; le paternalisme et l'universalisme ont un peu bon dos je trouve. Après bien entendu, rien n'est jamais tout noir ou tout blanc, et ce que tu dis n'est pas non plus faux je trouve.

Et il y a juste un truc qui me turlupine : tu dis "pourquoi certaines personnes ne préféreraient-elles pas se prostituer à autre chose ?" pour dire ensuite que tu n'as aucune estime pour les clients ; je trouve ça un peu contradictoire en soi, tu ne peux pas "approuver" une activité tout en dénigrant ce qui fait 50% de la pratique. Enfin il me semble.
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mer 13 Nov 2013 - 0:32
Les clients ce n'est pas 50 % de l'activité, c'est l'essence même de l'activité. Plus de clients, plus de prostitution, ce qui honnêtement ne constituerait pas une grosse perte pour l'ensemble de l'humanité.
Je ne prône pas la pénalisation des clients, mais je ne vois vraiment pas en quoi une campagne de sensibilisation mettrait qui que ce soit en danger. Puisque tout le monde semble à peu près d'accord pour dire que les clients sont sexistes par définition, je suggère d'axer la communication sur le fait que:
- La plupart des prostituées n'ont pas choisi d'exercer cette activité, elles y sont contraintes pour diverses raisons (misère, pas de papiers, drogue, menaces de proxénètes).
- Le client qui va voir une prostituée n'a aucun moyen de savoir si elle est menacée par un proxénète.
- Dans le meilleur des cas, la prostituée ne ressent aucun plaisir sexuel, contrairement à lui.
- Quel risque prend le client en n'allant pas voir de prostituée?
1) Devoir se masturber plutôt que de se satisfaire avec une femme qui ne le désire pas, que peut-être ça dégoûte, que peut-être ça va traumatiser.
2) Ne pas contribuer à faire prospérer les affaires de prostituées indépendantes.
Si le client a comme motivation d'aider financièrement des femmes nécessiteuses (Rolling Eyes ) il pourrait faire des dons à des associations venant en aide aux femmes victimes de la prostitution.

Je pense qu'il faudrait intervenir systématiquement chaque fois qu'un film, article, émission... vante la prostitution comme quelque chose de banal, ou pire (et hélas, très fréquent...) qu'on présente la fréquentation de prostituées comme un rituel masculin sympathique.
Il fut un temps où le viol était ainsi socialement dédramatisé. Maintenant chaque fois qu'un connard explique dans un article ou un blog que les femmes aiment bien être un peu forcées, il a droit à un tir de barrage. Peu à peu le viol a été considéré comme un crime.
Je pense qu'en multipliant les efforts pour désigner les clients comme des connards sexistes, et les prostituées comme des victimes (consentantes ou le plus souvent, absolument pas consentantes!) du sexisme, on aurait peut-être une chance de faire évoluer les mentalités sur le sujet.

avatar
Arrakis
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1806
Date d'inscription : 29/02/2012

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mer 13 Nov 2013 - 8:10
Bon, je vais faire du quote war, parce que le sujet a évolué depuis ce que je vais commenter :
@pierregr a écrit: Pour aller dans le sens de Tiffany sur l'attrait pour l'argent, un extrait du billet de Morgane Merteuil sur les clients, je pense en effet que tout est résumé sur les motivations de *certaines* personnes prostituées
@Morgane Merteuil a écrit:Et si je pouvais vous tirer 5 000 euros pour une passe de 5 minutes, je le ferais, sans AUCUN remords. Parce que si vous pouvez mettre 5 000 euros pour un service sexuel, c’est que vous avez ce fric, probablement parce que vous avez un poste de pouvoir, auquel je n’aurai jamais accès (et dont je ne veux pas d’ailleurs) ; donc vous prendre un peu de fric pour me permettre d’avoir un peu plus de pouvoir économique, et, de là, personnel, je pense que c’est bien la moindre des choses.
Oui, et ? Evidemment que l'argent est une motivation importante. Claire Carthonnet explique que la prostitution était la seule activité à sa portée qui lui permette d'avoir du temps pour lire, la possibilité d'accéder aux activités qui lui plaisent, ainsi qu'à une aisance et un "statut social" auquel elle n'aurait jamais pu prétendre autrement, vu ses origines. L'idée que c'est le seul moyen d'échapper à ses origines sociales et/ou sa situation familiale (absence de soutien financier, etc), dans une société de classe où ces deux facteurs sont déterminent très fortement les possibilités de carrière et de vie, est récurrente dans les discours de prostituées que j'ai pu lire ou entendre.
J'ai l'impression que tu associes ce désir/besoin d'argent à autre chose, sans le formuler ; que tu supposes, peut-être, que cette motivation implique d'être indifférente au sort des prostituées qui veulent sortir de la prostitution, aux traumatismes, à je ne sais quoi...
Peux-tu clarifier ton propos ?

@Césarion a écrit:
J'avais trouvé ça vachement malsain quand même. Est-ce que n'importe quelle autre personne qui offre des services contre de l'argent dirait un truc pareil à propos de ses clients ?
Spoiler:
Alors, tout d'abord : si je pouvais faire raquer un max certains clients, je le ferais (ceux qui sont manifestement bourges et me prennent pour leur domestique personnelle, se montrent irrespectueux et paternalistes, en gros). Et si je pouvais faire la moyenne entre mon salaire et celui de la direction et des cadres sup, pour qu'on touche vaguement la même chose, je n'hésiterais pas.
Morgane Merteuil explique clairement dans ce texte que la prostitution est -en tout cas dans les conditions actuelles- intimement liée aux privilèges que le patriarcat confère aux hommes, notamment économiquement. Son absence de scrupules à "escroquer" les clients si ça lui est possible est logique. Et je pense que beaucoup de personnes assurant des services dans un contexte d'inégalité sociale flagrante feraient la même chose, en particulier pour des services "facultatifs" où des tâches qui pourraient être réalisées par leurs employeurs. Si j'étais domestique employée par de grands bourgeois, ou n'importe quoi employée par des gens ou une société pétée de thunes, je m'efforcerais d'être le mieux payée possible. Ce ne serait pas le cas si mes employeurs étaient des gens aux revenus peu élevés, pour qui mes services sont nécessaires.
EDIT : je précise que je ne sous-entends pas que la prostitution est "un service comme un autre" - ne serait-ce d'ailleurs que parce que je ne crois pas à l'idée d'équivalence entre les activités de manière générale. En l'occurrence, je crois que ce n'était pas la "problématique" soulevée par Morgane Merteuil dans son texte, focalisé sur les rapports de "classe de sexe", de pouvoir.

(Par ailleurs, les rapports de force étant ce qu'ils sont, ce sont souvent des boulots super mal payés, curieusement...)

Bref, sinon, je pense qu'il n'est pas pertinent en général de raisonner en terme de "est-ce que n'importe quelle autre personne le ferait?" ou "est-ce que ce serait le cas pour n'importe quel autre travail? (de services ou pas".
Parce que l'idée même de "n'importe quelle autre personne/travail" n'a pas de sens. Certains boulots n'ont rien à voir avec d'autres, y compris dans le secteur des services ; notamment quant au rapport de classe, au rapport de force économique client/travailleuse.

Et en même temps, je pense que ça correspondait à une des étapes de crédibilisation féministe du STRASS, en mode "regardez on peut critiquer les clients nous aussi"...
Certaines personnes du STRASS, dont Morgane Merteuil, ne se sont jamais privées de tenir ce type de discours sur les clients à ma connaissance. Et d'autres n'ont pas ce type de "discours de classe" pour le peu que j'en ai entendu. Mais là j'en sais pas vraiment plus, il faudrait demander au STRASS si il y a une position syndicale à ce sujet. Mais je pense que les clients sont le cadet de leurs soucis, en fait.  
Je trouve ça assez violent,"narcissique", et limite complotiste de discréditer ce texte en considérant qu'il a pour but de redorer le blason du STRASS auprès des féministes abos sinon. Comme si tout ce qui y était relaté n'était qu'une "ruse", une manipulation, et non un témoignage et une analyse. Au passage, je ne crois pas que Morgane Merteuil s'exprime sur ce blog en tant que représentante du STRASS.


Dernière édition par Arrakis le Mer 13 Nov 2013 - 9:18, édité 3 fois (Raison : balises défectueuses + EDIT)

_________________
gnome-troll-ver des sables - Classe : Hermaphrodite mystique
Dextérité : 1, Perception des trucs utiles : 2, Perception des trucs inutiles : 22
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mer 13 Nov 2013 - 10:09
En tant que féministe je maintiens ma proposition de lutter contre la prostitution (par exemple grâce à une campagne de sensibilisation) parce que c'est une pratique intrinsèquement sexiste.
Quels sont les pouvoirs que le patriarcat reconnaît aux femmes?
Le pouvoir du sexe (les hommes se plaignent d'ailleurs souvent d'une inégalité dans ce domaine: les femmes ont moins de difficultés à trouver des partenaires sexuels).
Le pouvoir de procréer.
Il existe deux activités qui sont comme des caricatures de cet état de fait (les seuls pouvoirs consentis aux femmes sont le sexe et la maternité, les hommes détenant le pouvoir politique, économique, maîtrisant toutes compétences artistiques, intellectuelles, techniques de haut niveau...):
La prostitution,
La GPA.
http://feminisme.fr-bb.com/t683p120-gpa-gestation-pour-autrui#58005
Personne ne songerait à reprocher aux femmes qui en sont réduites par une société de classe et patriarcale à louer leur sexe ou leur ventre.
En revanche ce qu'on critique dans la démarche du STRASS ce sont les déclarations qui nient le caractère profondément patriarcal de cette activité, la prostitution (aux femmes le "pouvoir" sexuel, aux hommes le plaisir sexuel et le pouvoir économique).

Donc, c'est en tant que féministe je réfute absolument ce genre de déclaration, sur la page d'accueil du STRASS:

Enfin, nous nous opposons fermement à la pénalisation de nos clients. La loi permet déjà de sanctionner les atteintes ou agressions sexuelles ainsi que les « clients » de mineurs, de personnes particulièrement vulnérables ou de victimes de travail forcé ou de traite. Aller plus loin en sanctionnant les clients des travailleurSEs du sexe majeurEs, en l’absence de tous abus ou violence, portera non seulement une atteinte inacceptable à notre liberté sexuelle mais aura aussi pour effet d’aggraver notre situation. Nous rejetons l’idée selon laquelle nous serions, par principe, des victimes qu’il faudrait sauver, ce contre notre gré.
La prostitution n'a rien à voir avec la liberté sexuelle, car la liberté sexuelle signifie plaisir et désir pour chacun(e) des partenaires. Dans ce cas il s'agit de la liberté pour les hommes d'acheter un sexe de femmes pour son seul plaisir à lui, pour elle il s'agit soit de survivre parce qu'elle n'a pas trouvé d'autre travail, soit de ne pas se faire frapper par un mac, soit (dans le meilleur des cas) de bien gagner sa vie avec une activité qui ne demande pas de compétence, talent ou études particulières. Mais en aucun cas pour la femme il n'est question de sexualité.
Quant à les "sauver contre leur gré", ça a déjà été dit et répété par tou(te)s les abolitionnistes du forum mais je le dis encore: il n'est pas question de sauver les femmes qui sont "fières d'être putes" et pour qui c'est "un métier comme un autre". Il n'est question que de sauver celles qui sont contraintes à se prostituer. S'il existait un moyen pour les clients de faire le tri, la prostitution ne serait que la caricature des rapports hommes-femmes dans un système patriarcal.
(On a déjà eu un débat sur le forum à ce sujet, à propos du docu "La Domination masculine" et de la scène de speed dating où des femmes déclarent toutes qu'elles veulent un homme dominateur - et qui leur paye le restaurant! Sans parler de toutes ces femmes qui tout à fait volontairement, recherchent "un homme qui a du fric". Pas question de les sauver de leur aliénation, mais peut-on quand même les critiquer comme complices du sexisme?)
Mais voilà, les clients n'ont aucun moyen de faire le tri.
Pour toutes ces raisons, la prostitution doit disparaître, même si elle profite et arrange certaines femmes. Tout comme le viol doit disparaître, et la GPA, et à terme, l'oppression, la logique patriarcale.
avatar
Invité
Invité

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mer 13 Nov 2013 - 10:48
@sandrine a écrit:Je ne prône pas la pénalisation des clients, mais je ne vois vraiment pas en quoi une campagne de sensibilisation mettrait qui que ce soit en danger.
Je suis désolé si ça a été dit plus haut ou ailleurs, mais est-ce que des personnes ou assos non-abos ont exprimé une opposition de principe à ce genre de campagne ? Parce qu'il me semblait, mais peut-être à tort, que ça faisait partie des points sur lesquels abos et non-abos pouvaient tomber d'accord. (Je précise que je parle bien d'une opposition de principe et pas d'un désaccord sur des points précis de telle ou telle campagne.)
avatar
pierregr
Amazone
Amazone
Messages : 3993
Date d'inscription : 05/09/2011
http://www.norme-du-glabre.ct-web.fr/

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mer 13 Nov 2013 - 11:04
@Arrakis a écrit:Oui, et ? Evidemment que l'argent est une motivation importante.
 
 
Nous avons toutes/tous besoin d'un peu d'argent pour vivre, c'est-à-dire : se loger, manger. Tout le reste n'est pas indispensable à la vie et ce reste est très différent d'une personne à l'autre, ce qui est tout à fait normal.
Mais 5 mille € pour une passe, c'est une somme ENORME et si toi, ça ne te fait pas sursauter, moi ça m'a fait sauter au plafond. Car c'est tout le capitalisme (imbriqué dans le patriarcat) qui s'exprime dans cette phrase et j'exècre le patriarcapitalisme.
 
Claire Carthonnet explique que la prostitution était la seule activité à sa portée qui lui permette d'avoir du temps pour lire, la possibilité d'accéder aux activités qui lui plaisent, ainsi qu'à une aisance et un "statut social" auquel elle n'aurait jamais pu prétendre autrement, vu ses origines
 
 
Je connais des gens jobfree qui vivent grâce au RSA et qui ont une vie culturelle très remplie et pleine d'activités, qui rencontrent des ami-e-s, etc.
L'envie d'accumuler du fric (dans nos sociétés occidentales) n'est que le résultat de névroses dont la personne devrait rechercher dans son passé d'où vient ce besoin de se rassurer par le fric au lieu d'étaler partout qu'elle voudrait bien gagner 5 mille € en qq mn. Moi, j'en ai rien foutre du fric. Si demain on me dit que je vais gagner 10 mille € mais que pour ce faire, je dois renier toutes mes idées ou mettre mon intégrité ou ma dignité en jeu, je refuse. Même pour 100 mille/1 million/10 millions d'€. J'en ai rien à cirer du fric car il ne me rendra pas plus heureux une seule seconde
Donc l'argument fric, basta. J'espère que les choses sont plus claires et si j'ai froissé des gens pour qui le fric est un but en soi, j'en suis désolé mais ça ne changera rien à ce que j'en pense.
 
Si j'ai donc pointé cette phrase de MM, c'est parce que pour moi, cette phrase représente ses valeurs, qu'elle a le droit de mettre en avant mais que j'ai le droit de critiquer

Je rajoute que mon raisonnement s'applique à toute personne assoiffée de fric, ce n'est rien de particulier visà-vis de MM. Mais dans le cadre du système prostitueur, cela prend une autre dimension.
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mer 13 Nov 2013 - 11:37
@Pierregr: en tant que militante anarchiste (donc à la fois anti-logique patriarcale et capitaliste) je suis entièrement d'accord avec toi.
@Numa: la phrase suivante, que tu n'as pas citée, était:

Puisque tout le monde semble à peu près d'accord pour dire que les clients sont sexistes par définition, je suggère d'axer la communication sur le fait que:
Alors finis les "les putes ne sont pas des victimes", "fières d'être putes", "c'est mon choix" et "c'est une question de liberté sexuelle" ce serait carrément en contradiction avec une campagne anti-clients et anti- système prostitutionnel.


_________________
Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste. (Louise Michel)
avatar
l'elfe
Walkyrie⋅n
Walkyrie⋅n
Messages : 1731
Date d'inscription : 10/12/2012
http://lesquestionscomposent.fr

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mer 13 Nov 2013 - 12:39
J'ai lu un peu rapidement mais j'ai l'impression de voir des jugements à l'égard des prostituées et ça me gène…
Je comprend très bien qu'une femme accepte une passe à 5000€ et je dirais même que je ne vois pas où est le problème.
À mon avis le problème se trouve du côté du client.
Surtout que mettre ce prix-là pour baiser, ça me pose plein de questions. Juste… Pourquoi? Je trouve ça hautement suspect de la part du mec. Et en plus, quel que soit le prix, payer une prostituées est un acte de violence puisque le client fait toujours ses courses en aveugle… Mais là je me répète.

_________________
Question Les Questions Composent Question
avatar
sandrine
Amazone
Amazone
Messages : 3597
Date d'inscription : 15/09/2012

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mer 13 Nov 2013 - 13:04
Oui, tu as raison de souligner ce point. Payer bien ou mal une prostituée, peu importe au fond, c'est l'idée de ce rapport de pouvoir économique d'un côté, de désir d'un côté, et de l'autre besoin (ou envie) d'argent et pas de plaisir ni désir qui est profondément sexiste. Cela dit, d'une manière générale, je ne ressens pas de la même manière une personne qui va faire un travail discutable idéologiquement (dans le cas de la prostitution, allant dans le sens du sexisme ambiant) parce qu'il en a besoin pour survivre ou parce qu'il veut se faire plein de fric.
Le cas des femmes contraintes par un mac est encore différent: à mon avis, c'est ce cas qui devrait primer sur tous les autres. Or les clients n'ont aucun moyen de savoir si la prostituée fait ça pour survivre, pour se faire plein de fric ou parce qu'elle est menacée par un mac. Mais il préfèrera penser qu'elle est dans le second cas, parce que ça l'arrange. Et ce n'est pas en répétant que plein de femmes font ça par choix, pour gagner un max de pognon, que ça va aider les clients à prendre conscience du risque qu'ils prennent, chaque fois, de tomber sur une femme sous contrainte!

J'aimerais sincèrement qu'on ait envers les clients et la banalisation du système prostitutionnel les mêmes réactions qu'envers le viol ou les violences à animaux. Chaque fois qu'il y aurait banalisation de ces crimes, il y aurait réaction, arguments à l'appui.
Dans combien de films on voit des héros aller ensemble "voir les putes" (comme dans Vampires de Carpenter, où aller ensemble au bordel est présenté comme un rituel masculin sympathique?) Je me rappelle avoir lu dans certains magazines des "récits de voyage" en Asie par exemple, avec description "follement exotique" de bars à putes. Je pense en particulier à un article dans l'Echo des Savanes qui conseillait tel ou tel bar où soi disant "les filles étaient très chaudes". Au sexisme s'ajoutent des relents colonialistes (même très très jeunes "les femmes ne vivent pas la sexualité de la même façon, elles sont plus matures, plus "chaudes", "pour elles c'est normal" etc.)


_________________
Le pouvoir est maudit, c'est pour cela que je suis anarchiste. (Louise Michel)
avatar
Invité
Invité

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

le Mer 13 Nov 2013 - 13:11
Je rajoute que mon raisonnement s'applique à toute personne assoiffée de fric, ce n'est rien de particulier visà-vis de MM.
Déjà, je suis pas sûr qu'on puisse déduire de cette phrase que MM est assoiffée de fric. Il me semble qu'entre avoir envie de prendre des sous à des clients qui les ont, et avoir envie d'amasser soi-même plein de fric, y'a quand même une sacrée nuance. Sans compter que des tarifs plus élevés, ça veut dire aussi moins de clients à faire, plus de possibilité de les choisir, etc.

Un truc où je ne suis pas du tout d'accord avec toi, c'est le fait d'appliquer ce raisonnement à toute personne « assoiffée de fric » (en admettant que ça soit le cas) indépendamment de sa situation. Beaucoup de prostituées connaissent ou ont connu des difficultés matérielles considérables, sont socialement très stigmatisées, etc. donc aller leur dire après ça (j'inclus l'aspect social parce que mine de rien le fric c'est aussi vachement associé à la reconnaissance sociale) qu'elle devraient être détachées du fric... Tiens, Delphy en parle justement (à 12m22s) dans une vidéo postée récemment par ko : http://vimeo.com/45371850?t=12m22s et je trouve que ça s'applique parfaitement à ton discours.

En plus, je peux pas m'empêcher de me sentir vachement mal à cause du fait que ton discours, même s'il s'appuie sur des convictions anti-capitalistes que je sais sincères et dont je sais que tu les vis vraiment, est quand même vachement proche d'un gros cliché putophobe qui veut que ces filles se fassent de l'argent facilement et méritent d'être méprisées à cause de ça.

Mais dans le cadre du système prostitueur, cela prend une autre dimension.
Je n'arrive pas trop à comprendre ce que tu mets derrière cette phrase.

[Edit pour répondre à un truc posté entre-temps.]
@sandrine a écrit:Cela dit, d'une manière générale, je ne ressens pas de la même manière une personne qui va faire un travail discutable idéologiquement (dans le cas de la prostitution, allant dans le sens du sexisme ambiant) parce qu'il en a besoin pour survivre ou parce qu'il veut se faire plein de fric.
Dans un certain nombre de contextes, je suis d'accord, mais :
- déjà j'ai l'impression que la frontière entre gagner sa vie et se faire plein de fric n'est pas si nette que ça, entre autres parce que se faire plein de fric ça a aussi des effets sociaux et psychologiques et que ça peut donc toucher des besoins importants (même si bien sûr ça ne devrait pas être le cas dans un monde idéal, dans les faits pour l'instant on vit dans une société capitaliste) ;
- d'autre part, il me semblait qu'on était d'accord pour ne pas taper sur les opprimés ? Par exemple (pour prendre un exemple plus « léger » et plus consensuel), dénoncer l'injonction à l'épilation sans pour autant taper sur les femmes qui s'épilent. Ou bien, éviter rendre responsables du sexisme les femmes qui disent préférer un homme « dominant » dans leur couple. Non ?

(Puis bon, d'un point de vue anti-capitaliste, je dis pas que j'approuve forcément le fait de vouloir s'enrichir, mais c'est quand même pas comme si les putes exploitaient la force de travail d'autres personnes en possédant leurs moyens de production, non ?)


Dernière édition par Numa le Mer 13 Nov 2013 - 13:29, édité 1 fois
Contenu sponsorisé

Re: Pénalisation des clients de la prostitution

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum